/*/*/*/*/*/*/

« Je me bats pour protéger ceux que j'aime. Hier, aujourd'hui, et demain aussi. »

Combattre c'est tuer ses émotions. Si l'on souhaite remporter la victoire, il faut être parfaitement rationnel et ne penser qu'à une seule chose: gagner. Phoenixia et Salamandar le lui avaient enseigné. Dans le cas contraire, la mort est assurée, il le savait.

Mais... cette méthode qui fonctionna parfaitement jusqu'à présent, s'écroula au moment où Lina se fit toucher. Ils ne le lui avaient pas appris. Comment réagir lorsqu'elle se ferait blesser... ces sentiments là, ne pouvaient être supprimés... son cœur qui fut ébranlé lorsque Cylia fut blessée, se fit achever lorsqu'il entendit le cri de Lina.

Ses émotions revinrent en un instant, accompagnées d'une rage incontrôlable.

Esquivant le souffle destructeur de la bête, le jeune guerrier fit un immense bond et planta son épée dans la seconde tête du monstre, celle-ci se mit à briller avant de disparaître. Vlad avait quitté la première ligne pour voir Lina, à présent il faisait face seul, et sa rage avait encore augmenté.

...

...

Maintenant, il comprenait. Pourquoi il était nécessaire d'annihiler ses émotions...c'était pour ça. Pour éviter de laisser place à cette rage, qui venait de le condamner.

Son attaque était irréfléchie, une fois de retour sur le sol, il laissait une immense ouverture dont la bête tira profit. Un coup de griffe l'emporta et une monstrueuse sphère noire cloua le jeune mystique au sol, dans l'impossibilité de bouger.

Au final, il avait perdu. Il ne pouvait rien faire, incapable de les protéger, et désormais incapable de simplement redresser la tête...quelle pitié.

/*/*/*/*/*/*/

Il lâcha prise. Après tant d'efforts pour se maintenir à la surface, agrippé à cette poutre en bois, il se laissa aller. Il n'en pouvait plus, il ne pouvait plus attendre que l'aide arrive, il ne voulait plus voir ses parents et sa sœur désespérés, tentant en vain de le sortir de cette situation, le courant de l'eau était trop fort, et lui trop faible. Voyant sa vie se terminer sous ses yeux tandis qu'une pâle lumière traversa ce miroir qu'était à présent l'eau, il réalisa. Il ne pouvait plus entendre leurs cris, il ne pouvait plus entendre la tempête qui déchirait le village, il n'entendait plus aucun cri de désespoir...mais il oubliait aussi l'espoir. Les rires de Lina, les moqueries de Garet, le regard posé de Vlad, l'amour de sa mère, l'attention de son père, le sourire de tous les habitants de Val. Dans un ultime effort il saisit la poutre une nouvelle fois, et sortit la tête de l'eau, obtenant une légère bouffée d'air.

- Pavel, tiens bon!

- Lina est partie chercher du secours!

Il n'écoutait pas, leurs encouragements étaient dissouts dans la fureur des vagues et la force du vent, il résistait, tant qu'il le pouvait, puis un cri plus fort que les autres se fit entendre, une ombre immense recouvrit son corps et il lâcha. Cette fois, c'était fini. Une masse difforme pénétra dans l'eau et heurta son faible corps qui se fit emporter par le flot ravageur, dérivant à présent au gré de la rivière.

- C'est...un enfant?

- Hé Salamandar, il y en d'autres ici.

/*/*/*/*/*/*/

Le soleil lancinant, l'air brûlant et d'immenses nuées de flammes. L'Enfer. Le seul pur et véritable enfer, dans lequel séjournait le jeune combattant, à genoux, appuyé sur son épée. Une chaleur telle qu'elle surpassait celle du désert de Lamarkan, chaque bouffée d'air était corrosive et sa gorge allait exploser. Les flammes avait transformé l'atmosphère vivifiante de la plaine en vapeurs si chaudes qu'elles semblaient agresser sa peau. En face de lui se trouvait un guerrier tout habillé de bleu, le teint blafard et une épée de couleur sang dans les mains, il était le lanceur du sort, et de par son affinité avec le feu, ne semblait pas le moins du monde troublé.

- Relève-toi.

- Je peux... à peine... respirer...

Et chaque respiration le faisait plus souffrir encore, il n'avait qu'une envie c'était d'expirer l'air brûlant qu'il venait d'avaler, il éprouvait des difficultés à parler alors ne parlons même pas de se relever.

- Ah bon? Dans ce cas...

Son pied décolla et frappa à pleine puissance la joue gauche du combattant qui tomba pitoyablement sur le côté. Ses yeux furent envahis par de la poussière tandis que les flammes s'intensifiaient encore, il ne pourrait bientôt plus les rouvrir. Soudain, il sentit un pied se posant sur sa tête.

- Un ennemi n'attend pas que tu sois en forme pour attaquer. Dis moi est-ce tout ce dont tu es capable?

- Salamandar, stoppe ces flammes ou le petit va...

- Réponds! Est-ce tout?

Les flammes s'élevèrent un peu plus haut dans le ciel, dépassant les arbres et formant presque un dôme autour des deux guerriers. Salamandar, l'un des plus puissants guerriers de la tribu de Prox, «les flammes du nord», contre un jeune combattant qu'ils trouvèrent un an plus tôt. Le pauvre subissait une véritable torture, comment pouvait-on appeler cela de l'entraînement? C'était une vraie tyrannie, et la situation était telle à présent que même Phoenixia, guerrière aussi puissante que son comparse et toute aussi cruelle, s'inquiétait de la santé du garçon. A ce rythme, il ne s'en sortirait pas avec des brûlures ou des contusions, il risquait la mort.

- Je... ne peux... plus...

- Dommage. Surtout pour tes parents.

Les flammes se rassemblèrent en une véritable prison, recouvrant le ciel bleuté, et brillant d'une lumière féroce: la lumière de Mars. Les mots résonnèrent dans son esprit tandis que le guerrier du nord fit volte face, ne laissant visible qu'une vague silhouette bleue qui l'abandonnait à son sort...et qui signait l'arrêt de mort de sa précieuse famille. Oui, s'il les avait rejoins, c'est parce qu'ils avaient pris sa famille en otage, et s'il était inutile, ils étaient morts.

- Attends.

Ses doigts agrippèrent la terre sous son corps, et par un effort immense il se dressa sur ses genoux, même s'il le souhaitait il ne pouvait pas pleurer, toute eau se serait instantanément évaporée, mais le fait même qu'il ne soit pas inconscient tenait du miracle. Un sourire apparut sur les lèvres du guerrier du Nord, il se tourna vers le jeune homme et pointa son épée en sa direction.

- Touche-moi. Si tu y parviens tes parents vivront.

- Salamandar il n'est pas en état de...

- Laisse-le faire Phoenixia, laisse le faire.

Un jeune homme aux cheveux bleus lui coupa la parole, sa voix était posée et il semblait intéressé par le combat, ce qui était très rare de sa part.

Dans un effort surhumain et un cri de rage, le guerrier de Val plongea sur son adversaire, une aura dorée prit forme autour de lui tandis que l'épée s'abattait sur le mystique de mars. Une aura aussi forte que sa détermination, la lumière de l'astre du matin à son apogée.

/*/*/*/*/*/*/

Le Mont Alpha...cela faisait combien de temps qu'il n'y était venu? Bientôt trois ans, trois années le séparait de cette tempête qui frappa Val et le sépara de sa famille. Lina, Vlad, Garet...qu'étaient-ils devenus? Pénétrant accompagné des deux mystiques de Prox et du mystique d'Imil, Alex, il s'engagea dans le sanctuaire sacré qui lui avait toujours été interdit. Quelques monstres inoffensifs parcouraient certains couloirs, et comme prévu, le Mont Alpha était protégé par de nombreuses énigmes. Mais ils n'eurent même pas besoin de s'y frotter, puisqu'un autre groupe les avait toutes déjouées. Qui donc avait pu réaliser tel exploit?

- Ces gamins se sont améliorés on dirait.

- Ces gamins?

- Oui, deux garçons et une jeune fille. Ils doivent accompagner Thélos.

- !

Impossible...eux? Pourquoi étaient-ils avec ce scientifique? Ils n'étaient pas censés être présents...et si jamais ils venaient à s'affronter? Chassant ces mauvaises pensées, Pavel toucha le masque qui ornait sa figure; par mesure de prudence il l'avait enfilé avant de pénétrer dans Val...à présent il constituait son seul refuge, un mur qui le protégerait du regard de ceux qu'il était sur le point de trahir...

- Je vois... L'agencement est différent, l'interrupteur de la dernière fois était bel et bien un piège. Ils sont malins.

Une porte translucide apparut devant eux, comme de l'eau stagnant dans un miroir, la substance était belle et bien liquide, mais la gravité ne l'influençait pas...ce n'était ni de l'air, ni de l'eau, ni de la glace, mais quelque chose de... différent. Quoiqu'il en soit, c'était un passage, voilà tout ce qu'ils avaient besoin de savoir. Saturos le premier franchit le passage, suivit par Phoenixia, Pavel, et enfin Alex. Arrivés de l'autre côté, Lina et Thélos observaient Vlad et Garet sautant sur une série de piliers, perchés au dessus d'un vide sombre. Quel était donc cet endroit? Tout était noir pourtant de la lumière se reflétait sur tous les objets, il n'y avait pas de ciel ou de plafond, ni guère de sol. Comme s'ils se trouvaient au centre de tout.

- Aaah!

Les deux adolescents se retournèrent, ils venaient de récupérer les trois premières étoiles quand Lina et Thélos se firent prendre en otage. L'alternative était assez simple, soit ils ramenaient les étoiles, soit Thélos et Lina en pâtiraient. Pavel n'aimait pas cela, et ce qu'il aimait encore moins, c'est la garantie que les enfants réclamaient. Bien sûr, rien ne leur prouvait qu'une fois les étoiles rendues, les kidnappeurs leur rendraient les otages en vie...

- Pavel, retire ton masque.

- ...!

- Pavel...? La jeune fille se tourna vers l'homme masqué, un regard remplit d'incompréhension.

Non... pourquoi avait-il prononcé son nom? De quel droit lui demandait-il de retirer son masque, juste en face de sa sœur? Elle ne s'en remettrait pas et lui non plus. Elle ne devait surtout pas savoir...surtout pas.

- Pavel!

- ...

Il serra son poing, mais obtempéra, retirant son masque avec réticence. Son regard se figea quelques instants dans le vide, tandis que sa sœur commençait à pleurer. Bien sûr, elle venait de retrouver son frère qu'elle pensait mort: qui n'aurait pas pleurer à cet instant? Mais pour lui, ces larmes avaient une toute autre signification.

/*/*/*/*/*/*/

Une seconde. La vie offre parfois de ces moments, ces courts instants pendant lesquels votre avenir peut basculer. Un seul choix, une seule hésitation, une seule précipitation, et votre vie s'en trouve indéniablement altérée.

Ils n'auraient pas dû gagner. Vlad et son groupe n'étaient pas censés pouvoir rivaliser avec Salamandar et Phoenixia, leur niveau était bien trop faible...comment s'étaient-ils donc améliorés aussi vite et en si peu de temps? Au phare de Mercure, leurs pouvoirs étaient un dixième, non, un centième de ce qu'ils étaient actuellement: ils avaient vaincu les deux guerriers d'élite de Prox! Les combattants de la Flamme du Nord! C'était inconcevable! Le plus étonnant était que les deux guerriers s'étaient simplement...transformés en dragon. Le pouvoir de Vénus – dont le phare s'était allumé au même moment – ayant amplifié leur énergie, ils déployèrent une force monstrueuse.

Mais, une fois vaincus, ils chutèrent à l'intérieur du phare, et celui-ci se mit à trembler, comme la terre à des centaines de mètres à la ronde. Une fissure géante apparue et scinda le phare en deux, séparant le groupe de Vlad de Pavel et Cylia, suite au choc cependant, cette dernière demeurait suspendue dans le vide.

- Cylia! Tiens bon!

- Pavel!

Cylia. Une jeune fille de Lalivero que leur groupe avait enlevée. Salamandar voulait l'utiliser pour ouvrir la porte du phare de Jupiter, accessible uniquement aux mystiques de cette lignée. Elle n'était qu'un moyen en vue d'accomplir une fin.

Pourtant, Pavel ne l'avait pas une fois considérée comme cela. Cylia était à ses yeux une simple jeune fille sur laquelle il s'était promis de veiller. Son arrivée avait redonné le moral à Lina, qui se réjouissait d'avoir une nouvelle amie, ses quelques échanges avec Thélos témoignait de son intelligence, et pour une étrange raison, il se sentait comme lié à elle. Était-ce son instinct de grand-frère protecteur envers cette jeune fille, plus jeune encore que sa sœur ? Ou quelque chose de complétement différent ?

Un nouveau séisme écarta encore plus les deux parties du phare, et c'est tout un pan de la région qui se déplaçait. Les tremblements étaient si forts qu'ils firent se détacher une partie du continent, créant une petite île devant le phare de Vénus. Mais pour l'instant, la chose était bien le cadet de ses soucis...

- Je ne tiens plus...

- Ne dis pas ça! Tiens bon!

- ...Merci pour tout...Pavel.

- Cylia!

Et elle lâcha. Suivant son cœur au lieu de suivre sa raison, Pavel plongea à son tour, en étant tout à fait conscient que cela signerait sa mort. A travers cette chute éternelle du haut du phare de Vénus, il tentait en vain d'agripper ce corps qui fendait l'air sous ses yeux, cette vie pour laquelle il venait de se sacrifier, cette vie qui l'appelait. Il la saisit enfin, serrant son corps contre le sien dans cette descente infinie, avant de plonger dans les abîmes de l'océan.

Une seconde. Durant cette seconde, au sommet de ce phare, deux choix s'étaient offerts à lui: observer ou agir. Sauver sa propre vie ou mourir avec elle. L'abandonner ou la protéger. Lui dire adieu ou l'aimer.

Décision stupide que celle qu'il venait de prendre, il venait d'abandonner sa famille pour une inconnue, délaissant ses parents ainsi que sa sœur bien-aimée. Délaissant même sa vie.

«Je me bats pour protéger ceux que j'aime.» ainsi durant ce saut, lorsqu'il emprunta ce chemin, cette jeune fille venait de prendre plus d'importance que tous ceux qu'il avait aimé, et que tous ceux qu'il aurait pu aimer.

/*/*/*/*/*/*/

Le vent. La mer.

De l'eau s'insinua entre ses doigts, se mélangeant avec le sable fin de la plage. Et tandis que le vent soufflait doucement sur sa peau, une forte douleur le frappa. Il cligna des yeux, apercevant une silhouette floue au dessus de lui. Ses oreilles ne parvenaient pas à distinguer ce qu'elle disait, et puisqu'il était mort, cela n'avait plus importance. Il referma les yeux, prêt à retourner au sommeil éternel.

- … Il m'ignore...

- Lina, calme-toi...

- DEBOUT!

Une, puis deux, et enfin un torrent de claques s'abattit sur le pauvre jeune homme, qui risquait de mourir après avoir de justesse échappé à la mort. Quelques balbutiements incompréhensibles s'échappèrent de sa bouche, et quand le torrent d'attaques cessa, avant même qu'il ne pût riposter, il sentit une étrange chaleur l'enserrer.

- Ne... me refais plus... jamais ça.

Ses bras vinrent naturellement enserrer le corps fin de sa sœur, tandis qu'il sentait les larmes de celle-ci coulant le long de son cou. Elle avait enfoui sa tête dans le creux de son épaule, et retenait son corps si fortement qu'il en souffrait. Elle ne pouvait plus le lâcher, mais lui non plus, ne voulait pas s'en défaire.

Il était vivant. Il ne savait comment, ni pourquoi, mais cette chute ne lui avait semble t-il pas été fatale. Sa vue lui revint totalement, et il aperçut Cylia, debout aux côtés de Thélos. Celle-ci lui adressa un sourire, plus beau que ceux qu'il n'avait jamais vu. Cette enfant n'avait jamais souri, pas une fois depuis qu'ils l'avaient enlevée. Alors, ce sourire là, il s'assurerait de bien le mémoriser, et de le conserver dans ses souvenirs. Tout comme le visage en pleurs, mais plus heureux que jamais, de sa jeune sœur.

- Je suis de retour.

/*/*/*/*/*/*/

Pavel, éternel héros taciturne, l'antagoniste, le rival qui devient le héros de la seconde série.

Blessé, tourmenté, pourtant déterminé à tout sacrifier pour sauver ceux qu'il aime. Le leader, ni plus ni moins.

Désolé pour le temps d'attente, le chapitre 5 et 6 sont en cours de rédaction actuellement, héhé, on est arrivé à 4 des 8 adeptes, déjà ^^