Je me suis inspirée de Karantez-vor, le magnifique chant breton, pour la structure de la chanson du Valbise.

Chapitre 2 – Le chant du Val de Bise

– Vous êtes venu à Valbise à pied ?

– Non à cheval.

– Et où est votre monture ?

– Elle est restée à l'Auberge des Gravures d'Ivoire. Les chevaux font de mauvais acrobates, le mien n'aurait pas réussi à escalader la muraille de Bryn Shander. J'en suis certain.

Garm eut un sourire en coin. Ils avaient marché toute la nuit pour être hors de vue de Bryn Shander quand pointerait l'aube, et malgré ses nombreuses questions, il n'avait appris que très peu de choses sur Valrod, l'étranger qui avait bouleversé ses projets d'hiver paisible dans la plus grande ville des Dix-Cités.

Ils arriveraient bientôt à proximité de Targos, Garm voyait déjà les toits des hauteurs de la ville se profiler à l'horizon. Mais Valrod avait refusé de s'y arrêter pour y prendre une chambre. Après que le rôdeur lui ait décrit la cité, il avait même refusé de s'y arrêter pour acheter des provisions, décrétant que Bois Isolé ferait tout aussi bien l'affaire, avec l'avantage d'être moins fréquenté.

– Est-ce que vous allez finir par me dire où nous allons ? s'exclama soudain le rôdeur. Parce que d'habitude, quand on se paye les services d'un guide, c'est pour se laisser guider !

– C'est la quatrième fois que vous me posez la question, Garm.

– Mais les trois fois précédentes, on ne peut pas dire que vous ayez répondu !

Valrod soupira et s'arrêta pour défaire l'outre qui pendait à sa ceinture et boire une gorgée d'eau froide.

– Connaissez-vous les Aurilites ? demanda-t-il en tendant la gourde en peau au rôdeur qui n'avait aucun équipement.

– Si je les connais ! A cause de qui croyez-vous que je ne quitte pas les Dix-Cités en hiver ? Vous v'nez pour les tuer ? Z'êtes vraiment un Sorcier Rouge ?

Garm Verttertre faisait partie de ces gens qui, lorsqu'ils manquaient d'informations, avaient tendance à s'accrocher à des mensonges farfelus pour expliquer ce qui les dépassait. Valrod n'allait certainement pas s'en plaindre.

– Réjouissez-vous l'ami, dit-il en récupérant l'outre après que le rôdeur ait bu. Je viens régler votre problème.

Garm voulut sourire mais lorsqu'il posa les yeux sur l'affreux rictus figé sur le visage de l'étranger il fut parcourut d'un frisson de dégoût.

– Je sais où se trouve leur temple, dit-il en se reprenant, mais je ne connais pas la route exacte. Au pied du Glacier Regh, là où l'Epine Dorsale du Monde devient la chaîne des Mille Flèches, les Aurilites ont construit un Temple de Glace qui ne fond jamais. Mais ce ne sera pas facile de s'y rendre et de les tuer. Pas facile du tout… Vous avez du talent pour vous attirer des ennuis, hein ?

Et il ricana en repensant à la bagarre de l'Auberge des Gravures d'Ivoire qui avait méchamment dégénéré.

– Mais vous semblez aussi en avoir pour les éviter…

– Qu'est-ce que vous voulez dire ? demanda Valrod en se remettant en route.

– Ne faites pas l'idiot, on vient de faire un détour qui nous a fait perdre une bonne heure, juste pour éviter le remorhaz dont on a croisé les traces à hauteur des congères quand il faisait encore nuit noire.

– Quoi vous vous en étiez rendu compte ? Mais alors vous n'êtes pas un si mauvais rôdeur !

– Arrêtez d'vous payer ma tête ! répliqua Garm sèchement. Puisqu'on a évité l'remorhaz et qu'vous n'voulez pas aller à Targos, est-ce qu'on pourrait s'arrêter pour dormir avant que j'meure d'fatigue ?

– Bientôt. Quand on aura atteint ces arbres, on s'y arrêtera et on fera un feu. Mais je veux attendre que le jour soit totalement levé, ce sera plus discret.

– Vous n'seriez pas un peu paranoïaque ?

– Vous avez dit quelque chose ?

– Non…

– C'est ce qu'il me semblait.

*.*.*.*.*

Ils dormirent à tour de rôle jusqu'à deux heure de l'après-midi, heure à laquelle le soleil passa derrière une montagne, plongeant la vallée dans l'ombre. Il faisait nuit tôt en cette saison. Très tôt. Le rôdeur passa d'ailleurs une bonne partie du voyage à plaider en la faveur d'un itinéraire qui passerait par une auberge et une bonne nuit de repos et leur permettrait de voyager de jour.

Valrod passa lui beaucoup de temps à l'ignorer, et à jeter des regards inquiets derrière lui en priant pour ne pas avoir pris trop de retard.

A l'heure où le soleil basculait sous les icebergs de la Mer des Glaces Flottantes, ils étaient arrivés à hauteur de Bois Isolé et se dirigeaient vers le village en longeant une vieille route entre le bois et le lac Maer Dualdon.

Soudain Valrod s'arrêta, au milieu de nulle part, les yeux fixés sur l'horizon. Le rôdeur s'immobilisa près de son compagnon de route et remarqua à son tour ce qui avait arrêté l'étranger : au bord d'un sentier qui s'enfonçait dans les bois, un groupe de chasseurs de Bois Isolé semblait très intrigué par une créature recouverte d'une épaisse fourrure blanche et dont il était difficile de déterminer de quelle espèce il s'agissait.

– C'est rien, fit Garm en plantant ses larges mains sur ses hanches. Les types de Bois Isolé ont dû trouver un louveteau. Ça pose toujours des problèmes ces saletés d'bestioles…

– C'est pas un loup, répliqua Valrod en se remettant en route. Les louveteaux naissent au printemps, pas à la fin de l'automne.

Garm haussa les épaules. Ça l'agaçait de ne pas y avoir pensé en premier. Ils marchèrent d'un pas vif en direction de Bois Isolé, ce qui les rapprocha en même temps de l'attroupement. En quelques minutes ils étaient à porté de voix des chasseurs, qui eux ne semblaient pas les avoir remarqués.

– Il faut la tuer maintenant ! criait l'un des chasseurs d'une voix où perçait l'urgence et la panique.

– Tu veux qu'ils nous envoient des loups arctiques saccager Bois Isolé ? Réfléchis un peu avant de mettre tout le village en danger ! répliqua un autre sur le même ton.

Valrod et Garm purent enfin voir ce qui mettait les chasseurs dans cet état d'agitation.

L'un d'eux empoignait d'une main de fer la chevelure rousse d'une petite fille vêtue de fourrures blanches ; c'était cette enfant que les deux voyageurs avaient prise pour un louveteau quelques instants plus tôt.

Garm la reconnut et pâlit.

– En voilà une ! s'écria-t-il. Ces satanés Aurilites que vous cherchiez, vous venez d'en trouver une ! C'est une rôdeuse, elle voyage avec un loup arctique énorme et elle terrorise la région pendant tout l'hiver !

Valrod eut un rire bref et grinçant.

– Elle terrorise la région, hein ? Elle doit avoir dix ans, Garm.

Le rôdeur lui jeta un regard méprisant et continua d'avancer à vive allure en direction des chasseurs qui se disputaient toujours.

Soudain, surgissant à l'est et se découpant dans l'ombre grise du Cairn de Kelvin, un grand loup blanc s'élança en direction de l'attroupement.

– Vous voyez ? Vous voyez ? cria Garm sans se retourner.

– Celui-là je vous l'accorde, c'est un loup, fit Valrod cyniquement dans son dos.

– Tuez la fille ! hurla le rôdeur au groupe de chasseurs. Tuez la fille, elle est avec ce maudit loup ! Tuez-la avant qu'il arrive !

Un mouvement de panique agita les hommes de Bois Isolés lorsqu'ils remarquèrent le loup qui chargeait droit sur eux. Garm tira une dague de sa botte et Valrod dégaina une épée bâtarde gravée de runes. Les chasseurs bandèrent leurs arcs et visèrent le loup. Celui qui tenait la fillette la jeta aux pieds du rôdeur et prit une flèche dans son carquois.

Dans la cohue, Valrod rattrapa Garm juste avant qu'il frappe l'aurilite. Il saisit son bras armé et le retourna vers lui d'un geste violent, planta ses yeux dans les siens et le transperça de son épée.

Le regard du rôdeur s'agrandit. Ses lèvres frémirent. Il voulut dire quelque chose mais du sang sortit de sa bouche.

– Je vous avais bien dit que si nous trouvions des Aurilites, je règlerais votre problème, expliqua Valrod froidement en retirant sa lame du corps du rôdeur qui s'affaissa sur le sol.

Son regard croisa celui de la fillette. Elle le fixait avec de grands yeux bleu glace, semblant attendre qu'il statue sur son sort, elle était effrayée mais elle allait bien.

– Bon sang, qu'est-ce que vous foutez ! hurla un chasseur dans son dos qui ne savait plus s'il devait le viser lui ou le loup.

Valrod franchit en une seule enjambée la distance qui les séparait et lui trancha la gorge d'un mouvement si rapide que le chasseur ne comprit pas ce qui était arrivé et resta immobile une longue seconde avant de porter ses mains à la plaie ruisselante, très fine mais profonde.

La première salve de flèches s'abattit sur le loup arctique qui sembla passer au travers. S'il avait été touché, sa rage l'aveuglait au point qu'il ne ressentait pas la douleur et ne ralentit pas sa course folle.

Deux chasseurs retournèrent leurs arcs vers Valrod, mais l'étranger bougea si vite que sa silhouette devint floue. La première flèche qui visait sa tête avec une précision mortelle siffla seulement près de son oreille, la seconde qui aurait dû transpercer son cœur passa sous son bras et se ficha dans sa cape enchantée.

Valrod prononça une incantation rapide d'une voix profonde, invoquant un sort de froid et son épée brilla soudain d'un éclat blanc. Elle fendit un arc en deux et termina sa course dans l'aine du chasseur, tranchant sa veine fémorale. La plaie gela brusquement et la magie du coup givrant se répandit dans le sang du chasseur et sur sa peau. En moins d'une seconde il était entièrement recouvert d'une pellicule de givre et ses yeux s'étaient figés dans une expression d'horreur muette.

Lorsque Valrod se retourna, trois autres archers le tenaient en joue.

L'étranger eut tout juste le temps de faire un bond en arrière et de se mettre à l'abri d'une roulade, la seconde d'après les trois flèches s'étaient plantées dans le sol gelé avec un bruit sourd.

Un cri de terreur précéda le loup immense qui bondit sur les chasseurs avec une agilité surprenante pour son énorme masse. La bête ne perdit pas un instant, elle écrasa les hommes de Bois Isolé de ses énormes pattes et les démembra de ses crocs avec une frénésie meurtrière. Son souffle était de glace, d'un froid magique mortel qui piégea les membres de plusieurs chasseurs dans une gangue de glace. Valrod profita de la diversion pour se remettre sur ses jambes, se mettre hors d'atteinte, soulever la fillette et l'écarta du combat.

Un chasseur les suivit en s'éloignant du carnage, l'arc au poing.

– Rendez-la au loup ! intima-t-il à Valrod par-dessus le bruit des combats. Rendez-la à ce monstre ou il nous tuera tous !

Valrod déposa l'enfant qui tenait péniblement debout et fit face au chasseur.

– Il vous tuera de toute façon pour l'avoir brutalisée, répondit-il de sa voix froide et râpeuse en levant son épée.

L'homme de Bois Isolé se campa sur ses pieds, son visage se durcit et il banda son arc, visant la poitrine de Valrod qui demeura immobile, son affreux visage asymétrique figé dans une expression glaciale.

Une seconde avant que la flèche ne parte, l'air sembla se solidifier entre le chasseur et sa cible, il devint chatoyant et s'épaissit, formant un écran de magie opaque. Lorsque le projectile s'élança il sembla s'enfoncer dans de l'eau, il ralentit et perdit toute sa vitesse avant de terminer sa course aux pieds de Valrod.

Quelque chose bougea près de la jambe de l'étranger et une petite main blanche sortie d'une manche de fourrure, paume tendue en direction de l'archer.

Le sort de froid rampant jeté par l'enfant se manifesta d'abord par une immobilité mortelle qui saisit le chasseur au moment où il encocha sa seconde flèche. Il se figea dans son geste, son arc se gela et la corde céda dans un craquement sinistre, une couche de givre recouvrit tout son corps. Valrod baissa les yeux sur la petite fille qui se tenait à côté de lui, elle expira et baissa sa main.

Elle n'avait pas utilisé la magie arcanique, il s'agissait d'un don divin. Garm ne s'était pas trompé, elle était bien une aurilite.

Lorsque Valrod releva les yeux, l'énorme loup se précipitait vers eux, il piétina l'homme statufié, et bondit devant lui.

– Non ! s'écria l'enfant en surgissant face à la créature arctique.

L'énorme mâchoire claqua devant la fillette sans la blesser.

– Pas lui !

Le loup grogna mais n'attaqua pas. Ses yeux de glace regardèrent Valrod avec une intelligence stupéfiante, pleine de colère et de méfiance. Il donna un petit coup de museau dans l'épaule de la fillette, la faisant chanceler.

– Je vais bien, dit-elle d'une voix plus douce. Ne le tue pas il m'a aidée.

Le loup la contourna lentement et s'approcha de Valrod qui rengaina son épée.

– Il se demande qui tu es, expliqua la fillette au grand homme sombre.

– Je m'appelle Valrod Jarghal, je suis mage d'armes.

Et il inclina respectueusement la tête à l'attention de l'énorme loup blanc. La créature hésita longtemps mais elle finit par renoncer à l'attaquer.

La fillette le caressa, ses petites mains disparaissant entre les longs poils d'argent. Elle sembla chercher quelque chose près de l'épaule de la bête, à un endroit où le pelage était couvert de sang. Ses poignets disparurent entre les poils, et l'animal grogna lorsqu'elle arracha la flèche qui y était plantée.

– Tu n'es pas de Bois Isolé toi, dit la fillette en continuant de fouiller dans la fourrure du loup à la recherche d'autres flèches.

Ce n'était pas une question.

– Non, je ne viens pas de Valbise, répondit quand même Valrod qui avait fait quelques pas en direction du cadavre de Garm Verttertre sous le regard vigilent du loup.

– Tu as un accent bizarre ! Comme l'accent des nains…

Valrod ne répondit rien. Il acheva un chasseur qui respirait encore et trouva une dague étrange sur son cadavre. La lame ressemblait à de l'ivoire et le manche à de la glace. Elle était froide au toucher.

– N'y touche pas c'est à moi ! cria l'enfant. Ces brutes me l'ont prise.

L'étranger revint vers elle et lui tendit l'arme qu'elle rangea dans un fourreau de peau.

– Merci de m'avoir aidée.

Elle se hissa sur le dos du loup des glaces qui n'avait que quelques blessures peu profondes.

– Tu es rôdeuse d'Aurile, c'est bien ça ? demanda Valrod en regardant le petit médaillon en forme de losange et gravé d'un flocon de neige qu'elle portait au cou.

– Oui, c'est bien ça, fit-elle avec aplomb.

– Je ne t'ai pas aidée par charité. Je cherche mon chemin.

Elle tendit le bras vers le sud.

– Marche dans cette direction jusqu'à Bryn Shander, prends un cheval, et quitte le nord.

Un sourire déforma les traits de l'étranger.

– Je vais au le nord.

– Je ne pense pas non, tu n'as pas ta place sur les terres d'Aurile.

– Une gamine n'a pas à décider où je peux marcher, répliqua-t-il sévèrement. Conduis-moi dans le nord, ou tu mourras ici avec ton loup et les chasseurs de Bois Isolé.

Le loup grogna en montrant les dents et fit un pas en avant d'un air menaçant.

– Ysqeroac, non ! cria-t-elle à la bête en tirant de ses maigres forces sur l'épaisse fourrure.

La créature s'arrêta aussitôt, comme si elle n'avait pas vraiment eu l'intension d'attaquer, ce qui sembla étonner la fillette.

– Ne sauve pas les gens pour les tuer ensuite, c'est une perte de temps, fit-elle à l'attention de Valrod, un air farouche sur son joli visage.

– Ce ne sera pas une perte de temps si tu acceptes de me servir de guide.

– Je t'ai déjà indiqué la route.

– Je n'ai rien à faire dans le sud !

– Alors débrouille-toi, je n'ai pas envie de finir comme ton précédent guide.

Elle désigna du menton le cadavre de Garm, puis se détourna de Valrod et murmura quelque chose à sa monture qui partit en direction des bois.

– Je cherche un Temple d'Aurile, la retint Valrod en attrapant son bras.

La fillette plissa les yeux.

– Qu'est-ce que tu leur veux aux Aurilites ?

– Je dois à tout prix rencontrer une Haute Prêtresse. J'ai une question à lui poser.

– Tu vas parcourir le nord en hiver pour poser une simple question à Erêv ?

– Je parcourrais les Neuf Enfers si elle s'y trouvait. La réponse à cette question peut sauver mon peuple.

Elle le regarda fixement. Elle avait un regard acéré, d'un froid limpide, qui semblait plonger directement dans son âme comme seuls les enfants en ont le pouvoir. Son visage s'adoucit imperceptiblement sous les boucles rousses, comme si elle avait trouvé quelque chose de beau dans le visage asymétrique de l'étranger.

Le loup qui avait ralenti, repartit d'un pas rapide, il semblait agacé par la perte de temps. Valrod les suivit. La fillette sourit.

– Très bien. Ysqeroac est d'accord, alors tu peux venir avec nous. Nous rentrons justement au Temple pour fêter Alban Artan, le solstice d'hiver. Voyage avec nous. Mais ne nous menace plus, ça met Ysqeroac en colère… Je m'appelle Ashqante.

*.*.*.*.*

Ils atteignirent les bois et les traversèrent dans la lumière mourante du crépuscule. La fillette s'arrêtait de temps en temps pour ramasser les pantes nécessaires à soigner les quelques blessures du loup arctique.

A la troisième halte, Valrod grimaça d'agacement.

– Ne fais pas cette tête, dit-elle en souriant doucement tout en ramassant des feuilles de laurier. Ça te donne l'air méchant… Au fait, qu'est-ce qui est arrivé à ton visage ? Tu t'es endormi sur une congère ?

Valrod était estomaqué. Les gens ne lui parlaient jamais de son visage défiguré, la plupart n'osaient même pas le regarder. Pourtant la gamine en plaisantait avec autant de facilité que s'ils étaient de vieux amis, et elle le regardait droit dans les yeux sans ciller.

– C'est la magie d'une créature du givre qui m'a fait ça, finit-il par répondre. C'était il y a longtemps.

Elle se redressa.

– Et le sort de glace demeure toujours ? Tu as combattu un loup arctique ?

– Non.

– Quoi alors ?

Valrod ne répondit pas. La fillette n'insista pas.

Elle rangea les feuilles de laurier dans un petit sac en fourrure grossier et remonta sur le dos d'Ysqeroac qui était resté immobile tout près d'eux.

– Que faisais-tu à Bois Isolé si loin de la protection de ton loup ? demanda Valrod en se remettant en route.

Ashqante rougit brusquement.

– Ça ne te regarde pas.

– Si je voyage avec une écervelée qui prend des risques inutiles, bien sûr que ça me regarde.

Elle devint cramoisie.

– Je ne suis pas une écervelée !

– Alors dis-moi ce que tu faisais toute seule à Bois Isolé.

– Je voulais écouter une chanson, lâcha-t-elle en baissant honteusement la tête.

– Quelle chanson ?

– Il y avait une femme avec un bébé. Elle est allée jusqu'au lac pour rejoindre son mari en chantant pour le petit garçon. J'ai dit à Ysqeroac de rester caché et je l'ai suivie pour écouter. Elle ne m'a pas vue bien sûre. Mais au retour j'ai été repérée par les maudits chasseurs de Bois Isolé, ils étaient trop rapides et trop nombreux, je n'ai pas pu m'enfuir.

– Tu as failli mourir pour une chanson, conclut Valrod d'un ton péremptoire.

Et la fillette ne répondit rien, elle semblait gênée et un peu triste.

– Et ta mère à toi, où est-elle ? demanda-t-il de sa voix sèche et râpeuse. C'est après ses chansons à elle que tu devrais courir.

– Elle est morte quand j'étais bébé, c'est Ysqeroac qui m'a sauvée. Il s'est occupé de moi et m'a portée dans sa gueule jusqu'au Temple d'Aurile.

Une ombre était passée dans ses yeux de glace. Valrod resta silencieux un long moment.

– Tu utilises la magie du froid ? demanda-t-elle au bout d'un moment.

– Je combine la magie élémentaire à mes techniques de combat. La magie liée au froid est ma préférée.

– Aurile doit bien t'aimer, dit doucement Ashqante. Elle m'a placée sur ta route alors que cherchais son temple, et Ysqeroac ne t'a pas tué…

– Tu penses qu'il pourrait me tuer si facilement ? demanda Valrod en planta ses yeux noirs dans ceux de la fillette.

– Peut-être pas, concéda-t-elle.

*.*.*.*.*

– Qu'est-ce que tu faisais à Valbise ? C'est seulement la fin de l'automne, les routes ne sont pas encore bloquées par la neige, c'est dangereux de voyage seule par ici.

– Je ne suis pas seule, Ysqeroac est là. Nous avons escorté un troupeau de cerfs blancs. Ils sont rares et menacés par toutes sortes de prédateurs, les chasseurs du Valbise les tuent pour leurs peaux. Alors Aurile les protège. Ysqeroac est moi nous sommes assurés qu'ils atteignent la forêt où ils passent l'hiver sans encombre.

Ils avaient dépassé la forêt de Bois Isolé depuis longtemps et il faisait totalement nuit maintenant. La fillette n'avait pourtant pas encore parlé de faire une halte. Le loup blanc les guidait à travers la toundra gelée sans difficulté et ni lui, ni l'enfant qu'il portait sur son dos ne semblaient incommodés par le froid ou la fatigue. Valrod en était satisfait. Il avait déjà perdu trop de temps à Bryn Shander et à traîner Garm Verttertre à travers les Dix-Cités.

– D'où tu viens vraiment ? demanda la petite d'une voix timide, comme si elle craignait qu'il lui en veuille d'être indiscrète.

– De l'ouest de Faerûn. De l'autre côté du continent, près de la Grande Mer de Glace, mon peuple a des troupeaux sur les Terres de la Horde, dans les grandes plaines des Désolations sans Fin.

– C'est loin ?

– Il m'a fallu des mois pour venir jusqu'ici.

– Tu me parleras de ton pays ?

– Si tu acceptes de me parler du tien.

– Lequel ? Les Dents d'Aurile ? Le Valbise ? L'Epine Dorsale du Monde ? Le Grand Glacier ? Je suis une rôdeuse, tout le nord est mon pays. Partout où Aurile traîne son manteau hivernal, je suis chez moi.

– Alors tu me parleras de tes voyages.

Un rayon de lune se posa sur son sourire quand elle acquiesça.

La bise s'était levée, on entendait ses hurlements sur la toundra gelée, comme une longue plainte lugubre.

– Je peux entendre cette chanson ? demanda Valrod.

– Celle de l'épouse du pêcheur de Bois Isolé ?

– Oui.

Elle marqua une pause et jeta un regard circulaire au paysage morne d'ombres noires, faiblement éclairé par la lumière des étoiles et du dernier quart de lune. Elle écouta le vent à la recherche d'un danger, mais ils étaient seuls dans l'étendue gelée.

Une bourrasque glaciale gifla leurs visages. Puis la voix douce d'Ashqante s'éleva dans l'air froid comme la caresse d'une brise légère sur les lacs du Valbise. Les notes de la chanson étaient simples et belles, lentes et mélancoliques, profondes comme le ciel du nord, pures comme le froid mordant.

Retentit le cor sur Maer Dualdon
Et les bateaux rejoignent le port,
Bascule le soleil derrière l'horizon
Et le vent souffle sur le nord.

A la lueur pâle d'une bougie tremblante
Nous écoutions avec mes frères
Les légendes fabuleuses et effrayantes
Portées par le vent de la mer

Et si mon grand-père nous parlait parfois
Du beau soleil méridional
Les histoires que je préférais, moi,
Etaient celles de ma terre natale.

La vie était dure, et le sort cruel
Nous étions de pauvres pêcheurs
Combattant les monstres, combattant le gel
Bravant du Valbise la froideur.

Pourtant je ne cesserai jamais d'aimer
Notre chaumière au bord du lac
La neige sur les toits de Bois Isolé
Les vieux bateaux au bois qui craque

Et contre rien au monde je n'échangerai
Du Cairn de Kelvin l'ombre grise
Ni le vent de ma terre, le vent de liberté
Qui souffle sur le Val de Bise !

Et la bise qui faisait claquer la cape de voyage de Valrod porta les mots de la chanson longtemps après qu'Ashqante ait fini de chanter. Comme si le Valbise tout entier accompagnait de sa musique la voix douce, enflant le vent d'une beauté insaisissable et bouleversante.

Ils firent une halte quelques heures avant l'aube, ils n'allumèrent pas de feu. Ils dormirent sous un vieil arbre de la toundra tordu par le vent, la fillette contre le pelage chaud du loup, et le mage d'armes enroulé dans sa cape enchantée.

A suivre…

Ecriture achevée le 07/07/2011