Je ne sais pas si le premier chapitre vous a plu mais je poste le deuxième que je n'avais pas prévu à la base.

Bonne lecture!


Lorsque les premiers rayons du soleil éclairèrent leurs visages, ils s'éveillèrent paisiblement oubliant où ils étaient. La seule chose qui comptait à cet instant était qu'ils se sentaient incroyablement bien.

-Bonjour ! Prononça la voix encore endormie du romain.

Il venait d'ouvrir les yeux rencontrant le visage d'Esca tout près du sien. Celui-ci l'observait déjà un demi-sourire sur les lèvres.

-Tu as bien dormi ? Demanda le jeune homme en réponse à son salut matinal.

-Parfaitement.

Ils se fixèrent quelques secondes un évident bien-être inondant leur visage, et se levèrent en chœur afin de préparer les chevaux pour leur départ.

-A combien de temps se trouve le fort ? Questionna Esca en montant sur le dos de sa monture.

-Nous y serons dans la soirée. Répondit Marcus en l'imitant.

Ils chevauchèrent côte à côte toute la journée, se lançant de temps à autre de petits coups d'œil en coin et dissimulant difficilement des sourires fugaces de satisfaction. Ils venaient de passer une nuit des plus agréables et des plus réparatrices. Jamais ils n'oublieraient leurs ébats.

Sans se douter de ce que l'autre pensait ils revivaient chacun dans leur esprit la scène de la veille. Marcus pouvait encore sentir l'odeur et la douceur de la peau du jeune homme contre la sienne, les courbes de son corps et le désir qui l'avait consumait. Alors qu'Esca se rappelait avec euphorie les mains du légionnaire posées sur lui, l'entourant de ses bras puissants et dominateurs.

Bien qu'ils n'évoquèrent à aucun moment le sujet délicat ils n'avaient qu'une idée en tête : goûter de nouveau à ce fruit défendu et se fondre à nouveau l'un dans l'autre afin de ne faire plus qu'un.


Leur arrivée au fort fut fortement acclamée par des soldats désireux de rencontrer celui qui était parvenu à retrouver et rapporter l'emblème de l'aigle. Ils ne le connaissaient pas personnellement mais tous aimaient déjà leur nouveau commandant, Marcus Flavius Aquila, ainsi que celui qui l'accompagnait.

Esca était heureux pour son ancien maître. Il avait regagné l'honneur de sa famille, récupéré le commandement de la neuvième légion réformée, ses hommes l'adoraient et le respectaient, et sa blessure à la jambe était désormais de l'histoire ancienne.

Après un festin bien arrosé en l'honneur des deux héros qui avaient survécu au-delà du mur d'Hadrien, Marcus et Esca prient congés et s'éclipsèrent dans leur appartement d'infortune. Par manque de place le centurion remplaçant les avait informés qu'ils devraient partager la même chambre. Marcus lui avait alors répondu que cela ne posait aucun problème.

-Tu es un héros à leurs yeux. Dit Esca en jetant ses affaires sur sa couchette.

-Je ne suis accueilli comme un héros que grâce à toi Esca. Rétorqua Marcus d'un ton léger.

-Peut-être, mais tu peux être certains que ces soldats te suivront jusque dans la mort quoique tu décides lors des prochains combats.

-Je ferai tout pour qu'il n'arrive pas malheur à ma légion.

-Je le sais. Répondit le breton en s'approchant de lui. Je te suivrai également. Termina-t-il en le fixant droit dans les yeux.

-Merci. Murmura le romain en le dévisageant en retour. Je sais que je peux compter sur toi.

Ne sachant que trop bien ce qui risquait d'arriver s'ils continuaient à se s'observer de la sorte, Marcus se détourna et entreprit de se coucher sous le regard soutenu du jeune celte.

-Bonne nuit Esca. Marmonna-t-il en se débarrassant de sa tunique sans manche. Demain sera une rude journée puisque l'entraînement débutera. Je sais que tu n'en as pas besoin mais tu devrais aller dormir un peu pour être prêt.

-Tu as raison. Bonne nuit.

Esca s'éloigna à contrecœur pour regagner sa couche et s'installa aussi confortablement qu'il le pouvait. Il savait qu'il ne parviendrait pas à fermer l'œil de la nuit sachant Marcus si près de lui. Il chercha malgré tout vainement le sommeil pendant de longues minutes, mais rien ne vint. Il fixa alors un point imaginaire devant lui écoutant la respiration lente et régulière du romain.

Ce dont il ne se doutait pas, c'était que Marcus lui-même ne parvenait nullement à s'endormir, bien trop troublé par le jeune homme qu'il croyait endormi un peu plus loin.

Aquila avait sciemment évité toute approche de sa part avant de s'allonger, ne pouvant accepter l'idée de faire l'amour à cet homme dans ce camp, entourés de soldats qui pouvaient pénétrer à tout moment dans la pièce. Mais maintenant il se sentait énervé et tendu, crispé à l'extrême, ne rêvant que d'une chose : sentir de nouveau la peau nue d'Esca contre la sienne, respirer l'effluve de ses cheveux, et le baiser sur tout le corps. Alors il se tourna et se retourna, soupirant fortement, essayant de penser à tout autre chose. Mais rien n'y fit et il n'entendit pas le breton se lever et s'approcher de son lit.

-Que se passe-t-il Marcus ? Tu ne cesses de remuer.

Le romain sursauta dans son lit et ouvrit grand les yeux en apercevant le jeune homme près de lui.

-Esca ?

-Tu n'arrives pas à dormir ?

-Non. Répondit Aquila en se mettant sur son séant.

-Moi non plus. Avoua le breton.

Sentant le regard d'Esca posé sur lui, Marcus leva la tête et crut lire dans ses yeux, tout le désir qu'il lui inspirait. Il le regarda s'asseoir près de lui et sans protester, il le laissa effleurer sa gorge du bout des doigts. Comme dans un rêve, il le vit baisser la tête pour couvrir son torse de baisers et sentit ses sens s'embraser. Il était tétanisé, incapable de le repousser. D'ailleurs, il n'en avait pas envie. Il ne parvenait plus à réfléchir sainement.

Marcus avait pleinement conscience que c'était de la folie de se laisser aller dans un endroit pareil, mais il ne contrôlait plus rien. Sa volonté lui échappait tout comme son corps qui ne lui répondait plus. Il était devenu la proie palpitante de son ancien esclave qui le parsemait de baisers enfiévrés.

-Es…ca…Tenta-t-il de prononcer le souffle court.

Mais Esca ne l'écoutait pas et poursuivit son ascension sur sa poitrine musclée.

D'un geste machinal, Marcus posa sa main sur la cuisse de son compagnon avant de glisser ses doigts sous sa tunique et de caresser son torse.

-Tu n'es pas en train de jouer avec moi Esca?

-Non, je ne joue pas.

Esca était-il amoureux de lui? Ce désir qui les unissait bien au delà des mots, un même élan de passion...

Sans attendre, Esca arracha presque le pantalon de son amant et commença à effleurer son ventre d'une main douce, contemplant sa nudité parfaite.

Cessant de respirer, le légionnaire se cambra légèrement, posa sa main sur la nuque du jeune homme et lui tendit sa bouche en l'attirant à lui. Esca répondit à son baiser avec ardeur qui dura de longues secondes se serrant plus étroitement contre lui.

Quittant à regret les lèvres sucrées de Marcus il se hâta d'ôter ses propres vêtements pour venir s'allonger tout près de lui sous le drap. Quand il s'empara à nouveau de sa bouche, il crut se fondre en lui tant la fougue qui l'animait était farouche et insatiable. Marcus sentit alors une sourde chaleur s'éveiller dans son ventre et laissa échapper un petit cri de plaisir.

Redoublant de ferveur, Esca se mit à taquiner la pointe de ses tétons de ses lèvres frémissantes tout en posant une main possessive dans le creux de ses reins.

L'esprit et le corps enfiévrés, Aquila ne désirait plus qu'une chose, qu'il prenne possession de lui et l'entraîne jusqu'au paroxysme du plaisir. C'était un besoin vital et urgent. Mais Esca n'était pas encore décidé à lui offrir ce qu'il attendait désespérément.

Le jeune celte abandonna la pointe de ses tétons pour couvrir sa poitrine, son ventre et ses cuisses de baisers torrides. Presque au supplice Marcus attendait la respiration haletante le bon vouloir de son bourreau.

Alors enfin Esca prit dans sa bouche le membre tendu à l'extrême et le caressa avec sa langue d'une façon si voluptueuse qu'il arracha plusieurs gémissements à sa victime. Marcus avait la sensation de devenir fou tant le plaisir imprégnait tout son être l'emmenant dans l'abîme des délices. Jamais il n'aurait imaginé, même dans ses rêves les plus fous connaître une telle joie.

Tout en imprimant un va et vient régulier avec sa bouche et sa langue, Esca caressait le corps tout entier de Marcus qui perdait totalement pied, oubliant la réalité et tout ce qui l'entourait.

-Esca…arrête…je vais…Bafouilla le légionnaire en posant une main sur la tête de son amant.

Esca relâcha la fierté de Marcus et se mit de nouveau à sa hauteur pour l'embrasser violemment. Lorsqu'il prit ses lèvres, Aquila l'embrassa avec la même ardeur, souleva les hanches et s'offrit à Esca dans un total abandon. D'un coup de reins le breton prit possession de lui, lui arrachant un faible cri de douleur qui passa très vite. Heureux de se livrer à cet homme auquel il accordait toute sa confiance, Marcus s'accorda au rythme qu'il lui imposait.

Leurs corps bougeaient à l'unisson dans une harmonie parfaite, comme s'ils étaient faits l'un pour l'autre.

Esca s'étonnait lui-même de l'aplomb dont il faisait preuve. Il avait promis qu'il prendrait les choses en main lors de leurs prochains ébats, et il ne regrettait absolument pas ce qu'il était en train de faire. Il était fou de ce romain, et pour rien au monde il ne serait prêt à l'abandonner.

Ils s'embrassaient avec passion, leurs langues se mêlant et se démêlant, créant un ballet parfait. Esca ondulait de manière parfaite sur le corps du centurion, et leurs mains se cherchaient, se caressaient, s'empoignaient tels deux étaux de fers, comme si leur vie en dépendait.

Emporté dans un maelström de sensations, Marcus sentit qu'Esca accélérait le rythme de son assaut tout en imprimant un mouvement de va et vient sur son membre avec l'appui de son ventre et, brusquement, il fut précipité dans un univers éblouissant qui lui arracha un cri d'extase. Ce ne fut que lorsqu'il rouvrit les yeux qu'il comprit que Esca avait parcouru le même chemin. Haletant, ce dernier pesait maintenant de tout son poids contre son ventre chaud et parsemé de sa semence.

Posant un dernier baiser sur les lèvres entrouvertes du légionnaire, Esca se retira sans un mot, et s'allongea à côté.

-Merci, chuchota Marcus en effleurant des lèvres l'épaule de son compagnon.

Esca se contenta de sourire et ferma les yeux, éreinté mais apaisé. A présent il savait qu'il parviendrait à trouver le sommeil sans difficulté. Mais il ne pouvait pas rester dans le même lit que son amant par crainte d'être découvert par un soldat. Il se tourna vers Marcus qui semblait désormais totalement détendu et, prenant appui sur un coude il se pencha sur lui pour l'embrasser une dernière fois avant de rejoindre sa couchette.

-Bonne nuit Marcus. Dit-il simplement dans un sourire.

-Bonne nuit Esca. Répondit le légionnaire en passant une main douce sur le visage de son cadet.

Leurs yeux restèrent fixés l'un à l'autre durant de longues et interminables secondes.

Quel mystérieux pouvoir Esca avait-il sur lui? Songea Marcus alors qu'un frisson de plaisir le parcourait tant leur regard braqué l'un sur l'autre était fort et profond. Aquila avait la sensation incroyable de se perdre dans ses yeux, et Esca avait bien du mal à abandonner les bras protecteurs de son ami. Il finit cependant par quitter à regret la peau douce et salée de Marcus et regagna son lit.

Le cœur battant, Marcus l'observa en silence, mesurant son attachement pour lui. Ses sentiments s'approfondissaient de jour en jour. Il ne savait pas exactement où cela les mènerait et il ne voulait pas y penser. Il préférait apprécier le moment présent et se fichait de ce que lui réservait l'avenir tant qu'il pouvait rester auprès d'Esca.

Le sommeil les happa en quelques minutes, et sur chacun de leur visage on pouvait voir un léger sourire flotter.


Alors alors alors? Verdict^^