Auteur : forbiddenkisses

Traductrice : Moi

Spoilers : -

Rating : M

Genre(s) : Romance/Drama

Disclaimers : Tout l'univers des Cullen appartient à Stephenie Meyer. L'histoire que vous allez lire appartient à forbiddenkisses. Quand à moi, je ne suis qu'une humble traductrice.

Bêta : Anger-Lola...Merci Elodie!

Notes : Pour ceux que ça intéresse de lire cette histoire en version originale, le lien se trouve dans mon profil.

Je rappelle que vous pouvez désormais me trouver sur Facebook sous le nom de Saw Trombone... Si vous voulez discuter de mes fics ou vous tenir au courant de ma vie :D Vous êtes les bienvenus!


- Chapitre 9 -

-PoV Bella-

James et moi nous étions déjà débarrassés de nos hauts avant même d'avoir passé le pas de la porte de notre petite cabine. Je me sentais bizarre, pas moi-même, comme si je ne contrôlais pas ce que je faisais. Toute mon attention se portait sur James, sur mon désir pour lui. Je ne pouvais pas m'arrêter, je ne pouvais pas ralentir. Tout ce qui comptait c'était que nous étions ensemble. Il me reposa sur mes pieds pour que je sois droit devant lui, et mes mains ne perdirent pas de temps avant de se poser sur son pantalon.


-PoV James-

Sa petite bouche brûlante voyageait sur ma peau nue. J'avais l'impression de me noyer dans les sensations de ses lèvres douces, de sa langue humide, de ses petites dents, et Seigneur, la chaleur. Je la serrai plus fort contre moi et fermai les yeux pour pouvoir me concentrer sur ses baisers, mes mains caressant son dos. Ses doigts tâtonnèrent les boutons de mon jean, mais sa bouche ne s'arrêta jamais. Le son de son cœur battant la chamade tambourinait dans mes oreilles je pouvais le sentir dans ses mains sur ma taille. J'étais sûr que nous allions tous les deux prendre feu si elle ne se calmait pas, si elle ne ralentissait pas, si elle ne respirait pas.

"Bella," grognai-je, mes mains se refermant sur les siennes pour l'arrêter. "Bébé, ralentis une seconde. On a tout notre temps."

Elle ne ralentit pas au contraire, elle tendit son corps contre le mien pour pouvoir atteindre ma bouche, et attirer ma lèvre dans la chaleur de la sienne. Je ne pus pas retenir le grognement qui naquit dans mon torse, pas que ça la dérangea. Elle se pressa encore plus contre moi, un petit gémissement s'échappa de ses lèvres parfaites. Elle allait me tuer. Mais si je devais mourir après tout, ce serait alors le meilleur moyen de partir.

"Bella, attends," insistai-je à voix basse pour essayer de la calmer un peu.

J'étais vraiment inquiet pour son cœur. Je ne l'avais jamais entendu battre aussi fort. Sa bouche avait quitté la mienne pour déposer ces baisers si brûlants sur ma mâchoire et dans mon cou. Je l'entendis glousser doucement contre ma peau avant d'ouvrir la bouche, ses petites dents se pressant contre la peau de mon cou.

Elle ne me fit pas mal, bien évidemment, et elle semblait savoir qu'elle ne devait pas appuyer trop fort au risque de se blesser. Sa bouche était chaude, si chaude, aspirant légèrement la peau qu'elle avait capturée entre ses dents. Je sentis sa langue me caresser, pour me goûter.

Cette sensation m'embruma le cerveau et réveilla ma queue. Cette fois-ci, le bruit qui m'échappa ressemblait plus au grognement d'un animal qu'à autre chose, et normalement, je me serais demandé si ça avait fait peur à Bella, mais je n'étais plus en état de réfléchir. J'arrachai ce qu'il restait de mes vêtements et libérai ensuite Bella de son jean, si vite qu'elle ne put pas suivre mes mouvements.

Je l'attirai contre mon corps, plus brusquement que je n'en avais l'intention et me couchai sur le lit avec elle sur moi. Lorsque je m'immobilisai enfin, ses yeux étaient écarquillés par le choc qu'elle avait ressenti à la vitesse de mes mouvements cette expression disparut rapidement de son visage lorsqu'elle remarqua la position dans laquelle je nous avais mis. Ses yeux se fermèrent alors qu'elle bougeait des hanches contre moi. Lorsque je levai les yeux vers elle, je ne pus pas m'empêcher d'être un peu ébloui par sa beauté.

Ses joues étaient rouges, ses cheveux retombaient follement autour de son visage, ses yeux pratiquement fermés ses lèvres étaient gonflées, rougies par nos baisers, et légèrement entrouvertes alors qu'elle bougeait contre moi. Elle était pâle et fine, mais son afflux sanguin réchauffait son teint. Elle portait la lingerie que j'avais choisie moi-même, la fantasmant sur Bella avant même que je n'imagine qu'elle me laisserait la voir la porter. Bella me submergeait complètement, bien que je détestai l'admettre. Elle embaumait toute la cabine - son sang, son désir, son odeur naturelle. Son cœur battait toujours la chamade. Elle était tout ce que je pouvais voir, tout ce que je pouvais ressentir et tout ce que je pouvais sentir. Elle me consumait.

"Si belle," murmurai-je, sans jamais quitter son corps des yeux. Mes mains caressèrent la peau douce de ses cuisses avant de remonter sur ses côtes, pour finalement caresser ses seins à travers son soutien-gorge. Un large sourire étira mes lèvres lorsqu'elle eut la chair de poule et que ses tétons durcirent pour venir se presser contre mes paumes. Je fermai les yeux et me concentrai sur son cœur, l'écoutant battre et le sentant contre mes mains.

"James." Sa voix n'était qu'un soupir, mais je relevai la tête avec curiosité. Avait-elle voulu mon attention ou avait-elle juste prononcé mon nom comme ça ?

Je reçus ma réponse lorsqu'elle roula des hanches à nouveau, une ombre d'embarras apparaissant des yeux.

"Montre-moi," murmura-t-elle, ses cuisses se resserrant sur moi pour me montrer ce qu'elle voulait dire. "Je veux le faire pour toi."

La frénésie qui l'avait possédée était toujours présente, mais maintenant il y avait quelque chose d'autre, quelque chose de plus fort. Il y avait tellement de tendresse dans ses yeux que mon cœur se serra. Je pris une profonde inspiration et la regardai longuement avant de hocher doucement la tête. Mes mains se posèrent sur ses hanches, caressant sa peau douce.

"Je vais te montrer," acceptai-je. Je ne réalisai même pas moi-même tout ce que j'allais lui montrer.


-PoV Bella-

Une surprenante frénésie m'avait emportée et menaçait désormais de me submerger. Tout ce qui pouvait me sauver était James. Il essaya de me faire ralentir, mais je ne pus pas. J'avais l'impression d'être possédée. Mes actions ne m'appartenaient plus. Je n'avais aucun contrôle. Je ne sais pas ce qui me prit avant même de m'en rendre compte, j'étais en train de lui mordre le cou. Il bougea si vite que tout fut flou, mais lorsque ma tête arrêta de tourner, j'étais sur lui et je pouvais le sentir entre mes cuisses. J'étais perdue, si perdue dans cette sensation... Je bougeai, gigotai, me pressai contre lui pour mon propre plaisir sans même m'en rendre compte. Je savais qu'il y prenait aussi du plaisir. Je le savais à la force de ses mains sur ma peau, la vitesse à laquelle elles bougeaient. Il était si dur contre moi, et j'étais toujours submergée par cette chose étrange qui m'arrivait lorsque j'entendis sa voix dissiper légèrement le brouillard qui embrumait mon cerveau.

"Si belle," dit-il. J'ouvris les yeux et vis l'expression révérencieuse sur son visage. Ses yeux étaient fermés, mais ses traits m'indiquèrent clairement qu'il se concentrait sur quelque chose. Je réalisai, probablement trop lentement, qu'il écoutait mon cœur battre.

Je serrai les dents pour retenir le sanglot qui menaçait de m'échapper, et essayai de résister aux émotions qui me submergèrent lorsque la vérité s'abattit sur moi. Je réalisai à cet instant que j'aimais James. Je l'aimais. Je ressentis du triomphe à l'idée d'avoir trouvé l'amour. Je ressentis du besoin, encore et toujours, le besoin absolu de toucher James, de goûter James, et d'être avec James. Je ressentis de la douleur, tellement de douleur, pour lui, pour Edward, et même pour moi-même. Je les aimais tellement tous les deux, si complètement. J'avais l'impression que mon cœur allait exploser sous la tonne d'amour que je ressentais. Mais mon besoin le plus pressant, en tout cas pour le moment, était de prendre soin de lui. De l'aimer. Je voulais lui donner quelque chose, pour lui montrer à quel point je l'aimais, parce que je ne pouvais pas le lui dire.

"James," soufflai-je, ne voulant pas le déranger. Ne voulant pas faire disparaître l'expression de son visage. "Montre-moi..." Ma voix s'éteignit.

Je ne pouvais pas le lui dire. Je serrai les cuisses autour de lui, et bougeai des hanches. "Je veux le faire pour toi."

Quelque chose changea dans son expression, mais je baissai la tête, regardant son torse, sur lequel mes mains reposaient.

"Je vais te montrer," répondit-il. Ses mains se posèrent sur mes hanches, et j'entendis à peine le tissu craquer lorsqu'il arracha ma culotte pour que plus rien ne nous sépare. Ses mains me guidèrent, me baissant sur lui. La gravité nous aida, et une fois qu'il fut complètement en moi, je ne pus pas m'empêcher de gémir, d'arquer le dos et de serrer mes mains sur son ventre.

"Seigneur, Bella," grogna-t-il, et je me penchai sur lui, mes cheveux tombant comme un rideau autour de mon visage.

"Montre-moi," répétai-je, en plongeant mes yeux dans les siens. Il me sourit par réflexe et je sentis mon estomac faire un bond. Ses yeux brûlaient d'intensité, alors qu'il posait ses mains sur mes hanches pour me guider, des petits bruits appréciateurs lui échappant occasionnellement. Le rythme qu'on prit fut lent comparé à ce qu'on avait fait avant, mais tout aussi intense, voir même peut-être plus.

Je ne sais pas combien de temps on resta comme ça, à bouger plus lentement qu'on ne l'avait jamais fait, à se dévorer des yeux. Je sentis mon coeur s'emplir de tout l'amour que je ressentais pour lui, tout en essayant de ne pas donner trop d'importance aux émotions que je reconnaissais dans les yeux de James. Ses mains tombèrent de mes hanches, s'enroulant autour de mes cuisses pour sentir mes muscles se contracter alors que je lui faisais l'amour.

C'était trop - trop de sentiments, trop d'émotions. Avant, on avait toujours plaisanté, on s'était taquiné, histoire d'alléger la tension. Maintenant, on le... ressentait juste. On s'abandonna. Je ne détournai pas les yeux des siens j'essayai de lui communiquer tout ce que je ressentais avec mes yeux et mon corps. Je me contractai autour de lui en augmentant graduellement la vitesse.

Je vis les muscles de son corps commencer à se tendre, ses yeux se plissèrent lorsqu'il me regarda. Ses mains se serrèrent sur mes cuisses alors qu'il prenait le contrôle, s'enfonçant en moi avec force. La pièce sembla vibrer sous la force de ses grognements avant qu'il ne ferme les yeux et rejette la tête en arrière lorsqu'il jouit, ses mains me créant des hématomes. Il continua à bouger en moi, me remplissant de son essence.

Ses yeux s'ouvrirent, se plongeant à nouveau dans les miens ses coups de reins étaient puissants, profonds, décidés et je répondais à-coup par à-coup. Lorsque je fermai finalement les yeux pour me concentrer sur la sensation de son corps dans le mien, je crus l'entendre murmurer, 'Je t'aime.'

Ce fut tout ce qu'il fallut pour me faire jouir.


-PoV James-

Quelques instants plus tard, je roulai sur le côté et attirai le corps de Bella contre le mien. Mon esprit tournait à cent à l'heure, j'étais inquiet qu'elle ait entendu ma petite déclaration. J'étais frustré, en colère après moi-même mais je ne pus pas m'empêcher de sourire en entendant les murmures fatigués de Bella alors qu'elle se pressait contre moi. Son visage rayonnait pratiquement, ses joues étaient toujours aussi rouges, sa bouche étirée en un petit sourire. Elle me regardait les paupières lourdes. Apparemment, elle luttait contre le sommeil, mais je ne savais pas si c'était parce qu'il faisait encore jour dehors ou pour une autre raison.

"Dors, Bella. On a tout notre temps," lui assurai-je en effleurant ses paupières pour qu'elle ferme les yeux.

"Très bien, tyran," me taquina-t-elle d'une voix douce. Je pouvais clairement voir qu'elle ne pourrait pas résister encore longtemps au sommeil.

Je regardai son visage en souriant légèrement. Alors que je la regardai, elle entrouvrit légèrement un oeil pour me regarder.

"Oups," marmonna-t-elle avant de me faire un large sourire et de refermer les yeux.

"Dors," grognai-je avant de me pencher pour pouvoir l'embrasser. Ses lèvres s'entrouvrirent, son souffle accéléra, et le baiser devint plus profond que je ne l'aurais voulu.

Au bout de quelques instants, je me reculai et rigolai doucement. "Dors, fauteuse de troubles," lui soufflai-je à l'oreille. Je ne manquai pas le frisson qui secoua son corps. Je rigolai à nouveau et resserrai ma poigne sur elle, avant d'attendre que son souffle s'apaise.

Alors qu'elle dormait, je fermai les yeux et écoutai le rythme régulier de son souffle, les battements puissants de son corps. La pluie tombant sur la fenêtre. Je me concentrai sur ces bruits comme si ma vie en dépendait. Ça m'aida à ignorer le fait que j'étais tombé amoureux d'Isabella Swan.


-PoV Bella-

James et moi étions sous le porche de notre cabine. Assis ensemble, je glissai mes doigts entre les siens avant de baisser les yeux vers nos mains. Souriante. Laissant mon amour pour lui me remplir, me réchauffer de l'intérieur. Son visage se tourna vers le mien et ses lèvres bougèrent. "Je t'aime, Bella," me dit-il avec un large sourire. Je hochai la tête et me tournai pour l'embrasser légèrement.

"Je t'aime, James."


-PoV James-

Je serrai Bella pour profiter de la chaleur émanant de son corps alors qu'elle se pressait contre moi lorsque j'entendis son rythme cardiaque accélérer. Elle rêvait... J'avais remarqué qu'elle était une rêveuse vocale. Chaque nuit dans la cabine elle parlait dans son sommeil. La plupart du temps, ce n'était que des marmonnements incohérents. J'avais entendu mon nom, celui d'Edward. Elle disait non. Elle disait oui. Je n'avais jamais entendu rien de vraiment intéressant. Au lieu de ça, je me concentrai sur son rythme cardiaque en souriant.

"Je t'aime, James." Sa voix était rauque de sommeil, étouffée par mon épaule.

Je me figeai et mes bras se serraient autour d'elle. Je ne m'étais pas attendu à ça.

Ce n'était qu'un rêve, me dis-je. Pas que je ne voulais pas que ce soit vrai, si j'étais complètement honnête avec moi-même. J'enfouis mon visage dans ses cheveux et inspirai profondément. Je me concentrai à nouveau sur son rythme cardiaque alors que ses mots résonnaient dans mes oreilles. Si elle m'aimait vraiment...alors ça changerait complètement le jeu. J'imaginai ce que serait ma vie si Bella m'aimait. Je la serrai doucement contre moi, la rapprochant autant que possible de mon corps. Pour la toute première fois, je laissai tomber mes murs. Je me laissai ressentir mes émotions.

"Je t'aime aussi, Bella," murmurai-je dans ses cheveux. J'en pensais chaque mot. J'espérais qu'elle ne m'avait pas entendu. J'espérais qu'elle m'avait entendu.


[Mode Saw-v2 ON]

Vous voulez la suite ? Moi, je veux des reviews... Vous savez ce qu'il vous reste à faire !

[Mode Saw-v2 OFF]