Et me voici de retour après une très longue absence avec une nouvelle traduction: The Plan, en français Le Plan (jusque là pas trop dur! lol)

Attention j'annonce la couleur:

Fic de 73 chapitres + un extrait à ce jour

Les longueurs de chapitres varient de quelques lignes à 2 ou 3 pages Word. La fic entière fait une centaine de page Word.

J'ai aimé l'écriture au présent et rythmée heure par heure selon les événements.

J'ai plusieurs chapitres d'avance dans la traducion donc j'espère pouvoir poster le plus régulièrement possible.

Bon je vous laisse à votre lecture et n'oubliez pas la petite review en bas pour me dire ce que vous en pensez!

Le disclaimer habituel:

S Meyer détient Twilight et QuantumFizzx est l'auteur de The Plan. Je n'en suis que l'humble traductrice.


Prologue

Jour d'emploi: 372… 381… peut-être 495…et quelque. Ils se mélangent tous.

2:00

Champagne: J'en suis couverte.

Pétales: Jonchent ma chambre entière.

Porte du balcon: Ouverte.

Chambre: Congelée.

Mamelons : Probablement assez durs pour percer ce caraco en soie.

Mon cœur : Qui peut bien savoir à ce point ?

Les rideaux s'ouvrent en voletant. Ce n'est pas la brise. C'est lui. Il pénètre dans la chambre, en regardant ses propres pieds bouger. Il ressemble à peine à l'homme qui fait pleurer les hommes adultes, qui troc les vies et les moyens de subsistances comme des marchandises à un marché aux puces, sur qui j'avais fantasmé pendant plus d'un an.

Ses cheveux sont lisses et sombres et goutent de champagne. Une seule boucle épaisse s'échappe, se retournant en avant alors qu'il ratisse ses doigts à travers. Son regard ne quitte jamais le sol.

"Dis moi juste pourquoi." Murmure-t-il, à peine audible par-dessus la rue plus bas.

Tous les instincts en moi crient de courir à lui, d'enrouler mes mains autour de lui, de me perdre dans son touché… dans lui.

Mais, je ne ferais pas ça. Me perdre.

Tout cela a été un faux-semblant.

"Tu ne me connais pas," dis-je aussi doucement que je le peux, comme si pour la première fois je considère que j'ais besoin d'être douce, qu'il doit en fait être fragile.

Sa tête se relève et ses yeux – oh, Dieu ses yeux! – ils nagent, un tourment flou tourbillonne dans leurs profondeurs.

"Comment peux-tu dire ça? Après tout… après tout ça?"

"Ce n'est pas moi. Je ne suis pas ce que tu crois que je suis."

"Tu es tout ce que je veux." Il bouge vers moi. Je bouge deux fois plus loin.

"Edward, je ne suis pas qui tu crois que je suis. Je suis une menteuse. Et je ne peux pas être ce que tu veux."

~ Le Plan ~

Jour d'emploi: 367

Il n'a pas remarqué.

Pas même un bip sur son radar.

Pas que je trouve ça choquant.

Le moins du monde.

J'avais été totalement invisible depuis que j'avais commencé. Je n'attendais pas vraiment une quelconque reconnaissance de mon anniversaire.

A présent officiellement, j'avais franchi le seuil de nouvelle embauchée à vétéran avec peu de fanfare. Par "peu" je veux dire aucune. Je ne ressortais même pas d'une foule de visages neufs à présent.

Donc, je change ça. Je me change.

Son radar ne sera plus longtemps sans bip.

Demain, je recommence. Je n'attends pas de lui qu'il me remarque aujourd'hui. C'est un processus. J'ai un plan.