Note des auteurs : Nous arrivons enfin au « duel » des deux violonistes. Je leur ai donné un nom et en ai fait les sœurs de Ceol, pour le plaisir. Je ne fais qu'éditer ce chapitre pour lui rendre la place qui lui est due car c'est mon amie (dont le nom de peut être révélé) qui a écrit ce chapitre. Alors amusez-vous !


Note de la traductrice : Cette histoire appartient à « lindsey and marie enterprises » et le spectacle à Michael Flatley, moi je ne fais que traduire...

Concernant la fic, le mot du jour est bien sûr : Excentricité.

Bonne lecture à vous :


Feet of Flames

Chapitre 5 : Duelling Violins (Duel aux Violons)

- Hé, Ceol.

John appela le grand danseur qui se retourna.

- Oui ? Demanda-t-il faisant face à son ami.

- Vas-tu venir aux Feux de Danse (1), ce soir ? J'ai entendu dire que tes sœurs allaient effectuer un de leurs fameuses performances.

Ceol sourit. Ses sœurs, Veidhlin et Fidil, étaient renommées partout pour leur habilité au violon. Elles étaient d'ailleurs aussi bien connue à la fois pour leur talents prodigieux et pour la couleur unique de leur violon.

- Eh bien, je vais venir maintenant !

John sourit puis ouvrit le chemin à Ceol afin de rejoindre la zone d'effervescence.

Ils arrivèrent juste au moment où les maîtres de maison « baissaient les lumières », lesquels en réalité avaient simplement éteint quelques lampes. Fidil, avec son pantalon noir et son haut flottant dans le dos, mis un peu de colophane supplémentaire sur son archet vert, puis monta sur scène. Elle joua la première partie sur son violon vert dans une douce perfection. Veidhlin, avec sa robe noire qui lui arrivait jusqu'aux genoux, et son violon bleu, monta de l'autre côté de la scène, s'harmonisant à sa sœur.

Puis, lorsque le public pensa qu'elles touchait à la fin du morceau, les filles se firent face et un sourire se déploya sur leur visage.

C'est ici, pensa Ceol pour lui-même. Fidil commença d'abord lentement et en douceur puis ensuite pris de la vitesse. Veidhlin vint la rejoindre dans son dos, sans ralentir le moins du monde, les filles se rassemblèrent au centre de la scène lorsque la musique décolla.

Comme elles arrivèrent à une interruption, les pieds des deux filles commencèrent à battre la mesure afin de garder le rythme. Bientôt le public commença à applaudir, Ceol étant l'instigateur de ce mouvement. Puis les filles marchèrent vers le devant de la scène face à la foule avec leur violon pour que les spectateurs les plus lointain n'en perde pas une miette. A un moment, Fidil s'arrêta un instant, ce qui donna à Veidhlin un petit solo dans le mouvement de musique suivant. Puis elle sauta vers l'arrière, les doigts des filles et leur archets volèrent à quelques centimètres de leur visage respectif.

Leurs doigts semblait impliquer un entraînement sévère mais leur visage, rayonnant de pur délice, racontait une toute autre histoire. Face à la foule pour la dernière fois, les filles jouèrent un dernier mouvement qui semblait sans fin. Une des cordes de l'archet de Fidil en vint même à lâcher tant elle jouait avec vigueur tout comme sa sœur. Enfin, les filles terminèrent leur prestation sur une note staccato (3). Elles se sourirent l'une l'autre pendant que la foule hurlait d'admiration.

Quand les applaudissements s'apaisèrent, Ceol donna un coup de sifflet. C'était un son particulier que seule les membres de sa famille avait appris. Dés que le son atteint les oreilles des deux interprètes, elles tournèrent net leur tête dans la direction d'où le son provenait. Elle le coursèrent à travers la foule.

- Ceol !

Elles crièrent arpès tout en sautant sur leur frère. Il rit avec joie, retournant leur étreinte.

- Vous avez toutes les deux fait un malheur. Sourit-il. Je pense que c'est la meilleur prestation que j'ai jamais entendu de votre part.

- Eh bien, Ceol. Répondit Veidhlin. C'est parce que tu ne nous avais encore jamais écoutée jusqu'à présent.

Le trio se mit à rire tout en mettant le cap vers le camp depuis le pub, leur musique faisait encore écho dans la vaste salle et semblait suivre le sillage des deux musicienne, se tordant et se tournant à travers les arbres.

Fin du cinquième Chapitre


Note de la traductrice : Une confrontation d'un tout autre genre, vous attend dans le prochain chapitre. (J'ai pas encore fini de traduire le chapitre suivant. Donc la suite de l'annonce attendra. ^^ ) Alors ne ratez pas la suite de « Feet of Flames ». A bientôt !


NOTES du Chapitre :

(1) les termes exactes en anglais : the Dancing Fire

(2) les termes exactes en anglais : « dim the lights »

(3) Terme d'interprétation instrumentale (ou vocale) qui indique que les notes doivent être exécutées nettement détachées (avec des suspensions entre elles). On accentue le changement de note en piquant, en écourtant la note ; pour les instruments à cordes, on fige l'archet sur la corde.