Bonjour :)

Voici le second texte, le mien cette fois-ci. J'espère qu'il vous plaira !

Niveau cohérence, je place mon entretien en début de saison 4, juste après le premier épisode

Le costume évoqué est un cosplay de ma Bêta : Kairi dans Kingdom Hearts 2


« Dis Caleb, tu travailles sur quoi là ? »

Ledit Caleb relève la tête, pose avec une très grande délicatesse la fiole sur la paillasse, puis relève ses lunettes.

« La potion du patron.

- Non, tu cèdes à son chantage finalement ? S'étonne Hyppolite, haussant les sourcils.

- On peut dire ça comme ça… Ricane le scientifique avec un sourire qui n'augure rien de bon.

- Sans blague, tu vas vraiment lui redonner des pouvoirs ?

- Oui, j'ai réussi à refaire entièrement la formule, d'ailleurs c'est presque prêt.

- Je vais prévenir les agents de surface, qu'ils préparent le karcher. Lance Hyppolite en s'apprêtant à partir, l'air faussement navré.

- Tu sais Hyppolite, je n'ai jamais précisé que tous les pouvoirs s'y trouvaient à part égale ... »

Le DRH se retourne d'un coup, très intéressé.

« Et ?

- Et bien il se pourrait que - par le plus grand des hasards !, le pouvoir de Déborah prenne le dessus sur tous les autres… sans possibilité de le contrôler… Explique Caleb.

- Non ! Souffle Hyppolite, un début de sourire sadique étirant ses lèvres. Ca durera combien de temps cette fois ?

- Il est fort possible qu'elle fasse effet un peu plus longtemps. … Une semaine … peut-être deux, qui sait ?

- C'est…

- Mr Kurtzmann, votre rendez-vous de neuf heures vous attend dans votre bureau. Lance une voix dans le haut-parleur.

Le DRH soupire de déception en imaginant la légion de boulets en puissance qui va encore défiler dans son bureau pour la journée alors qu'il pourrait assister au spectacle de Trueman prenant la potion. Mais cela ne l'empêche pas de se tourner vers son collègue avec une excitation difficilement contenue.

« Dis Caleb, tu m'attends hein ? Tu ne le lui donne pas sans moi ? Je ne veux surtout pas manquer ça s'il te plaît attend mon retour ! »

L'employé aux ressources humaines semble se retenir de sauter de joie lorsque le scientifique acquiesce, et c'est d'une humeur étonnamment joyeuse qu'il se dirige vers son bureau.

Mais son sourire fond très vite en voyant la jeune fille assise en face de son bureau. Des cheveux rouges vif ! Une minirobe rose et blanche ! Clairement cette fille s'est trompée d'endroit, et il ne va pas lésiner sur la méchanceté pour la virer de son bureau. C'est qu'il a une expérience sur le feu !

Affichant toutefois un visage le plus neutre possible, c'est-à-dire petit sourire sadique et sourcil relevé en une interminable moue méprisante, il s'assoit à son bureau et s'apprête à pratiquer son sport favori : le lynchage des rebuts de l'inhumanité.

« Bonjour monsieur. » Dit la gamine en regardant un point derrière l'épaule de son interlocuteur.

Celui-ci, pensant que le patron arrive peut-être, se retourne, mais non, rien. Déjà exaspéré, il reporte son attention sur la postulante.

« Cela dépendra de vous. Jette-t-il. Vous êtes… ?

- Venue pour un entretien. Dit-elle en esquivant la question. Je désire devenir une Super-Vilaine. J'ai entendu dire que votre entreprise était en grand sous-effectif depuis quelques mois. Alors je me suis dit que je pourrais peut-être tenter ma chance.

- Je vois que vous êtes bien renseignée. Constata le DRH, à moitié étonné, mais toujours cassant.

- Oh vous savez, ce n'est pas vraiment un secret d'état. Les affrontements de Super se font rares en ce moment, et votre patron fait profil bas, alors ce n'est pas bien difficile à comprendre.

- Je vois…

- Mais c'est étonnant ! Comment une si grande entreprise peut en arriver là ? Vous recrutez les plus puissants Super, tout le monde a toujours été satisfait de votre travail ! Vous avez vraiment dû faire face à des évènements terribles pour en arriver là…

- Ces derniers temps n'ont pas été de tout repos en effet. Admet le recruteur.

- Oui j'imagine. Les temps sont durs, y compris pour les Super.

- …

- … »

Les deux interlocuteurs se regardent sans dire un mot, puis devant le sourire en coin de la postulante, le responsable des candidatures spontanées fronce les sourcils et se rend compte combien ils se sont éloignés du sujet principal.

« Ecoutez, si vous êtes là pour me faire perdre mon temps, vous savez où est la porte ! J'ai du travail moi, des choses à faire, bien plus importante que de parler avec une gamine des secrets de notre entreprise, compris ?

- Euh oui, désolée. Couine la fille, apeurée devant le regard de tueur qu'il lui envoie.

- Bien, reprenons. Je vous donne cinq minutes, pas une de plus, pour m'expliquer en quoi vous pensez pouvoir nous intéresser. Mais je vous préviens, encore une digression de ce genre et le contenu de votre crâne ira tapisser le mur, C'EST CLAIR ?

- Limpide monsieur, limpide ! Alors euh … mon nom de Super, c'est Floodgirl…

- Pardon ? Floodgirl ? Répète-t-il, plus que sceptique, les doigts crispés sur son stylo.

- Oui, c'est ça. Et mon pouvoir, c'est de parler tout le temps sur des sujets très divers. »

A ce moment, un bruit de craquement retentit. Sous la force exercée par la main qui le tenait, le stylo s'est brutalement brisé, envoyant des morceaux de plastique partout dans la pièce.

Hyppolite se penche et saisit son interlocutrice à la gorge, imaginant visiblement déjà avec délice les tortures qu'il pourrait lui infliger.

« Si vous ne sortez pas de ce bureau dans la seconde, je ne réponds plus de rien.

- Je ne … suis pas … comme Soulegirl ! Suffoque la candidate, virant déjà au bleu. Mon pouvoir … pourrait … vous être … utile. »

Il relâche lentement son interlocutrice et revient sur sa chaise, en la tuant du regard, mais décidé à faire preuve de bonne volonté… ou du moins essayer un peu. Juste un peu.

« Vous connaissez cette … erreur de la nature ? Lâche-t-il du bout des lèvres.

- Malheureusement oui, à cause d'Internet. Lui apprend amèrement Floodgirl. Sur les forums son pouvoir interfère légèrement avec le mien…

- Admettons. Et en quoi votre … pouvoir pourrait se révéler utile ?

- L'une des règles les plus importante, commence-t-elle, d'une voix étrangement monocorde, consiste à toujours laisser gagner les Super-Héros, mais en faisant semblant avant d'être en position de supériorité, ce qui leur donne après nous avoir vaincu beaucoup plus de prestige que s'ils avaient dès le début semblé plus fort, n'est-ce-pas ?

- Continuez…

- Pour cela, les Super-Vilains se mettent toujours à faire de longs monologues lorsqu'il semble évident qu'ils ont gagné, ceci pour donner le temps au héros de reprendre des forces et de faire une attaque surprise.

- Je vois que vous avez au moins pris la peine d'étudier les règles de l'entreprise. Constate le D.R.H. qui regrette un peu moins de ne pas l'avoir vraiment étranglée.

- C'est normal, je voulais savoir dans quoi je m'engage. Mais très franchement, tous ces beaux discours, ça ne trompe plus personne. Aucune originalité, tout le monde peut se rendre compte que c'est mis en scène, à moins d'être vraiment très naïf. Et c'est là que mon pouvoir peut se révéler utile : je parle, mais pas façon monologue organisé. Mes digressions se font de manière tout à fait naturelle, sans que personne ne s'en aperçoive. Je ne parle pas pour ne rien dire, pour me venter de ma puissance ou pour humilier le héros, mes sujets de conversation sont intéressants et viennent naturellement.

- Vous voulez me faire croire que personne ne s'en rend compte ? Lance le responsable du recrutement.

- Vous êtes intelligent, n'est-ce pas ? Vous êtes loin d'être quelqu'un de naïf.

- Ce n'est pas en flattant mon égo que vous ressortirez d'ici vivante.

- Pourtant je vous signale que vous-même n'y avait pas fait attention. Signale la fille avec un léger sourire amusé. Vous avez marché tout à l'heure, sans vous apercevoir de quoi que ce soit. Peu de temps, certes, mais si vous, vous ne vous en apercevez pas, imaginez un peu ce que je peux faire avec les autres, tous ces héros, qui sont franchement loin d'être des lumières, mentalement parlant.

- Ma foi, vous n'avez peut-être pas tord… Admet-il, toutefois encore sceptique.

- Malheureusement il s'agit là de mon seul pouvoir, donc je ne peux être que l'acolyte d'un vrai Vilain, mais cela apporterait une touche de subtilité et donc de crédibilité.

- Certes. … Je ne vois pas vraiment quoi vous reprocher, votre pouvoir est inhabituel mais pourrait empêcher une certaine lassitude chez les antagonistes. Ce n'est pas essentiel, mais apporterait un petit supplément. Cède le D.R.H. Bon, vous n'avez qu'à signer ici. »

Floodgirl prend la feuille et la pose sur le bureau, puis la déplace légèrement pour être à l'aise afin de signer.

« Qu'est-ce que c'est ça ? »

La jeune fille suit le regard de son interlocuteur et blanchit soudainement.

« R-rien du tout ! » Répond-elle vivement avec un air faussement innocent.

Elle déplace une nouvelle fois la feuille pour cacher ce qu'il a vu, mais le directeur des ressources humaines repousse vivement le contrat et se saisit de la petite feuille dissimulée en dessous.

« Des notes ? Ce sont des notes ? »

Il pose vivement la feuille sur le bureau, manquant de renverser sa tasse par la même occasion.

« Vous pouvez m'expliquer pourquoi VOUS AVEZ BESOIN DE NOTES ?

- Je … je …

- Mais encore ? Siffle-t-il froidement.

- Je suis … très timide … alors quand je parle avec quelqu'un … quand je parle avec quelqu'un je bafouille … j-je bégaie … je ne sais plus quoi dire … alors il me faut des notes à lire … Vous comprenez ?

- Et quand vous serez en plein cœur du combat, vous comptez sortir vos notes ? Railla le D.R.H.

- Si ça ne se voit pas…

- Je vous donne trois secondes, trois, pour déserter ce bureau. Au-delà, je ne garantie pas votre survie…

- Mais je … »

Sa main plonge dans un tiroir.

« S'il vous plaît ! »

Un bruit métallique inquiétant s'en élève.

Sans attendre elle se lève d'un bond et se précipite hors du bureau, mais pas assez vite pour ne pas entendre les coups de feu tirés en sa direction. Elle se réfugie dans un espace vide, les larmes aux yeux, se mordant la lèvre. Il vaut mieux attendre que ce type se calme avant de tenter de sortir du bâtiment.

Tremblante, elle regarde autour d'elle à la recherche de quelque chose à boire, ayant bien besoin d'un petit remontant après toutes ces émotions. Elle voit alors un récipient sur une étagère, remplit d'un liquide jaune. Ne prenant même pas la peine de goutter du bout des lèvres, elle boit le contenu d'un coup, au moment où la porte derrière elle s'ouvre d'un coup.

« Oh merde ! Non pas encore ! » S'exclame Caleb, voyant une fille qu'il ne connait pas boire le résultat de plusieurs mois de recherche intensives et éprouvantes.


Et voilà pour le mien XD

Normalement il n'y en aura pas d'autre, à moins que l'un de nous ai une soudaine inspiration, mais ce n'est pas prévu au programme pour le moment.

Vive la Flander's

Vive Hyppolite

Bye!