Salut voici la correction du chapitre 1 je remercie Sabou pour les corrections.

Enjoy )

Chapitre 1 : un rêve peut en cacher un autre

Je suis rentré !

Shirogane, bienvenue à la maison !

Après avoir enlevé ses chaussures, le nouveau venu releva sa tête et sourit face au brun. Ledit brun détourna la sienne laissant apparaître quelques rougeurs d'embarras sur son visage. Subitement, Shirogane attrapa le brun et l'embrassa amoureusement.

Je vois que mon très cher mari m'attendait, remarqua Shirogane, à la fin du baiser.

En même temps, si je le fait pas, tu vas me souler toute la soirée, se défendit le lycéen.

Eh bien, Akira-kun mérite une petite récompense.

Sur ces mots, il commença à s'accaparer le cou du jeune homme avec ses lèvres. Alors que les mains s'occupaient déjà à défaire la chemise que portait le jeune homme.

Shi… Shirogane pas… Maintenant, le… Le re… Le repaaas, gémit-il sans vraiment le vouloir alors qu'il essayait, tant bien que mal, de se dégager de son emprise.

Akira-kun…

Naaan… Pas maintenaaannt.

Akira-Kun.

Ahhhh…

Splash

Ahhhh ! MAIS ÇA NE VA PAS !

Le jeune homme regarda autour de lui pour finalement tomber sur une jeune fille. Il fit vite l'addition de la situation. Lui, trempé jusqu'aux os. Elle tenant un sceau vide d'où quelques gouttes d'eau s'échappaient encore. Il comprit qui lui avait renversé l'eau glacée sur la tête, le réveillant brusquement et mettant fin à son début d'érection (un rêve pareil… vous vous attendiez à quoi ?)

Si, j'allai très bien même. Enfin, jusqu'à ce que tu décides de ne pas venir nourrir les cochons avec nous, hurla une jeune fille brune, qui d'ailleurs lui rappelait vaguement quelqu'un au jeune homme. Et soudain, il eu un flash !

Aya ? Mais qu'est-ce que tu fous chez moi… Je sais, Shirogane t'a ouvert, s'écria-t-il surpris mais tout de même content.

Akira, répondit désespérément la conseillère de discipline, tu n'es pas chez toi mais chez la tante de Kengo. Haruka n'a pas pu venir, il avait du travaille et Shirogane est déjà dehors en train d'encourager Kou et Kengo qui labourent le champ.

… Bonne nuit, dit Akira en rattrapant sa couette.

AKIRA !

Après un orage, un passage à la salle de bain pour se soigner et un petit-déjeuner bien mérité, Akira sortit à l'extérieur (la bosse qu'il avait sur le front était le résultat de son refus face à Aya et une future menace s'il faisait grève). C'est ainsi qu'il aida Kengo et Kou-nii dans le dur boulot qu'était le labourage.

Je veux un B, je veux un O, je veux un N, je veux du Bon Boulot, criait Shirogane à tue-tête en tenue de pom-pom girls.

MAIS TAIS-TOI ET PUIS D'ABORD, POURQUOI TU BOSSES PAS ? hurla Akira au bout d'une heure, ce qui fait à peine trois minutes pour les gens normaux (ou presque.)

Mais Akira-kun, c'est parce que je ne peux rien toucher sans user trop d'énergie et devoir disparaître à jamais. D'ailleurs Akira-kun mérite une petite récompense, termina-t-il en se rapprochant dangereusement du lycéen après avoir réfléchit quelques instants.

Celui-ci se rappelant exactement de son rêve, il n'avait juste pas eu le temps d'y réfléchir depuis son réveil brutal, devient écarlate et s'exclama

Ne m'approche même pas !

Mais il faut bien qu'Akira-kun ait une récompense, non ?

NON !

Hurla ce dernier avant de détaler à toute vitesse vers le bois avoisinant. Après cinq minutes de course qui n'avait servit, au final, à rien, il stoppa sa course effrénée dans une clairière.

Aya va me tuer…

Ok, il regrettait un peu certes, mais il avait ses raisons, purée !

Alors il s'assit et commença à réfléchir (oui, tout le monde en est capable) à son rêve. Oui, cela paraissait incroyable mais en même temps si peu… Bon dit comme ça, c'est bizarre mais il ne s'était jamais vraiment intéressé aux filles et encore moins aux hommes. C'est pourquoi il n'avait jamais ressentit un truc comme pareil. C'était comme si son cœur s'envoler quand il voyait « cette chose » (Shirogane pour ceux qui n'ont pas pigé.)

Quand il s'approchait trop, Akira se sentait rougir, perdre l'équilibre et ses moyens. Quand il lui faisait des câlins, il avait limite une érection et quand il pensait à lui (comme maintenant) une petite voix chantait « Quand il me prend dans ses bras, il me parle tout bas, je vois la vie en rooosee ! » d'ailleurs, il aurait bien aimé que cette voix s'arrête parce qu'il n'était pas fan d'Edith Piaf.

D'accord, à par l'érection, il avait les mêmes réactions qu'une collégienne face à son premier amour, les mêmes pensées qu'une collégienne face à son premier amour (à savoir : mais c'est vrai qu'il a de très beaux cheveux) et le pire, la seule chose qu'il ne supporterait pas longtemps, c'était qu'il avait les mêmes questions idiotes qu'une collégienne face à son premier amour (à savoir : est-ce qu'il m'aime aussi ?)

Il baissa sa tête sur son torse pour voir si une poitrine n'avait pas poussé pendant son raisonnement. Non. C'était toujours ça de gagné. Après avoir trouvé le bouton stop de « je vois la vie en rose, » il conclut qu'il était amoureux d'un type bizarre, mystérieux, con, sexy, beau gosse… Euh il s'égarait.

Merde… Pourquoi je suis tombé amoureux d'un agresseur sexuel, se lamenta notre cher brun.

Qui est cet agresseur sexuel ?

Shirogane…

Bien sûr, qui d'autre ! Et depuis quand tu l'aimes ?

J'en sais rien, j'm'en suis rendu compte dans mon rêve, continua-t-il d'expliquer croyant se parler à lui-même.

Et tu l'as fais quand ton rêve ?

Hier soir.

Et il parlait de quoi ?

Bah en gros, j'étais une femme au foyer et j'attendais que Shirogane arrive, puis comme il était content que je l'ai attendu, il m'a embrassé et…

Et ? dit la voix pleine de sous-entendu et de curiosités.

Et Aya m'a réveillé avec un putain de seau d'eau de mes…

Bam

Aïe !

Débile, ne gâche pas tout avec tes gros mots, dit Aya sur un ton de reproche.

Aya !

Elle même ! répliqua-t-elle

C'est à toi que je parlais !

Ouaip.

Mais… Mais…, dit Akira en mode chibi avec des yeux larmoyants.

C'est bon, je dirais rien, le rassura-t-elle avec un clin d'œil.

Oufff, souffla le brun.

À une condition, il se raidit et craignit de ce qu'elle allait lui faire subir.

Tu te rappelles de Kanzaki ?

Ouais, vaguement.

Eh bah elle est amoureuse de Kengo !

Hein ? Mais Kengo m'a dit que c'était de toi dont elle était amoureuse !

Oui mais Kengo est idiot !

C'est pas faux, répondit Akira en se passant une main dans les cheveux. Mais en quoi ça nous regarde ?

Just… Justement c'est … De… Euh… Ça que je voulais… Euh parler, bredouilla la déléguée toute rouge

Dis Aya-chan, tu ne serais pas un peu amoureuse de mon cher Kengo, hein ? questionna innocemment Akira ayant deviné où voulait en venir son amie.

Maisnonpasdutout ! se défendit-elle en agitant les bras comme un pigeon qui essayait d'éviter une vitre (c'est trop marrant, sauf qu'il se scratch quand même.)

Ah bon ? Même pas un tout petit peu, riquiqui, de rien du tout ?

Je… Ne vois vraiment pas de quoi tu veux parler, continua-t-elle de bafouiller.

Alors tu ne vois pas d'inconvénient à ce que j'accepte de sortir avec lui ?

TU PEUX PAS ME FAIRE CA AKIRA, SURTOUT QUE JE VIENS TE DEMANDER DE L'AIDE ET T'EN DONNER EN RETOUR !

Donc tu aimes Kengo et tu veux que je t'aide à sortir avec lui et en retour, tu feras en sorte que je sorte avec Shirogane ?

Exactement, déclara-t-elle heureuse.

Piégé… Akira admira l'âme de son amie sortir de sa bouche alors qu'elle restait figée. Euh… Aya, si tu veux que je t'aide, il vaut mieux que je sois au courant, non ?

Oui, tu as raison, répondit-elle d'un ton amorphe.

D'ailleurs j'ai un plan !

C'est ainsi qu'Akira lui expliqua le plan ingénu qu'il avait trouvé sur l'instant même. Une chose était sûre, pour Aya et Akira, les vacances à la ferme promettaient d'être chargées et amusantes.

J'espère que ça vous a plût^^

La suite au prochain épisode