Et voici le chapitre suivant.

Merci pour toutes vos reviews, je suis contente de voir que certaines suivent toujours cette fic :)

Alors après ce chapitre il en reste encore deux plus un épilogue, donc c'est bientôt la fin.

Aller, je vous laisse lire et on se retrouve en bas.


Je gémis doucement, et remuais un peu pour offrir à mon assaillant plus de liberté.

Je sentis le sourire d'Edward contre mon épaule. Il n'arrêta pas ses caresses et bientôt sa bouche captura un de mes tétons. J'haletais sous la sensation et empoignais ses cheveux.

- Edward. Appelais-je en gémissant.

- Hum ?

- Edward arrête. Lui demandais-je sans grande conviction.

- Pourquoi ?

Il suçota mon mamelon et emprisonna l'autre entre son pouce et son index, le faisant rouler entre ses doigts. Je me cabrais.

- Je veux prendre une douche et un bon petit déjeuner. Continuais-je, la respiration saccadée.

- Mais on peut faire tout ça après.

- S'il te plaît Edward, je me sens pouilleuse ce matin.

Il souffla dans mon cou et se redressa, plantant son regard dans le miens.

- Je te propose un marché.

- Je t'écoute.

- Si tu tiens tant à prendre une douche alors je veux venir avec toi.

- Et si je refuse ?

- Tu ne sortiras jamais de ce lit. Me menaça-t-il en enroulant ses bras autour de moi pour prouver ses dires.

- Hum… D'accord mais je tien à mettre une condition.

- Et quelle est-elle ?

- Tu devras me savonner le dos.

- Seulement le dos ? Me demanda-t-il avec son sourire en coin.

- On verra si tu es sage.

Il me relâcha et je me levais, lui sur mes talons.

J'allais à la salle de bain, et commençais à faire couler l'eau. Edward me plaqua contre lui et je sentis son désir contre mes fesses. Il enfouit son nez dans mon cou et je penchais la tête pour lui offrir ma nuque. Je le sentie me respirer et son souffle chatouilla ma peau lorsqu'il parla.

- J'aime l'odeur que tu as après l'amour. Me susurra-t-il.

Je rougie.

- Ha oui ? Et quelle odeur j'ai ? Demandais-je curieuse.

- Un mélange de toi et de sexe. Terriblement excitant.

- Et bien je vais bientôt enlever cette senteur de ma peau alors profite-en tant que tu peux.

- J'aime aussi beaucoup ton odeur après la douche.

Je sourie et entrais dans la cabine avec Edward. Je laissais l'eau couler sur mon corps alors qu'Edward prenait ma bouteille de gel douche. Il en mit une noisette au creux de sa main et le fit mousser avec l'autre.

- Tourne-toi. Me demanda-t-il.

Je m'exécutais et il commença à me laver le dos, me massant en même temps. Je soupirais d'aise, c'était tellement bon. Ses mains dérivèrent vers mes reins, qu'il lava aussi, puis sur mes fesses. Il s'accroupi ensuite et passa sur mes cuisses, mes mollets et mes pieds. Il reprit un peu de savon et entreprit de faire de même sur mon buste. Il enroula ses bras autour de moi, son torse contre mon dos, et passa ses mains sur mes clavicules, descendit sur mes seins qu'il mit un soin tout particulier à laver, me faisant gémir au passage, puis il passa sur mon ventre et termina sa course sur mon intimité, passant son doigt sur ma fente humide.

- Hum, tu as l'air d'être mouillée dis moi.

- Je suis sous la douche, évidement que je suis mouillée. Le taquinais-je.

Je ris mais m'arrêtais bien vite quand il me pénétra d'un doigt.

- Ho, Edward. Haletais-je, surprise.

- Oui mon amour ? Dit-il en faisant des vas et viens dans mon antre.

- Encore.

- Je croyais que tu voulais manger d'abord.

Son doigt sorti et il caressa ma fente de bas en haut, insistant sur mon clitoris gonflé de désir.

Je sentis son sourire et me tournais.

- Tu as raison, mais il faut te laver d'abord.

Je pris moi aussi du savon dans mes mains et commençais par lui savonner les épaules, faisant rouler chaque muscles entre mes doigts. Je tournais autour de lui et parcouru son dos parfait ainsi que ses fesses rondes et appétissantes, puis me repositionnais en face d'Edward et lavais ses pectoraux, ses abdos, caressant son « V » provoquant. Je m'accroupis face à lui et eu une jolie vue de son sexe tendu pour moi. Je souri et caressais ses longues jambes, ses chevilles et ses pieds, comme il l'avait fait pour moi et, prenez moi pour une dingue si vous voulez mais, putain même ses pieds étaient sexy !

Je levais mes yeux, les fixant sur le regard assombrit d'Edward et pris lentement sa virilité dans mes mains.

Sa respiration s'accéléra et il grogna alors que je j'appliquais un mouvement de vas et viens sur son membre tendu.

Edward gémi longuement ce qui ne fit que m'encourager à continuer. Je passais mon pouce sur son gland et massais ses testicules avec mon autre main.

Je me relevais, pris ensuite le pommeau de douche et le rinçait jusqu'à ce qu'il n'y ais plus trace de savon.

Edward m'embrassa langoureusement mais je me détachais bien vite de lui pour m'accroupir à nouveau et prendre son sexe dans ma bouche.

- Putain Bella ! Jura Edward.

Je léchais sa virilité, allant de son frein à son gland, embrassant ce dernier en faisant tourner ma langue autour. Puis je le mis entièrement dans ma bouche et commençais mes mouvements de vas et viens. Il grogna de plus belle, haletant.

- Bella, arrête.

Je donnais un dernier coup de langue sur son gland et remontais.

Il captura ma bouche pour un baiser passionné et profond.

Je m'éloignais légèrement et lui tournais le dos puis me penchais en avant, écartant mes jambes pour lui offrir une vue imprenable de mes fesses. Je plaquais mes mains contre le mur de la douche.

- Ca te plais de me voir comme ça ? Lui demandais-je avec une audace que je ne pensais pas avoir.

Edward faisait ressortir en moi tout mes instincts les plus pervers. Mais il n'avait pas l'air de s'en plaindre.

- Nom de dieu Bella, oui. Grogna-t-il.

Son sexe caressa mon entrée et je donnais un petit coup en arrière pour qu'il me pénètre.

Je gémis à la sensation de son sexe buttant au fond de mon ventre, cette position était différente de la première, je me sentais plus étroite et plus réceptive. Les mains d'Edward se posèrent sur mes hanches et il sortit de moi pour rentrer à nouveau, me faisant haleter.

- Putain Bella, tu es tellement bonne comme ça.

Je notais qu'Edward était vulgaire pendant l'amour mais je remarquais aussi que ça m'excitais.

- Prend moi plus fort. Lui demandais-je.

- Oh oui ma belle. Comme ça ?

Il entra d'un coup sec et en ressortit aussitôt pour recommencer, cognant plus profondément en moi.

- Hum oui, encore.

- Tu aimes me sentir comme ça ?

- Oui !

Les bruits de nos gémissements et de nos peaux qui claquaient l'une contre l'autre emplirent la salle de bain. Edward passa un bras autour de ma taille et un de ses doigts vint titiller mon clitoris, le pinçant légèrement tendis que l'autre se portait sur mes seins et en torturait les pointes.

Il ne me fallu pas longtemps de cette cadence pour me sentir me resserrer sur Edward, je jouis en criant son prénom et il me suivit de près dans un grognement rauque.

Je sentis mes jambes se dérober et Edward me soutint contre son torse. Je lui fis face et embrassais ses lèvres glissant ma langue dans sa bouche pour taquiner la sienne.

- Waw Bella. Souffla-t-il en se détachant légèrement de moi. Tu es étonnante.

- Et c'est mal ?

- Non ! Au contraire, c'est génial.

Je sourie.

- Tu n'es pas mal non plus.

- Pas mal ? C'est tout ? Me demanda-t-il avec une moue boudeuse.

- Bon, tu es un Dieu du sexe, ça te va ?

- Ca me correspond tellement bien !

- Vantard.

- Non, je suis honnête.

- Fait gaffe, tes chevilles vont enfler comme des ballons à se rythme là.

- Il y autre chose qui peux enfler aussi.

Je levais les yeux au ciel.

- Tu ne pense qu'à ça ma parole !

- Quand je te vois dans cette tenue oui.

- Je vais m'habiller alors.

Il grogna quand je me dégageais de l'étau de ses bars. Je pris une serviette et lui en tendis une puis me séchais en vitesse.

Après nous être habillé, moi d'un short en tissus noir avec un débardeur gris lui de son jean de la veille avec une chemise noire, et non sans qu'Edward essaye de me soudoyer pour refaire l'amour, nous descendîmes prendre un petit déjeuner.

- Que veux-tu manger ? Demandais-je à Edward.

- Je ne sais pas, tu me propose quoi ?

- Je peux faire des crêpes ou une omelette si tu en as envie. Il y a aussi des céréales, des muffins, et les reste de pizza d'hier.

- Hum… Je vais prendre des céréales avec du lait.

- Un jus de fruit ?

- Oui.

Je sortis deux bols et le paquet de céréales pendant qu'Edward prenait le lait et le jus d'orange dans le réfrigérateur.

Nous commençâmes à manger en silence, puis Edward prit la parole.

- Dis, je me demandais si tu accepterais de venir déjeuner chez moi samedi prochain ?

- Heu… Il y aura tes parents ?

- Oui, je voudrais te les présenter.

- Tu leur à dit quoi à propos de moi ? Demandais-je nerveusement.

- Je leur ais simplement dit que je voulais leur présenter la personne avec qui je sort. Je voulais te laisser le choix de venir en tant que Bella ou en tant que Zaz.

Je réfléchis un instant. J'avais très envie de rencontrer les parents d'Edward mais il avait bien compris mon dilemme. Si j'y allais en tant que Zaz ils allaient croire leur fils gay, et ça ferait bizarre de me présenter comme ça alors qu'Alice était au courant de mon secret. Si j'y allais en tant que Bella serais-je à la hauteur ? Me comporter en fille devant des inconnus ne m'étais pas arrivé depuis plus de cinq ans. Je soufflais.

- Si tu ne veux pas venir je ne te force pas. Me rassura Edward.

- Non, je viendrais. Répondis-je.

Son visage se fendit d'un grand sourire.

- Génial ! Tu va voir, ils vont t'adorer.

- J'espère.

Edward s'approcha de moi et entoura ma taille de ses bras.

-Tu es parfaite Bella. Ils ne te jugeront pas, mes parents ont l'esprit très ouvert.

- Merci.

Il déposa un petit baiser sur mes lèvres et me serra contre lui.

Je me laissais aller dans ses bras, respirant son parfum envoutant.

- Alors, que veux-tu faire aujourd'hui ? Me demanda-t-il en s'éloignant légèrement de moi.

- J'avais pensé rester là, on pourrait regarder un film tranquillement.

- Ca me va.

Je reçu un message de Rosalie m'informant qu'elle déjeunait avec Emmett et qu'elle ne rentrerait que dans la soirée. Jessica m'appela pour me dire qu'elle et Riley dineraient ensemble et que je ne devais donc pas l'attendre. Elle me demanda si tout allait bien et si je n'avais besoin de rien. Je lui répondis que j'allais on ne peut mieux et que j'avais tout ce qu'il me fallait et elle parue satisfaite.

Il était midi et demi et Edward et moi étions installé sur le canapé, ma tête reposant au creux de son épaule, terminant la pizza de la veille. Je voulais préparer autre chose mais Edward avait insisté pour ne pas gâcher de la nourriture qui était encore tout à fait bonne.

J'allais à la cuisine et en revenais avec un pot de glace chocolat/caramel et deux cuillères. Je me réinstallais confortablement contre Edward, le pot coincé entre mes cuisses, piochant à l'intérieur lorsque ma cuillère était vide. Le film se termina et je me tournais vers mon petit ami.

- Que veux-tu faire maintenant ?

Il rit.

- Bella, tu as de la glace sur le menton.

- Oh.

J'allais l'essuyer avec le dos de ma main mais Edward fut plus rapide. Il se pencha et, du bout de la langue, vint enlever la glace, embrassant lentement mon menton au passage. Je dégluti alors qu'il se reculait, laissant comme une brûlure là où il m'avait touché.

- Encore plus délicieuse quand elle est sur toi. Murmura-t-il alors que ses yeux s'assombrissaient.

Je me mordis la lèvre inférieure et, tout en vrillant mes yeux aux siens, je trempais un doigt dans le pot et étalais un peu de glace sur mon cou.

Son regard devint noir et il se pencha lentement alors que j'inclinais ma tête sur le côté. Je sentis son souffle chaud contre ma peau avant qu'il ne lape la trace de chocolat. Je gémis sous sa langue et il se recula pour me regarder. Je me noyais un instant dans ses yeux émeraude en me sentant belle et désirable.

Je prenais de plus en plus confiance en moi et osais me montrer taquine avec Edward.

Attrapant sa main, je plongeais son index dans le pot, le ressortis couvert de glace et, avec un sourire joueur je le portais à mes lèvres, le glissant dans ma bouche. Edward grogna sans détourner son regard du mien. Je fis tourner ma langue autour de son doigt, le léchant goulument puis le fit sortir presque en entier avant de le reprendre en bouche.

Je vis le torse d'Edward se soulever de plus en plus rapidement à mesure que sa respiration s'accélérait.

J'aimais le voir comme ça, savoir que c'était moi qui lui faisais cet effet, que j'avais ce pouvoir sur lui.

Je continuais à sucer son doigt, comme je l'aurais fait avec une autre partie de son anatomie jusqu'à ce qu'il se dégage de ma bouche et plaque ses lèvres sur les miennes, forçant le barrage de mes dents avec sa langue pour se battre avec la mienne. Ce baiser était pressant, possessif et urgent mais aussi très sensuel et érotique.

Il passa ses mains sous mon tee-shirt et trouva mes seins qu'il prit en coupe, caressant mes pointes durcies à travers le tissus de mon soutien gorge.

Je gémis contre sa bouche et fis courir mes doigts sur son dos, soulevant sa chemise pour caresser sa peau. Mes mains passèrent sur son torse, détachant un à un les boutons et écartant les pans du tissus. Je fis glisser mes doigts sur ses épaules, laissant tomber sa chemise au sol. Je fis de même et ôtais mon débardeur me laissant en soutien gorge devant les yeux gourmand d'Edward. J'allais enlever mon carcan mais ses mains m'en empêchèrent.

- Laisse-moi faire. Me dit-il.

Il passa ses doigts sur les agrafes et les ôta habilement puis enleva le tissu encombrant. Il prit un de mes tétons entre ses lèvres et le suça doucement, envoyant des vagues de plaisir dans tout mon corps. Je gémis de plus belle quand il s'attaqua de la même façon à mon autre mamelon tout en m'allongeant sur le canapé.

Ses mains descendirent sur mes côtes et arrivèrent à la lisière de mon short. Ses doigts jouèrent un instant avec l'élastique puis il le fit glisser sur mes jambes et réitéra ses gestes avec ma culotte. J'étais nue devant Edward mais je me sentais bien.

Je tirais sur la ceinture de mon petit ami en mordillant ma lèvre, je voulais qu'il enlève ce foutou pantalon qui était de trop.

Il sourit et se leva du canapé, détacha lentement sa ceinture, enleva le bouton de son jean et fit glisser sa braguette. Il me regarda sous ses cils avec son adorable sourire en coin et arqua un sourcil, jouant avec le haut de son pantalon.

Il allait me rendre dingue s'il continuait comme ça.

- Edward. Couinais-je.

Son sourire s'élargit et il fit glisser son jean sur ses hanches, dévoilant son boxer blanc avant de l'ôter complètement. Il voulu s'approcher de moi mais je l'arrêtais en posant un pied contre sa cuisse, remontant sur sa virilité gonflée.

- Non, non, tu es encore bien trop habillé à mon goût. Lui fis-je savoir en pressant son sexe du bout de mes orteils.

Il grogna mais enleva son boxer, me laissant admirer son pénis gorgé de désir puis vint s'allonger à mes côtés, me surplombant de moitié. Ses mains vagabondèrent sur mes seins puis jusqu'à mon intimité déjà prête pour lui. Il passa un doigt sur ma fente et gémi.

- Tu es trempée. Murmura-t-il contre mon oreille avant d'embrasser mon cou.

- C'est de ta faute si je suis dans cet état. Haletais-je.

Il titilla mon clitoris avant d'enfoncer son doigt dans mon antre me faisant me cabrer. Il remua son index, imprimant un mouvement d'avant en arrière lent et profond.

Pendant que sa main s'occupait de mon sexe sa bouche taquinait mes seins, torturant mes tétons, les léchant et les suçotant.

- Edward, prend moi. Maintenant. Le suppliais-je

Il céda et se positionna entre mes cuisses écartées.

J'avais tellement envie de lui, de le sentir en moi, me remplir entièrement.

Il poussa et me pénétra d'un coup de rein nous faisant gémir tout les deux. Il enroula une de mes jambes autour de sa taille et commença à bouger en moi. Je m'agrippais à ses épaules, savourant le plaisir qu'il faisait naître dans mon corps. J'allais à la rencontre se ses hanches, avançant mon bassin au rythme de ses vas et viens.

Edward me leva une jambe et la posa sur son épaule, améliorant l'angle de pénétration et je le sentie cogner au fond de moi.

- Bella, tu es si serrée. Gémit-il, haletant.

Je crochetais mes mains sur la nuque d'Edward et l'attirais à moi pour l'embrasser, bataillant avec sa langue et gémissant contre ses lèvres.

Il accéléra la cadence et mon cœur eu un loupé alors que des vagues de plaisir brûlantes me consumaient de l'intérieur. Edward butta plusieurs fois sur une zone des plus sensible et je sentie mon corps de tendre et tressaillir alors qu'un orgasme me foudroyait.

Mon amant ondula encore deux fois en moi puis il grogna en se libérant au fond de mon ventre.

Il embrassa mon cou tandis que j'essayais de reprendre mes esprits.

Nous restâmes enlacés un moment, mes mains dans les cheveux d'Edward, les siennes caressant mon ventre et mes hanches, traçant de petits cercles qui me faisaient frissonner.

- Je ne sais pas comment je vais pouvoir me passer de toi ce soir. Me dit Edward.

- Je peux te kidnapper.

- Mes parents se feraient trop de soucis. Mais je peux te kidnapper moi.

- Mes sœurs se feraient trop de soucis aussi.

- Alors on va devoir se contenter de se voir au lycée et les week-ends ? Me dit-il en faisant la moue.

Je l'embrassais et il me sourit.

- On devrait s'habiller, si mes sœurs rentrent je ne voudrais pas quelles nous trouve comme ça.

- Ok.

Nous remîmes nos vêtements et restèrent enlacés sur le canapé à regarder des émissions débiles à la télé. A dix-huit heures Edward décida de rentrer chez lui. Je le raccompagnais à sa voiture sans grand enthousiasme.

- Bon, on se voit demain alors. Fis-je avec une petite voix.

C'est dingue mais si je ne m'étais pas retenue je crois que j'aurais pu pleurer. Ce qui aurait été complètement idiot alors qu'on allait se voir le lendemain.

- Hey, Bella. Me dit Edward en prenant mon visage en coupe. Ne sois pas triste, on ne se dit pas adieu.

- Je sais mais c'est juste que… Je suis tellement bien auprès de toi.

Il me sourit tendrement.

- Moi aussi je suis bien avec toi et crois moi, si je pouvais passer ma vie sans te lâcher d'une semelle je le ferais. Je t'aime ma Bella. Même à trois kilomètres.

Je ris et il m'ouvrit ses bras pour que je m'y blottisse. Nous restâmes un instant enlacé avant que je ne m'éloigne pour le laisser monter dans sa voiture.

Il m'embrassa lentement, caressant ma langue avec la sienne, puis il se plaça au volant et démarra. Après m'avoir fait un signe de main, que je lui rendais, il partit et je le regardais s'éloigner jusqu'à ne plus le voir. Je rentrais chez moi en sentant un grand vide m'envahir.

Il avait suffit d'une nuit et d'une journée pour qu'Edward me soit indispensable.

Rosalie rentra à dix neuf heures trente et me posa tout un tas de questions sur ce qu'il s'était passé avec Edward, si tout avait été comme je le voulais. Je la rassurais, lui assurant qu'Edward avait été parfait et très à l'écoute. Elle fut satisfaite et très heureuse pour moi. Quand Jessica rentra à vingt et une heure je dus réitérer mes explications, elle aussi très curieuse sur le sujet de ma première fois. J'omis tout de même de leur dire qu'on avait copulé dans la douche et sur le canapé, elles n'avaient pas à savoir ça.


Nos deux tourtereaux ont passé une bonne journée!^^

Qu'avez vous pensé de tout ça?

A votre avis, comment Bella va-t-elle se présenter aux parents d'Edward?

Réponse au prochain chapitre^^

Biz