Que faire quand vos parents vous ont obligés à les suivre dans une promenade en famille, d'une longueur indéterminée, interrompant ainsi le court d'une partie de votre jeu video préféré ? Réponse : demander à votre tante de vous raconter chemin faisant l'histoire cachée de vos héros, celle qui ne figure dans aucune quête mais qui rend si intéressants les acteurs de votre jeu. Cette fic est donc une série de courtes histoires sans autre lien entre elles que l'envie de s'ammuser un peu avec les personnages. Les chapitres viendront s'y ajouter au gré de ma fantaisie.


Histoires inspirée par le jeu final fantasy XII - Un jeu square enix - conception des personnages Akihiko Yoshida


Balthier veille au grain

Depuis un moment déjà on pouvait entendre des pas. Lents, marqués d'un son métallique qui en alourdissait la portée. Les couloirs qu'ils avaient parcourus jusqu'à la grande salle étaient jalonnés des cadavres des sentinelles qui avaient tenté sans succès de leur barrer la route, mais là, tous sentaient que celui qui leur ferait face était d'un tout autre calibre.

Vaan s'avança. Balthier pouvait presque ressentir le sang bouillonnant du jeune homme courir le long de ses veines sous l'affolement des battements de son cœur. Il allait lui conseiller de reprendre son calme quand Basch prit à son tour les devants. Imposant par sa tranquille assurance acquise sur nombre de champs de bataille, la puissance qui se dégageait de lui obtint à sa place le résultat recherché : Vaan réprima son envie de courir au devant de l'ennemi et se maîtrisa, aspirant de longues goulées d'air qu'il relâchait doucement.

Le pirate du ciel, malgré l'atmosphère tendue qui régnait, ne put empêcher un mince sourire de fleurir sur ses lèvres. Quelles têtes brûlées que ces deux-là ! Toujours à s'exposer au danger, et à vouloir protéger leurs princesses. S'ils continuaient ainsi ils ne feraient pas de vieux os... Heureusement il était là lui. Il se faisait une règle de ne pas trop s'impliquer dans les relations amicales qu'entretenaient ses compagnons et gardait ses distances. Cela lui permettait de conserver la tête froide.

« Oh ! », s'écria consternée Pénélo, la jeune amie de Vaan, portant immédiatement ses deux mains à sa bouche pour atténuer son cri.

C'était trop tard, la gigantesque silhouette encore informe qui pénétrait dans les lieux focalisa son attention sur elle. D'un commun élan, Balthier et Ashe se portèrent en avant, l'encadrant pour la soutenir.

« Princesse, contenez votre colère je vous prie » enjoignit Balthier à la demoiselle sise à ses côtés, fille du défunt roi Raminas et seule héritière du trône de Dalmasca.

Il fallait à tout prix contenir la jeune imprudente dont les subites impulsions avaient plus d'une fois mis Basch, son dévoué et auto-proclamé protecteur, en situation difficile. C'était une très bonne combattante mais elle prenait trop de risques, se jetant dans la bataille comme si chacune était la dernière. Pire qu'une tête brûlée, une désespérée et une vengeresse... Il comprenait ce qu'elle ressentait, et il aurait pu faire de même car il avait découvert au détour de leur périple plus qu'il n'en aurait voulu sur son propre père. Mais en cours de route, il avait également développé sans vraiment le vouloir un respect et une affection pour ses compagnons. Maintenant il se sentait responsable de leur survie. Jamais il ne l'aurait avoué bien sûr ! Même à Fran, son amie la plus dévouée. Toujours est-il qu'il n'était pas question pour lui de se laisser aller à un quelconque sentiment de vengeance personnelle à leur détriment.

Pour toute réponse, la princesse Ashe s'empara de son bouclier et tira son épée, jetant un regard noir de mépris à l'importun qui osait douter de ses justes intentions.

Ce dernier soupira, vaincu par l'obstination de la jeune femme, et se prépara à engager le combat en inventoriant mentalement les charmes de soins et de guérison qu'il lui restait encore. Les trois guerriers les plus agressifs de leur groupe s'étaient portés en première ligne. Cela lui laissait le rôle de la diversion, au cas où éventuellement, tous se retrouveraient à terre en même temps. Cette perspective avait fort peu de chance de se produire, la force de frappe des trois volontaires réunis semblant plus que suffisante. Ce n'était pas pour lui déplaire, bien qu'il se soit assuré à leur dernière étape d'un stock suffisant de munitions pour son tout nouveau fusil, merveille des merveilles dont il n'était pas peu fier. Derrière lui, Fran, et Pénélo qui s'était reprise, s'équipaient de leurs arcs et de leurs flèches, prêtes elles aussi à apporter le soutien nécessaire aux combattants.

« Aouch ! » s'époumona Vaan, le corps propulsé au travers de la pièce jusqu'aux pieds de Balthier, la main toujours serrée sur la poignée de son épée. Son bouclier retomba avec fracas sur le sol, tournant sur lui même telle une toupie, dans un bruit de tonnerre.
Et voilà ! Ce jeune imbécile n'avait pas attendu et avait engagé seul le combat pour s'être ensuite fait immédiatement repousser ! Le flibustier tendit un bras recouvert d'une manche de fin coton blanc terminée par une délicate dentelle, agrippa de sa main l'épaule de l'adolescent et le releva, dévoilant derrière une sophistication apparente une musculature indéniable.

« Pfff ! merci Balthier » prit le temps de remercier Vaan, déjà enveloppé d'une nimbe dorée qui restaurait son ardeur. Avec un clin d'œil à Pénélo qui venait de le revigorer, il se rua à nouveau vers son agresseur auquel Basch et Ashe, à tour de rôle, tenaient tête, récupérant au passage la protection adamantine.

Balthier fronça les sourcils, alors qu'il venait de lancer un nouveau sort de soin sur Basch, couvert de blessures et qui s'épuisait. Leur opposant était résistant, bien à l'abri derrière son armure. Il fallait l'affaiblir. Il questionna du regard Fran qui lui répondit en secouant négativement la tête. Apparemment, sa cuirasse le faisait bénéficier d'une protection magique qui résistait aux sortilèges d'altération d'état et d'annulation pourtant puissants de la viéra, tout en étant suffisamment légère pour ne pas ralentir ses mouvements. L'heure n'était plus à la réflexion ou ils perdraient le combat.

Échangeant son fusil contre une lance à deux bouts dont il ne se servait que très rarement, il vint à l'appui de ses trois compères et asséna avec force et précision des coups rayonnant d'air glacé. L'enveloppe de l'être qui cachait son visage derrière un masque, par les ouvertures duquel émanait un souffle incandescent, se refroidissait. Son plastron enfin gelé se fendilla sous un assaut de Basch, dont la hache, ayant paré de multiples attaques, s'en trouvait renforcée. Une flèche tirée par l'une des deux archères s'incrusta profondément dans la fente et celle-ci s'élargit tout du long. D'un coup de taille, Vaan acheva l'opération et le torse de l'ultime obstacle vivant qu'ils devaient vaincre dans la forteresse fut exposé vulnérable à leurs yeux, rugissant avec colère.

Tous quatre se replièrent, se mettant à l'écart de la fureur flamboyante de l'assaillant, ivre de rage d'avoir perdu la carapace qui lui avait assuré jusqu'ici l'invincibilité. Les ondes d'énergie libérée faisaient trembler sol murs et plafonds, le grondement émanant de sa gorge s'amplifiait et assaillait les oreilles sensibles de la viéra. Pénélo chercha à dresser les boucliers magiques indispensables pour échapper aux flammes et à l'irradiation déployées autour d'eux. Fran ne lui était d'aucune aide, les actions de cette dernière étaient engourdis par l'intensité des chocs en retour qui martelaient ses sens. Au point culminant de la commotion, un halo rouge entoura cette dernière et elle se laissa envahir par la furie. Surpris, les autres la virent prendre élan et se propulser dans les airs pour venir vers le monstre difforme et l'assaillir, engageant un combat au corps à corps où ils ne pouvaient plus intervenir sans risquer de la blesser.

« Il faut la calmer ! » hurla Pénélo, essoufflée. Bien que presque à court de magie, elle se préparait à envoyer un remède à large spectre lorsque Balthier en interrompit l'incantation.

— C'est inutile Pénélo, on ne peut plus l'arrêter maintenant. Conserve tes forces pour la soigner après, dit-il d'une voix tendue, rendue rauque par l'inquiétude.

Basch, Ashe et Vaan profitaient de ce répit pour changer de stratégie. Le tranchant de leurs armes avait été émoussé par la solidité de l'armure de leur ennemi. Basch haussa les épaules, la réflexion n'était pas son fort, et il empoigna tout simplement son épée à deux mains. Il la leva, puis il effectua des pas chassés autour des deux belligérants, guettant la moindre opportunité de porter un coup sans porter atteinte à la guerrière. Ashe, que l'explosion incontrôlée de Fran avait rendue à sa raison, rengaina épée et bouclier, se concentrant uniquement sur le soutien de l'équipe. Vaan, lui, se plaça aux côtés de Pénélo, et se remémora tous les sorts de magie élémentaire qu'il gardait en réserve. Ceux de glace n'étaient pas les sorts qu'il réussissait le mieux mais il faudrait bien s'en contenter car il semblait que ni le feu ni l'air n'avaient d'effet sur l'espèce de dragon rougeoyant qui leur faisait face. Il attendit, reprenant son souffle, que Fran s'épuise et lui laisse une ouverture...

Sous l'offensive constante de la viéra en furie et des charges intermittentes de l'ancien chevalier de Dalmasca, le démon à forme humaine perdait sa vivacité. Ses gestes étaient moins lestes, laissant à découvert les parties sensibles de son corps qu'un cuir épais recouvrait. Basch en profitait et formait avec Fran un étonnant tandem. Celle-ci, bien que sous l'influence d'une violence irraisonnée, devait inconsciemment faire appel à l'expérience acquise dans leurs combats communs.

C'est sous les rugissements de frustration de son ennemi qui emplissaient la salle et rebondissaient en écho sur les murs qu'elle finit par s'écrouler, vaincue par la fatigue et les attaques de son adversaire qu'elle ne cherchait même pas à esquiver. Presque aussitôt une double aura l'entoura, bouclier et soin l'englobant chaleureusement et lui permettant de se revivifier. Elle jeta un regard trouble vers ses sauveurs, Pénélo et Vaan, synchronisés dans une incantation commune. Au dessus d'elle, soumis par les maléfices de Ashe que celle-ci libérait avec vigueur la bête immonde se figeait.

C'était le moment ou jamais. Sans qu'un mot fut échangé, Basch et Fran se retirèrent juste à temps pour éviter d'être pris dans la puissante marée ondoyante invoquée par Balthier. L'être de feu se débattit vainement, hurlant son impuissance, et termina sa vie dans un jaillissement de poussières et d'os broyés qui retombèrent dans toute la pièce.

Le silence accueillit la victoire.

Ce n'était qu'un combat de plus dans la longue lignée de batailles qu'ils avaient initiée il y a quelque mois. Qu'un combat de plus dans lequel ils avaient été bien prêts de perdre un des leurs. Qu'un combat de plus qui les rendraient plus fort, jusqu'au moment où la véritable raison de leur voyage se révélerait à eux.

FIN