Car l'amour est fort comme la mort

Chapitre 1

Auteur: Sakuri, je ne suis que la traductrice!

Rating: T

Résumé: Sam/Gabe, Dean/Cas slash. Léger AU. Quatre mois après l'apocalypse qui n'a pas eu lieu, Sam, Gabriel et Castiel sont ramenés à la vie tous ensemble, obligeant Sam à composer avec deux anges soudain humains et avec le fait qu'il ne devra jamais revoir son frère.

Disclaimer: Ni Sakuri ni moi ne possédons Supernatural, on fait juste joujou!

Note: Cette fic ne prend pas en compte la saison 6


xxx

Sam se réveilla.

Ce fut le premier indice indiquant que quelque chose n'avait pas fonctionné comme prévu

Il était à peu près sûr, quelque part dans son esprit, qu'on ne se contentait pas de simplement « se réveiller » après s'être jeté dans la Fosse en compagnie de deux archanges désireux de détruire la terre. Donc, naturellement, c'était plutôt inattendu d'ouvrir les yeux et d'aussitôt les refermer pour se protéger de la lumière d'un ciel d'hiver. Il grogna et se força à rouler sur lui-même, ses mains s'enfouissant dans de l'herbe couverte de givre. La présence tout court d'herbe était plutôt choquante. Sam n'était pas un expert ou quoi que ce soit du genre mais il ne pensait pas que l'Enfer était le genre d'endroit à comporter de l'herbe.

Il était entièrement possible qu'il cherche à éviter le problème principal qui se posait à lui.

"Dean?" Le nom vint automatiquement à ses lèvres, son frère était toujours la première chose qu'il cherchait, quelque soit la situation. Et Dean avait été sa dernière vision avant de tomber, il semblait n'y avoir qu'un instant. Dean aurait dû être .

Mais il ne l'était pas et Sam le sût instinctivement, sentant son estomac se tordre. Examinant les alentours, il réalisa qu'il n'était même plus à Stull. Il n'y avait pas de cimetière, pas d'Impala, pas de Dean. En fait, il n'y avait rien et ce aussi loin que la vue portait, rien à part des champs embrumés que le gel couvrait d'argent.

Merde, pensa-t-il avec beaucoup d'éloquence.

Ce n'était pas le plus étrange des événements qui lui soit jamais arrivé – et de loin – donc ce fut l'habitude qui le hissa sur ses pieds, s'époussetant au passage. Tout de même, se réveiller tout seul dans un désert gelé était un peu trop beau quand l'alternative était l'Enfer, ce qui faisait qu'il ne pouvait s'empêcher d'attendre ce qui allait lui tomber dessus.

Il n'eut pas à attendre longtemps.

Il tournait sur lui-même, se demandant vaguement dans quelle direction se mettre à marcher quand il aperçut soudain une tâche d'une couleur différente du vert argenté s'étendant à l'infini.

Et, Jésus, Sam saurait aurait reconnu n'importe où cette couleur.

Il trébucha sur pilote automatique, descendant en glissant la pente herbeuse vers la forme familière et rassurante de Castiel. Certes, c'était légèrement moins rassurant de se rendre compte que l'ange ne bougeait pas, avec cet air comateux identique à la fois où il avait poussé ses pouvoirs angéliques à leurs extrêmes limites. Ses membres s'étalaient au petit bonheur autour de lui, comme si on venait de couper les ficelles d'une marionnette qui s'était simplement chiffonnée sur elle-même. L'herbe autour de lui n'était plus gelée, peut-être même un peu roussie au plus proche de l'ange. Mais l'aspect le plus étrange de la scène était probablement le sac de voyage plutôt banal juste à côté de lui.

Ecartant ce sujet pour l'instant, Sam jura à mi-voix en s'agenouillant à côté de l'ange. Il eut un flash-back soudain et intense de la fureur froide de Lucifer, claquant des doigts tandis que Sam criait à l'intérieur de sa propre tête et que Castiel explosait dans une douche rouge de sang. Sam eut un mouvement de recul comme la vision brûlait derrière ses yeux, mais il se força à se détendre et secoua l'ange par l'épaule.

"Cas! Cas, allez, vieux, Dean me tuera si je te laisse glisser dans le coma ou mourir de froid ou un truc du genre..." Il tacha de ne pas penser au fait que Den pourrait le tuer de toute façon, ayant déjà vu Sam écrabouiller son pas-tout-à-fait-petit-ami.

Sam était à deux doigts de paniquer quand Cas daigna finalement se réveiller. L'ange remua avec difficulté, son visage se froissant d'une façon que son maintien stoïque évitait d'habitude, puis cligna des yeux en regardant Sam.

Cela dura deux secondes puis Castiel lutta pour s'éloigner de Sam si vite que celui-ci n'eut pas le temps de réagir. Cas semblait un animal terrifié et Sam s'attendait à voir à tout instant surgir une épée angélique.

"Woah! Cas! C'est moi!" Il leva les mains en ce qu'il espérait être un geste d'apaisement, ou probablement juste une redite vile. "Pas Lucifer, je te jure. Juste moi."

Les yeux bleus de l'ange restèrent aussi intenses alors qu'il inclinait la tête sur le côté, l'observant. "Sam ?"

"Oui. Oui, Cas, c'est moi."

Castiel jeta un coup d'oeil furtif par-dessus son épaule, comme si il était réticent à quitter des yeux Sam trop longtemps. "... Où sommes-nous ?"

"J'espérais un peu que tu pourrais me le dire, en fait." "Je ... ne suis pas certain," admit-il après quelques longs instants. "Je semble avoir du mal à réfléchir."

Sam se pinça l'arrête du nez. "Okay. Parfait. Au-moins, tu sais si nous sommes sur Terre ?" Vu les circonstances, c'était une question parfaitement valable.

"Je crois, oui. Comment nous sommes arrivés ici, cependant..."

Sam ouvrait la bouche pour répondre - pour poset une des questions innombrables bourdonnant dans sa tête, peut-être - mais il n'en eu pas l'occasion. Quelqu'un d'autre parla avant lui.

"Oh, dites moi que c'est une blague..."

Lui et Cas pivotent rapidement, regardant le haut de la colline que Sam venait de descendre. Se tenant là, il y avait une des personnes qu'ils s'attendaient le moins à retrouver.

Gabriel semblait aussi déconcerté qu'eux en s'approchant et plus qu'un peu débraillé. "Je le savais," proclama l'archange d'une manière cinglante. "Je savais que quelque chose comme ça arriverait si je m'impliquais. Je suis mort, n'est-ce pas ?"

"Uhm..." répondit Sam, obligeamment.

Gabriel inclina la tête comme si cela expliquait tout. "Ben voyons. Bien fait pour moi, vraiment, m'associer à des Winchesters." Ses yeux d'ambre projetaient quelque chose comme une accusation, ce que Sam trouva un peu injuste, puis l'archange jeta un coup d'oeil aux alentours autour avec un désintérêt feint. "Parlant de ça, où est ta moitié inférieure ?"

"Il est-" Mais Sam se tut brusquement, parce que la vérité était qu'il n'avait aucune idée d'où était Dean. Bon sang, il n'avait aucune idée d'où ils étaient à cet instant. Il regarda Castiel d'un air perdu et aperçut sa propre perplexité reflétée dans les yeux bleus.

Gabriel répliqua par un bruit de dédain. "Oh, allez! Tu n'es pas en train de me dire que le seul d'entre nous à avoir réchappé de l'apocalypse, c'est Dean 'Suicidaire' Winchester! Comment c'est possible ?"

"La ferme, Gabriel," aboya Sam automatiquement, contrarié. "Ecoute, est-ce que tu as une idée de ce qui se passe ici ?"

L'ange haussa seulement les épaules. "Non. La dernière chose que je me rappelle, c'est Lucy fourrant une épée dans mes boyaux – ce qui, à propos, fait un mal de chien. Est-ce que l'un des deux idiots présents consentirait à me dire ce que j'ai manqué ?"

Sam n'avait pas la patience ou l'envie de donner une explication sur comment les choses n'avaient fait qu'empirer après cela, donc il dit simplement, "j'ai dit oui au Diable." Après une pause juste assez longue pour que Gabriel se décroche la mâchoire en le regardant, il ajouta, "Puis je me suis jeté dans la Fosse en entraînant tes deux frères avec moi. Me suis réveillé il y a environ cinq minutes."

Gabriel, pour la première fois, semblait vraiment abasourdi. Il rouvrit la bouche, mais ne pût apparemment pas trouver quoi dire.

Sam lui tourna le dos sur, reportant son attention sur Cas. "Bon. Ok. Nous sommes vivants... C'est le cas ? Je veux dire, nous semblons ... plutôt vivant"

"Cela semble une conclusion raisonnable. Peut-être... Peut-être que mon Père a décidé de rétablir la vie de ceux qui sont morts de la main de Lucifer."

Derrière lui, Gabriel eut un reniflement inélégant. "Tu as plutôt intérêt à avoir raison, frangin, parce que je jure sur Papa, si quelqu'un a vendu son âme une fois de plus, je serai très fâché. Moi, pour ma part, je ne revis pas toute cette merde de nouveau."

Sam grimaça, espérant secrètement et contre toute logique que ce n'était pas le cas. Il était à peu près complètement certain que Dean n'irait pas faire une chose aussi stupide une seconde fois. Après tout, Dean lui avait fait une promesse. Sam avait fait jurer à son frère encore et encore que s'il survivait à la bataille finale il retournerait auprès de Lisa et Ben et aurait enfin la vie tranquille de bon père de famille qu'il méritait. Dean avait promis et, peu importe à quel point il pouvait parfois se comporter en con fini incapable de réflexion, Dean n'avait jamais, de toute sa vie, brisée intentionnellement une promesse faite à son petit frère. Sam ne pensait pas qu'il allait commencer maintenant et cela signifiait que Dean ne pouvait avoir quoi que ce soit à voir avec leur réapparition abrupte dans ce monde, parce que, là, en cet instant, Dean était occupé à vivre dans un pavillon de banlieue avec sa famille toute prête pour lui et sa vie normale et son…et…

L'estomac de Sam se contracta douloureusement tandis qu'il réalisait quelque chose.

Il regarda Cas, cillant à cause du choc de cette revelation, "Vieux, on ne peut pas y retourner. "

L'ange inclina la tête. "Retournez où, Sam ? "

Il passa sa main dans ses cheveux dans un geste d'inquiétude nerveuse, la détresse perçant l'abrutissement qu'avait provoqué le surréalisme de cette situation. "Près de Dean. Cas, mon Dieu…Il est heureux. Il a Lisa et…et un gamin! Nous ne pouvons pas juste nous pointer et le trainer de nouveau dans une vie pourrie! "

"Et voilà," se moqua Gabriel derrière lui, consultant une montre qui n'existait pas. "Winchester Angst, marquee déposée, pile à l'heure. Et tu es vivant depuis seulement dix minutes, Sammy. Nouveau record!"

Il fut totalement ignoré.

Castiel fronça les sourcils d'une manière désapprobatrice. "Ton frère voudrait savoir que tu es sain et sauf, Sam. Tu le sais. Lui laisser croire–"

"Non. Stop." Il leva une main, pris une longue. "Cas, réfléchis. Dean... Il mérite cela. Tu sais qu'il le mérite, après tout ce qu'il a fait. Il a finalement une vie normale, il est en sécurité, il est avec une femme qu'il aime. Je ne sais pas toi, mais moi je ne serai pas celui qui lui enlèvera tout cela. "

C'était un coup bas et Sam le savait alors qu'il observait le visage de l'ange se fermer complètement à la mention de Dean aimant quelqu'un. Sam s'en fichait. Il fallait qu'il l'empêche de s'envoler et d'aller s'abattre en plein milieu du Bonheur domestique de son frère et il était prêt à employer tous les moyens.

Castiel redressa les épaules et, enfin, acquiesca. "Oui. Bien sûr. J'étais… Je manquais d'égards. "

Gabriel leva les yeux au ciel, pas du tout impressionné par la scène. " Uhu. Bon, autant que j'ai apprécié cette occasion de papoter et rattraper le retard dans vos vies, je crois que je vais y aller maintenant. Des gens à voir et des choses à faire maintenant que je suis revenu d'entre les morts, vous savez comment c'est, vous avez déjà joué à ça avant ! " Il eut un sourire malhonnête puis claqua des doigts bruyamment dans le silence hivernal.

Tout le monde attendit.

Après de longues secondes, Gabriel perdit son expression malicieuse et il claqua des doigts de nouveau. Toujours rien.

"Hum, Gabr–"

"La ferme", interrompit l'archange, trop occupé à foudroyer du regard sa main tout en continuant de claquer des doigts avec un désespoir croissant.

Soupirant, Sam l'abandonna à ses essais et se tourna vers Cas. "Comment se portent tes pouvoirs d'ange. Est-ce que tu peux voler? "

Castiel ferma les yeux avec une expression de sérénité, ressemblant étrangement à une statue avec son immobilité totale. C'était assez surréel avec le contrepoids que formait à l'arrière la crise d'hystérie qu'entamait Gabriel, ses claquements de doigts frénétiques ayant évolués en claquements de mains et jurons tellement terrible qu'ils faisaient même grimacer Sam.

Finalement, Castiel ouvrit les yeux de nouveau. " Je ne peux…. Je me sens de nouveau comme lorsque je me suis réveillé à l'hôpital. "

Sam cilla. "Tu es humain de nouveau?"

"Espérons que cela sera une condition temporaire. "

L'humain soupira de nouveau. "Parfait." Il jeta un autre regard aux alentours, soupesant les options.

Il n'avait aucune idée de combien de temps ils étaient restés morts. Cela pouvait avoir été des minutes, des mois ou même des années. Bordel, pour ce qu'il en savait, cela pouvait avoir été des foutus siècles. Cela aurait été tellement typique.

Il n'avait aucune idée de où il était ni même, s'il était honnête avec lui-même, de il était supposé aller. Ce n'était pas comme s'il y avait un endroit à appeler 'maison', à part l'Impala et l'endroit où se trouvait Dean – et les deux cas étaient, pour les raisons mentionnées précédemment, hors de portée. Il pensait bien à Bobby, peut-être. Ou alors il pouvait juste repartir à zéro, aller jusqu'au patelin le plus proche et recommencer comme avant – juste, sans son frère, quoi.

"Bordel, pourquoi il me ferait ça?" cria-Gabriel soudainement, son incrédulité furieuse semblant rendre l'air glacé.

Et voilà une autre chose dont Sam n'avait aucune idée. Il était en compagnie de deux anges soudain sans pouvoirs, avec au moins l'un des deux qui n'avait strictement aucune idée de comment être un humain. Qu'est-ce qu'il était supposé en faire ? Les prendre avec lui ? Okay, Castiel, ça pourrait aller. Il était peut-être l'ange personnel de Dean mais ce n'était pas comme si Sam et lui n'étaient pas amis – tout du moins l'étaient devenus après un temps. Il pourrait partir avec Cas. Peut-être que l'ange pouvait être étrange et triste et être un peu entêté quand il était en plein Business Sérieux et Angélique, mais il était toujours Cas. Sam lui devait bien des choses.

Mais Gabriel? Franchement ?

Gabriel, qui s'occupait à piquer la plus belle crise de nerfs qu'on n'ait jamais vu, juste là, sous leurs yeux, sans la moindre honte.

Sam détourna les yeux, parce que certaines choses étaient juste embarrassantes.

Son regard atterrit sur le sac de voyage qui avait été déposé près de Castiel. Avec un froncement de sourcils il s'agenouilla à côté.

Cela prit un moment mais quand il le reconnut, il cligna des yeux. C'était exactement le sac qu'il avait eu avec lui avant de…et bien avant de mourir. Le même sac exactement qu'il avait trimballé dans le coffre de l'Impala et dans un millier de chambres de motels. Il défit la fermeture éclair et jeta un œil à l'intérieur, complètement estomaqué quand il y trouva ses affaires les plus banales. L'ordi, une paire de jeans de rechange, un certain nombre de chemises et de sweat, des cartes de crédit frauduleuses qui n'étaient probablement plus utilisables sans risques et le couteau de Ruby.

"...Bon Dieu?"

"Il semble que notre Père a jugé utile de t'équiper pour ton retour " observa Castiel qui s'était penché par dessus l'épaule de Sam.

Sam renifla et se demanda pourquoi Dieu n'avait pas jugé utile de tous les déposer dans un endroit habité, plutôt, ou pourquoi Il n'avait pas rendu leurs pouvoirs aux anges ou, bordel, pourquoi Il n'avait pas juste stoppé l'Apocalypse avant qu'ils soient tous morts. Il semblait à Sam que si Dieu était responsable de leur résurrection de masse, Il n'avait fait que la moitié du job.

Mais il se pourrait que ce soit juste la désillusion qui parlait.

Il souleva le sac avec un grognement, jetant un regard à ses compagnons plus-si-angéliques. "Bon. Une préférence pour la direction? "

xxx

Il se révéla qu'ils étaient dans le Wisconsin, de tous les endroits possibles. Dieu avait un sens de l'humour stupide.

Sam vola la première voiture qu'ils croisèrent.

(En fait, ils la croisèrent seulement après deux heures d'une randonnée qu'il sera, tout bien considéré, bien mieux de ne pas mentionner. Qu'il suffise de dire que s'il avait jamais à écouter de nouveau Gabriel rouspéter à propos d'une chose aussi banale que marcher comme étant contraire à la dignité des anges qui devraient juste pouvoir claquer des doigts et se retrouver aussi sec de l'autre côté du globe s'ils le désiraient – et bien ce serait une éternité trop tôt.)

Il se contenta de traîner physiquement Gabriel à l'arrière de leur véhicule nouvellement acquis– prêt à utiliser son avantage niveau taille tant que l'archange était sans ses superpouvoirs - fermant la porte d'un coup de pied avec peut-être plus de violence que nécessaire et se précipitant derrière le volant. Cas avait pris la place du mort et, après un regard prudent en coin à l'expression de Sam, ne fit même pas des remarques sur l'immoralité du vol d'auto.

A suivre…