Naruto, jeune anbu connut sous le nom de Zan'kuu, arrivait aux abords de la frontière du pays du feu. Derrière lui, cinq ninjas le poursuivaient à vive allure.
A ce train là, le jeune blond allait se faire rattraper rapidement, et en plus, combattre à un contre cinq n'aidait pas le jeune membre des forces spéciales de la feuille.

Lorsqu'une clairière fut visible, un sourire apparut sur le visage du jeune renard.
Un sourire qui n'était pas visible pour les ninjas adverses. Dans ces cas là, le masque aidait énormément.
Au centre de la clairière, l'anbu stoppa sa course sans un mot.
Il était maintenant dos à ses adversaires. Les cinq hommes venaient enfin de rattraper leur cible.

-Enfin, on a finit par te rattraper, ninja de pacotille...

S'exclama un des cinq ninjas qui peinait à reprendre son souffle

Naruto se décida à faire face à ses adversaires. Il fut légèrement étonné, puisque devant lui, quatre des cinq ninjas souriaient, alors que le dernier restait en retrait avec une mine sombre.
Tout comme Naruto, ce dernier ne devait pas avoir plus de dix-huit ans.

-Partez et je ne vous poursuivrais pas! Il y a des risques que je meurs, mais j'ai plus de chance de m'en sortir vivant que vous...

Naruto s'avança vers ses adversaires d'un pas lent.

-Vous êtes ici dans le territoire du pays du feu... Il y a énormément de chance que vous soyez en ce
moment entouré par mes compagnons...

Le jeune renard n'était pas aussi sûr de lui qu'il essayait de le montrer. Il était bien seul contre cinq, il n'avait repéré aucun de ses frères d'armes à proximité.
Deux ninjas reculèrent, légèrement effrayé, en regardant autour d'eux. Ils s'arrêtèrent au niveau du plus jeune.

-Nous sommes venu ici pour te tuer, shinobi... Nous ne repartirons que lorsque tu seras dans l'autre monde... Souffla d'une voix monocorde le cinquième ninja.

Le ninja d'Iwa semblait bien sûr de lui, et cette assurance se transmettait a ses coéquipiers. Voyant qu'ils ne voulaient pas faire marche arrière, Naruto se mit en position de combat.

-Kage Bunshin No jutsu!

Quatre clones apparurent à ses cotés. Cette action fit sourire les ninjas du pays de la terre. En un instant, les quatre clones disparurent du champ de vision de leurs adversaires. Quelques secondes plus tard, quatre explosions se firent entendre.
Le jeune anbu s'était servit de ses clones comme bombe humaine en utilisant ses dernières notes explosives. La technique avait bien fonctionné, puisqu'il ne restait plus que le plus jeune de ses adversaires.
Celui-ci se mit à rire. Un rire macabre sortait de ses lèvres.

-Bien fait pour eux... Ce n'était que des détritus, des sous-fifres... Maintenant, je dois te tuer Jinchuuriki... Tu es le dernier de ces monstres, et tu dois mourir...

Naruto recula prudemment. Comment cet homme savait-il que Zan'kuu était le dernier porteur de démon?

-Dès que j'étais programmé pour cette mission, elle avait 100% de chance de réussir... Sais-tu pourquoi?

Naruto ne savait quoi répondre... L'homme en face de lui semblait si sûr de lui et il savait bien trop de choses...

-Tu ne sais pas? Je vais te le dire... En tant que digne arme, je vais mourir pour t'ôter la vie... C'est un Rituel unique qui appartient à un clan qui va s'éteindre aujourd'hui...
J'appartiens au clan maudit des Shinguo. J'en suis le dernier représentant, et aujourd'hui, je vais disparaître en emmenant avec moi le dernier démon...
Ainsi, la mission sera une totale réussite.

L'homme éclata de rire, puis leva les mains vers le ciel.

-Ô Dieu de la terre, écoute ma prière... Je suis le dernier représentant des extracteurs d'âme de Shinguo... Respect ma dernière volonté en emmenant avec moi mon adversaire!
Que ma requête soit respectée et que mon âme disparaisse...

Les yeux de l'homme se révulsèrent, il tomba en arrière. Son corps s'effondra avec une raideur cadavérique.
Quelques secondes suffirent pour que Naruto soit touché. Sa vision devint flou, son souffle se coupa, sa langue se dessécha, chacun de ses cinq sens disparaissaient un à un, puis ce fut le vide complet...
Un bruit sourd se fit entendre, puis les deux corps disparurent de ce monde.

Le léger gazouillement d'une hirondelle réveilla Naruto.
Le jeune anbu ouvrit tout d'abord l'œil droit, il le referma aussitôt à cause du soleil.
Il était sur le dos, en plein milieu de la forêt.
Après quelques essais il réussit à se relever et regardant autour de lui, il reconnut la clairière où il s'était battu avec les cinq ninjas d'Iwa.

Un détail le fit sourire. A ses cotés, allongés, le fameux extracteur d'âme ronflait.
Il ne put s'empêcher de rire a l'idée que la technique si théâtrale du ninja ennemi avait échoué.
Le ronflement disparut d'un coup et l'homme ouvrit les yeux précipitamment. Il se releva trop vite et trébucha.
Avec un sourire carnassier, Naruto s'approcha de son adversaire, et l'attrapa par le col.

-Ta technique n'a pas fonctionné... Je suis toujours vivant, et le démon aussi...

L'homme du village de la terre ne retrouvait plus son souffle après cette révélation qui confirmait les soupçons qu'il avait depuis son réveil non programmé. Naruto attrapa un kunaï et projeta l'homme dans un arbre.

-La prochaine fois... Essaye de ne pas trop te vanter...Crétin!

Ce fut le dernier mot qu'entendis le ninja d'Iwa avant qu'il n'aille en enfer.
Suite à cette action, Zan'kuu se laissa tomber au sol pour pouvoir souffler.
Il avait eut de la chance aujourd'hui.

Après quelques minutes, le jeune ninja se releva. Il avait un rapport à délivrer au Hokage le plus rapidement possible.

Arrivé au village de Konoha, il se dirigea jusqu'au bureau de Tsunade. C'était sa priorité pour le moment. Il devait transmettre son rapport, comment se faisait-il que les ninjas d'Iwa savaient qu'il était le porteur de Kyubi? Surtout qu'il était habillé en anbu…

En quelques bonds, il arriva jusqu'au bureau du dirigeant du village de la feuille. Une fois à l'intérieur, le jeune homme prit la parole.

-Anbu Zan'kuu au rapport...

Cette phrase causa un énorme blanc. Lorsque Naruto releva la tête, il avait face à lui un homme blond d'une quarantaine d'année. Deux anbus pointaient leur sabres sur lui, et un vieil homme semblait lui aussi sur ses gardes.

Une seule pensée vint à l'esprit du jeune renard.
«Qu'est ce que c'est que ce bordel?»