Titre : Le vampire, qui est sortit de sa tombe, qui a traversé le cimetière, qui s'est rendu en ville, qui a tué du monde, pis finalement s'est fait tuer par un prêtre.

Auteure : Marie-Ève M.

Date d'écriture : Février 2006 – mai 2006

Genre : ''Horreur''

Rating : PG 13

Résumé : ''- Pis, c'est quoi l'histoire?...

- Ohn!... C'est l'histoire d'un vampire, qui est sorti de sa tombe, qui a traversé le cimetière, qui s'est rendu en ville...

- Bon, ok ok, j'ai compris.'' Inspiré de /watch?v=cEVICpK_0ls (1m10)

Disclamer : Tout l'univers de Dans une galaxie près appartient à Claude Legault et Pierre-Yves Bernard. Je ne possède rien de tout ça. Cette fanfic n'est pas commerciale, seulement personnelle et je ne fais pas d'argent en écrivant ça.

Note : Voir l'épisode 02 de la saison 01, Bob Bu (lien au-dessus). En trois chapitres.


Chapitre 1

Une envie pressante, inéluctable, excessive le saisit à un tel point, à cet instant.

Le souhait de percevoir la saveur métallique du sang, de laisser le long filet de rouge s'égoutter peu à peu sur ses canines affilées. Un désir de savourer la chair tendre, appétissante, du cou lisse et vertébral de sa victime. La soif de se sentir repris d'énergie. De voir sa proie s'écrouler, inconsciente par la perte de toute cette hémoglobine.

Il avait passé trop de temps à dormir, à attendre son réveil, niché au creux de sa sépulture étouffante, de ses rêves sanguinaires, presque abjects.

Ce goût de mordre lui avait fait ouvrir les yeux, l'avait animé de toute part. De cette manière, une ouverture s'était fissurée pour le laisser discerner la lune qui brillait sous le ciel du cimetière.

Il utilisa toute la force de son bras pour briser la pierre en petits morceaux à plusieurs endroits pour lui laisser l'espace de se relever.

Ses muscles engourdis se plièrent alors péniblement pour sortir de là, d'un geste lourd. La tombe s'écroula par terre, complètement détruite.

Il se débarrassa de la poussière abondante sur sa cape, en l'époussetant de plusieurs coups de mains secs. Il la passa aussi dans ses cheveux les débarrasser de la terre qui s'était logé dans ses mèches. Il arrangea son apparence, testant son haleine, lissant ses vêtements pour effacer toute trace de son passage longiligne sous terre. Et surtout pas question d'attaquer tout sali et négligé, ça serait répugnant, si peu élégant.

Une fois bien assuré d'être présentable, il fit quelques pas difficiles entre les épitaphes en direction de la haute grille métallique des mètres et des mètres plus loin. Puis, sa démarche se normalisa, tranquillement.

Il finit par arriver à la limite du cimetière après de nombreux et durs efforts. Les poumons en feu, il se permit une petite pause. Voilà si longtemps qui n'avait pas utilisé ses jambes. Ça lui semblait être une tâche colossale.

La main sur son ventre, il s'appuya de l'autre sur les barreaux en fer forgé de la grille afin de reprendre son souffle. Il observa le paysage de monuments funèbres en silence. Il aimant bien ce lieu, il était peut-être son préféré de tous ceux existants dans le monde des vivants.

Il reprit son chemin et défonça la grille avec brutalité pour passer. Celle-ci s'ouvrit sur le choc. Il quitta le petit cimetière en retrait d'une ville éclairée qu'on s'apercevait à l'horizon du noir de la nuit.

Il emprunta la petite route pour s'y rendre. Une longue marche qui dura plusieurs dizaines de minutes épuisantes. Et même plus.

À l'aurore, il était enfin rendu au centre-ville et il devait se dépêcher de se trouver un abri pour le jour. Chose facile, il s'introduit en cachette dans un bloc appartement désuet et condamné.

Et il attendit, avec impatience, le soir.