Disclaimer : Personnages et univers sont de Ruddy Pomarede.
Prompt : Kink "Trouble psychologique" + Kevin - Hippolyte
Notes :
Se situe durant la saison 2


- Carlita, ma chère !

Carla se retourna, furibonde, et lâcha une giclée d'électricité sur la personne qui venait de la nommer ainsi. Deborah se releva sans aucune égratignure. Quelques étincelles couraient tout de même sur ses cheveux qui avaient brusquement frisés.

- Je vous ai déjà dit de ne pas m'appeler comme ça !

Il n'y avait que son mari qui avait ce droit. Et encore quand elle le souhaitait. Deborah n'en tint pas cure, et trottina à la suite de sa
maîtresse qui reprenait son inspection des locaux.

- Dites moi ma chère, sauriez-vous pourquoi Kevin est aussi... comment dire... pas dans son état normal ?
- Je m'en fiche royalement.

- Il se met à parler de poneys roses courant sur des arcs-en-ciel, et parle de déclarer sa flamme au DRH. Je l'ai vu traverser les couloirs
avec un bouquet de pétunias à la main. De très jolis pétunias en passant.

Deborah se cogna au dos de Carla quand celle-ci stoppa net sa progression. Couinant de douleur, la styliste se mit sur la pointe des pieds pour voir ce qui se passait. Et découvrit Kevin assis sur le bureau du DRH. Ce qui lui fit pousser un cri de diva.

- Le pauvre chou va se faire saigner comme un cochon de lait.
- Laissez-le Deborah.
- Mais que... Il va souffrir !
- Oh sûrement pas autant que notre DRH.

Deborah regarda le sadisme s'étaler sur le visage de Carla comme une crème de nuit fraîchement appliquée. Puis reporta son attention sur son petit Kevin adoré qui séduisait ouvertement le DRH. Le tecktonikeur s'était pratiquement allongé sur le bureau, tendant son bouquet à Hyppolite qui tirait une telle mine de dégoût que c'était à se demander s'il n'allait pas vomir dans la seconde.

- La prochaine fois, amenez des roses. Elles ont l'utilité d'avoir des épines.

Hyppolite avait enfilé des gants en plastique, saisit le bouquet entre deux doigts... et jeté celui-ci derrière lui dès que Kevin avait eu le
dos tourné. Il ne voulait sûrement pas attraper la connerie latente de ce résidu de la société. Résidu qui était toujours à ses aises sur son
bureau.

- Mais les roses coûtent cheeers. De tute façon aucune fleur n'égalera la beauté de vos yeux bleus.
- Je n'ai pas les yeux bleus. Le daltonisme fait parti de ta liste de tares ?
- Mais si ils sont bleus.

Kevin tendit la main et ôta les lunettes de son DRH. Non sans après se rapprocher de très près, se trouvant nez à nez avec un Hyppolite dont l'aura dégageait une noirceur palpable.

- Vous les cachez avec vos lunettes, c'est dommage. Tiens vous avez un grain de beauté juste là.
- ME TOUCHE PAS ABRUTI CONGENITAL.

La silhouette de Kevin imprima la fenêtre qui se trouvait juste en face du bureau, tandis que le corps du tecktonikeur s'incrusta dans le
trottoir. La scène fut accompagnée des cris de Deborah qui dévala les escaliers pour aller soigner « son Kevin en sucre » tandis que Carla se demandait s'il n'y avait pas là matière à tirer pour virer le DRH. Sur ces entrefaites, Cindy débarqua.

- Dites, qui a fouillé dans le tiroir secret de Tonton ? Y a aucune plus aucune sucette à la viande, et son stock d'herbes et de champignons a disparu.