ATTENTION : Je ne possède en rien l'oeuvre qu'est Sailor Moon et tous ses dérivés, dont PGSM. Ils sont la propriété exclusive de Mme Naoko Takeuchi.

Je serais très flattée si vous me laissiez une review. J'accepte toutes les critiques, pour peu qu'elles soient constructives ;)

Un grand merci à , Natsu82, ma beta readeur.

Chapitre I

Temple Hikawa-Tokyo

5h00 sonnait et Rei se trouvait dans l'impossibilité de se rendormir. Résignée, elle décidait finalement d'aller se préparer une tasse de thé dans la cuisine du temple.

Elle constatait toujours avec un certain étonnement à quel point le temple et son jardin pouvaient paraître lugubre la nuit. Le contraste avec le paysage paisible et verdoyant visible la journée la saisissait à chaque fois.

Hâtant son pas, elle frottait instinctivement le haut de ses bras pour tenter de se débarrasser du froid nocturne tenace qui l'étreignait.

Arrivée dans la cuisine, elle plaçait rapidement la bouilloire sur le feu, prenait une tasse dans le placard mural, y plaçait machinalement du thé vert puis s'asseyait en attendant le sifflement caractéristique. Sentant la fatigue peser lourdement sur ses épaules, elle laissa échapper un bâillement sonore.

Rei se demandait sincèrement depuis quand sa vie était devenue aussi pénible et douloureuse. Chacun de ses muscles ressentait le poids de la fatigue accumulée au cours de ses longs derniers mois. Impossible de connaître le repos quand, à peine endormie, des visions étranges, réminiscence d'un passé révolu, ancestral, l'assaillaient. Ces rêves d'un genre particulier s'accompagnaient de sensations et de sentiments qu'elle n'avait jamais expérimentés auparavant. Elle avait bien tenté d'interroger le feu sacré à de nombreuses reprises mais celui-ci était toujours resté obstinément muet sur le sujet.

Serrant sa tasse de thé entre ses mains pour se procurer un peu de chaleur, Rei réfléchissait, se concentrait pour déterminer exactement quand ce phénomène s'était emparé de ses nuits.

Si sa mémoire ne lui jouait pas des tours par cette calme nuit sans sommeil, tout avait commencé il y a exactement un an. Elle venait alors de passer les deux plus belles heures de sa vie et ne se doutait pas alors que l'insomnie deviendrait, dés ce moment précis, sa compagne la plus fidèle.

Ses étranges rêves n'étaient pas le seul phénomène atypique qui la frappait. Parallèlement à l'apparition des songes, Rei avait vu ses pouvoirs de senshi revenir petit à petit. Au début assez faible, elle sentait à présent le pouvoir planétaire de Mars, chaud et incandescent, couler dans ses veines. Sa force, sa rapidité, ses reflexes et sa vision étaient désormais accrus et avaient atteint un niveau alors expérimenté uniquement après à son éveil.

Rei se demandait sérieusement si le retour de ses pouvoirs avait un rapport avec les rêves qui l'assaillaient chaque nuit depuis un an maintenant. Mais ce qui l'inquiétait le plus est le fait que ces même pouvoirs devenaient plus puissants jour après jour. Cette constatation la terrifiait. Depuis qu'Usagi avait régénéré le monde, plus aucun Yoma n'avait pointé le bout de son nez et Rei se demandait si elle parviendrait à canaliser encore longtemps ses pouvoirs, dussent ceux-ci continuer à grandir.

Terminant son thé avec hâte, elle décidait de se rendre dans la salle du feu sacré afin d'essayer de trouver le repos mais surtout, se réchauffer par cette froide nuit d'hiver. Depuis toute petite, le feu représentait pour elle une présence rassurante et apaisante qui l'avait aidée à de nombreuses reprises à vaincre la peine et la solitude de sa vie religieuse.

Ne saisissant pendant longtemps pas son rapport si particulier à cet élément, elle comprit en devenant senshi que celui-ci représentait son pouvoir planétaire et que de lui découlait ses dons de divination ainsi que ses aptitudes surhumaines.

En perdant ses pouvoirs de senshis, Rei avait tout de même été à la fois surprise et soulagée de conserver son don de divination et son affinité si particulière avec le feu.

Il en avait été de même pour ses comparses puisqu'Ami avait gardé un contact particulier avec son élément qui lui permettait de déceler les fuites d'eau.

Makoto était capable de prévoir la météo et la force des orages.

Usagi, quant à elle, pouvait guérir des blessures mineures tandis que Mamoru conservait un lien très étroit avec sa planète le rendant en mesure de connaître son état de santé en temps réel.

Seule Minako avait conservé tous ses pouvoirs mais s'était bornée à rester très discrète sur leurs manifestations.

Assise devant le feu sacré, Rei sentait la fatigue peser lourdement sur ses paupières. Consentant à s'octroyer quelques minutes de repos, elle sentit le sommeil l'emporter vers un monde inconnu, féérique, où la Terre flotte dans le ciel et où elle est de nouveau Sailor Mars.

TV Tokyo, coulisses du studio 5-Tokyo

9h00 affichait la pendule des coulisses. Subissant maintenant depuis près de une heure une séance coiffure qui ne semblait pas vouloir connaître de fin, Minako laissa échapper un bâillement et se reprit quasiment instantanément :

« Oh pardon Hitomi-san, je ne voulais pas… »

Hitomi gênée, répondit dans un sourire :

« Non, je vous en prie, ne vous excusez pas Aino-sama, c'est moi qui met trop de temps aujourd'hui… »

Dans un sourire rassurant, Minako lui assura :

« Ce n'est pas grave, l'important est que le résultat soit parfait et je suis sûre que vous ferez des merveilles une fois de plus, Hitomi-san »

Minako en profita ensuite pour avaler une grande gorgée de boisson énergisante bien connue et appréciée pour son efficacité. Cela faisait un certain temps que le café peinait à lui procurer le moindre effet et les petites canettes bleues et argent étaient devenues son meilleur allié pour supporter son rythme de vie effreiné.

On lui avait bien proposé, lors de soirées, quelques substances illicites censées l'aider à surmonter la fatigue qui l'écrasait chaque jour davantage mais Minako s'y était toujours refusée. Faire la une des tabloïds chaque semaine représentait pour elle une participation suffisante à ce monde superficiel et vaguement décadent qu'elle ne souhaitait fréquenter qu'à doses légères et maîtrisées.

Sa tournée mondiale venait de s'achever et elle faisait son retour triomphal au Japon. Toutes les stations de radio et de télévision se l'arrachaient. Sa tournée avait été un énorme succès et Minako avait réussi l'exploit d'être la première chanteuse japonaise à percer en occident et à faire jeu égal avec les plus grandes stars du moment. Elle représentait du pain béni pour les professionnels du divertissement qui voyait en elle un moyen de battre des records d'audience. Son manager avait d'ailleurs été très occupé à négocier à la hausse ses apparitions et à organiser son emploi du temps dans un souci maximal de rentabilité.

Minako était on ne peut plus satisfaite du tournant qu'avait pris sa carrière. Elle se sentait au sommet et elle l'était à tous les niveaux. Au sommet des charts mondiales, ses concerts se jouaient à guichets fermés et ses apparitions télévisuelles et radiophoniques battaient systématiquement des records d'audience.

Tout aurait été parfait si Minako ne se sentait pas aussi exténuée. Sa dernière tournée s'était révélée éreintante et son emploi du temps ne s'était pas allégé à son retour, au contraire. Ses dernières vacances remontaient à plusieurs années et elle se sentait sur le point de se briser mentalement et physiquement. Le surmenage l'attendait clairement au tournant, prêt à la faire chuter à la moindre occasion. Afin de prendre les devants et d'éviter un incident qui lui rappellerait immanquablement des souvenirs pénibles et pas si lointains, elle avait décidé de demander quelques jours de vacances à son manager.

L'enjeu étant de taille et connaissant l'obstination de son collègue de travail et ami, Minako avait pris le temps de choisir et peser le moindre des mots qu'elle allait utiliser pour appuyer ses arguments. Les enregistrements du talk show auquel elle participait devant commencer dans moins de deux heures, elle avait choisi ce créneau horaire afin de ne pas laisser trop de temps de réflexion à son manager et ainsi hâter sa prise de décision.

Sugao Saitou entra dans la pièce rapidement pour vérifier où en était la préparation de Minako, il tapa dans ses mains afin d'avoir la complète attention des personnes présentes dans la pièce puis clama fort et intelligiblement :

« Il faut accélérer le mouvement-là sinon Minako-chan ne sera jamais prête à temps ! »

Hitomi acquiesça fortement puis se remit rapidement au travail en s'efforçant d'accélérer sa cadence de travail.

Minako suivait des yeux son manager dans le miroir jusqu'au moment où son regard croisa le sien, elle en profita alors immédiatement pour lancer la conversation qu'elle s'était promise d'avoir avec lui :

« Sacho, je dois te parler de quelque chose d'important… » Commença t-elle sur un ton grave »

« Minako chérie, je suis convaincu que ça peut attendre après les enregistrements. Là la priorité est que tu sois prête à temps, je suis sûr que tu le comprends, hein ? »

Minako sentait sa volonté vaciller en voyant le regard suppliant de son manager posé sur elle. Elle ressentait également son stress. Serrant ses poings sous la coiffeuse, elle reprit d'un ton déterminé, le regard fermé :

« ça ne peut pas attendre puisque ce talk-show sera mon dernier… »

« Pardon ? » ne put s'empêcher de lâcher le manager, d'un air totalement incrédule.

Minako reprit, plus souplement : « écoute, je suis plus que satisfaite du succès de la tournée mondiale…même dans mes rêves les plus fous, je n'aurais jamais pu imaginer quelque chose d'aussi énorme… »

« Mais alors il n'y a pas de problème chérie ! » lança-t-il soulagé puis cria haut et fort : « allez tout le monde, ce n'est pas le moment de se relâcher ! »

« Sacho ! » Cria Minako plus fort que lui.

Hitomi arrêta net sa besogne, incapable de cacher la surprise qui s'affichait sur son visage et les interrogations qui l'assaillaient soudainement, l'empêchant de poursuivre sa tache.

Sugao Saitou, quant à lui, regardait sa jeune protégée la bouche grande ouverte, le choc l'empêchant d'articuler le moindre son.

Sans fléchir le moins du monde, Minako reprit calmement : « je suis fatiguée, j'ai besoin de vacances et quand je te dis que j'ai besoin de vacances, c'est que j'en ai vraiment besoin… »

Le manager se lança alors aux genoux de Minako et lui dit d'un ton terrifié :

« Ta tête ? Tu as de nouveau des migraines, c'est ça ? Tu es allée consulter ton neurologue ? Que t'a-t-il dit ? »

Minako l'interrompit, un sourire attendrit traversant ses lèvres : « Je vais bien, je suis juste vraiment crevée. J'ai besoin de vacances pour pouvoir continuer à donner le meilleur à mon public. »

Le manager poussa un long soupir peiné puis admis lentement : « D'accord chérie, tu as besoin de combien de temps pour être de nouveau en forme ? »

Minako répondit instantanément : « un mois »

« Là tu en demandes beaucoup » constata Sugao Saitou d'un air ennuyé.

Minako le regardait toujours à travers la glace d'un air inflexible.

« Bon, bon, ok tu es relâchée de toutes tes obligations pour un mois dés la fin des enregistrements » admis-t-il d'un air résigné.

Minako ne put s'empêcher de sourire fortement, satisfaite d'être parvenue à ses fins avec autant de facilité.

Hitomi, quant à elle, soupira, soulagée que le conflit ait connu une fin heureuse, et reprit son travail sur les cheveux de Minako.

Sugao Saitou ne peut s'empêcher de lâcher, sans réfléchir, une remarque innocente en regardant Minako se faire coiffer : « Tu vas en profiter pour voir Reiko ? »

Un air contrarié traversa rapidement le visage de Minako mais disparu quasiment aussitôt derrière l'habituel masque de self-control de l'Idole, qui feignit de n'avoir pas entendu la remarque.

Le manager, n'ayant rien remarqué, poursuivait : « Non parce qu'avec un mois de vacances, vous pourriez en profiter pour faire un beau et long voyage, romantique… »

Minako l'interrompit immédiatement, sèchement : « Sacho, je te rappelle qu'il n'y a rien entre Rei et moi ».

Le manager, non disposé à lâcher l'affaire si facilement, reprit : Minako chérie, personne ne te connait mieux que moi. Tu sais très bien que mentir ne marche pas avec moi… »

Lançant un grand sourire à sa jeune protégée, il continua « Tu ferais bien de recontacter Reiko. Ça fait une éternité que vous ne vous êtes pas vues toutes les deux et je suis sûre que ça vous ferait du bien de renouer le contact… »

Minako peinait à cacher son exaspération. Son visage était à présent fermé et son regard sombre. Elle sentait que la discussion était partie pour durer car son cher manager avait pour habitude de lui faire promettre tout un tas de choses qu'elle avait toujours eu du mal à lui refuser. C'est ce moment précis que choisit son téléphone portable pour sonner.

Minako le prit pour regarder le nom de l'appelant et découvrit avec surprise et agacement qu'il s'agissait de Rei. Elle se dit alors intérieurement que la journée allait être particulièrement longue.

Royaume du Millenium d'argent- Lune

2h affichait la pendule de la chambre de Rei et celle-ci se trouvait dans l'impossibilité de fermer l'œil. Peut-être était-ce du au fait qu'elle se sentait seule dans son grand lit sans Minako près d'elle. Elle constatait avec étonnement et amusement à quel point la native de Venus s'était rendue indispensable et irremplaçable dans sa vie.

Néanmoins, imputer les raisons de son insomnie à l'absence de Minako auprès d'elle s'avérait réducteur puisqu'un mauvais pressentiment taraudait la martienne depuis maintenant quelques heures et l'empêchait de trouver le repos.

Désirant mettre un terme à cette situation stérile, Rei décida d'aller interroger le feu sacré. A cette fin, elle s'habilla rapidement puis se rendit dans les jardins du palais où une cabane avait été aménagée spécialement pour lui permettre d'exercer ses dons de divination sans être dérangée.

Rei s'agenouilla devant le feu et commença à méditer. Ce qu'elle vu ne lui plu guère. En effet, le feul lui indiquait clairement une attaque imminente de Yomas en ville, aux portes du palais. Afin de vérifier les prédictions de son élément, Rei décida de se rendre dans le secteur concerné mais elle devait auparavant avertir son commandant.

Elle porta donc sa montre à sa bouche et appela Minako. Une voix fatiguée mais où se profilait une réjouissance notable, lui répondit immédiatement :

« Quelque chose ne va pas Reiko ? Tu ne dors pas à une heure aussi tardive car mon absence t'est insupportable ? »

« Désolée de te décevoir Mina mais j'avais un mauvais pressentiment alors j'ai décidé d'aller interroger le feu sacré… »Lui répondit Rei avec un sourire taquin.

« Ah ? Et donc… ? » Dit Minako soudainement intriguée.

« Eh bien un groupe de Yomas est censé faire son apparition en secteur A1 de la ville. Tu sais ce que ça veut dire… »

« Oui, ce sont les portes du château »

« Vu le danger qu'une telle attaque pourrait représenter, je pars tout de suite en repérage » dit Rei calmement mais avec détermination.

« Ok Reiko. Je contacte tout de suite Ami et Makoto pour qu'elles se tiennent prête si tu as besoin de soutien. Comme tu le sais, je ne pourrai pas t'assister, je suis de corvée…hum ! Je veux dire de patrouille au château… »

« Ne t'inquiète pas Mina, je peux m'en charger très bien toute seule » lui confia Rei avec assurance.

« Je n'en doute pas mais sois quand même prudente» insista avec fermeté la native de Venus.

« Aie confiance. Quand tout sera finie, je viendrai te retrouver »

« ça aurait été avec grand plaisir mais je ne peux malheureusement me soustraire à mes obligations comme ça Reiko… » lui répondit Minako avec douceur.

« Dommage ! J'y vais.»dit Rei, un peu déçue.

« A plus tard Rei Bear »lui répondit Minako avec un léger rire.

Elle n'eut pour toute réponse qu'un grognement désapprobateur.

A peine la conversation terminée, Rei se mit en route vers le secteur A1. Afin d'éviter d'être vue par la population, elle emprunta les toits des immeubles. Courant à toute jambe, sa rapidité de senshis lui permit d'arriver en mois de cinq minutes sur place.

Elle remarqua immédiatement le groupe de Yomas, masqués et drapés de noir, en train de s'en prendre à des habitants afin de leur voler leur énergie vitale.

Sautant immédiatement du toit où elle était postée, Rei atterrit avec aisance sur le sol et lança une attaque de feu qui eut pour conséquence de séparer les Yomas et de permettre aux villageois apeurés de prendre la fuite.

Rapidement ses ennemis l'encerclèrent. Ils étaient quatre et prêt à l'affrontement. La senshi du feu commença par s'élancer vers les deux qui se trouvaient devant elle en projetant des flammes ardentes. Un des Yomas n'eut pas le temps d'esquiver et fut brûlé vif tandis que son compagnon échappa à l'attaque grâce à sa rapidité.

Rapidement prise à revers par les deux autres Yomas, Rei se dégagea à l'aide d'un saut de plusieurs mètres. A présent à bonne distance, elle banda son arc afin de décocher des flèches enflammées en direction des envahisseurs. La première atteint l'un deux mais le second fit une percée et l'envoya s'encastrer dans l'immeuble le plus proche à l'aide d'un coup de pied dévastateur.

Encore étourdie par le choc, Rei se relevait la respiration coupée et la poitrine douloureuse. Elle devait sans doute avoir une ou deux côtes cassées mais peu importe. Elle se sentait amplement capable de s'occuper des deux Yomas restants.

Concentrant la lave incandescente entre ses mains, elle projeta un large courant de feu en direction de ses ennemis qui l'évitèrent avec facilité. Rei s'élança alors sur eux pour entamer un combat au corps à corps et tenter de les brûler vif par imposition des mains.

Néanmoins, elle n'avait pas remarqué que l'immeuble qui avait reçu de plein fouet son torrent de lave se consumait à présent rapidement. Les habitants fuyaient à toute jambe. Rei porta rapidement son communicateur à sa bouche et cria : « Ami, Makoto, venez tout de suite en secteur A1 ! Je suis aux prises avec deux Yomas et j'ai besoin de renfort pour évacuer les civils ! »

« Ok, je suis là d'ici 3 minutes » fut la seule réponse d'Ami

« Tient bon Rei, j'arrive! » lui assura Makoto.

Raccrochant, et elle reprit sa lutte avec les deux Yomas. Parant aisément leurs coups, Rei remarqua derrière eux que l'immeuble en feu commençait à s'effondrer et un enfant n'avait pas eu le temps de fuir. Visiblement prisonnier des flammes, ce dernier ne trouvait pas de solution pour échapper au brasier. S'élançant instinctivement pour lui porter secours, Rei ne vit pas le coup de pied d'un des Yomas se planter dans ses côtes déjà meurtries.

Le souffle coupé et la douleur irradiant tout son corps, la native de Mars tombait à genoux, un grognement sourd s'échappant d'entre ses dents serrées.

Visiblement satisfait de la tournure que prenait le combat, les deux Yomas se rapprochèrent d'elle afin d'en finir.

Dans un effort certain, la martienne se releva, chancelante. Elle se mit néanmoins à courir à toute jambe vers l'immeuble sur le point de s'effondrer en prenant de vitesse ses ennemis.

Se tenant toujours les côtes, Rei traversa avec aisance les flammes jusqu'à l'enfant. Elle le porta jusqu'à l'extérieur et lui dit de fuir le plus loin possible.

Rei n'eut pas le temps de regarder l'enfant s'exécuter car les Yomas se trouvaient déjà à quelques mètres d'elle et la regardait d'un air moqueur. Ayant à peine le temps de comprendre ce qu'il se passait, Rei entendit derrière elle l'immeuble s'effondrer. Bondissant en avant, elle évita de nombreux débris mais fut vite propulsée par le souffle de l'explosion.

Elle sentit rapidement sa chair lacérée par les bris de verre provenant de l'immeuble mais fut incroyablement soulagée que son élément fut le feu, qui lui évitait d'être brûlée sévèrement sur tout le corps.

Tentant d'atterrir sur ses jambes, Rei chuta lourdement et constata qu'une de ces jambes avait été brisée. Etrangement, elle n'y ressentait que peu de douleur. Elle ne savait pas s'il fallait s'en réjouir ou s'en inquiéter mais cette insensibilisation apparaissait comme une véritable bénédiction vu la souffrance insoutenable que lui infligeait sa blessure aux côtes. Se mettant à genoux, Rei banda de nouveau son arc et se plaça en attente des deux Yomas qui ne pouvaient lui avoir fait la grâce de périr dans l'effondrement de l'immeuble. Un craquement persistant se fit entendre. La native de Mars s'attendait à voir ses ennemis surgir des décombres d'un moment à l'autre. Quelle ne fut pas sa surprise quand une poutre, plantée derrière elle par l'explosion, s'effondra sur elle inéluctablement. Crachant du sang dans un râle désespéré, Rei sentit cette fois-ci ses organes internes touchés. L'air saturé de poussière et de souffre la suffoquait tandis que sa poitrine irradiait une douleur lui faisant perdre la tête. Sentant une fatigue insurmontable l'emprisonner, Rei ferma progressivement les yeux quand deux ombres se mirent à se rapprocher inéluctablement.

Se réveillant en sursaut, paralysée par la douleur, incapable d'articuler quelques mots, la martienne voyait les deux Yomas se diriger vers elle et aiguiser leurs griffes. Une tornade d'éclairs providentielle les fit efficacement reculer.

« Rei, est-ce que ça va ? » Cria Ami en s'approchant du corps meurtri de la martienne.

Rassemblant tout son courage, Rei parvint à articuler faiblement: « Côtes, bras et jambe cassés, organes internes atteints mais ça va... »

« J'appelle immédiatement les secours, tiens bon, ils seront là d'une minute à l'autre ! »lui cria Ami, visiblement paniquée.

Mais la vision de Rei commençait à se voiler, s'obscurcir jusqu'à ce qu'une vois familière se fasse entendre : « Reiko, je t'interdis de t'endormir ! »

Sursautant légèrement, Rei découvrit Minako penchée sur elle, la mâchoire serrée afin de retenir les larmes qui naissaient dans ses yeux noisette. Il était évident que la vénusienne faisait alors appel à tout son sang froid pour ne pas craquer en voyant celle qu'elle aimait plus que tout dans un état pareil.

« C'est un ordre ? » répondit Rei dans un léger sourire.

« Oui c'est un ordre et si tu n'obéis pas, je saurai te le faire payer une fois qu'on sera sorties de ce merdier! » lui répondit Minako qui peinait à garder son calme.

« Inutile d'être si grossière mon commandant…Et ta ronde ? Pourquoi tu n'es pas restée au château ? »

« Si tu as d'autres questions idiotes à poser, je te conseille de les garder pour toi ! »lui répondit Minako, furieuse.

« Très bien… »Fut la seule réponse de Rei qui ferma de nouveau progressivement les yeux.

«Ne t'endors pas ! »lui ordonna la vénusienne.

« Pardon mais je suis si fatiguée…je n'en peux plus…Pardon Mina… »

«Je sais comment je vais te maintenir éveillée… »

Rei vit alors le visage de Minako se rapprocher du sien et l'embrasser intensément. La sensation fut pour le moins étrange du fait du mélange de sang et de poussière que Rei avait dans la bouche mais sentir Minako si proche d'elle apaisait quelque peu la douleur insupportable que lui procuraient ses membres meurtris. Le temps semblait se figer et le hurlement désespéré que poussa l'un des Yomas parut bien lointain, presque irréel.

Soudain le temps reprit son cours quand une ombre noire approcha à pas de loup de Sailor Venus. Interrompant son baiser avec Rei, celle-ci se releva rapidement, saisit la chaine dorée qui ceignait ses hanches et l'élança sur le Yoma qui avait osé troubler son moment romantique avec Rei. L'entité démoniaque tenta bien d'esquiver mais la chaine de Venus fut plus rapide que lui et le ligota avec efficacité. D'un mouvement brusque et puissant du bras gauche, la native de Venus ramena la chaine à elle et fit apparaître dans le même temps la dague de Venus dans sa main droite. Une fois à porté, elle enfonça la dague dans la poitrine du Yoma qui fut immédiatement transpercé de multiples rayons lumineux dorés et disparu dans un hurlement effroyable. Le visage de Minako affichait une froideur et une dureté que Rei ne lui avait encore jamais vue.

Essuyant le sang qui lui était resté sur la bouche, Minako se rapprocha de nouveau de Rei et regarda avec détermination la poutre qui maintenait son amie au sol.

« Assez joué »fut les seules paroles qu'elle prononça avant de placer ses deux mains sous l'un des côtés de la poutre. Une lumière dorée aveuglante irradia soudain la jeune femme. Rei, aveuglée, plissa les yeux et vit Minako soulever la poutre et la lancer plus loin.

Mars assistait pour la première fois à la manifestation du véritable pouvoir de Venus et celui-ci semblait incommensurable. Toujours sous le choc, Rei vit le visage de Minako rapidement s'adoucir. Cette dernière se pencha sur elle et la prise dans ses bras. Sentant son corps meurtri quitter doucement le sol, Rei se demandait confusément ce que celle qu'elle aimait avait en tête.

Voyant Vénus faire, Ami l'interpella « Minako, qu'est-ce que tu fais ? »

« Etant donné que les secours ne semblent pas vouloir arriver, j'emmène Rei au château. Elle sera soignée par la reine en personne s'il le faut ! »

« Tu es folle ! C'est extrêmement risqué de la bouger dans son état et nous ne pouvons demander une telle faveur à la reine ! »S'offusqua Ami.

« J'en prends l'entière responsabilité ! »Hurla Venus avant de disparaître à toute vitesse.

La tête doucement posée contre l'épaule de Minako, Rei sentait le parfum de celle-ci envahir son esprit et l'apaiser. Cédant finalement à la fatigue, la native de Mars s'endormit paisiblement dans les bras de celle qu'elle avait toujours aimée.

Temple Hikawa- Tokyo

Trois coups puissants venaient frapper la lourde porte en bois de la salle du feu et réveiller Rei en sursaut. Cette dernière regardant sa montre s'aperçut qu'il était déjà 10h. Voulant se redresser d'un bond, Rei se retrouva clouée au sol par une migraine lancinante et une nausée revancharde. Portant instinctivement sa main à la bouche, elle évita ce qui semblait pourtant inévitable.

Malgré les douleurs lancinantes qu'elle ressentait à la tête, Rei parvint à se mettre debout et à se diriger non sans mal vers la porte de la pièce. Derrière, elle y trouva son grand père qui la scrutait avec une inquiétude non dissimulée

« Est-ce que tu vas bien Rei ? Tu as encore passé la nuit dans la salle du feu ? »

« Oui ça va grand-père, ne t'inquiète pas. J'avais juste du mal à m'endormir hier soir donc j'en ai profité pour méditer ». Rei s'efforça du mieux qu'elle put, malgré la douleur, d'afficher un sourire rassurant.

« Très bien mais n'en fait pas trop aujourd'hui alors. Je vais demander à Yuushiro de t'aider au maximum sur tes corvées »

« Non grand-père, n'embête pas Yuushiro avec ça, je t'assure que je vais très bien ! »

Les efforts de la miko se révélèrent vains puisque son grand-père retournait déjà vaquer à ses occupations sans se soucier le moins du monde du désaccord manifesté par celle qu'il considérait comme sa petite fille.

La miko s'adossa lourdement contre la porte de la salle du feu, se tenant la tête, la respiration lourde et difficile. Cette situation n'avait que trop duré. Elle avait besoin de réponses car, si ses nuits étaient occupées par ces étranges rêves, ses journées voyaient ses pensées être accaparées par toutes les questions qui l'assaillaient chaque jour davantage.

Ces rêves reflétaient-ils réellement sa vie antérieure ?

Si c'est le cas, pourquoi était-elle la seule à les faire ? Et pourquoi maintenant ?

Pourquoi son corps les refusait-t-ils aussi violemment ? Et pourquoi ressentait-elle aussi fort les émotions et sentiments qu'elle éprouvait dans ces songes ? En quoi ces rêves pouvaient-ils influencer sa vie présente ?

Toutes ces interrogations ne pouvaient trouver de réponse qu'auprès d'une seule personne : Minako Aino, anciennement Sailor Venus, seule senshi à avoir recouvré tous ses souvenirs de sa vie antérieure.

Rei prit son téléphone portable au fond de sa poche et rassembla tout son courage pour appeler celle qu'elle avait toujours aimé mais qui s'obstinait depuis de nombreux mois à esquiver tout contact avec elle. Composant rapidement le numéro, la miko attendit fébrilement que la star, alors sans doute très occupée, daigne décrocher.