Eh oui, encore une Sco/Ro, décidément je les aime ces deux-là!

Les personnages ne m'appartiennent évidemment pas...

Rating: K

J'espère que cela va vous plaire, parce que j'ai adoré l'écrire!


Transplanage Incontrôlé


Chapitre 1 : Désartibulation

CRRRAAAC

Rose, en sang, resta là pendant plusieurs minutes, étendue sur ce sol froid recouvert de neige.

Le vent soufflait fortement, faisant voler les flocons dans un long sifflement.
La rousse garda un instant les yeux fermés, est ce qu'elle était morte ? Non, il lui semblait que non, sinon, elle n'aurait pas pu bouger ses pieds… songea-t-elle en remuant les orteils. Une fulgurante douleur se répandit soudain dans son bras, lui arrachant un gémissement. Elle avait incroyablement mal et n'osait plus faire le moindre mouvement.

- Y'a… y'a quelqu'un ? Murmura-t-elle.

Personne. Où était-elle donc ? C'était le cadet de ses soucis pour l'instant. Elle avait mal, très mal. Rose n'en pouvait plus. La douleur lui semblait de plus en plus vive, alors elle serra les dents et tenta de se redresser mais sa cheville se mit également à la faire souffrir. Une fois n'est pas coutume, elle jura et se laissa lourdement retomber sur le dos, laissant échapper une nouvelle plainte. Elle était enfouie dans 15 bons centimètres de neige, blessée et seule.

Elle sentit les larmes lui monter aux yeux et battit des paupières pour les empêcher de couler, n'y parvenant que partiellement, elle ferma les yeux tout simplement et attendit que quelqu'un lui vienne en aide en cherchant à se rassurer mentalement : Rose, calme-toi Rose, quelqu'un va bien te trouver ici…quelqu'un de bien attentionné qui te ramènera chez toi…Oui…Pitié…faites que quelqu'un arrive…Que quelqu'un…arrive… N'importe qui… Est-ce que c'est moi ou j'entends des pas ?

- Oh BON SANG !

Elle avait bien entendu quelqu'un, une voix masculine était parvenue à ses oreilles malgré le vent. Au prix d'un effort incommensurable, Rose se redressa pour apercevoir une personne qui s'enfuyait à toute jambes mais elle n'aperçu que l'étoffe d'une cape noire voler derrière le coureur. Pourquoi l'individu partait-il et la laissait là ? Elle voulu l'appeler, lui demander de revenir l'aider mais elle se sentit brusquement nauséeuse lorsqu'elle ouvrit la bouche. Elle bascula en arrière et retomba sur le dos. Elle avait dépensé trop de forces pour se redresser, aidée par ses blessures, elle perdit connaissance sans savoir si la personne à la cape allait revenir un jour.


Scorpius Malefoy, les mains tremblantes, tripotait tous les flacons de l'armoire à pharmacie qui se trouvait dans la salle de bains du manoir. Weasley. Rose Weasley était dans son jardin, désartibulée. Weasley. Il n'arrivait pas à y croire. Sa main se referma sur la petite fiole recherchée, sans prendre le temps de refermer le placard, le blond se rua à l'extérieur.

- Weasley ! WEASLEY ! ROSE ! S'écria-t-il en s'agenouillant à coté de la jolie rousse.

Il jura quand il remarqua qu'elle s'était évanouie.

- Oh Merlin ! S'étrangla Scorpius sous le coup du stress en apercevant de plus près la blessure qu'elle portait au bras.

Il dévissa le bouchon du flacon en continuant à brailler :

- Merlin ! Par Merlin ! PAR LE CALECON DE MERLIN !

Il versa la moitié du flacon sur le bras de Rose, le reste sur sa cheville. Puis il observa, tendu, les blessures de la rousse se cicatriser. Lorsque les chairs de Rose se refermèrent, il poussa un soupir de soulagement. Sans attendre plus longtemps, il plaça une main derrière la nuque et les omoplates de la rousse et la redressa, l'appuyant sur sa propre épaule.

- Rose ? Demanda-t-il en se penchant sur elle.

Elle était toujours dans les vapes. Scorpius passa alors un bras sous ses genoux et l'autre derrière ses épaules. Il la souleva avant de la porter avec hâte à l'intérieur. La traversée du jardin ne lui avait jamais parut aussi longue. Tout en progressant dans la neige, il jetait des petits coups d'œil à l'accidentée. Même évanouie, la bouche ouverte et trempée, elle était mignonne Rose Weasley. L'héritier des Malefoy était rongé par la curiosité. Qu'est ce qui avait bien pu se passer ? Qu'était-il arrivé à Weasley pour qu'elle se désartibule ainsi ? Et par quel heureux hasard s'était-elle retrouvée au milieu de son jardin ? Pourvu qu'elle n'ait rien, pourvu qu'elle n'ait rien... pourvu qu'elle se réveille vite…

Scorpius ouvrit du pied la porte fenêtre et pénétra dans le salon. Il posa délicatement Rose sur le canapé, elle était vraiment glacée, et lui aussi, par procuration. Il grimpa quatre à quatre les escaliers de la maison et courut dans sa chambre, trouver des vêtements secs. Ils seraient un peu grands pour Rose mais c'était toujours mieux que ses affaires trempées. Il en profita pour prendre la notice de l'essence de dictame. Le fait que Rose ne soit toujours pas réveillée l'inquiétait, il redescendit rapidement.

Lorsqu'il arriva en face de la rousse, il fut face à un dilemme. C'est avec un soupir qu'il opta finalement pour la seconde option et agita sa baguette en direction de Rose tout en murmurant un sort. Son cœur fit une embardée quand les vêtements mouillés de Rose s'élevèrent dans les airs et que la jeune femme se retrouva en sous-vêtements devant lui. Calme-toi. Pensa-t-il en fermant les yeux un bref instant. C'est Weasley d'accord mais c'est qu'une fille, juste une fille…une belle fille… Il pointa sa baguette sur ses vêtements secs puis sur Rose et ceux-ci vinrent la revêtir, elle nageait dedans mais cela irait bien en attendant.

Le garçon ajouta ensuite une couverture sur Rose pour être sûr qu'elle n'ait pas froid. Il se mit ensuite à lire la notice de l'essence de dictame et poussa un juron contre lui-même. Il était tombé sur la phrase : « Une goutte suffit à guérir les plus grandes blessures… Effet secondaire en cas de surdose : somnolence, léthargie voire assoupissement de plusieurs heures ». Elle en avait donc pour plusieurs heures à roupiller avec la dose qu'il lui avait donnée…!

Délaissant la fille, Scorpius utilisa un sort pour sécher ses vêtements et les nettoyer de leurs taches de sang. Après quoi, il monta dans sa chambre se changer lui aussi. Il s'était agenouillé dans la neige et ses vêtements étaient également mouillés. Lorsqu'il redescendit, il se pencha sur Rose qui dormait.

Il se mit à réfléchir, se demandant encore ce qu'elle faisait là. Quelques instants plus tard, Rose poussa un petit soupir dans son sommeil et Scorpius s'aperçut qu'il fixait l'ample chevelure de Rose depuis cinq bonnes minutes…au moins. J'aime bien ses cheveux. Songea-t-il. Elle a de jolies boucles… Elle est mignonne quand elle dort. Non mais… Scorpius. Ressaisis-toi mon vieux, tu parles de Weasley. Tu n'as pas le droit de penser ça d'elle…pas le droit. Il pointa sa baguette sur Rose et ses cheveux finirent de sécher.


La journée touchait à sa fin et Scorpius partit avaler quelque chose en quatrième vitesse. Il avait peur de devoir emmener Weasley à St-Mangouste avec ces conneries… Le garçon s'installa dans le canapé en face d'elle, les bras croisés, une Bierraubeurre à la main et l'observa. C'était étrange, il n'arrivait pas à en détacher son regard.

Son hibou le tira de sa léthargie, sûrement ses parents qui lui envoyaient une lettre. Le garçon ouvrit la fenêtre et l'air de l'hiver lui glaça les joues. Il caressa un instant l'oiseau et le laissa s'envoler jusqu'à sa mangeoire remplie de Miamhibou. Il parcourut rapidement la lettre des yeux, c'était son père, il lui assurait qu'ils étaient bien arrivés chez sa grand-mère. Lorsqu'il plia le parchemin, son regard se posa de nouveau sur Rose. Il soupira contre lui même, puis jeta un coup d'œil à la pendule du salon. Merlin! Cela faisait plus d'une demi-heure qu'il regardait la rousse.

Agacé, il posa la lettre sur la table basse et se leva. Il hésita un instant, se rapprocha de Rose, puis la souleva à bout de bras, grimpa les escaliers pour finir par l'allonger sur son lit. Elle aurait certainement froid, alors il prit soin de l'installer dans le lit, sous les draps, au chaud.

Il se redressa et se demanda s'il devait rester avec elle ou vaquer à ses occupations. Oh et puis flûte! Il n'allait tout de même pas rester planté ici, à veiller Weasley ! Et puis il n'était pas si tard ! Frustré, le garçon redescendit dans le salon lire un livre de Quidditch.


Si ça se trouve, Weasley est réveillée maintenant... Krum, l'attrapeur Bulgare, est de loin le plus féroce adversaire que l'équipe d'Irlande ait connu... Mais qu'est ce qu'elle fout ici? J'ai faillit faire une crise cardiaque quand je l'ai trouvée... Krum, l'attrapeur Bulgare, est de loin le plus féroce... J'espère qu'elle va se réveiller demain... Normalement les effets de l'essence de dictame devraient s'être dissipés... Krum, l'attrapeur Bulgare, est de loin...

Se maudissant après avoir remarqué qu'il avait lu trois fois la même page, Scorpius jeta rageusement son livre sur un canapé et se dirigea vers l'escalier qui menait à sa chambre pour rejoindre la jolie rousse, toujours endormie.