Disclaimer : Si Harry n'est pas soudainement apparu dans Esprits Criminels pour se jeter sur Derek et l'embrasser jusqu'à l'apoplexie, c'est pour la simple et bonne raison qu'aucun des deux ne m'appartient... *snif*

Couple : Harry/Derek

Warning : Slash (BoyxBoy), lemon, scènes de torture, meurtres, violence.

Note d'auteur : Hello tout le monde ! Enfin, j'avoue que je poste ce chapitre la queue entre les jambes et encore plus honteuse d'avoir pris si longtemps à le poster. Au lieu de vous bassiner avec cent excuses qui ne vous intéressent probablement pas, je vais simplement vous communiquer le plus sincèrement possible à quel point je suis désolée de mon retard et espérer que vous ne m'en voulez pas trop *petite moue pitoyable*

Je remercie toutes les personnes qui m'ont envoyé des messages privés pour voir où j'en étais dans l'écriture du chapitre et qui m'ont encouragé jusqu'au bout ! Un cookie virtuel pour vous =). Merci aussi à Nana Egedan qui a corrigé ce chapitre (et m'a pardonné parce que c'est un ange qui ne sait pas à quel point elle a du mérite à me supporter et corriger cette fic =P)

C'est un chapitre "entre deux" (et ceux qui lisent ces notes d'auteur savent sûrement à quel point j'ai du mal parfois avec ces chapitres en particulier). Il est surtout axé sur le développement de la relation entre Derek et Harry, mais aussi sur une leçon très importante que David Rossi semble avoir oublié... Et puis il y a Teddy ! Enfin, peut-être pas autant que je l'aurais voulu parce que je me suis surtout concentrée sur nos deux autres loups préférés, mais il est là et sa mignonnerie finira par conquérir le monde sorcier quand il sera plus grand xD. J'espère que ce chapitre vous plaira ! Je ne vais pas donner de dates définitives sur la publication du prochain chapitre (j'ai peur que ça m'éclate à nouveau dans la figure xD), mais soyez rassuré : j'ai toute la trame de l'histoire notée, je n'abandonnerai donc jamais l'histoire. Alors pas d'inquiétude :)

Now, enjoy the story =)


Chapitre 30 : Méfaits accomplis

Quantico, Virginie – Bureau du FBI, division Auror – 12 avril

Derek avait encore les yeux qui piquaient après les événements de la journée. Voir Reid et sa mère s'embrasser encore et encore, se regarder dans les yeux avec ce fragile espoir que tout était bien réel, que Diana Reid ne retomberait pas soudainement dans la folie… tout cela avait été aussi éprouvant qu'émouvant. La magie faisait vraiment bien des miracles.

Non, il se trompait. Il n'y avait pas que la magie qui faisait des miracles. C'était Reid et Harry (et dans une moindre mesure, le blondinet Black) qui étaient à l'origine du miracle. Derek avait encore du mal à se faire une idée sur les pouvoirs que possédaient les sorciers, et Harry en particulier. Dire qu'il avait marché dans l'esprit de son petit ami, qu'il avait été capable de voir à quoi ressemblait l'intérieur de sa tête. Étonnamment, Derek n'avait pas été si surpris que ça par ce qui l'avait accueilli. L'esprit d'Harry était tout aussi mystérieux que son propriétaire et semblait promettre autant de plaisirs que de dangers.

Difficile de dire ce qui l'excitait le plus.

Ils émergèrent de la cheminée après une nouvelle répétition de l'horreur qu'était le voyage par poudre de Cheminette. Derek était secrètement reconnaissant envers Harry que celui-ci ait décidé de voyager avec lui plutôt que séparé, surtout après avoir entendu parler par le blondinet des accidents qui s'étaient déjà produits lorsque des Moldus utilisaient des modes de transport magique. Derek prit quelques secondes pour respirer profondément et calmer ses nausées. Harry frotta le bas de son dos pour l'aider ce que, même si l'enfoiré était hilare devant l'état de Derek, le métis apprécia.

"J'hésite à dire ce qui est le pire : le transplanage ou la Poudre de Cheminette ?" plaisanta-t-il quand il réussit enfin à tenir debout sans avoir envie de vomir.

Harry éclata de rire. "Attends d'avoir essayé le portoloin et le Magicobus avant de te décider."

"Je ne suis pas sûr d'y survivre." répliqua Derek avec humour, mais en sachant en son for intérieur que c'était la vérité pure. Le corps des sorciers devait être construit différemment pour qu'il résiste à tout ça quotidiennement. "Si on prenait tout simplement un taxi pour aller manger un bout ?"

Ils étaient restés quasiment toute la journée avec les Reid et avec le décalage horaire, il était presque six heure du soir à Quantico. Harry approuva l'idée et ils se retrouvèrent bien vite dans un taxi en route pour le centre-ville qui débordait de petits restaurants. Cependant, fatigués par toutes les émotions de la journée, ils choisirent finalement de commander un kebab sur la rue et de s'installer sur un banc dans le premier parc qu'ils trouvèrent pour manger. Derek sursauta quand il eut la sensation qu'une couverture de chaleur venait de l'envelopper et eut juste le temps de voir Harry ranger sa baguette.

"Il y a même des sorts pour rester au chaud ?" fit Derek sur un ton légèrement incrédule. Il avait encore du mal à définir les limites de la magie. Connaissant Reid, le génie pourrait être capable de lui expliquer les lois et théories derrière les mouvements de baguette des sorciers, mais Derek craignait de ne pas survivre à cette explication sans mourir d'ennui. Ils allaient de toute manière suivre une formation dans le service des Affaires Spéciales pour être, par exemple, capable de voir la différence entre des signes d'une véritable activité sorcière et ceux de types tout simplement fous. Ils avaient déjà eu un cours sur l'histoire du monde sorcier, les interactions entre le monde moldu et le monde sorcier aux USA et la législation du monde sorcier. Mais cela ne remplaçait pas la culture, les traditions ou même ce qu'était la magie. Et cela, il avait envie de le découvrir à travers Harry et ce qu'il voulait bien lui montrer.

"Et pour bien d'autres choses encore…" répondit Harry avec un petit sourire suggestif qui fit grogner intérieurement d'envie Derek.

Après avoir fini leur kebab, Derek eut une idée géniale. Il emmena Harry un peu plus profondément dans le centre, amusé par la frustration du plus jeune à être si peu cérémonieusement traîné. Le métis roula des yeux, sachant pertinemment qu'Harry se laissait faire pour le plaisir de se plaindre et de pouvoir être encore plus mordant plus tard. Finalement, Harry se détacha de sa prise pour marcher à côté de lui.

"Pourrais-je savoir où nous allons ?"

Derek sourit d'un air provocateur, mais ne lui répondit pas. Cependant son regard disait tout.

Suis-moi, si tu l'oses.

"Je sais que tu as du mal à aligner des mots pour former des phrases comme tout bon homme préhistorique, Derek, mais franchement je pense que toute la phase 'traîner ma proie jusqu'à ma caverne' aurait pu être évitée, non ?" répliqua Harry sur un ton lourd de sarcasme, même si la curiosité était présente.

Il adopta une expression sérieuse avant de répondre au sorcier. "Pas du tout, c'est une phase très importante de mon plan pour t'avoir totalement à ma merci à la fin de la soirée."

Harry eut l'air surpris par cette déclaration, puis renifla d'un air faussement dédaigneux. "Comme si ça allait arriver." Le sorcier détourna la tête, mais Derek avait une vue parfaite sur son oreille gauche dont la pointe avait prit une jolie teinte rougeâtre.

Quand ils arrivèrent à destination, la surprise mêlée au plaisir qu'il lut sur le visage d'Harry emplit le quart loup-garou d'une intense satisfaction. Il était content de suffisamment connaître son compagnon pour savoir amener une telle expression sur son visage.

"Je n'étais plus allé au cinéma depuis les années 2000, avec Rossi et Hotch !" lui apprit-il quand ils s'installèrent dans la file d'attente pour acheter des tickets.

"Pauvre créature qui ignore les délices du grand écran… Et c'est moi, l'homme des cavernes ?!" plaisanta Derek, donnant un léger coup d'épaule à Harry. S'il ne s'écarta pas après l'avoir fait, malgré la possibilité bien réelle de représailles, Harry ne fit aucune remarque et se contenta de se rapprocher un peu plus pour tapoter sa joue d'un air condescendant.

"Pauvre créature qui ignore les délices d'un livre…" Derek grogna légèrement, ce qui eut pour effet de faire ricaner le plus jeune. "Au lieu de nous disputer, nous devrions choisir quoi regarder. Conseille-moi, Wolfy."

Ils finirent par se décider sur Benjamin Gates et le Livre des Secrets qui regroupait leur envie commune d'aventure et d'action, mais également de comédie. Derek insista pour payer les tickets, tandis qu'Harry paya les boissons. Le métis avait l'impression de rejouer son premier rendez-vous d'adolescent. Il espérait juste que ça ne fisse pas de la même façon. Il se rappelait clairement d'Isabelle Conson qui avait attrapé un sale microbe et avait terminé la deuxième partie du film dans les toilettes à vomir tout ce qu'elle avait mangé durant la soirée (après un baiser plus que maladroit et embarrassant).

L'homme jeta un regard à son compagnon qui s'émerveillait sur les différences entre les cinémas d'il y a dix ans et d'aujourd'hui et les promesses répétées que la prochaine fois il l'emmènerait dans son monde. La simple pensée qu'il y aurait une prochaine fois réchauffa Derek qui entreprit de résumer à Harry le premier film de la série des Benjamin Gates pour qu'il ne s'y perde pas au cas où il y aurait des références.

Sans surprise, son film en compagnie d'Harry n'aurait pas être plus différent qu'avec Isabelle Conson. C'était principalement parce qu'ils ne s'embrassèrent pas, préférant plutôt de discrètes caresses et des commentaires échangés tantôt avec hilarité, tantôt avec trépidation. Somme toute, ils avaient passé un très bon moment et Derek ne regrettait pas d'avoir été celui qui avait fait redécouvrir le cinéma à Harry. À la fin du film, alors qu'il récupérait ses affaires, Derek se retourna en entendant son nom.

Les lèvres qui se posèrent sur les siennes le prirent par surprise. Mais son corps reprit vite le dessus et il posa bien vite sa main à la base de la nuque d'Harry, prenant une belle poignée des cheveux qui s'y trouvaient pour tenter de retrouver un peu du contrôle qu'il avait perdu durant ces quelques secondes. Malheureusement (ou heureusement selon le point de vue), Harry avait pleine possession de ses capacités et bougeait ses lèvres contre celles de Derek avec enthousiasme. Derek dut tout simplement se soumettre quand la langue d'Harry caressa sensuellement son palais. Quand ils finirent par se séparer, Derek savait qu'il n'était pas le seul à avoir une semi-érection et se demandait comment il allait faire si à chaque fois qu'il embrassait Harry au-delà du baiser chaste, il avait envie de jouir dans son pantalon.

Derek avait le regard un peu hébété, ce qui lui valut un sourire suffisant de la part d'Harry. "Ce n'est pas ce que font les couples d'habitude au cinéma ?" s'enquit-il avec un air innocent qui ne trompait pas le profiler."Tu te remets du choc, Derek ?"

"La ferme." dit celui-ci avant d'attraper le devant de la chemise d'Harry et de retrouver sa dignité en embrassant proprement son sorcier.

Quand ils sortirent du cinéma, ils étaient tard, mais Derek ne sentait pas encore l'envie d'aller se coucher. D'autant moins à la vue de l'expression d'Harry. La dernière fois qu'il l'avait vue, Rossi et lui étaient arrivés dans le jardin d'un monastère avec l'air de ceux qui viennent d'avoir la meilleure tournée de sexe depuis des mois.

"Ça te dit de finir cette soirée en beauté ?"

Les battements du cœur de Derek s'accélérèrent. "Bien sûr. À quoi tu penses ?"

"Je vais te montrer ce qu'on sait faire avec pas grand-chose et beaucoup d'imagination…"

Et Derek mentirait s'il niait l'influx soudain de sang dans son entrejambe.

"Leçon numéro un : le rouleau de scotch."

Oh mon Dieu…

-CM-HP-CM-HP-

Quantico, Virginie – Résidence de David Rossi – 15 avril

David avait un mauvais pressentiment en se levant ce matin. Enfin, cela pourrait s'expliquer par le fait qu'ils n'avaient pas eu de nouvelles ni de Black et Morgan, partis en mission secrète pour les Affaires Spéciales, ni de leur benjamin, Reid qui s'était absenté à cause de la santé de sa mère. L'ambiance avait été plutôt terne au moment du départ des deux premiers, laissant derrière eux le reste de l'équipe. David était prêt à parier qu'Hotch avait téléphoné à Garcia pour savoir s'il y avait quelques fichiers qui 'traînaient' à propos d'une affaire concernant les Affaires Spéciales. S'il avait des informations qu'il n'avait pas partagées avec lui, Hotch allait regretter son geste.

Essayant de voir le bon côté des choses, David ricana en imaginant tous les sous-entendus qu'il pourrait faire sur Morgan devant Black. Même s'il se sentait protecteur envers le plus jeune, ce n'était pas une excuse pour ne pas profiter honteusement de la situation et se venger de toutes les fois où il avait été piégé par le démon des Affaires Spéciales. Il frissonna au souvenir particulièrement vivace de Black qui avait dévissé tous les joints de ses meubles de bureau. Il n'avait jamais pu prouver qu'il était l'auteur des faits, mais David était certain qu'il était coupable.

Il finit de se préparer avant de prendre un solide petit-déjeuner pour commencer la semaine. L'auteur avait comme l'impression qu'il en aurait bien besoin, surtout s'il tenait à respecter le délai imposé par son éditrice fixé à la semaine prochaine. Il n'en était évidemment qu'à la moitié de son livre et allait avoir besoin de toute sa motivation pour le finir à temps. Depuis qu'il avait recommencé à travailler au BAU, David trouvait moins de temps pour ses bouquins, mais il se sentait comme s'il avait dix ans de moins. Retravailler avec Black renforçait cette impression. Excepté le fait que ce n'était plus lui qui flirtait avec le jeune homme, mais Morgan. Il se frotta une nouvelle fois les mains devant toutes les possibilités que lui offraient la situation avant de prendre son sac et de sortir de chez lui…

Pour le laisser tomber à terre à la vue du spectacle dans sa rue.

"C'est– ma– ?! Comment ?!"

Sa douce, sa chère et tendre… Qui avait osé ?!

Devant ses yeux, reposait sa pauvre Lamborghini. Enfin, la seule raison pour laquelle il savait que c'était sa voiture, était la plaque qui reposait innocemment en dehors de la marée de papier collant qui avait avalé la Lamborghini. Non, pas du papier collant… Du scotch ! Un monstre avait osé enrouler son bébé dans un odieux scotch brun ! La surprise se transforma bien vite en colère face à ce crime honteux. Il n'osait même pas imaginer comment il allait parvenir à enlever le papier collant sans abîmer la peinture !

Plusieurs passants s'étaient même arrêtés pour prendre une photo de sa voiture. Nul doute que sa voiture allait bientôt faire la une du net, au plus grand dam de son propriétaire.

David, ne voyant aucun moyen d'entrer dans sa voiture vu que toutes les entrées étaient condamnées par l'immonde autocollant, se décida à appeler un garagiste pour s'occuper du problème.

Deux heures – et un garagiste riant aux larmes – plus tard, David arriva finalement au Bureau du FBI en taxi. Il avait la ferme intention d'ignorer l'incident de ce matin et de le mettre sur le compte d'innocents gamins –foutus délinquants, oui ! – qui avaient décidé de faire une mauvaise blague au richard de la rue. Le garagiste lui avait assuré qu'il mettrait un de ses aides immédiatement au travail sur sa Lamborghini et que l'éventuelle peinture qui partirait avec le scotch lui était offerte pour la bonne tranche de rire qu'il lui avait offert.

Quand il sortit de l'ascenseur à son étage, il fut étonné par la foule de gens qui se trouvaient dans le BAU. Cette émotion se dissipa bien vite pour laisser place à un mauvais pressentiment quand il comprit que la commotion avait apparemment lieu dans son bureau. Dès qu'il traversa les portes de verre, vaguement inquiet de ce qu'il pourrait trouver dans la pièce et espérant que cela n'était pas une mauvaise nouvelle, les regards se tournèrent vers lui. L'expression des personnes du bureau était difficilement descriptible, comme si elles avaient l'air incapable de parler, mais souffraient en même temps. David marcha lentement jusqu'à son bureau, la foule se séparant pour lui laisser la voie libre.

Hotch l'attendait à côté de la porte, la mine encore plus fermée que d'habitude, l'expression douloureuse. David jeta un regard à son ami et collègue avant de finalement regarder ce qu'il se passait dans la pièce… et d'aussitôt laisser tomber sa sacoche, sous le choc.

Les murs de son bureau étaient recouverts de photographies de magazines pornographiques. Il y en avait pour tous les goûts, nota David distraitement. La pièce était parfaitement tapissée par plus de seins, pénis et vagins que David aurait voulu voir durant toute son existence entière. Il sentit la présence d'Hotch à ses côtés, mais l'ignora. Il avait besoin de quelques secondes pour se reprendre et faire la paix avec le fait que ce n'était vraiment pas son jour.

S'il n'y avait eu que la voiture, il aurait pu croire à un coup du sort. Mais en ajoutant le bureau porno, c'était de trop pour que ce soit une coïncidence. Quelqu'un en avait après lui. Et il avait une très bonne idée de qui ça pouvait être.

"Rossi ?" s'enquit finalement Hotch, s'inquiétant finalement de son silence.

"Je vais bien." dit David neutralement. Sans surprise, cela ne fit qu'inquiéter d'autant plus Hotch qui prit le temps de l'observer avant de se détendre en voyant son expression partagée entre l'amusement et l'irritation.

"La femme de ménage a remarqué les… photographies ce matin et a prévenu la réception. Évidemment, ça a fait le tour du bâtiment et tout le monde se demande comment quelqu'un a pu réussir ce tour de force sans être pris par les caméras de sécurité." expliqua Hotch.

"Je ne connais qu'une personne avec un esprit suffisamment pervers et tordu pour penser à un plan pareil…" murmura presque boudeur l'agent d'origine italienne. L'expression peinée des gens à l'extérieur de son bureau s'expliquait à présent : ils se retenaient tous de lui rire à la figure ! Il se sentait si humilié ! "Pas toi aussi !" s'exclama-t-il sur un ton trahi à la vue des lèvres frémissantes d'Hotch qui tenta de lui renvoyer un regard neutre.

"Je ne vois pas de quoi tu veux parler, Rossi… Sois plutôt heureux que tes meubles soient en entier cette fois-ci. Ça aurait pu être pire." David frissonna à cette idée. Oh oui, ça aurait pu être bien pire.

"Waouh, Rossi ! J'adore la nouvelle déco. C'est… scotchant."

Quand on parlait du loup… Black se trouvait dans l'embrasure de la porte, un sourire tellement large sur sa figure qu'elle semblait être sur le point de se fendre en deux.

"Black ! Je sais que c'est toi et cette fois-ci, je réussirai à le prouver !" cracha David dans le visage du jeune homme.

Des yeux verts écarquillés le fixèrent, semblant surpris. "De quoi voulez-vous parler ?" Si David ne connaissait pas aussi bien Black, il aurait pu croire à son numéro. Mais même si c'était très convaincant, les farces qu'il subissait avaient sa signature bien distinctive.

"Bonjour tout le monde ! Rossi, j'ai parlé avec la réception et ils m'ont promis que votre bureau sera en ordre avant la fin de la semaine." lui apprit JJ, la compassion combattant l'hilarité sur ses traits. Black profita de la distraction pour quitter la vue du senior. "Apparemment, le scotch utilisé pour accrocher les photos de magazine est particulièrement résistant et il faudra tout enlever à la main."

David regarda d'un air désolé tout le monde quitter son bureau et disperser les commères qui se trouvaient encore devant. Il finit par ramasser sa sacoche et la déposer sur la table. Les yeux posés sur les murs, il se rappelait avec une certaine nostalgie de son gris taupe qu'il devrait attendre une semaine pour retrouver. Quand il jeta un coup d'œil par la porte ouverte, il ne fut pas étonné de croiser le regard du jeune Black. Il fut plutôt surpris par Morgan qui semblait partagé entre l'amusement et une once de culpabilité. Ce fut évidemment l'amusement qui gagna la partie.

"J'avoue que je ne regrette pas notre soirée de vendredi, Harry." fit Morgan tout en ne quittant pas David du regard. "Ce n'était peut-être pas ce à quoi je m'attendais, mais c'était malgré tout très intéressant d'apprendre à un vieux de la vieille à prendre garde à qui il se frotte."

Quoiqu'ait fait Black pour se venger du comportement de David lors de leur dernière affaire, Morgan l'avait accompagné tout du long.

Qu'on ne dise pas que David Rossi était un idiot. Il avait compris le message.

Taquiner un agent des Affaires Spéciales sur ses affaires de cœur était dangereux et mauvais pour sa fierté… Mais se moquer en même temps de deux agents spéciaux pleins de ressources signait tout simplement la mort de sa réputation et de sa dignité.

Inutile de dire qu'il avait appris sa leçon. Premièrement, il devait arrêter d'ennuyer un homme réputé pour sa sournoiserie et son imagination face à ses ennemis (et son tout nouveau petit ami tout aussi vicieux quand irrité). Deuxièmement…

Les rouleaux de scotch sont diaboliques.

-CM-HP-CM-HP-

Witches' Arrow, Virginie – Maison d'Andromeda Tonks – 20 avril

Andy accueillit Harry et Derek avec un grand sourire.

"Bonjour Harry, Derek ! Teddy est dans le jardin avec tout le monde ! Vous êtes les derniers à arriver, tous les autres ont préféré venir par cheminée ou portoloin."

Elle les conduisit à l'arrière de la maison d'où elle pouvait entendre les invités discuter entre eux et les enfants jouer bruyamment entre eux. À peine eût-elle traversé la porte que son petit-fils passait à côté d'elle pour aller embrasser son parrain.

"Harry !"

"Hello loupiot ! Joyeux anniversaire !"

"Joyeux anniversaire, Teddy." ajouta Derek en ébouriffant les cheveux orange du garçon. Andy ne manqua pas le regard affectueux avec lequel Harry les couva à cet instant. Merlin, ces deux hommes étaient si profondément enfoncés dans le déni que c'en était pénible. Peut-être allait-elle devoir leur donner un petit coup de main finalement…

"Spencer s'excuse de ne pas avoir pu venir, mais il doit encore s'occuper de beaucoup de papiers pour que sa maman puisse sortir de l'hôpital et venir jusqu'en Virginie." dit Harry.

"Oh, j'espère que tout ira bien." s'inquiéta immédiatement Teddy. "Quand ça ira mieux, peut-être qu'il pourrait venir à la maison avec Madame Diana ! Et Grand-Mère et moi ferons un gâteau au chocolat !"

Son petit-fils était trop adorable pour son bien, tellement semblable à sa mère… Le chocolat, par contre, c'était du Remus Lupin tout craché. Au visage soudainement nostalgique d'Harry, elle se dit qu'il devait avoir songé à la même chose.

"C'est une excellente idée, Teddy. Et si tu montrais à Derek où poser tes cadeaux ?"

"Des cadeaux ? Vraiment ? Viens, Derek ! C'est par là !" Andy sourit en voyant l'adulte se faire traîner par Teddy.

"Fais attention à ne pas tomber, mon cœur !" fit-elle avant qu'ils ne soient hors de portée. Elle se tourna vers Harry qui sembla se recroqueviller sur lui-même devant le regard rusé de la vieille Serpentarde. "Alors Harry… Comment cela se passe-t-il entre toi et Derek ?" Elle n'avait pas oublié la jalousie dans la voix de Derek quand il avait parlé des admirateurs d'Harry lors de leur dernière affaire. Et elle n'avait pas non plus manqué les petits regards appréciateurs sur la forme de Derek lorsqu'il s'était changé avant la pleine lune.

"Très bien. Je crois que je vais aller dire bonjour à Fred et George avant qu'ils ne réussissent à glisser des farces et attrapes entre les mains d'enfants innocents." fit son fils de cœur avant de s'éclipser à la hâte pour effectivement rejoindre les jumeaux Weasley.

Andy laissa sa proie filer. Après tout, elle avait toute l'après-midi pour continuer sa conversation. Elle devait s'occuper de ses invités de toute manière. Pour l'anniversaire de Teddy, elle avait invité une bonne partie de la famille Weasley (les jumeaux qui faisaient tellement rire son Teddy, ainsi que William et Fleur Weasley ainsi que leurs enfants dont la plus âgée avait presque le même âge que Teddy), les Londubat (Neville et Hannah ex-Abbot dont le petit Frank avait fêté ses sept ans quelques semaines auparavant) ainsi que de nombreux voisins avec qui Teddy s'était lié d'amitié, accompagnés par leurs parents.

Du coin de l'œil, elle vit Teddy jouer avec ses amis à un jeu de piste qu'avaient organisé les jumeaux Weasley. Ils avaient dû batailler avec Andy pour obtenir son accord –et dans le processus durent enlever un bon tiers des jeux qu'ils avaient prévus parce qu'elle les considérait comme trop dangereux – mais elle devait avouer qu'ils avaient fait un excellent travail. Les enfants étaient notamment ravis d'essayer d'attraper des clés volantes pour ouvrir le coffre qui leur donnerait le prochain indice. À la vue des clés, pour une étrange raison, Harry avait éclaté de rire et avait félicité les jumeaux pour leurs enchantements. C'est parce qu'elle avait été intriguée par cette réaction qu'elle fut témoin de la présentation de Derek avec les amis d'Harry.

"Derek, je te présente mes amis : Fred et George Weasley. Fred, George, voici Derek Morgan."

Les jumeaux roux fixèrent un instant Derek du regard avant qu'une lueur malicieuse n'allume leurs regards. Ils tendirent la main et se mirent à parler en parfaite synchronisation.

"Enchanté, monsieur Morgan, Harry nous a beaucoup parlé de vous. Ce n'est pas tous les jours que notre petit Harry accepte de se soumettre."

Derek tendit d'abord la main, avant de s'arrêter juste avant de serrer celles des jumeaux et de sourire narquoisement. "Appelez-moi Derek. Moi aussi j'ai beaucoup entendu parler de vous, les jumeaux farceurs. Vous ne m'en voudrez pas si j'évite de me retrouver être la prochaine victime de ces fameuses blagues."

Les jumeaux eurent l'air déçus que Derek ne tombe pas dans le piège qu'ils avaient sûrement prévu pour lui. Après un moment, cependant, ils semblèrent sympathiser avec Derek et ils se mirent à discuter des différentes farces que Derek avait faites ou dont il avait été témoin lors de ces années à la faculté. Ils furent bientôt rejoints par Fleur et Bill Weasley. Il y eut quelques tensions au début avec ce dernier à cause de sa lycanthropie, mais les troubles se dissipèrent rapidement quand Derek exprima son intérêt pour le métier de Bill et les gobelins.

Harry s'amusa beaucoup avec les enfants – Andy restait persuadé qu'il aurait fait un excellent professeur à Poudlard si tant de mauvais souvenirs n'hantaient pas les lieux – et apprit à Derek de nombreux jeux sorciers notamment les Bavboules et les Batailles explosives. C'est durant l'un de ces jeux qu'il fit la connaissance de Frank Londubat et de ses parents Neville et Hannah avec qui Harry avait été à l'école si les souvenirs d'Andy étaient justes. La vieille femme crut au début que c'était son imagination, mais bien vite elle remarqua qu'Harry avait presque l'air anxieux lorsque Derek discutait avec ses amis d'Angleterre. Et la satisfaction quand tout se déroula sans accroche était bien réelle.

Intéressant…

Il n'y eut aucun problème (à part un petit qui s'écorcha le genou, mais cela fut vite réglé avec un petit sort) et tout le monde partit tard dans la soirée après avoir mangé un délicieux gâteau d'anniversaire, au chocolat bien sûr. La plupart des invités promirent de s'arranger pour venir pour la nuit de Beltane qui se déroulait dans un peu plus d'une semaine. Elle ne fut pas étonnée de voir qu'il ne restait plus qu'Harry qui aidait à nettoyer le désordre laissé après une journée aussi débordée, et Derek qui jouait avec Teddy à un jeu d'échec version sorcier. Teddy semblait bien parti pour gagner, mais cela ne semblait pas déranger Derek qui s'esclaffait à chaque fois que l'une de ses pièces se faisait détruire avant de s'excuser prestement quand les pièces restantes l'insultaient pour son manque d'empathie.

Andromeda en profita pour coincer Harry dans la cuisine où ils enchantaient les assiettes pour se laver toutes seules et se ranger dès qu'elles étaient propres. Il avait un air résigné quand il remarqua sa présence, ce qui fit presque apparaître un sourire victorieux sur la bouche d'Andy (presque, parce qu'elle avait trop de classe pour montrer ces émotions aussi vulgairement).

"Alors mon très cher Harry… Depuis combien de temps Derek et toi êtes ensembles ?" Face à un Gryffondor, l'approche directe était parfois la meilleure… Et il fallait avouer qu'Andy était impatiente et curieuse d'en entendre plus sur le sujet.

Harry eut l'air brièvement surpris avant d'avoir un sourire amusé. "Je ne peux rien te cacher, n'est-ce pas ?" Andy se retint de pousser une exclamation de victoire. Elle le savait !

"Disons que c'était évident pour mon petit Serpentard intérieur. Alors ?"

"Ça fait un peu plus d'une semaine." dit-il avec cette expression qu'Andy reconnut pour l'avoir eu durant toutes ces années dès qu'elle regardait Ted. Morgana, Harry était encore plus impliqué qu'elle le croyait. Cela l'inquiéta en premier lieu. Même si Harry ne donnait pas cette impression, il s'attachait vite ce qui le rendait très vulnérable émotionnellement. Malgré le fait qu'elle apprécie Derek, elle n'avait pas envie de voir Harry le cœur brisé comme avec son dernier petit ami qui l'avait honteusement trompé parce qu'à cause de son empathie il avait peur de s'impliquer physiquement dans une relation. Néanmoins quand elle y réfléchissait, Harry ne semblait avoir aucun problème quand il s'agissait de toucher Derek… Au contraire, songea-t-elle avec un sourire narquois.

Apparemment, ils allaient avoir un invité de plus pour Walpurgis.

-CM-HP-CM-HP-

Quelque part à proximité de Witches' Arrow, Virginie – Silverstone – 30 avril (nuit de Walpurgis – Fête de Beltane)

Harry respira profondément. L'air était empli de magie et il sentait l'énergie électrocuter tous ses sens agréablement. Il avait eu l'autorisation d'amener Derek avec lui pour cette fête si particulière de l'année et il savait que c'était la façon subtile d'Andromeda d'approuver sa relation avec l'agent. Pour le moment comme les choses étaient plutôt calmes au BAU, ils avaient eu beaucoup de temps pour sortir ensemble et faire des activités à deux. Ils avaient notamment découvert que quand ils ne voulaient pas se battre pour la dominance, c'était plutôt agréable d'aller faire un tour au gymnase pour se dépenser et se défouler. Pour rester dans la même idée, Harry avait amené Derek à un match de Quidditch, puis en retour Derek l'avait invité à un match de hockey puisqu'apparemment il n'appréciait pas le baseball. Évidemment, Derek avait eu le droit à son baptême de l'air sur un balai (ce qu'Harry avait plus qu'apprécié pour la simple et bonne raison que l'homme s'était fermement agrippé à lui durant tout le vol et en avait même profité pour discrètement le peloter) et Harry au dur apprentissage de l'art du patin à glace (et s'il tombait souvent sur Derek, c'était simplement parce qu'il était maladroit, voyons !)

Aussi stupide et fleur bleue que cela puisse paraître, Harry ne s'entendait pas seulement bien avec Derek, mais il sentait rapidement qu'il tombait amoureux. C'était son plus grand défaut, cette manière de ressentir les émotions beaucoup plus intensément que les autres. Peut-être était-ce à cause de son empathie, mais dès qu'Harry appréciait ou détestait une personne, il le faisait à l'extrême. Il ne lui avait fallu que quelques heures pour faire de Draco son pire ennemi et de Ron son meilleur ami après tout. Les émotions, il les avait dans le sang.

Il savait que Derek ressentait quelque chose envers lui. Quand ils s'embrassaient, c'était généralement l'envie, la passion et l'excitation. Les deux fois où ils s'étaient tenus la main, il y avait eu de l'affection, une certaine hésitation et de l'amusement (sûrement parce qu'à chaque fois Harry ne pouvait s'empêcher d'avoir un sourire idiot en sentant les sentiments de Derek). Mais de l'amour ? Il n'était même pas certain d'en avoir jamais ressenti. Est-ce que l'amour était un sentiment à part entière ? Ou était-ce plutôt un mélange de pleins d'émotions que l'être humain avait arbitrairement décidé de qualifier "d'amour" ? Quoiqu'il en soit, sa relation avec Derek se déroulait tellement mieux que ses précédentes qu'Harry attendait que quelque chose de mal se produise, tout en espérant que tout continue ainsi.

Il était néanmoins très content que Derek ait été admis pour la fête de Beltane. C'était l'une des fêtes les plus joyeuses et les plus vivantes des Anciennes Traditions. Durant la journée précédant la fête, les sorciers n'avaient pas le droit d'utiliser la magie pour être plus réceptif à celle de la nature, c'est pourquoi ils allèrent jusqu'au lieu de la fête avec la voiture de Derek. Harry était amusé par la satisfaction qu'exsudait son petit ami à la simple idée qu'ils n'avaient pas été obligés d'emprunter des moyens de transport sorcier. Sa peur était plutôt adorable, et il n'hésiterait pas à la lui rappeler plus tard. Ils se garèrent à côté des autres voitures sur place et firent le reste du chemin à pied. La forêt, dans laquelle leur Cercle se réunissait, se trouvait sur le croisement de deux liens de pouvoir, bien assez pour la pratique de leur Religion. Le fait qu'elle se trouvait dans le creux d'une vallée avait facilité la protection du site par des boucliers magiques visant à repousser les Moldus et à préserver l'intégrité de la forêt.

Harry et Derek arrivèrent jusqu'à une petite clairière qui s'ouvrait plus loin en une plus grande où un énorme tas de bois avait été érigé en son centre. La plupart des gens était déjà là et changé pour la fête. Leur Cercle était plutôt grand, mais ne se réunissait au complet que pour les grandes fêtes comme Beltane. Les autres rituels se faisaient dans l'intimité du cercle familial ou des amis proches. Harry salua les membres du Cercle qu'il connaissait le mieux avant de repérer Andromeda et de se diriger vers elle. Elle portait déjà la robe blanche rituelle. C'était une robe à courte manche qui s'arrêtait juste au-dessus du genou et qui permettait de faire de larges mouvements, ce qui serait exigé d'elle bien avant la fin de la nuit. Teddy était juste à côté d'elle et portait aussi le pantalon blanc traditionnel qui atteignait le haut de ses chevilles. Tous les deux étaient pieds nus, mais ne semblaient pas souffrir du froid. Comment souffrir du froid quand il y avait toute cette masse magique qui flottait dans l'air ?

"Harry ! Derek ! Vous êtes enfin là !" s'exclama le petit bonhomme qui avait changé ses cheveux en blanc pour l'occasion. Harry attrapa son filleul et l'embrassa sur la joue tout en le saluant. Il ne cacha pas le sursaut de possessivité qu'il ressentit en voyant Derek saluer à son tour son loupiot. C'était sa meute, ses loups, et personne d'autre ne les blesserait impunément tant qu'il respirait.

Il inspira une nouvelle fois pour se calmer. La pleine lune était proche et il le ressentait encore plus que d'habitude lors d'une nuit telle que Walpurgis. Il embrassa ensuite Andy avant de lui demander où Derek et lui pourraient se changer. Elle leur indiqua un buisson où elle et Teddy avaient déposé leurs affaires et derrière lequel il y avait assez d'espace pour eux deux.

"Ça ne te donne pas l'impression d'être un adolescent qui veut bécoter tranquille derrière ce buisson ?" fit Derek quand ils arrivèrent à l'endroit qu'avait montré Andy.

Harry enleva son tee-shirt avant de regarder Derek le sourcil relevé. "Tu as besoin d'un buisson pour bécoter ?" Avant d'avoir même fini sa phrase, Harry était plaqué contre un arbre et Derek avait volé ses lèvres dans un baiser sulfureux. Désir. Domination. Mien. Affection. Quand ils se séparèrent, il rencontra les yeux argent de Derek. Apparemment, il n'était pas le seul à avoir son loup proche de la surface. "Je retire ce que j'ai dit, le buisson est un très bon endroit pour ce genre d'activités."

Il n'imaginait pas l'arrogance sur le visage de son petit ami. "Je savais que tu allais comprendre mon point de vue."

Il crut entendre un gémissement/grognement derrière lui quand il se baissa pour enlever ses chaussures, mais fit mine de ne pas l'entendre. Harry finit d'enlever son pantalon pour enfiler le pantalon court blanc qu'il avait amené. Sentant les yeux de Derek sur lui, il prit soin de laisser le pantalon remonter lentement ses jambes et de lentement l'enfiler sur son fessier. Il fit face à son compagnon qui se retourna hâtivement pour finir de s'habiller. Un sourire déviant menaça d'apparaître sur les lèvres d'Harry quand il songea au petit inconvénient physique que devait subir Derek après son petit show. C'était la faute de Derek de ne pas profiter également de la situation alors qu'Harry le dévorait du regard pendant qu'il se changeait.

"Tu n'as pas froid ainsi ?" s'enquit Derek alors qu'il retournait au lieu de rassemblement.

Ils étaient torse nus, comme tous les mâles du Cercle, mais Harry ne ressentait pas le froid. "L'air est tellement chargé de magie que je ne sens rien grand-chose d'autre. Et toi, est-ce que ça va ?"

"Pas vraiment, peut-être que tu pourrais me réchauffer…" fit Derek avec un sourire qui montrait qu'il plaisantait. Il lui fit un clin d'œil tout en regardant d'un air appréciateur sa forme semi-nue. C'était un mélange de respect et de sentiment protecteur qui se posait sur ses cicatrices et qui lui donnait l'impression que Derek comprenait ce par quoi il était passé et ne l'en jugeait pas.

Ils retrouvèrent Andy et Teddy qui finissaient de préparer la peinture dans un bol en terre cuite. C'était une mixture faite d'argile rouge naturelle, de baies et d'eau, donnant une mixture rouge foncée.

"Vous en avez mis du temps !" fit Teddy alors qu'Andy leur jeta le regard de celle qui savait ce qui les avait retardés.

"Désolé, loupiot." s'excusa Harry. "Tu as fini la peinture avec Grand-Mère ?"

"Oui, je vais poser les marques sur Teddy et tu poses celles sur Derek ?" suggéra Andromeda avec un petit sourire qu'Harry jurerait pervers s'il l'avait vu sur le visage d'une autre personne.

"Bien sûr." Il prit une grosse poignée de la mixture dans sa main gauche, les visions de baies grandissant dans la forêt passant brièvement devant ses yeux avant qu'il ne les contrôle, et indiqua à Derek de se tenir face à lui. Il trempa son index et majeur dans la peinture avant de les poser sur le haut du sternum de Derek et de tracer une ligne droite jusqu'à son abdomen. Désir. Fascination. Curiosité. Derek tressaillit sous son contact, mais sûrement pas autant qu'Harry face à ses émotions. Le sorcier garda le contrôle et continua de dessiner les runes et dessins sur le torse du métis. De toute façon, après avoir ressenti ces émotions, il était tout simplement incapable de garder ses mains pour lui et voulait toucher Derek.

"Pourquoi ces dessins ?"demanda soudainement Derek.

"Ils décrivent notre lien à la nature et à la magie. Que nous sommes un et tout. Qu'un jour nous retournerons dans le Flux de la Magie pour nourrir Père Nature." Harry termina la rune de Dagaz sur le côté droit de Derek, effleurant intentionnellement le téton de l'homme.

Derek relâcha une brève expiration avant de continuer : "Je pensais que c'était Mère Nature ?"

"Non, c'est Mère Magie et Père Nature, la Déesse et le Dieu. Nous fêtons aujourd'hui leurs épousailles." expliqua-t-il, intérieurement ravi de son effet sur l'homme.

"Il y a une autre raison pour ces runes ?"

Harry sentit les muscles nerveusement se serrer et se desserrer alors qu'il finissait de tracer les formes sur les abdominaux de Derek. Il sourit d'un air taquin. "Bien sûr, c'est pour empêcher les fées et les esprits magiques de t'emporter."

"C'est une blague ?" Harry éclata de rire avant de reprendre un air sérieux.

"C'est déjà arrivé." Il haussa des épaules tandis que Derek avait l'air nerveux. "Pas d'inquiétude, Derek, je te protégerai si ça doit arriver." murmura-t-il en caressant son bras. Il se félicita quand Derek se calma visiblement. Il finit rapidement les runes sur le dos avant d'aller directement faire les runes sur le décolleté et les jambes d'Andromeda, voyant qu'ils étaient légèrement en retard par rapport aux autres qui s'étaient pour la plupart déjà déplacés jusqu'au tas de bois dans la grande clairière. Bien qu'il aurait voulu que Derek lui rende la pareille et dessine ses runes, ce fut Andy qui s'en chargea pour qu'ils ne perdent plus de temps.

Ils rejoignirent tout le monde alors que le feu venait d'être allumé. Un grand buffet était placé à proximité. Il y était servi des mets simples comme du cidre, de l'hydromel, du pain plat sans levure et divers fruits. Il n'y aurait pas de viande consommée cette nuit.

"Qu'est-ce que c'est ?" demanda Derek en indiquant les nombreux rondins taillés couchés à côté du buffet.

"Ce sont des mats d'offrande." Au regard interrogatif de son petit ami, il poursuivit. "Ils représentent la virilité de Père Nature. Ils seront érigés plus tard durant la nuit pour symboliser l'éveil du désir de Père Nature devant la beauté de Mère Magie lors de leur nuit de noces."

Derek fut hilare. "Tu veux dire que ça représente l'érection de votre Dieu face à sa femme ?!"

"Oui, Derek, c'est ce que je veux dire." dit Harry en roulant les yeux, amusé par son comportement.

Ils se servirent d'hydromel et mangèrent de tout leur soûl tandis que le feu de joie prenait de l'ampleur au centre de la clairière. Bientôt des musiciens, désignés au hasard au sein du Cercle chaque année, prirent place à côté de trois énormes tambours qu'ils se mirent à battre à un rythme lent. Tout aussi lentement, les hommes et les femmes et les enfants se séparèrent en deux groupes. Harry sentit le même rythme que battaient les tambours pulser en lui alors qu'il se dirigeait avec les autres vers les poutres en forme phallique étendues sur le sol.

"Ce n'est pas leur place." dit-il doucement sous sa respiration. Il eut conscience d'entendre ses paroles répétées tout autour de lui par les autres hommes. Ils se rassemblèrent autour du premier mât qu'ils érigèrent péniblement vers le ciel. Puis le deuxième. Le troisième. Harry se rendit compte seulement au quatrième que Derek était là, à côté de lui, semblant obéir aux mêmes instincts en aidant à l'érection des poteaux. Il entendait également les chants nuptiaux des femmes et enfants autour du feu qu'ils nourrissaient de la nourriture que le Cercle n'avait pas consommée.

Soudainement, quand le dernier mât fut élevé et enfoncé en terre, le rythme des tambours changea.

S'accélérant.

S'approfondissant.

Comme s'ils étaient devenus l'écho des battements du cœur d'Harry. Les battements du cœur de la Terre.

Animés par une force inconnue, tout le monde se mit à danser. Les ombres humaines se confondaient avec celles des arbres alors que le feu semblait brûler encore plus ardemment dans la nuit. Harry éclata de rire, submergé par l'énergie qui se dégageait de l'atmosphère-même. Il ne savait pas combien de temps passa de cette façon, avec combien d'hommes, de femmes et d'enfants il dansa, ivre de vie et de joie. Ses sens étaient focalisés sur l'odeur du feu, le son des tambours, le goût du l'hydromel et la vue du ciel étoilé. Il vit des couples disparaître dans la forêt, mais les ignora, encore suffisamment conscient de ses responsabilités pour garder un œil sur Teddy. Enfin jusqu'à ce qu'il croise les yeux argent qu'il connaissait et aimait tellement. Il sentit presque ses yeux briller en réponse. Cependant il hésita, jetant un nouveau regard à Teddy. Quand il vit Andromeda aux côtés de Teddy, lui souriant à pleines dents, il ne put s'empêcher de lui rendre son sourire, avant de regarder à nouveau dans la direction de Derek.

Excepté que Derek avait disparu.

Harry, au lieu d'être confus ou énervé, sentit l'excitation le gagner. Il s'éloigna du feu, se reposant sur ses instincts pour le guider. Sans surprise, ses pas le guidèrent plus loin dans la forêt. Il croisa un couple dont les gémissements ne laissaient aucune imagination sur leur occupation, mais ce n'était pas eux qui l'intéressaient. Ses yeux attrapèrent un mouvement dans l'ombre d'un arbre, avant d'entendre un craquement de branchage. Des éclairs argentés brillèrent et disparurent, emportant leur propriétaire encore plus loin. Le sorcier n'hésita pas à suivre l'ombre, tous ses sens lui criant que c'était Derek.

Il réussit à rattraper Derek uniquement parce qu'il connaissait mieux le terrain. Harry l'intercepta par le côté, le plaquant à terre. Ils se roulèrent dans la terre, les branches déchirant leur peau nue, le sang rendant Harry encore plus fou. Il avait encore l'impression d'entendre les tambours alors que son sang battait dans ses oreilles. Sa main agrippa le biceps de Derek alors qu'il l'attirait à lui avec un grondement sourd, le forçant à se soumettre, mais Derek ne semblait pas d'accord avec cette idée. Il répondit par un grondement de défi et l'instant d'après ils se roulaient dans la terre et la boue.

"Harry…" murmura Derek contre sa bouche. Son ton était rempli de désir, ou alors peut-être était-ce son empathie qui agissait, toujours est-il qu'Harry répondit à la demande dans sa voix.

"Chuuut. Je suis là, Derek. Je suis là…"

Derek gémit quand Harry effleura son torse avant de trouver le chemin jusqu'à son entrejambe. Harry caressa la masse dure qu'il y trouva, cherchant à soulager Derek qui souffrait apparemment du trop-plein d'énergie dans l'air. Impatient, Derek s'arqua sous le toucher du sorcier, cherchant plus de contact. Harry était étonné par ce comportement, surtout compte tenu du fait que Derek, bien que manifestement excité par Harry, avait exprimé une certaine gêne concernant le sexe en lui-même.

Il finit par déboutonner le pantalon de Derek pour parvenir jusqu'à son boxer qu'il dégagea bien vite du chemin. Quand il posa finalement sa main sur l'érection du métis, celui-ci poussa un sifflement à cause du contact du froid avec cette fragile partie de son anatomie. Harry caressa doucement son gland pour récolter le liquide pré-éjaculatoire dans le creux de sa main avant de l'étaler sur le reste de son pénis pour le lubrifier. Il agrippa ensuite plus fermement le membre alors qu'il y appliquait un mouvement de haut en bas. Cependant, son regard restait fixé sur le visage de Derek, guettant le moindre signe d'inconfort. Mais Derek était loin de là. Au contraire, il avait la tête rejetée en arrière, la bouche ouverte en un éternel cri de plaisir tandis qu'Harry continuait ses caresses. Harry commençait lui-même à être plus qu'à l'étroit dans son pantalon et décida finalement de se libérer aussi de sa prison de tissu. Il poussa un bref soupir de soulagement lorsque son sexe tendu trouva son chemin à l'air libre. Voyant que Derek était trop loin pour faire quoique ce soit, Harry aligna leurs deux membres, les entourant d'une main et utilisant l'autre pour rester au-dessus de Derek. Il continua alors ses mouvements de va-et-vient, son membre brûlant se frottant contre celui de Derek, suscitant des gémissements chez les deux hommes.

"Merlin, Derek…" poussa Harry qui sentait la sueur couler sur son corps sous l'effort de maintenir le rythme sans se laisser complètement aller sur Derek. Voir son homme, le membre de sa meute, se soumettre à son toucher avait un effet incroyable sur Harry qui craignait de ne pas se retenir suffisamment pour donner à Derek tout le plaisir qu'il méritait.

Vu le visage du métis, ses craintes étaient injustifiées. Harry poussa un nouveau râle de plaisir alors qu'il serrait la main qui entourait leurs deux membres et augmentait le rythme de ses va-et-vient. Il regrettait de ne pas pouvoir utiliser son autre main pour caresser le visage de Derek, ou même ses tétons érigés qui tentaient Harry depuis tout à l'heure. Il fut surpris quand Derek l'agrippa soudainement, l'attirant contre lui pour l'embrasser encore, et encore… Jusqu'à ce que ce fut de trop.

"Putain !" fit Derek alors qu'il finissait par éjaculer, ses mains enfoncées dans la chevelure du sorcier. Harry ne dura que quelques va-et-vient de plus avant de jouir à son tour, la respiration hachée comme s'il avait couru un marathon. Il se coucha finalement sur son homme, leur sueur et éjaculation se mêlant entre eux. Incapable de se sentir dégoûté par cette idée, Harry inspira profondément, se laissant bercer par les sentiments de paix, de joie et de contentement qui semblaient autant appartenir à lui qu'à Derek. Il sentit des bras l'entourer dans une tendre étreinte. Harry finit par rouler sur le côté après quelques minutes, inquiet qu'il ne fasse mal à Derek.

"Un des meilleurs orgasmes de ma vie." finit par dire Derek.

Harry éclata de rire, rapidement suivi par le métis. "Vraiment, Derek ? Une masturbation au milieu de la forêt est un de tes meilleurs orgasmes ? Plutôt pathétique…"

"Tu oublies mon petit ami sexy et sorcier, et le super rituel de magie des poteaux-érection de Père Nature." argumenta Derek en plaisantant. Ils rirent à nouveau jusqu'à ce que leurs côtes leur fassent mal et qu'ils n'eurent plus de souffle pour le faire.

"Je reviens définitivement l'année prochaine." murmura Derek alors qu'il sombrait dans un sommeil léger. Le cœur d'Harry bondit dans sa poitrine à l'idée que Derek se voyait encore avec lui dans un an.

Aaaah Merlin ! Ça y est. Je suis tombé amoureux.

Et alors qu'il suivait Derek dans sa paisible somnolence, il crut voir les silhouettes pleines de lumières des fées leur sourire d'un air bienfaisant.


Réponses aux reviews anonymes

Nadiane : Héhé, en fait, derrière leurs loups sauvages et puissants, Harry et Derek sont des gros nounours =3. Pour moi, une des composantes essentielles de leur couple sont les vacheries qu'ils se lancent, alors pas question de perdre ça !Si Draco est en train de me lire en cet instant : Désolée ! C'est elle qui a rigolé, je l'ai juste écrit, c'est tout ! T^T Ne me tue pas, pitié...
Teddy 3 N°1 de mignonnerie jusqu'à la fin des temps !
Je suis contente que ça t'ait plu ! Cette scène était quasiment écrite dans mes notes depuis le tout début de l'histoire, je voulais absolument l'écrire (et surtout sauver notre chère Diana Reid dans le processus ^^)
Hum... Finalement, le chapitre n'aura pas été posté aussi tôt que je le croyais, mais il y a plein de scènes entre Harry et Derek cette fois-ci, alors je suis pardonnée ? *petits yeux larmoyants*
Merci pour ta review !

Mark : J'adore toujours autant tes reviews, elles me flattent tellement que j'ai peur que ça me monte à la tête ^^. Je ne sais pas quoi dire d'autre que merci, merci et encore merci. J'espère que le chapitre t'aura plu =)

mama : Désolée ! Et malheureusement je t'ai fait attendre tout aussi longtemps pour celui-ci ! Mais même si je n'ai pas à nouveau sauvé Spencer et sa maman, est-ce que tous mes moments Derek/Harry me sauveront cette fois-ci ? Merci pour tes encouragements et ta review !

ka-ssou : Oh mon Dieu, tu ne sais pas à quel point ça me fait plaisir ce que tu me dis. Merci !
Je n'ai pas écrit de réaction violente parce que je pense qu'Harry était trop concentré sur le cas de Spencer et Diana pour s'occuper de celui de Draco, puis ils étaient tous tellement contents que tout s'arrange qu'ils ont oublié qu'ils étaient fâchés avec Draco. Donc le Serpentard s'en est encore tiré à bon compte xD. Voilà un digne représentant de sa maison =P.
Oui, moi aussi je suis très contente pour la maman de Reid. C'était un de mes objectifs depuis le début de ma fic de guérir Diana Reid, alors c'est un grand moment pour moi aussi.
Merci à toi pour les bons moments que je passe à lire tes reviews ^^