Chapitre 3 :

Le réveil sonna à côté de lui, il éteignit. Geste dépourvu de fatigue, matériel inutile. La bibliographie complète de César qu'il connaissait par contre, mots pour mots, phrases pour phrases, tomba sur le sol au même moment.

L'appareil indiquait, avec phosphorescence, 7 heures.

Une autre nuit à rester éveillé sans difficulté, sans que son corps ne réclamait plus de repos. Il avait plus besoin de fermer les yeux. Tant qu'il sera en service militaire, il ne le fera pas.

Et peut-être même plus jamais en service… Dans deux mois, il s'en irait en stage sur Sirius 23. À ce moment, ça fera six mois, Laurent aurait déjà eu un an. Étant second officier, il ne pouvait pas se permettre de s'assoupir un moment.

La pensée involontaire lui fit essuyer au jeune homme quelques larmes discrètes lors qu'il commençait à se préparer pour aller à ces cours.

On lui disait souvent qu'il avait vécu son deuil d'une manière inaccoutumée, comme une privation, pas une acceptation.

Il s'en foutait. Tout le monde avait commencé à surmonté sa peine. Pas lui, il ne l'avait même pas encore vécue.

Et il ne souhaitait pas particulièrement la rencontrer, il ne faisait que de le contourner pour se dire qu'il allait le faire beaucoup plus tard. Voire jamais.

Il saisit son sac à dos et sortit de sa chambre en trombe. Une autre journée ordinaire en apparence, dans sa tête, une autre à finir.

Il se fila un expresso, une autre crise. Ses jambes voulaient le lâcher, il avait des spasmes horribles, ses yeux vacillaient dangereusement.

Jamais plus dormir. La catastrophe si ça reproduisait. Plus jamais de réveil.

Le sommeil était une source de douleur. Tout effacer et commencer une nouvelle vie toujours éveillée.


Sur Sirius 23, il avait connu ce membre d'équipage instable et dépressif… Ils s'étaient raconté leur vie une nuit durant laquelle ils étaient les seuls à travailler…

- Toi, pourquoi t'es sur vaisseau ?

- On a m'embarqué comme ingénieur mécanique. C'était une belle occasion… Mais je m'ennuie trop de la Terre, de mes amis et de ma famille. J'suis pas capable finalement d'être un astronaute…j'veux m'en retourner sur Terre…

- Moi, il faut que je sois absolument astronaute. Sans quoi, j'sais pas quoi je vais devenir. J'ai peur de ce vide-là. Faut que sois Capitaine. que je fasse tout pour garder mes membres d'équipages vivants, du moins en ne pas dormir… ça va éviter beaucoup de choses…