07 :43 PM Heure Locale
Un Motel
Quelque part entre Goldsboro et Washington

Ils étaient couchés, étroitement enlacés. Mac avait sa tête et sa main droite sur la poitrine de Harm, lui, caressait tendrement son ventre. Un drap recouvrait leur corps. Ils ne se parlaient pas. Tout deux avaient les yeux ouverts et souriaient. Mac déposa un baiser sur le torse de son amant et y laissa glisser sa main.
-Sarah…
-Quoi ?
-Il y a tellement de choses que j'aimerai te dire.
Elle se redressa et le regarda.
-Il y a tellement de choses que j'aimerai t'entendre me dire.
-Je suis désolé.
-Ca je le sais…dis moi quelque chose que je ne sais pas.
-J'aurais dû te dire que je partais en mission, je n'aurais pas dû te laisser ce matin là, tu avais droit à des explications.
-Je suis d'accord avec toi…mais pourquoi tu as fais ça ?
-J'avais peur…peur de te perdre.
-C'est bien ça qui a failli nous séparer Harm.
-Qu'est-ce que j'aurais pu faire pour que ça n'arrive pas ?
-Eh bien, j'aurais voulu que tu me le dises, que tu ne m'écartes pas de ta vie comme tu l'as fais.
-J'ai fais une énorme erreur.
-Tu en as conscience Pilote, c'est déjà un bon début.
-Excuse-moi de…
Elle posa son index devant sa bouche.
-Harm, plus d'excuses. Ce qui est arrivé est le passé…J'ai souffert de ce qui est arrivé, je sais que toi aussi, alors….essayons d'aller de l'avant d'accord ?
-Ca me va …mais… qu'est ce que tu me proposes pour aller de l'avant ?
-On doit avoir une discussion très importante concernant un petit ange qui se prépare à venir au monde.
Elle posa sa main sur celle de Harm qui se trouvait toujours sur son ventre. Elle la regarda un instant et leva les yeux.
-Je t'écoute ? Demanda Harm en souriant.
-Alors que penses-tu des noms que j'ai trouvés ?
-Eileen et Lynah pour une fille et euh…c'était quoi déjà les autres ?
Elle lui donna une petite tape sur le torse en faisant la moue et prit la parole.
-Erwan et David.
-Ah oui…Erwan et David…ça me plait bien, surtout David.
-C'est parce que c'est le nom que tu as choisis toi !
-J'aime beaucoup les autres aussi…
-Alors que faisons nous ?
-Tu as envie de me convaincre pour un nom en particulier ? Murmura Harm sur ses lèvres.
-Non, mais…je peux toujours faire comme si…Répondit Mac en se faisant câline.
Ils s'embrassèrent tendrement et la main de Harm partie une nouvelle fois à la découverte du corps de la jeune Marine.
-Harm, arrêtes, je suis sérieuse…on ne sait pas quand on pourra se revoir…il faut trouver un nom.
-Mais il faut aussi qu'on profite d'être ensembles, non ?
-On pourra toujours, après avoir choisi un nom.
-Très bien.
Ils se séparèrent et Harm caressa la joue de Mac.
-Pour une fille ce sera Eileen Sarah Mackenzie Rabb…ou juste Rabb, corrigea Harm en souriant.
-Et pour un garçon, reprit Mac ; Erwan David Mackenzie Rabb.
-Ca me va…
-Parfait…mais pourquoi Sarah ?
-Comme sa maman…je veux que si c'est une demoiselle elle porte le nom de sa maman.
-Pourquoi juste Rabb ?
-Parce que quand tout sera fini, j'épouserai sa maman.
-C'est vrai ce que tu dis là ? Tu en es sûr ?
-Je ne l'ai jamais autant été, je t'aime et je veux que tu deviennes ma femme.
-Excellente réponse, rétorqua la jeune femme.
-Tu vois, je fais des progrès.
-Je vois ça en effet, c'est Webb qui y fait quelque chose ?
-Non…À vrai dire, il m'énerve de plus en plus, j'ai l'impression qu'il fait tout pour que l'enquête n'avance pas.
-Tu dis n'importe quoi, pourquoi voudrait-il que cette affaire n'avance pas ?
-Je n'en sais rien…il la regarda un moment et caressa sa joue…peut être parce qu'il ne veut pas que je me trouve avec toi…peut être parce que nous sommes tout simplement amoureux de la même femme et qu'il est jaloux.
-Harm, tu dis vraiment des bêtises, Clay ne m'aime pas.
-Si Sarah, il est jaloux.
- Arrêtes ! Dit-elle plus fort en se redressant. Tu as déjà vu les femmes avec qui il sort ? Je ne leur ressemble en rien.
-Et tu te demandes pourquoi ? C'est pour ça qu'il sort avec elles.
-Alors tu prétends qu'on sort avec un type de personne en total opposition avec la personne qu'on aime ?
-J'en suis sûr…Je l'ai fais moi…Aucune femme que j'ai connu ne te ressemblait.
-Et Diane ?
Harm sentit son cœur fait un bon dans sa poitrine.
-Sarah, je te l'ai déjà dis, tu es très différente d'elle, j'aimerai ne plus avoir à te le prouver, s'il te plait…
-Excuse-moi. Dit-elle plus calme…de toute manière tu n'as rien à craindre, si Webb est amoureux de moi, ça ne change pas mes sentiments à ton égard, et s'il tient à moi plus que je le pense, il fera tout pour que nous soyons en sécurité.
-Mm…
-Ne doute pas de lui, s'il te plait, nous sommes amis et je sais que tu l'estime et que lui t'estime énormément, au-delà de vos complexe de supériorité de mâle dominant, finit-elle en souriant.
-Mon complexe de supériorité de mâle dominant ? Tu parles de Webb là, moi je ne suis pas comme ça.
-Bien sûr que non mon amour, murmura Mac en s'approchant de son visage et en l'embrassant une nouvelle fois avec plus de passion.
Ils reprirent leur souffles et restèrent à quelques millimètre l'un de l'autre.
-Sarah…est-ce que tu crois que nous pouvons rester ici cette nuit ?
-Je ne pourrais pas partir, j'ai envie de m'endormir dans tes bras et de m'y réveiller surtout, hors de question que je ne te vois pas en ouvrant les yeux, c'est clair ? Ne me refais pas le coup une deuxième fois.
-Je te promets que je serai là…tu ne travailles pas demain ?
-Si...
-Tu risques d'arriver en retard.
-Et alors ? J'ai envie de passer la nuit avec l'homme de ma vie, le père de mon futur enfant, alors arrivé en retard au bureau est le dernier de mes soucis.
-Je ne te reconnais pas…
-C'est que tu as encore beaucoup à apprendre.
-Et j'ai hâte de pouvoir le faire.
Ils se sourirent et s'embrassèrent une nouvelle fois. Mac glissa sur Harm et s'approcha un peu plus de lui. Ses mains partirent à l'exploration de son corps. Mac redressa brusquement la tête et quitta la bouche de Harm.
-J'ai bien senti, murmura celui-ci.
-Je crois en effet…notre petit ange dit bonjour à son papa, répondit Mac.
Il posa les mains sur le ventre de Mac et sentit une nouvelle fois un petit coup. Mac sourit en voyant Harm contempler son ventre et lui parler doucement. Elle passa les mains dans la nuque du Capitaine et lui parla doucement.
-Tu feras un papa merveilleux.
-Tu crois ? J'ai un peu peur de ne pas être à la hauteur.
-Ne sois pas inquiet, tu seras parfait…
Ils s'embrassèrent tendrement et leur baiser s'intensifia rapidement. La passion les gagna. Leurs corps étaient réceptifs au moindre geste de l'autre. Ils firent l'amour toute la nuit, tendrement ou avec plus de passion. Harm prenait soin de la femme qu'il aimait, il considérait chaque passerelle de son corps comme un trésor, un précieux trésor. Comme celui qui se trouvait en elle et grandissait doucement.

7 Juillet 2002
05 : 36 AM Heure Locale
Un Motel
Quelque part entre Goldsboro et Washington

-Chérie, chérie réveille toi, murmura Harm.
Un grognement se fit entendre et il sourit. Mac était couchée dans le creux de ses bras, il caressait tendrement ses cheveux. Ils avaient très peu dormi cette nuit là. Mais Harm était aux anges. Un large sourire illuminait son visage. Il n'avait pas voulu la réveiller, mais ce rêve dans lequel ils vivaient depuis quelques heures touchait déjà à sa fin.
Il ne pouvait s'empêcher de caresser ce visage qu'il aimait tant. . Il en redessina la forme. Ses doigts glissèrent sur la peau douce, caressant la joue de Mac, la ligne de son nez et cheminant sous son menton. Mac eut un timide sourire et Harm en profita pour effleurer ses lèvres avec son index.
-Tu es réveillé depuis longtemps ? Murmura t-il en se penchant à son oreille.
-Assez pour savoir que j'aime beaucoup tes méthodes de réveil, répondit Mac sans ouvrir les yeux.
Harm sourit et embrassa tendrement sa tempe.
-Tu devrais te lever, murmura t-il avant de goûter la peau de son cou.
-Je sais…tu me crois si je te dis que je n'ai vraiment pas envie ?
Elle ouvrit les yeux et leurs regards s'accrochèrent.
-Je te crois.
-Je n'ai pas envie de retourner à Washington sans toi Harm.
-Je le sais mais on n'a pas le choix, ce qu'on vient de faire en plus est un pur délire.
-Tu trouves ? Moi j'ai trouvé ça plutôt bien, dit-elle en riant.
Il rit aussi et glissa au-dessus d'elle. Ils se regardèrent un moment avant que Harm ne pose son front contre celui de Mac. Elle glissa ses mains dans sa nuque et ferma les yeux.
-Sarah…
-Quoi ?
-Tu devrais vraiment y aller, sinon on risque d'avoir des problèmes.
-C'est toi qui m'empêche de me lever Matelot.
Ils se sourirent et s'embrassèrent. Harm se coucha à coté de Mac et la regarda un moment.
-Je ne t'empêche plus de te lever.
Mac acquiesça et lui sourit tendrement. Elle déposa un chaste baiser sur ses lèvres et se leva enfin. Harm la regarda gagner la salle de bains. Elle passa la tête dans l'embrassure de la porte.
-Tu veux venir me frotter le dos ?
-Oui, je veux mais…
-Oui, je sais, on risque de prendre trop de temps.
Elle ferma la porte et se glissa sous la douche. Harm était resté couché dans le lit. Il aurait aimé de tout cœur aller la rejoindre mais il ne pouvait pas. S'il le faisait, il ne pourrait pas la voir partir quelques minutes plus tard, il aurait envie de la garder près de lui, pour toujours.
Quelques minutes passèrent avant qu'il n'entende plus l'eau couler. Il s'attendait à voir revenir Mac mais elle n'en fit rien. Alors, il attrapa le boxer qu'il avait porté la veille et qui avait atterri non loin de lui. Il l'enfila et ouvrit la porte de la salle de bains.
-Sarah ?
Elle lui tournait le dos, à peine vêtue d'une serviette blanche. Harm se dirigea vers elle et posa délicatement la main sur son épaule. Il la retourna et vit son visage secoué de larmes.
-Je n'ai pas envie que tu partes, murmura t-elle entre deux sanglots avant de se jeter dans ses bras.
Il l'accueillit contre lui et referma ses bras fort autour d'elle.
-Sarah…calme toi, c'est provisoire, tout va s'arranger bientôt, ensuite on ne se quittera plus.
-Tu n'en sais rien, tu risques ta vie Harm…
Il se tut et la serra un peu plus fort contre lui. Ils restèrent ainsi plusieurs minutes avant que Mac ne se calme. Ils se séparèrent doucement et Harm essuya les larmes qui restaient encore visibles sur le visage de Mac.
-Je t'aime Sarah, et rien ne changera ça, rien ne changera le fait que tu portes notre enfant, j'ai beau être loin de toi, ne pas pouvoir te serrer contre moi, ne pas pouvoir t'embrasser, je t'aime ne l'oublie pas, et je suis sûr que tout va s'arranger, je t'en fais la promesse…On sera ensembles, tous les trois…
-Moi aussi je t'aime Harm.
Ils s'embrassèrent et Harm s'éloigna. Il prit Mac sous les fesses et la fit s'asseoir sur le plan du lavabo. Il se pencha sur son ventre et écarta la serviette. Ses lèvres effleurèrent sa peau.
-Je t'aime petit ange, murmura t-il, prends soin de ta maman, je reviendrai…mais elle besoin qu'on veille sur elle en mon absence, je compte sur toi…
Mac sourit et Harm déposa une multitude de baisers sur son ventre et sa poitrine. Il arriva à son visage et en fit de même. Après quelques minutes, ils décidèrent de stopper là avant que les choses deviennent incontrôlables une nouvelle fois.
Mac regagna la chambre et s'habilla. Harm prit sa douche. Ils se retrouvèrent une nouvelle fois dans la salle de bain, devant le grand miroir. Harm portait une serviette autour de la taille et Mac son uniforme. Elle se maquillait. Harm la regardait en souriant. Après avoir échangé un regard, Mac se pencha sur le miroir.
-Oh mon Dieu Harm !
-Quoi ?
-Oh non.
-Quoi, Sarah ?
Il s'approcha et Mac lui montra ce qui la mettait dans cet état. Une petite marque rouge en dessous de son oreille. Harm sourit.
-C'est très joli.
-Harm !
-Qu'est-ce que c'est ?
-Un suçon Harm ! Tu m'as fais un suçon ici.
Il rit.
-Je crois m'en rappeler qui en a à d'autres endroits.
- Arrêtes de rire.
-Sarah, ce n'est pas grave tu sais… et puis, tu ne t'en plaignais pas hier, murmura t-il en se glissant dans son dos et en la prenant par la taille.
-Il se voit celui-là!
-Tu n'as pas de fond de teint ?
-Non….si l'Amiral le voit.
-Calme toi…il ne verra rien.
-Comment peux tu en être sûr.
-Je ne le suis pas, j'essaie juste de te rassurer.
Elle lui lança un regard noir et se dégagea de lui. Elle rejoignit la chambre et prit ses affaires.
-J'espère pour toi qu'il ne verra rien, sinon gare à toi quand nous nous reverrons.
Harm sourit et Mac regarda l'heure.
-Je vais être en retard de 36 minutes environ…mais ça valait le coup, dit-elle en s'approchant de lui.
Ils s'embrassèrent un long moment.
-A bientôt.
-A bientôt…bon courage avec l'Amiral.
-Bon courage avec Webb.
Ils se sourirent et Mac se sépara de Harm. Elle posa sa main sur la poignée de la porte et se retourna une dernière fois.
-Je t'aime Harm, prends soin de toi et reviens vite.
-Je te le promets.
Il s'approcha et la prit une fois de plus par la taille pour goûter ses lèvres. Ils restèrent front contre front.
-Vas-y, sinon je ne te laisse plus partir.
Il se pencha sur son ventre et déposa un baiser, un autre sur les lèvres de Mac et il s'éloigna.
Mac lui sourit et sortit. Il s'approcha de la porte déjà fermée et y reposa la tête contre.
-Je t'aime Sarah, murmura t-il.

08 : 46 AM Heure Locale
QG du JAG
Falls Church

La voiture de Mac gara sa voiture devant le bâtiment en briques rouges. Elle était en retard, de 46 minutes et 35 secondes. Si elle avait prit le temps de passer chez elle, elle aurait été davantage en retard et aurait ainsi éveillé les soupçons de son supérieur. Elle entra au pas de course dans le bâtiment et se dirigea vers son bureau. Une voix ne tarda pas à prononcer son nom et son grade.
-Colonel Mackenzie, lança Chegwidden, dans mon bureau.
Mac acquiesça et se dirigea vers le bureau de son CO. Elle échangea quelques sourires et quelques bonjours avec ses collègues et pénétra dans la pièce.
-Fermez la porte.
Mac s'exécuta et se mit au garde-à-vous entre les deux fauteuils sombres.
-Asseyez-vous.
Mac prit place et AJ s'approcha d'elle.
-Vous êtes en retard.
-Oui, Monsieur, veuillez m'excusez.
-Une explication ?
-Une panne de réveil Monsieur.
-Je vous ai téléphoné.
-Je ne l'ai pas entendu Amiral…
-Qu'est-ce que vous me cachez Mac ?
-Rien Monsieur.
-Mm.
Il la regarda en silence un moment. Mac se sentait très mal à l'aise. Il se doutait de quelque chose. Il fit le tour du fauteuil et prit place sur celui qui se trouvait à coté d'elle.
« Oh non, il risque de voir la marque »Pensa la jeune femme. « Harm je vais te tuer ! »
-Amiral, j'ai encore pas mal de travail, je ferai mieux de m'y mettre.
Elle s'apprêta à se lever mais AJ la retint.
-Attendez Mac…j'ai à vous parler.
Elle le regarda étonné et il respira profondément.
-Webb doit venir d'une minute à l'autre, il doit s'entretenir avec moi à propos de Rabb.
-On a du nouveau ?
-Le trafiquant à échappé à leur surveillance, il se trouvait au Soudan pour échanger des armes, depuis 48 heures, nous n'avons plus aucunes nouvelles…qui plus est…Webb à découvert une fuite au sein de l'agence…
-Il…
-Il l'a bouché, ne vous inquiétez pas, seulement, il est possible que certaines informations ont filtrées.
-Ce qui veut dire ? Articula difficilement Mac.
-Ce qui veut dire, ce que vous vous doutez sans doute déjà, Mac. Harm est en danger, plus que jamais, et vous de même.
-Oh non…
-Il va falloir qu'il change d'identité et d'Etat.
-Il le sait déjà ?
-Non, Webb n'a pas pu le joindre depuis plusieurs heures. Ne vous inquiétez pas, cela ne veut rien dire. Il m'a affirmé que Harm disparaissait souvent pour se retrouver seul.
Mac baissa la tête et ferma les yeux un moment. Elle se sentait mal. Vraiment très mal.
-Mac, reprit AJ, il est important que vous fassiez très attention à vous, et je suis désolé de vous dire ça mais, nous devons arrêter les échanges de lettres.
-Quoi ?
Elle releva la tête brusquement et ancra ses yeux dans ceux de son CO.
-Amiral, vous ne pouvez pas nous faire ça.
-Je suis désolé…
-Pourquoi ? Nous avons deux intermédiaires, on ne risque rien.
-Si Mac, c'est très dangereux.
Ils restèrent un moment sans parler et une chose attira l'attention du Commando. Une petite marque rouge sur le cou de la jeune femme.
-Mac ? Vous, vous êtes blessée ? Demanda t-il en la regardant avec attention.
-Euh…non Amiral, ce n'est rien.
Il fronça les sourcils et se pencha vers elle. Mac tenta de mettre sa main devant mais il était trop tard. AJ vira au rouge.
-Colonel ! C'est bien ce que je crois ?
-Amiral, sauf votre respect…
-Laissez-le au placard et répondez moi.
-Eh bien…
-MAC !
-Oui, Monsieur en effet, c'est…un suçon, mais je peux expliquer…
-Vous l'avez vu ?

-Vous étiez ensembles cette nuit ?

-Répondez-moi Colonel ou je vous traduis en court martial, dans la seconde.
-Je…oui Monsieur, nous étions ensembles.
-Où ?
-Dans un motel…à quelques kilomètres de la sortie Sud de la ville.
Il se leva d'un bond et fit les cent pas à coté d'elle.
-Vous vous rendez compte de ce que vous avez fait ? Je vous jure que s'il s'en sort vivant je le tue de mes propres mains.
-Amiral, ce n'est pas de sa faute…c'est moi qui lui ai donné ce rendez-vous.
-Vous êtes stupide ou quoi ?
-Non, je l'aime et j'ai besoin d'être auprès de lui.
-Si jamais il ne s'en sort pas, vous ne serez plus jamais avec lui Mac. Vous avez conscience de ça ? Vous avez conscience que cet enfant risque de ne jamais connaître son père ?
-Je le sais, murmura la jeune femme en baissant les yeux.
Il eut un nouveau moment de silence, puis AJ s'adressa d'une voix plus calme et plus posée.
-Retournez à vos dossiers, je verrai ce que je peux faire avec Webb. Mais ne quitter pas le bâtiment.
-Merci Monsieur.
-Ne me remercier pas trop vite Mac, j'espère que tout ceci n'aura pas de trop lourdes conséquences en ce qui vous concerne, en ce qui concerne Harm ou toutes autres personnes de son entourage.
Mac acquiesça et se leva. Elle sortit du bureau et rejoignit le sien d'une seule traite. Elle ferma la porte et baissa les stores derrière elle. La jeune femme se laissa tomber sur son fauteuil et éclata en sanglot. Ca lui avait tellement fait du bien de passer la nuit avec l'homme qu'elle aimait et là, le rêve se brisait d'un seul coup. Son inconscience les mettait tous en danger, Harm, le bébé, leurs amis, elle…

11 :13 AM Heure Locale
QG du JAG
Falls Church

Mac quitta enfin son bureau. Elle y avait passé la matinée à ruminer tout ce qui s'était passé ces dernières vingt-quatre heures. Elle avait beaucoup pleuré en repensant à la tournure que prenaient les événements. Son estomac c'était manifesté et elle entreprit d'aller manger un morceau. Tous ses collègues travaillaient encore. Elle regarda un moment le bureau vide de Harm, Sturgis plaidait, il n'y était pas. Elle s'imaginait voir la haute carrure de l'homme qu'elle aimait l'arpenter de long en large, elle le voyait se tourner vers elle et lui adresser un tendre sourire avant de s'avancer dans sa direction…et de disparaître.
Elle reprit ses esprits et se dirigea vers l'ascenseur. Elle descendit à la cafétéria, prit son repas et décida de s'installer à l'extérieur.
Dans le bureau de son supérieur se trouvait l'agent Webb. Tous deux regardaient la jeune avocate prendre place à une petite table ronde et commencer à manger son repas.
-Alors, nous faisons comme ça, murmura l'agent au Commando.
-Oui, je pense que c'est une bonne solution, le Capitaine Turner et moi-même garderont un œil sur Mac et vous…vous vous occupez de Rabb, lui faire quitter la Caroline du Nord, lui donner une autre identité, et tout le reste…
-Ouais, il nous en aura donné du boulot, soupira Webb sans quitter des yeux Mac.
-C'est certain.
-Je me demande encore ce qu'il leur a prit pour se voir dans un motel, alors que nous avons perdu la trace de Bards.
-Ils ne savaient pas que vous n'aviez plus un œil sur lui, répondit AJ en se tournant vers lui.
-Oui, eh bien Rabb est un crétin de toute manière, pour avoir mis en danger Mac ainsi que sa propre fille. Dit-il sur un ton agacé.
-C'était une idée de Mac, ce rendez-vous…et de toute manière, je me demande bien pourquoi vous vous mettez dans cet état, Mac et sa fille vous préoccupe donc tant ?
-Non, c'est mon boulot de faire que cette affaire se termine bien, c'est tout.
-Mouais, soupira AJ.
Il avait parfaitement comprit que Webb ne lui disait pas la vérité. Il voyait bien la manière qu'il avait de regarder Mac. Et la manière dont il ne supportait plus Harm. Il sourit.
« Je crois que notre très cher agent est amoureux » Pensa AJ.
Il porta son attention sur la jeune femme toujours assise dehors. Un homme s'approcha d'elle et s'assit à la même table. Qui était-il ? Il ne l'avait jamais vu. Il semblait aisé et bien élevé. Etait-ce un témoin dans une affaire qu'elle traitait ? Non, elle n'avait aucune affaire en cours, il s'était arrangé pour alléger son emploi du temps et elle ne plaiderait plus au tribunal d'ici deux semaines. Alors qui était –il ?
Il sentit Webb faire un bon à coté de lui. Il fixait du regard l'homme assit en face de Mac. Il vit la fureur dans ses yeux.
« Il est si jaloux que ça ? »
-Amiral, c'est Bards.
-Quoi ?
-Avec Mac, c'est…c'est lui.
Ils échangèrent un regard et se précipitèrent hors du bureau. Les officiers regardèrent passer leur supérieur et l'agent sans comprendre ce qu'il se passait. Ils empruntèrent les escaliers pour aller plus vite et déboulèrent au rez-de-chaussée.
En arrivant dehors, ils trouvèrent Mac, tranquillement assise, seule. Ils arrivèrent au pas de course chez elle et regardèrent les environs. La jeune femme leva les yeux vers eux, sans comprendre ce qui se passait.
-Monsieur ? Clay ? Qu'est-ce qui se passe ?
-Où est l'homme qui était avec vous il y a une minute, lança Webb.
-Je ne sais pas, il est repartit, pourquoi ?
-Qu'est-ce qu'il vous a dit ? Demanda AJ.
-Il m'a demandé l'heure et puis, il s'est assit mais…qu'est-ce qu'il y a ?
-Mac, c'était Bards !
Elle regarda son ami sans trop savoir ce qui se passait. Elle ne savait pas qui était Bards.
-Colonel, vous avez parlé avec le trafiquant d'armes que la CIA essaie de coincer.
Elle lâcha sa fourchette dans un bruit sonore et plusieurs personnes se retournèrent.
-Le…trafiquant responsable de…de la disparition de Harm ? Bredouilla t-elle.
-Oui.
-Oh non…
-Mac, que lui avez-vous dit ?
-Je…rien à propos de Harm, nous avons…nous avons parlé du bébé.
Elle porta la main à son ventre, comme pour vouloir le protéger.
Les deux hommes se regardèrent et portèrent leur attention une nouvelle fois sur la jeune femme qui poursuivit.
-Il m'a demandé de combien de mois j'étais enceinte et si je savais le sexe, nous avons discutés, il semblait sympathique...
-Qu'a-t-il dit d'autre ?
-Il m'a demandé si j'avais déjà choisis un nom, je lui ai dit que oui, que ça venait de se faire, il m'a dit que le père devait être aux anges…
-Mac, lui avez-vous dit pour Harm ? Murmura AJ.
-Je lui ai dit que le père était mort, il y a quelques mois, sans savoir que j'étais enceinte.
Elle pu lire un « et alors » dans le regard des deux hommes et continua.
-Il m'a dit qu'il était désolé pour ça, que ça devait être dur et puis, il a prétexté avoir un rendez-vous important, il m'a souhaité une bonne journée et il est parti.
-Je vais retrouver Rabb tout de suite, il doit déménager, Bards est au courant.
-Attendez Webb, intervint Chegwidden, ça ne veut rien dire, il savait que Mac était proche de Harm.
-Je ne veux prendre aucun risque et vous devriez en faire autant pour le Colonel. Maintenant il sait qu'elle est enceinte de Rabb.
-Ce sera fait ne vous inquiétez pas, elle sera placée sous ma surveillance et sous celle du Capitaine Turner.
-Amiral, je suis capable de me débrouiller toute seule, répliqua la jeune femme.
-Pas cette fois.
Il se tourna vers Webb et lui adressa un mouvement de tête.
-Partez au plus vite.
-J'y vais, au revoir Sarah.
-Au revoir…Clay ? Dites lui que…qu'il fasse attention et que je…enfin.
-Je lui dirais, ne vous inquiétez pas, faites attention à vous Sarah.
-Vous aussi.
Ils échangèrent un dernier regard et Webb s'en alla. AJ prit place en face de Mac et elle lui parla doucement.
-Harm croit que Webb est amoureux de moi et qu'il est jaloux de lui.
-Il l'est, répondit AJ, mais ne vous en faites pas, c'est pour cette raison qu'il fera attention à ce qu'il ne lui arrive rien.
-Je ne comprends pas.
-Mac, il veut que vous soyez heureuse, c'est vrai qu'il est égoïste, mais il sait ce qui est bon pour vous, il sait que vous aimez le père de votre futur enfant et il ne veut pas que vous souffriez.
-Je ne pensais pas qu'il éprouvait de telles choses à mon égard ou qu'il pouvait se soucier d'une autre personne que la sienne.
-Je ne l'ai vu qu'aujourd'hui, mais apparemment…les sentiments qu'il a à votre égard ne datent pas d'hier.
Elle lui sourit timidement et regarda au loin.
-J'espère que tout se passera bien, je ne pourrais jamais élever cet enfant toute seule, Amiral.
-Vous ne serez jamais seule, même si je vous l'accorde…aucun de vos amis ne saura remplacer Harm, pas même Webb.

14 Août 2002
07 :13 PM Heure Locale
Domicile de Sarah Mackenzie

La voiture de Sturgis se gara en bas de l'immeuble. Il avait raccompagné Mac, comme il le faisait depuis un mois. Un soir c'était AJ, un autre, lui. La jeune femme avait protesté, mais ses collègues y étaient habitués depuis plusieurs mois, ils ne faisaient même plus attention…
Sturgis ne savait pas que Harm était toujours en vie. Tout ce que lui avait dit l'Amiral était que le trafiquant responsable de la disparition de son ami, avait prit contact avec Mac et qu'il savait qu'elle attendait l'enfant de Harm. Il avait accepté s'occuper de Mac. Il l'a raccompagnait et veillait en bas de chez elle quelques minutes avant de partir. De temps à autre, AJ passait au milieu de la nuit, sans que la jeune femme le sache.
-Vous voulez monter un peu ? Murmura Mac.
-Qu'avez-vous à me proposer pour que je vienne ?
-Oh, pas grand-chose, répondit Mac en riant, mais nous pourrons toujours discuter, même si je suis enceinte je me sens quand même bien souvent seule dans mon appartement. Il faudra encore attendre un peu pour que cette demoiselle me fasse la conversation.
Il lui sourit timidement et Mac en fit de même.
-Très bien, vous avez de la chance que je n'aie rien de prévu.
-Oui, quelle chance…
Ils sortirent de voiture et montèrent à l'appartement. Le Capitaine s'installa dans le canapé et Mac alla chercher quelque chose à boire. Elle prit place à coté de lui et ils discutèrent tranquillement. Sturgis sourit en voyant la guitare de Harm posée contre le mur un peu plus loin. Mac suivit son regard.
-Elle est bien là, je trouve, murmura t-elle… il m'arrive de m'asseoir dans le fauteuil et de fermer les yeux, je l'entends la gratter doucement… Je sais c'est idiot, mais j'aime penser ça.
-Ce n'est pas idiot Mac.
Ils restèrent silencieux un moment et Sturgis prit la parole.
-Vous savez, à l'Académie, Harm jouait souvent de la guitare. Il nous rendait fou par moment, surtout quand il chantait.
Ils rirent.
-Harm, chantait ? Demanda Mac s'en s'être calmée.
-Oh oui…comme un pied. Mais, il s'en contre fichait, plus d'une fois j'ai cru que Diane allait lui mettre sa main dans la figure et Keeter…il le suppliait d'arrêter.
-Et que chantait-il ? Redemanda Mac, ravit d'entendre cette anecdote.
-Du blues, du rock et d'autres choses.
-Quoi comme autres choses ?
-Des chansons… d'amour.
-Des chansons d'amour ? Harm ?
-Oui, il les écrivait lui-même…
-A Diane je suppose, murmura Mac en baissant les yeux.
-Non, pas à Diane…Il chantait pour la femme de sa vie.
-Et qui était-elle ?
-Elle n'avait pas de nom, il ne l'avait pas encore rencontré, mais il l'a fait, quelques années plus tard, et je suis sûr qu'il a repensé aux chansons qu'il avait écrites pour elle.
Mac sourit timidement. Etait-elle la femme de sa vie ? Chantait-il des chansons d'amour pour elle ? Elle aimait le croire en tout cas.
Cela faisait un mois qu'elle n'avait plus la moindre nouvelle de lui. Rien. Elle en demandait à son CO. Mais lui aussi ne savait rien. Ils savaient qu'il était en vie, qu'il avait changés d'Etat et de nom, mais rien de plus. Cette fois-ci la jalousie de Webb se manifesta ouvertement. Il assurait vouloir les protéger, mais Mac avait comprit qu'il cherchait à les séparer. Pour la première fois elle lui en voulait. Elle l'appréciait énormément en tant qu'ami, mais il l'avait beaucoup déçu en agissant de cette manière.
Dans un peu plus d'un mois elle allait donner naissance à sa fille. A leur fille. Eileen Sarah Mackenzie Rabb. Un petit bout d'eux deux.
Mac était un peu angoissée. Harm ne serait pas là pour la naissance de leur petit ange, comme ils l'appelaient. Il faudrait un miracle pour qu'il soit présent, à lui tenir la main dans la salle de travail. Peut être que les miracles existent, ils avaient déjà été de la partie…
Le trafiquant d'armes John Bards avait été arrêté. Beaucoup de tête était tombées. Le procès était en court. Il restait des personnes dangereuses, pour le Capitaine et la famille qu'il s'apprêtait à construire. Des personnes qui se baladaient toujours et capables de leur faire du mal. Il fallait rester prudent et surtout distants…
La soirée se termina tranquillement. Les deux amis parlèrent de Harm, d'affaires qu'ils traitaient, du JAG tout simplement.
Sturgis repartit, laissant Mac seule. Elle se coucha et lu encore une heure puis elle s'endormie paisiblement.
Au dehors, un homme d'âge mûr regardait les fenêtres de son appartement. Il veillait.

19 Septembre 2002
05 : 23 PM Heure Locale
Domicile de Sarah Mackenzie

Depuis deux semaines, Mac ne travaillait plus au JAG. Elle restait seule à son appartement. L'accouchement approchait et elle se sentait un peu faible. Le fait que Harm n'était pas là, n'arrangeait pas son cas. Elle savait que l'arrivée de la petite fille était imminente. Elle angoissait. Pourtant elle avait parfaitement conscience qu'elle ne devait pas, que ce n'était pas bon pour elle et le bébé. Mais elle ne pouvait rien y changer. Elle paniquait à l'idée d'accoucher seule, sans aucune présence rassurante à ses cotés.
Sturgis était arrivé depuis une heure environ. Ils relirent les documents pour l'affaire que Mac traitait à distance et que Sturgis se chargeait de défendre au tribunal. La jeune femme avait déjà trouvé beaucoup de mal à rester chez elle et il avait fallu une discussion très animée avec son supérieur pour l'y prier. C'est pourquoi, en contre partie, elle aidait comme elle pouvait le Capitaine, ce qui permettait également à celui-ci de venir lui tenir compagnie et d'assurer sa surveillance.
Mac était épuisée, pourtant il était encore tôt. Elle proposa un verre à Sturgis et gagna la cuisine. Elle versa le liquide dans le verre et s'apprêtât à quitter la pièce. Mais le petit ange se manifesta en elle.
-Chut, calme toi ma puce, j'ai juste été cherché à boire pour tonton Sturgis, avait –elle murmuré en caressant tendrement son ventre.
Elle resta dans cette position quelques instants, à caresser son ventre et à respirer doucement.
L'enfant se calma et elle rejoignit son ami. Une seconde plus tard, une autre contraction la cloua sur place. Elle gémit de douleur et se plia en deux.
-Mac ?
Sturgis s'était levé et l'avait rattrapé avant qu'elle ne s'écroule sur le sol. La jeune femme s'accrocha fermement à son bras.
-Sturgis, je…oh non.
Elle regarda son pantalon se mouiller doucement. Elle releva les yeux vers l'homme qui se tenait toujours à coté d'elle.
-Ca vous dirait de me déposer à l'hôpital ? Enfin si vous n'avez rien de prévu parce que là, je crois que c'est bon, elle s'est décidée à venir la demoiselle.
Sturgis se retint de rire. Il devait garder son sérieux et surtout son sang froid. Mac était en train d'accoucher et lui seul pouvait l'amener à l'hôpital. Il acquiesça et l'aida à se déplacer vers la porte.
-Attendez, il me faut le sac qui se trouve devant l'armoire dans le couloir. Ce sont mes affaires et celles de….
Elle gémit une nouvelle fois et s'appuya contre la porte. Sturgis se dirigea au pas de course vers l'endroit qu'elle lui avait indiqué et revint quelques secondes plus tard avec ses affaires.
Ils prirent leurs vestes, sortirent de l'appartement, quittèrent le bâtiment et montèrent en voiture. Tout ceci fut long et périlleux pour Mac. Au bas de l'immeuble, le Capitaine avait décidé de porter la jeune femme pour aller plus vite. Il avait accroché le sac de voyage dans son dos et il prit Mac contre lui. Mac faisait des efforts surhumains pour ne pas agripper le bras de Sturgis. La douleur avait été tellement forte.
Il conduisit rapidement jusqu'à l'hôpital. Bien qu'étant plus proches d'un hôpital civil, Mac insista pour aller à Bethesda. Sturgis n'avait pas bronché.
Ils arrivèrent enfin. Devant les portes des urgences, une vague de monde prit en charge Mac. On l'emmena immédiatement en salle de travail. Sturgis restait en arrière, ne sachant quoi faire. Mac l'interpella entre deux gémissements.
-Appelez l'Amiral, il doit lui dire…
-Quoi ? Le dire à qui ?
-Appelez- le Sturgis, je vous en prie…s'il vous plait.
-Ok, j'y vais.
Il la laissa et rejoignit les téléphones. Il appela son CO, lui rapportant ce qu'il se passait et le souhait de Mac. Apparemment, son supérieur comprenait mieux que lui. Il lui dit d'aller la retrouver et qu'il s'occuperait du reste.
Il la trouva dans une petite salle, changée et entourée de nombreuses personnes. Une infirmière s'approcha de lui et le poussa dedans.
-Allez vous changer, votre femme à besoin de vous.
-Euh…non, ce… ce n'est pas ma femme, bredouilla t-il.
-Peu importe ! Dépêchez-vous si vous voulez assister à la naissance de votre enfant.
Il n'eut pas le temps de répondre qu'on lui apporta tout ce qu'il devait porter. Il s'habilla rapidement, sans quitter des yeux Mac qui s'était un peu calmée.
Une fois prêt, il s'approcha d'elle.
Elle tourna la tête vers lui.
-J'ai appelé l'Amiral, il m'a dit de ne pas vous en faire, il fera le nécessaire, mais je ne sais pas de quoi il parle.
-Merci Sturgis, répondit-elle en souriant.
Il lui sourit également et Mac lui prit la main.
-Vous restez ?
-Euh…
-S'il vous plait Sturgis, ne me laissez pas seule maintenant.
Il acquiesça et s'approcha un peu plus, pour se tenir le plus près d'elle possible. Une nouvelle contraction arriva et la jeune femme serra de toutes ses forces la main de son ami. Il crut qu'elle allait lui broyer les doigts, mais il ne protesta pas, ce qu'elle devait vivre devait être encore plus douloureux.
Le médecin s'approcha et se plaça entre ses jambes.
-Très bien Colonel, vous allez devoir pousser à la prochaine contraction…votre enfant est en route, on voit déjà le bout de son crâne, maintenant c'est à vous de jouer.
Mac fit 'oui' de la tête et continua ses exercices de respiration. Une autre contraction.
-Poussez.
Mac le fit, de toutes ses forces. Encore une fois, puis une autre. Encore une, puis une, encore et encore…
-Allez Mac, murmura Sturgis, c'est presque fini, je croyais que les Marines étaient plus coriaces que ça.
-Le Marines sont coriaces, je voudrais bien vous y voir, souffla Mac.
Sturgis sourit et la jeune femme poussa une dernière fois. Elle entendit un cri entre ses jambes.
-Tout va bien Colonel, intervint le médecin, c'est bon, c'est fini.
Elle soupira et laissa tomber sa tête en arrière.
-Bravo Mac, murmura Sturgis en souriant et en lui caressant tendrement le front.
-C'est un compliment cette fois Capitaine ? Dit-elle en souriant elle aussi.
-Oui.
Il s'éloigna un peu. On apporta la petite fille emmaillotée sur la poitrine de sa mère. Celle-ci la prit délicatement dans ses bras. L'officier regardait ce beau tableau. Il les trouvait superbes, toutes les deux. Une mère et sa fille.
-Bonjour toi, bonjour mon ange…
Elle la regarda un moment. Puis vint l'heure du bain pour le nouveau né. On pria Sturgis de sortir. Mac embrassa sa fille. On lui demanda son nom. Elle répondit.
Eileen Sarah Mackenzie. On la fit quitter la pièce. Mac interpella une dernière fois son ami.
-Vous n'avez pas trop mal à votre main ?
-Non, ça va.
Elle lui sourit.
-Merci d'avoir été là Sturgis.
-De rien Mac, j'ai été ravi d'assister à ce miracle, Harm a dû le voir de là haut.
Mac ne répondit pas. Harm n'avait rien vu du tout. Il n'était pas là, il n'était, Dieu merci, pas là haut pour le voir. Il était quelque part. Elle avait demandé à son supérieur de le contacter. Webb ne pourrait quand même pas refuser ça ? Et même s'il lui refusait le droit de venir, elle savait que Harm viendrait tout de même. Sauf s'il l'enfermait dans une cave, pieds et poings liés.

20 Septembre 2002

12 :19 AM Heure Locale
Chambre de Sarah Mackenzie
Hôpital Naval de Bethesda
Maryland

Mac se trouvait dans son lit. Elle souriait en regardant le nouveau né qu'elle serrait contre elle. Elle caressait tendrement le haut de sa tête pendant que sa fille tétait doucement son sein. Eileen portait le petit pyjama que Harm avait choisi. Elle regardait de ses grands yeux bleus la jeune femme qui l'avait mise au monde un jour plus tôt.
-Alors ma petite puce, c'est bon ça, hein ?
Elle sourit et continua de murmurer à l'attention du nourrisson.
-Eh bien, je pense que tu auras un estomac aussi insatiable que ta maman…je plains déjà ton papa, finit-elle en riant doucement.
Elle se tût un moment et Eileen ferma les yeux.
-Dors, tu as raison…maman est là pour veiller sur toi…Papa aimerait être là aussi tu sais, mais il ne peut pas. Je sais qu'il pense à toi, très fort. Peut être qu'il sait déjà que tu es de ce monde.
Elle sourit et caressa tendrement la joue de sa fille. Celle-ci bougea un peu et lâcha son mamelon. Mac sourit et l'éloigna doucement. Elle essuya sa poitrine et remonta la blouse qu'elle portait, puis elle reprit Eileen contre elle. Elle déposa un doux baiser sur son duvet foncé et ferma les yeux elle aussi. Elle la berça doucement.
Mac pensait à Harm. Elle aurait tant donné pour qu'il soit là avec elles. Tous ses amis étaient déjà venus à son chevet, tous, sans exception avaient admiré la petite fille. Tous étaient tombés sous son charme. Mais Harm était absent, pourtant elle avait tellement besoin de lui. Elle ouvrit les yeux à nouveau. Une larme glissa sur sa joue. Eileen dormait profondément contre sa poitrine.
-On sera toujours ensembles ma puce, je te le promets, murmura la jeune mère, ta maman sera toujours là et même si ton papa ne reviens pas, il t'aime et c'est le plus important.
Elle déposa un autre baiser sur sa fille et la coucha dans le petit caisson transparent qui se trouvait à coté de son lit. Mac la regarda un moment dormir paisiblement. Elle laissa une main protectrice sur le rebord en plastique et s'assoupit.
Elle ne dormit que quelques minutes. Un bruit la réveilla. La porte de la chambre s'était ouverte et quelqu'un était entré. Elle entendait sa bruyante respiration.
Elle ouvrit les yeux et resserra instinctivement ses doigts sur le caisson.
L'homme avança doucement vers le lit et lui accorda un tendre sourire.
-Harm, murmura Mac dans un souffle.
Il avança encore un peu plus et laissa glisser sa main sur le corps de la jeune Colonel. Il s'assit sur le lit et plaça une main de chaque coté d'elle. Il se pencha sur Mac et l'embrassa. A la fin de ce baiser tendre et passionné à la fois, ils posèrent leur front l'un contre l'autre.
-Harm, comment as –tu fais pour venir ?
-Chegwidden, répondit-il simplement.
Ils se sourient et se séparèrent doucement. Harm regarda l'enfant dormir dans son lit.
-Voici notre enfant, murmura Mac en suivant son regard.
-Il…elle est magnifique, répondit Harm à bout de souffle.
-Prends la dans tes bras…tu es son papa, non ?
Harm s'exécuta. Il prit Eileen contre lui et se rassit sur le lit.
-Je pense que cet ange s'appelle Eileen ? Dit-il sans la quitter des yeux.
-Eileen Sarah Mackenzie…pour le moment.
-Pour le moment ? Demanda Harm en la regardant.
-Oui, puisqu'elle s'appellera Rabb lorsque son papa m'aura demandé en mariage.
Harm sourit.
-Elle peut s'appeler Rabb bien avant.
-Quand cette affaire sera finie, soupira Mac, n'oublie pas que tu es censé être mort.
-Oui, je sais.
Ils restèrent un moment silencieux à regarder leur enfant dormir dans les bras de son père. Celui-ci remarqua qu'elle portait le pyjama qu'il lui avait lui-même acheté. Après quelques temps, Eileen se réveilla. Harm croisa son regard. Il leva les yeux vers Mac et celle-ci lui sourit.
-Elle a les yeux aussi bleus que son papa, répondit la jeune femme.
Harm sourit et la petite fille se mit à pleurer.
-Qu'est-ce qu'elle a ?
-Elle est humide ? Sens tu quelque chose de moue dans sa couche ?
-Euh…non, bredouilla Harm.
Mac rit.
-Alors c'est qu'elle a faim…donne la moi.
Harm s'exécuta. Mac laissa tomber une nouvelle fois un coté de sa blouse et dirigea Eileen vers son sein. Elle le prit immédiatement en bouche et le suça doucement.
-Elle a peut être les yeux comme son père, reprit Harm, mais l'estomac de sa mère.
Mac rit et ils portèrent une fois de plus leur attention sur la fillette. Harm s'approcha un peu plus de la mère et de sa fille. Il ne put s'empêcher de caresser du bout des doigts la fine peau de la poitrine de Mac.
-Hééé Matelot, la place est prise, faites la queue, murmura Mac d'une voix grave.
-Et dire que c'est moi qui goûtais cette peau et qui jouait avec cette petite boule il y a quelques temps….je ne sais pas si je vais pouvoir partager. Finit-il en montant doucement sa main sur le cou de la jeune femme
-Eh bien, il faudra bien le faire, je doute que ta progéniture soit d'un autre avis.
-Si elle a le caractère de sa mère, en effet je doute aussi.
-Tu as raison plains toi, murmura Mac sur ses lèvres.
-Mais oui, c'est ce que je fais.
Ils se sourirent et s'embrassèrent avec tendresse. Harm s'éloigna un peu et caressa le front de sa fille qui continuait de téter sa mère. Une fois son repas terminé, Mac se rhabilla. Elle se leva et se dirigea vers la table à langer. Harm se tenait derrière elle. Elle changea Eileen, sentant Harm dans son dos. Elle la recoucha et reprit place dans son lit. Harm s'assit à nouveau à quelques centimètres d'elle. Il prit ses mains dans les siennes et les caressa tendrement avec ses pouces.
-Harm, comment as tu réussis à venir ici ?
-Chegwidden a appelé Webb, il lui a ordonné de me laisser partir pour venir vous voir. Webb n'a pas voulu et je crois que l'Amiral s'est énervé, je ne sais pas ce qu'ils se sont dits, mais je suis là.
-Tu es protégé ?
-Oui, des agents se trouvent dans le couloir depuis que je suis entré
-Depuis si longtemps ?
-Ils n'ont qu'à attendre, pour l'instant je passe un moment avec la femme que j'aime et ma petite fille, le reste m'est complètement égal.
Mac sourit. Harm en fit de même et ne pût s'empêcher de goûter à sa langue une nouvelle fois.
-Tu repars quand ?
-Quand est-ce que tu sors d'ici ?
-Euh…dans deux jours, pourquoi ?
-Je pars en même temps.
-Non, Harm, ne te mets pas en danger pour nous, s'il te plait, repars.
-Tu ne peux pas sortir aujourd'hui, chérie.
-Qu'est-ce que cela à avoir avec moi ?
-Tu pars avec moi…Eileen, toi et moi.
-Quoi ?
-Chegwidden a réussi à négocier, vous venez avec moi à New York.
-Oh Harm…
Elle se jeta dans ses bras pour une tendre étreinte.
-Je t'aime, murmura la jeune femme sur ses lèvres avant de les embrasser.
-Moi aussi je t'aime, nous n'allons plus être séparés, plus jamais, je te le promets.
Ils se sourirent et s'embrassèrent une nouvelle fois. On entra dans la pièce et Harm fit un bond. Il se détendit en voyant que ses amis étaient là. Harriet pleurait.
-Capitaine, dit-elle avant de se jeter dans ses bras.
-Harm, on est tous heureux de savoir que tu es encore parmi nous, intervint Sturgis.
-Comment, comment se fait-il que vous le sachiez ? Demanda Mac.
-L'amiral nous l'a informé il y a de cela une heure Madame, répondit Bud, il nous a dit que vous partez avec le Capitaine ?
-Oui, vous qui m'aviez aidé pour préparer l'appartement, je ne vais même pas y vivre.
-Pour le moment Mac, dit Sturgis, apparemment cette situation de durera plus très longtemps. La CIA a trouvé la piste de la personne qui est passée entre les mailles du filet, peut être que vous pourrez sortir d'ici et vivre dans votre appartement immédiatement.
-Ce serait génial, murmura Harriet.
Les amis discutèrent encore quelques minutes. Puis, ils partirent, laissant la petite famille seule.
Ils passèrent une après-midi tous les trois. On indiqua au personnel que la petite Eileen ne devait pas quitter la chambre de sa mère qui se trouvait en surveillance constante.
AJ passa rendre une visite au couple qui le remercia pour toute l'aide qu'il leur avait apporté. Il s'émerveilla un moment devant sa filleule et s'en alla lui aussi.
A présent, Mac pouvait se reposer. Elle s'endormit enfin en début de soirée. Harm était assis à coté du lit et tenait tendrement sa main. Il ne quittait pas des yeux son petit ange dormir paisiblement à coté de lui.
Il ne ferma pas l'oeil cette nuit là, appréciant de pouvoir regarder à sa guise les deux femmes de sa vie. Il veillait sur leur sommeil, espérant qu'à présent plus rien ne viendrait entacher leur bonheur.

22 Septembre 2002

04 : 19 PM Heure Locale
Parking
Hôpital Naval de Bethesda
Maryland

Harm tenait Mac par la main. Ils se souriaient en sortant du bâtiment. La jeune femme serrait contre elle la petite fille qui dormait paisiblement.
-Sarah, tu es superbe avec Eileen dans les bras, murmura Harm.
-Tu me l'a déjà dis une bonne centaine de fois.
-Et je te le dirais encore une bonne millième de fois mon amour…vous êtes superbes toutes les deux.
Mac sourit. Elle aperçut un peu plus loin Webb les observer, ainsi que d'autres personnes qui lui semblèrent suspectes. Une jeune femme avança vers eux.
Harm se figea sur place.
-Carla ?
-Samantha, dit-elle en sortant l'arme qu'elle cachait dans son dos.
Harm se plaça devant Mac et le bébé. La jeune Colonel plaça la main derrière la tête de sa fille pour la protéger. La jeune femme tira et la balle alla directement se loger dans la poitrine de Harm. Des autres coups partirent et Harm s'écroula sur le sol. Carla emprunta le même chemin. Eileen pleura à chaud de larmes. Mac était paralysée. Elle vit les agents arriver en courant. Elle avait l'impression que tout se déroulait au ralentit. Elle berça doucement sa fille et se pencha sur le corps de Harm. Les larmes coulaient sur ses joues.
-Harm, Harm, je t'en supplie…
Elle vit le sang imprégner progressivement sa chemise blanche.
-Non, non, Harm...
Il ne réagissait pas. Mac essaya du mieux qu'elle pouvait de calmer l'enfant qu'elle portait toujours contre elle. Elle ne quittait pas Harm des yeux, à quelques centimètres d'elle. Une vague de médecin et de personnel soignant sortit du bâtiment. Webb força la jeune femme à se lever. On lui demanda si elle n'avait rien. Elle dit que non. Une infirmière prit Eileen un instant pour vérifier que tout allait bien aussi chez elle. Mac en profita pour se pencher sur le corps de Harm qui venait d'être mis sur un brancard pour êtres transporté à l'intérieur.
-Harm…
-Sa…Sarah…
Ils se regardèrent et il leva la main avec difficulté pour caresser la joue de la jeune femme. Mac plaça la sienne dessus et lui sourit tendrement.
-Ca va aller Harm.
-Je sais que tu feras une mère merveilleuse pour notre fille…je t'aime…n'oublie jamais.
-Tu me le diras encore longtemps.
Elle déposa un baiser sur ses lèvres.
-Je t'aime Harm.
Il ne répondit pas et on l'emmena à l'intérieur. Mac resta sur place. On lui rendit Eileen qui se calmait doucement. Webb s'approcha d'elles.
-Je suis désolé, Sarah. Cette fille était la personne qu'on recherchait, elle a côtoyé Harm quelques semaines à Goldsboro. Je l'ai rencontré et…
-Quoi ? Comment avez-vous pu faire une erreur pareille ?
-Je suis désolé.
-Moi aussi.
Elle fit volte face et se dirigea vers l'hôpital au pas de course. Webb regarda le corps de la jeune femme qu'il avait abattu un peu plus tôt. Sa jalousie l'avait aveuglé. Elle lui avait fait baisser sa garde. A présent, Mac lui en voulait et Harm, était entre la vie et la mort. Il soupira et ordonna qu'on enlève le corps de la jeune femme. Elle était morte. Il n'y avait plus aucune menace pour le couple et la petite fille.
-Espérons que Harm s'en sorte, dit-il dans un murmure en regardant le bâtiment.
Puis il partit, sans se retourner…
Mac avait suivit le brancard jusqu'en salle des urgences. Elle se tenait derrière la vitre, tenant contre elle Eileen. Elle regardait les médecins tout faire pour ramener Harm parmi eux. Son cœur était arrêté, ils le choquaient pour qu'il redémarre. Il fallait plusieurs coups pour qu'il batte à nouveau. Son sang tachait le sol. Une grande et épaisse tache rouge. Sa chemise lui avait été retirée. Mac pouvait voir l'orifice d'entrée de la balle. Dans sa poitrine. A son cœur. Tout ce sang. Elle tremblait. Elle serrait sa fille qui dormait contre elle.
-Madame.
Une infirmière arriva à sa hauteur et posa sa main sur son épaule. Elle se tourna vers elle.
-Madame, vous ne devriez pas rester là. Venez avec moi.
-Est-ce qu'il…est-ce que ma fille connaîtra son père ? Dit-elle en sentant les larmes monter doucement à nouveau.
-Madame…
-Dites moi ce qu'il se passe.
- La balle l'a touché en pleine poitrine, elle a frôlé son cœur, nous faisons tout ce que nous pouvons pour le ramener et pour que votre fille grandisse avec ses deux parents…mais pour le moment, nous ne savons pas ce qu'il va se passer…quand à vous, il serait préférable que vous ne voyez pas tout ça…vous ne pouvez pas rester là, laissez les médecins faire leur travail.
Elle acquiesça et regarda une dernière fois dans la salle.
-Je t'aime Harm, murmura t-elle avant de s'éloigner.
Elle prit place dans une salle s'attente et berça doucement Eileen contre elle.
-Ca va aller ma chérie, ton papa nous a promis qu'on sera ensembles... Il tient toujours ses promesses, je le sais…tout va s'arranger ma puce.
Elle resta un moment assise à pleurer en silence et en berçant doucement Eileen contre elle.
Puis, on l'appela. On lui informa de la situation. Harm était dans le coma. Son état était sérieux mais stationnaire. Ils l'avaient donc changé de pièce. Mac demanda qu'on prévienne l'Amiral Chegwidden de ce qu'il se passait. Ceci fut fait. Il apporta avec lui quelques affaires pour la petite fille et surtout son maxi cosy dans lequel elle se sentirait plus à l'aise. Lorsque Mac y plaça sa fille, elle se tourna vers son CO et éclata en sanglots incontrôlables dans ses bras.
-Il ne doit pas partir Amiral…je l'ai….perdu une fois…je ne veux pas que ça arrive de nouveau…je ne suis plus seule maintenant à avoir besoin de lui…on a toutes les deux besoin de lui…
-Chut, calmez-vous Mac, ça va aller, Harm est fort, il va tenir le coup, je le sais.
Il avait murmuré pour ne pas brusquer la jeune femme, caressant tendrement ses cheveux. Il resserra son étreinte paternelle et ferma les yeux. Il ne savait pas vraiment si, lui-même croyait ce qu'il venait de dire. Bien sûr Harm était fort et robuste, mais ce n'était qu'un homme. Un homme blessé. Une blessure grave. Mais un espoir subsistait. Un faible espoir, mais un espoir. Celui d'une femme qui souhaitait partager le reste de sa vie avec lui. Celui d'une femme à qui il lui suffisait un de ses sourires pour se sentir bien. Celui d'une femme qui voulait élever l'enfant qu'elle avait eu avec lui. Cet enfant qui n'avait que quelques jours. Cet enfant qui signifiait tout l'amour qu'ils se portaient l'un à l'autre.

26 septembre 2002
01 :03 AM Heure Locale
Chambre d'Harmon Rabb JR
Hôpital Naval de Bethesda
Maryland

La chambre était faiblement éclairée par une veilleuse au-dessus du lit du patient. Harm dormait paisiblement, depuis plusieurs jours déjà. Il respirait à nouveau seul. Mais il était toujours inconscient. Sur le fauteuil à coté du lit était posé un maxi cosy. Dedans, une petite fille à peine âgée de quelques jours. Une autre chaise avait pris place entre eux deux. Mac y était assise. Elle avait reposé son buste sur le lit, sa tête s'échouant sur la hanche de Harm. Sa main maintenait la sienne emprisonnée comme si elle voulait le retenir. L'empêcher de partir loin d'elle, à un endroit où elle ne pourrait pas se blottir contre lui.
Elle dormait depuis plusieurs heures, après avoir donné un dernier repas à sa fille. Elle était épuisée. Impossible d'avoir pût la faire quitter le chevet de Harm depuis la fusillade. Ils étaient restés dans cette chambre, tout les trois. Mac pouvait s'occuper du nécessaire pour Eileen, tout en veillant sur Harm.
Elle lui parlait souvent. Elle le suppliait de nombreuses fois de se réveiller, pour qu'il lui adresse son sourire légendaire. Mais rien n'y faisait, il restait immobile, endormit, quelque part entre vie et mort.
Mac bougea légèrement la tête. Elle faisait ce mauvais rêve une fois de plus. Elle resserra instinctivement ses doigts sur la main de Harm. Eileen bougea un bras.
Il sentait une chaleur emprisonner sa main gauche. Il sentait un poids sur sa hache, du même coté. Sa tête lui faisait mal. Il avait des difficultés à savoir où il se trouvait. Et puis, il se souvint de l'annonce que Mac lui avait faite. Elle allait avoir un enfant. Il se souvint de ce suçon qui lui avait fait au motel. Il se souvint de l'avoir vu donner le sein à sa fille, d'avoir effleuré sa poitrine à cet instant, de son sourire. De Carla. Non, Samantha. Mon Dieu. Il ouvrit les yeux, comme s'il se réveillait d'un horrible cauchemar.
Harm baissa la tête. Mac dormait contre lui, elle tenait sa main. Cette chaleur, c'était donc elle, ce poids, c'était elle. Il sourit. Il avait crut entendre un bruit. Il vit le maxi cosy. Mais il était encore bien trop faible pour se redresser et y voir sa fille y dormir. Et puis, il ne voulait pas réveiller Mac. Il aimait la regarder dormir. Pourtant cette fois, ses traits étaient tirés et angoissés. Elle devait avoir passé des jours éprouvants.
Il ne put s'empêcher de caresser tendrement ses cheveux. Il voulut redécouvrir la douceur de sa peau, mais elle était trop loin. Alors, il ramena sa main sur son cœur. Il sentait le bandage, mais il n'avait pas trop mal pour le moment. La perfusion devait encore atténuer la douleur. Il avait envie de bouger. Il ne put se retenir de le faire.
Mac sentit le corps de Harm se déplacer. Elle crut rêver. Mais elle sentait parfaitement les doigts de son amant se refermer sur les siens. Elle ouvrit les yeux et leva la tête.
Ses yeux bleus. Elle les vit à nouveau. Elle se redressa et s'approcha de son visage. Harm sourit. Ce sourire qu'elle aimait tant…
Elle lui répondit de la même manière et ancra son regard dans le sien.
-Harm, murmura t-elle.
-Hey, comment ça va Mademoiselle Mackenzie ?
Mac ne répondit pas et s'approcha un peu plus. Elle l'embrassa avec fougue, luttant dans ce combat sensuel. Harm se laissa faire. Ils durent se séparer pourtant à contre cœur, à bout de souffle. Mac resta sur la bouche de Harm. Elle passa ses mains dans ses cheveux.
-Harm, tu es en vie.
-Oui, nous le sommes tous les trois.
-Oui, tous les trois.
-Je suis dans cet état depuis longtemps ?
-Quatre jours, les quatre plus longs jours de ma vie.
Ils s'embrassèrent une nouvelle fois et Mac s'assit sur le lit.
-Tu es restée là quatre jours ?
-Oui, nous sommes restées là.
-Saraaah, soupira Harm.
Elle ne répondit pas pendant un moment. Ils restèrent ainsi, silencieux, à se regarder dans les yeux, un sourire aux lèvres. Mac se leva et déposa un chaste baiser sur les lèvres de Harm.
-Où vas-tu ?
-Je vais chercher un médecin pour vérifier que tout va bien.
-Attends, ça risque de ne pas aller si mon ange gardien n'est plus avec moi.
Mac lui sourit.
-Je reviens tout de suite, juste le temps d'aller au fond du couloir. Je prends Eileen avec moi, au cas où elle se réveillerait et que tu es avec le médecin.
-Ok.
Mac succombât une fois de plus au désir de goûter à la langue de Harm avant de quitter la pièce avec sa fille. Elle envoya un médecin qui ausculta Harm. Tout était en ordre. A présent qu'il était sortit du coma, il pourrait reprendre du poil de la bête rapidement et quitter l'hôpital dans les prochains jours. On informa Mac des conclusions. Après quelques minutes, elle put retourner dans sa chambre avec la petite fille. Elles reprirent leurs places initiales et on les laissa seuls. Eileen se réveilla. Mac lui donna le sein. Harm ne se lassa pas de les regarder pendant un long moment, luttant encore contre la fatigue qui se faisait évidente sur son visage. Il insista pour rendormir la petite. Ceci fait, Mac se calla contre lui dans le lit. Elle se perdit dans l'étreinte de ses bras forts.
-Sarah, est-ce que tout est fini maintenant ?
-Oui, murmura Mac en relevant la tête, Bards est condamné à la peine capitale et tout ceux qui aurait pût nous faire du mal, sont ; soit en prison pour un bon moment, soit morts.
Il soupira.
-Merci de m'avoir dit ça.
-Alors, je crois que tu auras une promesse à tenir.
-Mm et laquelle ?
-Epouser la maman de ta fille, répondit Mac en souriant.
-J'avais bien compté la tenir celle là…le seul problème risque de se poser avec le JAG, si nous nous marions nous…
Mac le coupa en posant son index devant sa bouche.
-On réglera ça plus tard, pour le moment repose toi.
-Oui mon infirmière.
-Mmmmh je suis ton infirmière ? Excellente idée.
-Tu porteras une blouse blanche sans rien en dessous avec des petites chaussures à talons ?
-Faut voir…si tu es sage.
-Je le serais.
Ils se sourirent encore une fois et se serrèrent un peu plus avant de s'endormir pour un sommeil plus serein.

24 Décembre 2002
07 :26 PM Heure Locale
Domicile des Roberts
Rosselyn

Tout le monde était déjà arrivé. Tous, non. Il manquait la petite famille Mackenzie-Rabb. C'est comme ça qu'on les appelait depuis que Harm était sortit le 29 Septembre de cette année de l'Hôpital de Bethesda. Il y était resté quelques jours et était sortit en promettant d'éviter tout effort physique. Mac y avait veillé. Un temps, parce que ces mois de séparation avaient eu très vite raison de la volonté de ménager l'homme qu'elle aimait.
Ils s'étaient installés dans l'appartement que Mac avait transformé avec l'aide de ses amis. Depuis, ils étaient heureux de goûter aux joies d'une famille. Eileen était une vraie princesse, surtout pour son père qui veillait à la gâter à chaque instant de preuves de tendresse et d'amour.
Les deux avocats avaient repris leurs travail au JAG mais avaient allégés leur emploi du temps pour passer un maximum de temps en famille. Harm avait également téléphoné à sa mère qui avait atterrit à Washington quelques heures plus tard pour le voir. Ainsi que pour profiter de sa petite fille.
Ce soir là, ils s'étaient tous donnés rendez-vous chez les Roberts, comme à chaque réveillon. La maison accueillait les amis proches du couple. Harriet n'avait pas tout fait cette année, son ventre s'arrondissait considérablement et la naissance de son deuxième enfant devait être imminente.
On sonna à la porte. Bud s'empressa d'aller ouvrir. Il sourit en voyant ses amis sur le pas, emmitouflés dans des épais manteaux, Eileen dormant dans les bras de sa mère.
-Bonsoir Capitaine, bonsoir Madame.
-Bonsoir Bud, répondit Harm, et ce soir c'est Harm et Mac, ok ?
-Euh oui.
-Je suppose que nous sommes les derniers ? Demanda Mac en regardant Harm.
-Euh…oui Mad…Mac, répondit Bud.
-J'ai gagné Rabb, tu sais ce que tu me dois…
Bud aperçu le regard de connivence et les sourires que le couple s'adressait mais il n'en dit rien et les laissa entrer. Mac posa délicatement Eileen dans le maxi cosy que Harm portait et celui-ci l'aida à enlever son manteau.
-Excusez-nous Bud, seulement le Capitaine Rabb, se fait toujours attendre lorsque nous allons quelques part.
-Ce n'est pas vrai, se justifia Harm.
-Eh bien, c'est vrai cependant que vous êtes rarement à l'heure au bureau, intervint AJ en entrant dans la pièce.
Mac rit et Harm en fit de même. AJ s'avança vers le couple et se pencha sur la petite fille qui avait à présent les yeux grands ouverts.
-Héééé, bonsoir Mademoiselle, comment ça va ma puce ? J'espère que toi un jour tu sera à l'heure, s'il te plait ne ressemble pas trop à tes parents, continua t-il.
-C'est déjà raté Amiral, lança Mac, elle est tout le portrait de son père.
-Eh bien, ce n'est pas gagné, je sens que je vais avoir du boulot avec ma filleule.
Ils rirent tous les quatre et AJ prit Eileen pour rejoindre le séjour. Mac lui emboîtât le pas. Ils se réunirent tous autour du bébé. Même AJ Junior, qui l'adorait depuis longtemps déjà. Avant de quitter le couloir, Harm retint Bud par le bras et lui parla à voix basse.
-Bud, vous vous souvenez ce que je vous ai demandé ?
-Oui…tout est fait…j'en ai parlé avec Harriet, ce sera le dernier.
-Merci Bud, répondit Harm avant qu'ils ne rejoignent les autres.
Ils discutèrent un long moment dans le salon avant de gagner la salle à manger pour le repas. Le dîner se passa dans une agréable et chaleureuse ambiance. AJ tomba de fatigue et Harriet le coucha. Ils en profitèrent pour échanger leurs cadeaux respectifs avant de partir pour l'église. Assis les uns à coté des autres, la maîtresse de maison distribuait les petits paquets. Pendant ce temps, Eileen passait de bras en bras. Tous voulaient l'avoir. Harm la tenait contre lui. Mac ne put s'empêcher de sourire devant cette image. Elle avait l'occasion, depuis quelques semaines, de la voir régulièrement, mais ce soir là elle prit conscience qu'elle n'aurait pas pu vivre sans la connaître.
-Harm, ta fille va vouloir que tu la lâches un peu, lança Sturgis.
-Non, elle se plait très bien dans les bras de son papa, n'est-ce pas mon cœur, murmura t-il en embrassant tendrement ses petites mains.
-Oui, tu dis ça maintenant, attends que les ennuis commencent.
-Tu dis n'importe quoi Sturgis, c'est merveilleux d'avoir un enfant, Bud, dites-le lui.
-Euh…ben disons que certains soirs on préférait aller sur une île déserte et que surtout personne ne viennent nous chercher. Mais en dehors de cela…
Ils rirent tous de bon cœur et Harm reprit.
-Sturgis, tu ne peux pas comprendre, c'est quelque chose de magique.
-Tu crois que ne peux pas comprendre ? J'ai vu ce petit miracle venir au monde et crois-moi, j'ai eu le cœur qui a fait un bond dans ma poitrine.
Ils tournèrent tous la tête vers lui, prenant conscience de ce qu'il venait de dire. Sturgis ne disais pas souvent ce qui lui passait par la tête, ou même ce qui le touchait.
-Eh bien, crois-moi reprit Harm, les autres j'y serais, tu n'auras pas ma place.
-Euh…les autres ? Demanda Mac hésitante. Tu en veux combien au juste ?
-Je ne sais pas…il en faut combien pour une équipe de foot ?
Mac lui donna une petite tape sur le bras et ils rirent une nouvelle fois.
-Mais en tout cas, je suis près à m'entraîner autant de fois que tu le veux, murmura le Capitaine à l'attention de Mac.
Il y eu un silence où tout deux ne se quittaient pas du regard. Puis Harriet décida d'intervenir, c'était le moment.
-Harm, je crois que Eileen devrait retourner dans son maxi cosy où dans les bras d'une autre personne, il n'y a plus de cadeau.
Il acquiesça et se leva. Mac tendit les bras pour prendre la fillette mais Harm la remit dans les bras de l'Amiral Chegwidden.
Mac le regarda étonné et il lui tendit la main.
-Lève toi.
-Pourquoi ?
-S'il te plait, lève toi.
Mac prit sa main et s'exécuta. Il l'entraîna un peu plus loin et la regarda un moment. Tout le monde les regardait.
-Harm, qu'est-ce que tu fais ? Murmura la jeune femme.
Il ne répondit pas mais se mit à genoux devant elle. Il fourra la main dans sa poche et en sortit un petit écrin sombre. Mac écarquilla les yeux. Elle ne savait pas bien si tout ceci signifiait ce qu'elle pensait.
-Lorsque ma mère est venue elle m'a donné une chose, une chose très précieuse que je donnerai à la femme que j'aime…cette chose lui avait appartenu, mon…mon père la lui avait offerte un soir de juin. Elle m'a dit que j'avais sans doute enfin trouvé la personne à qui elle était destinée. Je sais qu'elle t'est destinée, parce que je t'aime…Je vous aime Sarah Mackenzie et la petite chose qui dort dans les bras de notre supérieur, est une preuve suffisante pour l'amour que je te porte. Mais j'ai encore besoin de plus… J'ai tenu à faire ceci ce soir, parce que nous savons tous les deux ce que ce soir de réveillon veut dire, en l'occurrence la venue de la petite princesse qui dort toujours, finit Harm en riant doucement.
Mac rit également et une larme glissa sur sa joue. Il lui prit tendrement une main et la caressa un moment avant de relever les yeux vers elle. Il ouvrit l'écrin et Mac eu le souffle coupé.
-Sarah Mackenzie, voulez-vous m'épouser ?
La jeune femme regardait la bague. Elle était en argent, sertie d'une petite pierre bleu, sans prétention. Elle était fine et délicate, mais tellement belle.
Elle regarda une nouvelle fois l'homme qui se tenait à genoux devant elle. Mac resserra ses doigts sur sa main.
-Harm…on…on a affronter tellement d'épreuves tout les deux, tellement de moments de joie aussi…on a…une petite fille merveilleuse…et je…je…oh Harm, oui, oui j'ai envie de t'épouser et de devenir Madame Rabb, dit –elle dans un souffle.
Harm sourit et se redressa. Elle se jeta dans ses bras et pleura de joie contre lui. Tous les amis présents les regardèrent en souriant.
Ils se séparèrent un peu. Harm prit la bague et la passa à son annulaire gauche.
-C'était la bague de fiançailles que mon père a offert à ma mère, j'espère qu'elle…
Elle posa son doigt devant sa bouche pour l'interrompre.
-Elle est magnifique, murmura t-elle en souriant avant de l'embrasser passionnément.

25 Décembre 2002
01 : 13 Heure Locale
Eglise des Anges
Washington

Le sermon et les dernières paroles de bénédiction venaient d'être prononcées par l'Aumônier Turner, le père de Sturgis. Harm et Mac avaient toujours leurs mains liées sur la cuisse de la jeune femme. Ils quittèrent tous les deux des yeux, le vieil homme et leurs regards se croisèrent. Ils se sourirent et Harm se pencha sur l'oreille de Mac.
-Que pense-tu si le père de Sturgis célébrait notre mariage ?
-Ca me plairait bien, à condition que Chegwidden m'amène à l'hôtel, répondit la jeune femme en souriant.
-Si ce n'est que ça…
-Oh, mais il y a encore beaucoup d'autres choses que j'aimerai, mais je t'en parlerai un autre jour, le moment venu.
-Pourquoi ?
-Ici nous ne sommes pas seuls et…Je ne suis pas sûre d'avoir envie de parler en rentrant.
Il rit et déposa un chaste baiser sur les lèvres de Mac. Ils se levèrent tout les deux, sans briser le contact de leurs deux mains liées. Tout le monde sortit. Nombreux furent ceux qui échangèrent des mots sur le perron. Mac remarqua son CO au téléphone un peu plus loin. A qui pouvait-il bien téléphoner à cette heure là ? Peut être a sa fille en Italie. Il sourit. Il avait dû entendre une bonne nouvelle.
-Sarah ?
Mac se tourna vers Harm.
-Ca va ?
-Oui, excuse-moi, je pensais à autre chose…tu veux qu'on rentre ? On doit repasser chercher Eileen chez vous, dit-elle en regardant Bud et Harriet, et on doit aller au mur.
-On pourra aller au mur une autre fois, ce n'est pas grave si je n'y vais pas, tu sais.
-Si, j'ai envie d'y aller avec toi, et puis, on lui présentera notre fille et on lui dira pour notre mariage, finit la jeune femme en souriant.
Harm en fit de même et ils se dirigèrent vers les voitures pour entrer. L'Amiral Chegwidden rejoignit ses amis.
-Attendez, j'ai un petit cadeau de Noël pour vous, dit-il à l'attention de Harm et Mac.
Ceux-ci échangèrent un regard et AJ poursuivit.
-J'ai eu une petite connaissance à l'instant au téléphone, qui m'a affirmé qu'un avocat de mon équipe prenait du galon, suite à ma recommandation…
Ils échangèrent tous un regard et AJ reprit.
-Colonel Mackenzie, étant donné que vous allez devenir Madame Rabb, je ne peux pas vous garder dans mon service…aussi, j'ai l'honneur de vous annoncer que vous êtes promu juge et que vous aurez votre bureau à l'étage au-dessus.
Mac sentit son cœur faire un bond dans sa poitrine. Elle n'arrivait pas à croire ce qu'il se passait. Harm fut le plus rapide à réagir et la serra dans ses bras.
-Félicitation mon cœur, murmura t-il avant de déposer un baiser sur sa tempe et de relâcher sa tendre étreinte.
-Félicitation Madame, intervint Harriet.
-Merci Amiral…je ne sais pas quoi dire…
-Vous méritez ce qui vous arrive Mac, répondit-il avec un clin d'œil.
Elle acquiesça et tout le monde monta en voiture. Harm et Mac récupérèrent Eileen chez leurs amis et repartirent aussitôt après leur avoir souhaité une bonne nuit. Ensuite, ils allèrent directement au mur. Ils se tenaient par la main. Mac avait mit Eileen sur son ventre à l'aide d'un large paréo qu'elle avait solidement nouée autour d'elle. Elle l'avait recouverte de son long et épais manteau blanc pour qu'elle n'ait pas froid et avait recouvert sa petite tête d'un petit bonnet rose pale. Elle lui jeta de régulier coup d'œil pour s'assurer que tout allait bien. Ils arrivèrent devant le nom du père de Harm. Une fois de plus, il caressa les lettres dorées. Mac s'approcha et se blottit contre son fiancé et ils restèrent un moment en silence, face au mur sombre.
Le Capitaine prit enfin la parole, d'une voix tremblante.
-Salut Papa…je suis revenu cette année mais, pas tout seul. Tu te souviens de ce que je t'ai dis l'an dernier ? Que j'avais passé le plus merveilleux des Noël, mais que j'avais fait la plus grosse erreur de ma vie en faisant l'amour à la femme que j'aimais…eh bien, tout est faux…avoir passé la nuit avec Sarah, à été la meilleure chose que j'ai faites de toute ma vie.
Il la regarda un instant et ils se sourirent tendrement.
-Je te présente Eileen, notre petit ange, issu de cette nuit magique. Je sais que tu la connais déjà un peu, tu as dû la rencontrer là-haut…
Ils restèrent tous les deux serré l'un contre l'autre. Mac replaça correctement le manteau qui cachait une partie du visage de leur fille. Ses yeux se posèrent sur la bague que Harm lui avait offerte quelques heures plus tôt.
-Monsieur Rabb, murmura la jeune femme à son tour, Harm ne vous a pas tout dit. Nous allons nous marier également. Et je tenais à vous dire que je serais très honoré d'appartenir à votre famille.
Harm sourit et l'embrassa tendrement.
-Je crois qu'il serait fier que tu en fasses partie.
Ils contemplèrent le mur encore quelques temps et prirent le chemin de leur appartement.
Ils changèrent Eileen et la couchèrent restant quelques minutes enlacés devant le petit lit, comme ils le faisaient souvent.
Puis ils regagnèrent leur chambre. Au milieu du couloir, Harm prit Mac dans ses bras qui rit en sentant ses pieds quitter le sol. Il la porta jusque sur leur lit et la déposa délicatement sur les draps.
Harm se coucha sur elle, la surplombant de quelques centimètres. Il la fixait du regard de longues minutes.
-Harm, à quoi tu penses ?
-A notre première nuit…
Mac sourit.
-Et ?
-Et quoi ?
-Qu'as-tu envie de me dire de cette nuit ?
-Rien, j'y pensais c'est tout.
Elle ne répondit pas et Harm se pencha un peu plus, effleurant ses lèvres avec les siennes. Une main du pilote voyagea sur le corps de la jeune Marine et elle gémit déjà de plaisir.
-Harm, avec qui préfère tu faire l'amour ce soir ?
-Pardon ? Dit-il, étonné, en stoppant ses caresses.
-Avec qui veux tu faire l'amour ce soir ?
-Avec toi, tu me poses une drôle de question.
Mac sourit.
-Moi, ok, mais… elle laissa sa main glisser sous la chemise de Harm et caresser tendrement ses muscles, est-ce que c'est avec le juge Mackenzie, ou la future Madame Rabb ?
-…Ou encore la maman d'Eileen, poursuivit Harm qui avait comprit là où elle voulait en venir.
Il la regarda et Mac ne bougea pas.
-Alors ?
-Disons, que je compte commencer par la juge, ensuite, quand je la connaitrai un peu mieux, Sarah ma fiancée me parait une bonne idée et je compte finir à l'aube avec la mère de ma fille….ça te va comme réponse ?
-Tu crois que tu arriveras avec toutes ces dames ?
-Tu en doutes ?
-Mm, je ne sais pas…
-Fais moi confiance, murmura t-il.
-Parfait, mais, tu as plutôt intérêt à commencer parce qu'il est déjà deux heures treize.
-Oui, votre honneur.
Ils rirent tous les deux et s'embrassèrent avec tendresse, puis avec passion. La nuit se déroula de la même façon, entre passion et tendresse. Comme cette nuit là, il y a tout juste un an, cette nuit de décembre.

FIN

Epilogue

19 Mai 2005
09 :16 AM Heure Locale
QG du JAG
Falls Church

Mac venait d'arriver au JAG ce matin là. Harm était partit depuis longtemps déjà. Elle avait appelé le bureau en disant qu'elle aurait du retard, la nounou d'Eileen n'était pas venue et l'avait prévenu au dernier moment. Elle se retrouvait coincée avec sa fille alors qu'elle avait une audience à présider dans moins de quinze minutes. Son CO, lui conseilla de ramener la fillette au bureau. Il s'en occuperait et il devait la voir pour une autre affaire.
Mac s'exécuta.
Elle venait d'entrer sur le plateau principal. Eileen lui lâcha la main et couru immédiatement en direction du bureau de son père. Celui-ci sortit au même moment et sentit deux petites mains se resserrer autour de ses jambes. Il baissa les yeux et son visage fut éclairé par un magnifique sourire. Ni une, ni deux, il se baissa et attrapa sa fille qu'il ramena contre son torse.
-Papa.
-Bonjour ma puce, tu viens au bureau maintenant ?
-Veux rester avec toi, dit-elle avec une moue que Harm connaissait si bien sur le visage de Mac.
-Il faut que je travaille mon cœur, répondit-il.
Mais Eileen ne répondit pas et resserra ses petits bras autour du cou du pilote et elle posa sa tête sur son épaule.
-Regardez-moi ça, lança Mac en s'approchant, lorsque son papa est là, moi je ne compte plus….salut, murmura t-elle à quelques centimètres de l'homme qui était à présent son époux.
-Salut, répondit celui-ci en souriant, qu'est-ce que tu fais là avec elle ?
-Lucy nous a fait faux bond, je voulais prendre ma journée pour rester avec elle, dit-elle en caressant tendrement la joue de sa fille toujours dans les bras de son père, mais Chegwidden m'a proposé de s'en occuper.
-Ici ?
-Oui.
-Oooh, deviendrait-il gateu ?
Ils rirent et AJ apparu un peu plus loin. Harm s'écarta un peu de sa fille et la regarda.
-Princesse tu sais avec qui tu reste aujourd'hui ?
Elle fit non de la tête et Mac prit la parole.
-Avec ton parrain.
-C'est vrai ? Dit-elle avec un sourire.
Les deux parents acquiescèrent et le parrain en question avança vers eux.
-Parrain. Lança Eileen en tendant les bras dans sa direction.
Harm la posa au sol et la petite fille alla embrasser l'officier. Toutes les personnes présentes s'attendrirent devant cette image touchante et il ne fallut que peu de temps pour que AJ les rappelle à l'ordre et qu'ils se remettent au travail.
-Venez dans mon bureau, tous les deux.
Harm et Mac s'exécutèrent et Eileen marcha devant eux. Ils entrèrent et prirent place sur les fauteuils. La fillette alla s'asseoir sur les genoux de sa mère et écoutait sagement la conversation.
-Colonel, je vous ai demandé de venir, parce que vous ne présiderez pas l'affaire Scupilo aujourd'hui, Capitaine vous ne défendrez pas Hernot, vous partez tous les deux en missions.
-Euh…monsieur, commença Mac hésitante.
-Oui, je sais que je vous ai dit qu'il y aurait toujours un de vous à Washington depuis que vous êtes mariés, mais j'ai besoin de vous deux sur cette affaire, une affaire délicate, elle concerne une personne que j'estime beaucoup et je sais que personne mieux que vous deux saura gérer cette affaire.
-Et elle concerne quoi et qui Monsieur ? Demanda Harm.
-Un Amiral deux étoiles, un de mes amis, accusé de manquement au devoir sur la base de San Diego, vous partez pour deux jours.
-Et Eileen ?
-Je m'en occuperai, n'est-ce pas petite puce ? Dit-il à l'attention de la fillette qui sourit en comprenant qu'on parlait d'elle.
-Très bien, soupira Mac, chérie tu resteras avec ton parrain, tu es d'accord ?
-Ouiiiiii.
Ils rirent tous les trois et Harm et Mac se levèrent pour quitter le bureau et chercher les affaires dont ils auraient sans doute besoin. Lorsque Mac voulu sortir, AJ la retint un moment et lui parla doucement.
-Mac, vous lui avez déjà dit ?
-Non Amiral, j'attendais le bon moment.
-Eh bien, je crois qu'il est arrivé, vous pourrez fêter ça devant un coucher de soleil californien.
-Oui, ça me parait une excellente idée.
-Et étant donné que je me charge de votre fille, vous serez sans doute plus tranquilles pour avoir cette discussion.
-En effet Amiral, l'annonce de ma grossesse, lorsque je portais Eileen était un peu particulière, cette fois-ci j'ai vraiment envie que ce soit spécial.
-Ne m'en dites pas plus et dépêchez-vous pour ne pas rater ce vol.
-A vos ordres Monsieur, répondit Mac en souriant.
Le couple rejoignit l'ascenseur avec la fillette. Ils devaient passer chez eux, prendre des affaires et ramener la petite fille ici, où elle passerait la journée avec son parrain.
Harm portait toujours Eileen lorsqu'il appela l'appareil. Ils montèrent tous les trois dedans. Il n'y avait personne. Mac sourit en caressant tendrement son ventre encore plat.
-Je sens que cette affaire sera vraiment agréable, lança la jeune femme en souriant.
Harm la regarda étonné et les portes se refermèrent sur la petite famille qui allait accueillir quelques mois plus tard un autre petit membre.