Auteur : Sehaltiel l'Eternel

Disclaimer : Le film « Priest » ne m'appartient pas. Il est la propriété de Scott Charles Stewart. Cela prend donc en compte également les personnages, le scénario et tout ce qui en sort.

Note : /!\ ATTENTION POUR CEUX QUI N'ONT PAS VU LE FILM, SPOILS /!\

Note 1 : Le personnage Eden est une invention de ma part, elle est purement fictive et par conséquent elle est la seule à m'appartenir dans cette fiction !


Chapitre 1 : Le 1er commandement

Alors Dieu prononça toutes ces paroles, en disant : […] Tu n'auras pas d'autres dieux devant ma face. […]

Livre de l'Exode - Chapitre 20

Je m'appelle Eden. Un prénom peu commun, je le reconnais.

Mais à l'époque dans laquelle j'ai vu le jour, il est assez courant. Superstition pour protéger les nouveau-nés ou simple choix dû à la forte influence de l'Eglise sur les gens, je porte le prénom du jardin merveilleux où s'est déroulée l'histoire d'Adam et Eve.

J'ai vécu mes vingt premières années de vie, bercée par l'ésotérisme, dans une sorte de ville fortifiée dans laquelle il fait pratiquement nuit 24h/24, appelée Cathedral City dans le secteur 12.

Le monde n'est plus ce qu'il avait pu être auparavant. Tout ce que ma mère m'avait raconté sur les océans indomptables, sur les étendues verdoyantes ou sur les montagnes allant jusqu'aux sommets des cieux, tout ca je n'ai jamais pu le voir et encore moins le connaître.

L'extérieur était désormais que poussière, désert et roches. Rien de comparable à ce qu'on racontait dans les histoires.

Mais aussi étrange que cela puisse paraître, je n'ai jamais vraiment eu la foi en ce qui se diffusait dans les rues sous la forme du slogan « foi, travail, sécurité », en les confessions obligatoires et en tous ses religieux qui se pavanaient, pire et plus menaçants que la milice.

J'avais cette furieuse impression d'être une brebis égarée que l'Eglise cherchait à conditionner à tout prix. A l'époque j'occupais un minable poste de serveuse dans un bar miteux. Rien d'excitant mais je me faisais, selon mes parents, une place dans la société, tout en ramenant à la maison un troisième salaire pitoyable.

Mais je n'ai pas dit pourquoi je me trouvais à vivre dans des conditions pareilles.

La raison était simple : les vampires.

Ses créatures mythiques avaient dépassé le mythe, des siècles auparavant, en apparaissant et en dévorant la race humaine. Cela avait commencé en guerre entre les hommes et les vampires, cela c'était terminé en extinction pour les seconds. A part dans quelques colonies isolées en campagne, les vampires n'existaient plus. Du moins officiellement.

Ce retournement de situation en notre faveur c'était effectué grâce à un groupe d'élite, main d'œuvre de l'Eglise : les Prêtres.

Ces hommes et ces femmes étaient des guerriers inégalables, hors du commun, dotés d'aptitude exceptionnelles.

Malheureusement, une fois les vampires exterminés, L'Eglise les considéra comme une menace et les congédia comme de vulgaires marionnettes, puis les força à intégrer la société. A renier ce qu'ils avaient été un jour, envoyés au rebut, eux qui avaient sauvé l'humanité dans ses derniers instants.

Mais pour moi ils étaient bien plus que ca. Je les vénérais autant que l'évêque de notre ville vénérait son Dieu. Mes paroles pourraient me valoir la peine de mort pour propos blasphématoires, si jamais elles étaient ébruitées.

Je n'ai jamais vécu la grande guerre, j'étais trop jeune pour cela, j'étais une enfant qui s'épanouissait dans les taudis du secteur 12, mais contrairement au reste de la population, je voyais les Prêtres et les Prêtresses comme des héros. Des vrais. Comme ceux dans les livres. J'adorais passer mon temps à créer des situations imaginaires d'attaques de vampires, cachée aux yeux de tous pour éviter le courroux religieux, bondissant, frappant et me concentrant sur un tas de caisses improvisées en ennemis.

Je pense que c'est de cette façon qu'il m'a remarqué.

Car à vingt ans, je suis devenue la petite protégée de l'un des Prêtres.

Oui, par un concours de circonstances ou de je-ne-sais-quoi, la petite serveuse était devenue une Prêtresse.

Qui l'aurait cru ? Pas mes parents en tout cas. Pour moi c'était la clé pour pouvoir changer de vie. Je n'étais définitivement pas prête à rester sagement dans mon coin à servir des clients saouls ou grossiers toute la journée, à se faire peloter sans pouvoir fracasser la chope sur la tête du pervers, à recompter sa paye quatre fois pour en vérifier le compte.

J'avais besoin d'air, de tester mes limites et surtout de voir si je pourrais les dépasser.

C'est cette mentalité qui avait plu à mon maître. On l'appelait « le prêtre » mais je n'aimais pas le désigner sous cette forme. Il ne broncha pas quand je lui imposa un surnom à défaut de connaître son véritable prénom. Pour moi c'était lui qui était digne d'être un Dieu.

Il réussit à obtenir mon intégration auprès du conseil religieux de Cathedral City en vantant mes qualités et mes capacités qu'il avait observé. Monseigneur Orelas n'était pas heureux d'accueillir une nouvelle membre dans ce groupe d'élites qu'il voulait garder en laisse comme de vulgaires chiens, mais il ne voulait pas non plus perdre un élément prometteur qui pourrait un jour lui servir. Alors à contrecœur il accepta.

Mais trêve de bavardages insipides. Je vais vous raconter une histoire, MON histoire, pour qu'elle ne soit pas oubliée par les générations futures.

Tout ceci n'était que les prémices de mon aventure.


Si vous êtes curieux de savoir la suite, laissez moi des reviews !

3:)