Bonsoir!
Voici enfin la deuxième partie de mon TwoShot!
Je suis impardonnable vu que je devais le poster en fin décembre...

Je remercie Hanako pour les corrections, ainsi que tous les reviewers.

Partie 2

Un jour passé, lors d'un autre bal, le jeune blond-roux avait voulu lui avouer ses sentiments et avait eu la ferme intention de lui jurer un amour éternel et indestructible!

Le brun avait été entraîné par un jeune homme plus vieux, un adolescent de quinze ans environ, vers les jardins du château.

Curieux de savoir ce que ce type voulait à son ange, il les avait suivis et la scène qui s'était jouée devant ses yeux le hantait encore aujourd'hui.

Il revoyait Masato, son Masato, plaqué contre un arbre par l'adolescent, qui de ses mains baladeuses parcourait furieusement son corps, et sa bouche dévorant voracement celle de son ange.

Il entendait encore le brun gémir sous les caresses, qui Dieu merci ne s'attardait pas en dessous de la ceinture, mais sur son petit torse à peine formé et agréable au touché comme à la vue.

Il n'avait que 13 ans !

Il revoyait encore et toujours Masato s'accrocher à l'autre garçon, les yeux brillants, incapable de formuler une phrase cohérente.

Il revoyait ces grands yeux bleus écarquillés et larmoyants...
Sans doute le plaisir qu'il avait ressenti sur l'instant...

Dégouté et surtout choqué, le jeune Ren avait fui.

Et après cela, il refusa d'aller à la moindre réception, bal et autres soirées mondaines, de peur de recroiser la personne qui lui avait brisé le cœur.

Un jour pourtant, il l'avait revu, lors d'une soirée très importante organisée par un riche héritier, pour laquelle son père avait été très ferme quand à sa présence.

Et Masato s'était empressé d'accourir vers lui comme une bonne petite chienne.

Il avait osé lui sourire chaleureusement comme si il ne l'avait jamais trahit.

Il se rappela de la façon dont le brun l'avait regardé, lorsqu'il l'avait repoussé.

Le blond-roux ne pourrait jamais lui pardonner cette trahison.

OoO

Masato en avait assez de pleurer.

Il était temps qu'il arrête de jouer à l'enfant.

Pourquoi pleurer ?

Après tout, Ren n'avait fait que dire la vérité.

Il n'était qu'une chienne...sinon pourquoi aurait-il accepté de prendre en bouche le sexe d'un autre homme ?

Le brun savait que si Ren l'avait retourné sur le ventre pour le prendre, le "baiser", il n'aurait opposé aucune résistance.

Ses pensées lui firent mal, mais elles étaient justes et lui seul savait pourquoi.

Il se dirigea lentement vers son futon et se glissa dedans.

"Jinguji ne rentrera sûrement pas." pensa-t-il tristement.

Il voulait tellement le revoir !

Le retoucher, lui parler de tout et de rien, et même dormir dans ses bras.

Il souhaitait tellement tout ça !

Il l'aimait encore même après toutes ses années, et il l'aimera toujours.

"Jinguji...Ren" lâcha-t-il tout haut.

"- Qu' y a-t-il Hijirikawa-san ?" l'interrogea la voix de son colocataire.

Ce dernier venait de rentrer et avait entendu son nom.

Masato sursauta.

Il s'assit si précipitamment que les pans de son yukata s'ouvrirent, laissant apercevoir un bouton de chair rosé sur une étendue de peau pale.

Il reçut de plein fouet le regard haineux de Ren.

Honteux, le brun baissa la tête.
Il savait désormais que montrer son corps devant son colocataire était une chose à bannir, au risque de se faire insulter.

Il comprenait que Jinguji le déteste, mais cela lui faisait mal, alors il se mit également à le détester en retour.

"- Arrête ça tout de suite !" l'agressa alors Ren.

Surpris par cet éclat de voix soudain, Masato releva la tête et croisa les prunelles brulantes d'un désir mal contenu.

"- Je m'excuse Jinguji."

Masato ne souhaitait pas se disputer avec Ren.

Le blond-roux en avait rien à faire de ses excuses, d'un pas menaçant, il se dirigeât vers le jeune brun assis sur son futon.

Ce dernier commençait à paniquer légèrement, il n'allait pas le frapper ?

"- Tu le veux ?" l'interrogea soudainement son colocataire.

Confus, le brun répondit, hésitant :

"- Je ne comprends pas ta..."

"- Est-ce que tu le veux ?" répéta Ren, s'enflammant.
Tu veux que je te prenne ? Tu veux que je te pénètre violemment ? Tu veux que je te baise jusqu'à ce que tu me supplies d'arrêter ?"

Le ton montait et Jinguji lui attrapa le bras.

"- Tu veux aussi que je te prenne contre un arbre ?"

L'héritier Hijirikawa sentit les battements de son cœur s'accélérer au point d'en devenir douloureux.

Ses yeux s'écarquillèrent, et tremblant légèrement, il essaya de remettre de l'ordre dans ses pensées Ô combien désordonnées.
Le choc qu'il reçut, en réalisant de quoi l'autre parlait.

Contre un arbre !

Alors Ren... savait ?

Ils les avaient vus !

Une colère sourde gronda en lui, et violemment il se dégagea de la poigne ferme de Ren.

"- Tu as tout vu ce jour-là, murmura-t-il. Tu étais là, tu as tout vu ?"

Ren se contenta d'acquiescer, narquoisement.

"- Tu nous as regardé, mais tu n'as rien fait..."

Le blond-Roux tiqua.

Il n'avait rien fait ?

Il n'allait pas les déranger en plein concours d'apnée !

Masato ne se soucia plus de ses larmes, celles-ci étaient nombreuses et dévalaient inlassablement ses joues.

"- Alors ce jour-là, tu l'as laissé faire ? Tu ne m'as pas sauvé ? Je n'en valais pas la peine ?"

Il était à moitié hystérique et sa voix était sur le point de se briser.

Jinguji ne comprenait plus, mais où voulait-il en venir ?

"- Je ne voulais pas te déranger !" cracha-t-il, mais il avait peur de comprendre.

Le brun lui attrapa le col et calqua ses yeux dans les siens.

"- Ren...il était en train de me forcer...il m'a forcé à... à..."

Sa voix se brisa.

L'homme qu'il aimait ne l'avait même pas aidé, alors qu'il avait eu besoin de lui...

Jinguji lui ne bougeait plus.
Il était comme figé par l'aveu.

Ce n'est pas possible, ce jour-là, il avait bien vu...

Puis soudain, il réalisa à quel point il s'était fourvoyé.
Oh mon Dieu, comment avait-il pût être aussi aveugle ?

Cela était tellement logique.

Il revoyait la scène sans cesse.

Et les larmes, les gémissements, tout.

Comment avait-il pût imaginer que son ange, son Masato puisse...

Il posa une main sur sa bouche, étouffant un cri horrifié.
Il l'avait abandonné...

"- Masato..."

Le dit Masato releva la tête, expression haineuse.

"- Ne t'excuses surtout pas. Je ne te pardonnerais jamais ! Je ne veux plus rien avoir à faire avec toi. Demain, je changerai de chambre.
Mais toi... Ne me parle plus, ne me touche plus."

Jinguji ne put qu'accepter.

Il avait été horrible avec lui, et il avait tout perdu.

Il retourna et s'apprêta à se rendre vers sa partie de la pièce, quand quelque chose l'arrêta.

Une peur son nom prit possession de lui, et la voix blanche il demanda, souhaitant à tout prix une réponse négative :

"- Dis-moi seulement si il t'a...il t'a...violé...?"

Un silence lui répondit et cette fois il le supplia :

"- S'il te plait... Masato, réponds-moi... Je dois savoir !"

Une voix glaciale s'éleva alors, le soulageant comme jamais :

"- Non... Mais cela ne change rien, je te déteste Ren… Laisse-moi maintenant."

L'héritier Jinguji ne prit même pas la peine de se déshabiller et se glissa lentement entre ses draps.

Il entendait les sanglots de son ange mais il n'était pas celui qui pouvait le consoler, il ne l'était plus.

OoO

Les jours défilèrent rapidement, devenant des semaines, qui elles-mêmes se transformèrent en mois.

Masato avait, comme promis, réglé le problème concernant le partage de la chambre.

De toute façon, il n'aurait pu supporter plus longtemps la compagnie de Jinguji, ce dernier lui avait fait bien trop mal !

Depuis cette nuit, où il lui avait avoué l'avoir surpris dans les bras d'un autre, sans l'avoir défendu alors qu'il n'était consentant, Masato se sentait trahi.

Et cette manière de l'avoir traité !

Il avait osé l'insulter de chienne !

Il n'avait eu aucun scrupule à lui faire avaler sa semence, puis l'avait aussitôt repoussé !

Oui, Masato ne pouvait plus le supporter, voilà pourquoi, depuis 2 mois déjà, il s'évertuait à ignorer le blond-roux malgré les diverses tentatives d'approche de ce dernier.

OoO

Jinguji Ren n'en pouvait plus.

Il n'en pouvait plus de ne plus le voir, lui parler, le toucher...
Il regrettait tellement !
Il l'aimait et c'était réciproque, il le savait.

Déterminé à régler cette histoire une bonne fois pour toute, et afin d'enfin pouvoir être avec son aimé, il se rendit à la salle de contrôle, armé de son saxophone. Là, il pourrait se faire entendre de toute l'école grâce aux enceintes... Et surtout faire comprendre à Masato qu'il regrettait.

Prenant son inspiration, il entama son morceau, après avoir testé le micro:

- Peux-tu m'entendre ?

Sa voix résonna à travers toute l'académie.

- Petit ange, peux-tu m'entendre ? Et vous tous également ? Tout le monde pouvez-vous m'entendre ? Si oui, écoutez ceci...

Des murmures parcoururent l'école de musique dans son intégralité.

Tout le monde cherchait à savoir qui était le petit ange cité.

Parce que bien sûr, ils avaient tous reconnus la belle voix grave de Ren Jinguji.

- Petit ange, j'ai écrit ceci pour toi. Mes sentiments... tu entends petit ange ?
Même si tu ne me pardonnes pas, écoutes au moins jusqu'à la dernière parole.

Ren pris une longue inspiration et entama son air de saxophone.

Réchauffant le cœur des habitants de l'académie.

"Yuuhi ga mau kyoushitsu de kimi dake wo miteita
Hoshi yori mo kirameita sono hitomi ni knock out"

Le corps de Hijirikawa Masato se tendit brusquement, il n'en croyait pas ses oreilles.

Ce type... Il n'allait pas...

"Hajimete dayo, tatoweru nara Bitter na chocolate mitai
Amai mitsu ni koi ga hazard dashiteru"

Non impossible…
Toute cette mise-en scène ne lui était pas destinée, pas à lui...

Et pourtant un doute persistait.

Lui qui était venu se détendre tranquillement à la bibliothèque de l'académie, ne s'était pas attendu à ça.

Comment devait-il réagir ?

Ne sachant pas quoi faire, Masato resta là, assis sur sa chaise, se refusant de faire le moindre geste.

Alors qu'autour de lui, les élèves étaient impressionnés.

"Itsumo wa ubau dake
Kantan na lesson time
Ubawareru nante
Haisokuna love"

Ces paroles...

Elles étaient pour lui... Elles étaient vraiment pour lui.

Encore indécis, Masato se leva brusquement de sa chaise mais resta planté devant sa table le regard perdu.

Puis soudain une joie intense parcourue son corps dans son intégralité.

- Ren... murmura-t-il.

Les battements de son cœur devinrent frénétiques.
Ses joues se colorèrent délicieusement de rouge, et gêné il baissa la tête.

Ce type... Il avait vraiment osé...

Que faire ?

Lui pardonner ?

" Toki hanato my soul"

Et c'est seulement en entendant ces mots-ci, que le brun su ce qu'il devait faire.

Ren, il avait réussi !

"Fake na kokoro muide"

Il l'avait réussi à dévoiler son cœur.

Comme si des ailes lui avaient poussé subitement dans le dos, Masato se propulsa de sa place, sous les yeux ébahis des autres occupants de la bibliothèque, et passa la porte de celle-ci en courant.

"Je dois le voir !"

Cette certitude ne fit que renforcer sa détermination.
Oui, il devait le voir.

Il lui pardonnait.

Comment ne pas lui pardonner.

Avec tout l'amour qu'il ressentait à travers chaque mot...

"Mune no oku breakin'out
Hastsuite
Hashiri dasu omoi
Choonetsu kaeta nara
Kimi no dake ..."

Masato arriva enfin en bas des escaliers de la tour de contrôle, essoufflé.
Il venait de traverser, en courant, la moitié de l'établissement.

Reprenant peu à peu contenance, le brun grimpa de plus en plus vite les quelques marches qui le séparait de son amour.

"Ore no ai no last phrase
Sekai no hate made
Believe Heart"

À l'instant même où retentit la dernière note, Masato ouvrit brusquement la porte et chercha Ren du regard.
Ce dernier se trouvait en face de lui.

Il le contemplait avec un tendre sourire, légèrement teinté de regret.

- Masato... commença-t-il doucement.

Mais l'autre ne lui laissa pas le temps de finir.
Un doigt se posa sur sa bouche l'empêchant de parler d'avantage.

- Ren... Je... J'ai été...

Le dit Ren ne lui laissa pas plus de temps et le serra tendrement contre son torse.
Plus jamais il ne voulait être éloigné de lui, non plus jamais.

- Masato...je t'aime...pardonne-moi...mon ange.

Se blottissant davantage dans les bras de son aimé, le brun se sentit complet.

Il n'arrivait pas encore à formuler ses sentiments avec des mots, bien qu'il savait parfaitement lesquels utiliser, mais il n'était pas totalement près à les lui dire. Quoiqu'il en soit, Masato aimait Ren.

Les deux amoureux, heureux de s'être retrouvés, avaient tout simplement oublié que le micro était encore allumé.

Ce fut donc un "QUOI !" collectif qui retentit dans toute l'académie.

Tout le monde, élèves comme profs, avait entendu la déclaration, et ils en étaient plus que choqués.

Mais rien d'alertant pour les deux tourtereaux.

Ils savaient pertinemment qu'ils risquaient l'exclusion, mais peu leur importait maintenant, ils étaient ensemble.

Et c'est dans cette pièce qu'ils s'unirent pour la première fois, ne se souciant guère de retenir leurs gémissements et cris de plaisir, qui se répercutèrent également dans l'école de musique, et qui marquèrent les esprits.

Suite à ça, deux autres couples se formèrent, pensant également que l'amour valait tous les sacrifices, mais ça, ce sont deux autres histoires que je ne vous conterais pas maintenant.

Fin

Et bien voila! Je m'excuse de mon retard... vraiment. J'espère néanmoins que cette fin vous plait.

A bientôt pour de nouvelles aventures

Hina