Victoria

Fanfiction Andromeda.

Chapitre 2

Ceci est la suite de la fanfiction Amour Mortel que j'ai publié il y a un moment maintenant. Je ne m'étais pas rendu compte que j'avais terminé le chapitre 2 donc je la mets maintenant. Bonne lecture.

Passerelle.

Dylan : Beka, stop. Tu viens de faire deux bons en hyper-espace, ça suffit.

Beka : Je ne suis pas handicapée, Dylan.

Dylan : Non peut être pas, mais tu es sur le point d'accoucher, tu as besoin de repos. Et si Tyr apprends que je t'ai laissé les manettes, il pourrait me décapiter.

Beka : Tyr et ses instincts de mâle alpha, il m'agace.

Dylan : Beka, tu es pratiquement à terme.

Beka : Techniquement on n'en est pas sûr. Pour le moment ce bébé est bien là où il est.

La jeune femme lâcha les commandes de l'Andromeda puis quitta la passerelle faisant voler ses longues boucles blondes derrière elle. Dylan n'essaya pas de la retenir, voilà deux ans qu'elle était mariée avec Tyr, deux ans que les choses avaient commencé à changer sur l'Andromeda, mais depuis sa grossesse, l'ambiance était plus que particulière. Harper chouchoutait son amie, ayant jusqu'à menacer Tyr de lui faire la peau si il faisait du mal à la jeune femme.

Lenka : Elle est toujours comme ça ?

Dylan : Ne posez pas de question, prenez les commandes, miss Lenka.

Lenka, un sacré phénomène, Dylan regrettait bien souvent de l'avoir prit à bord, mais cette jeune technicienne était un véritable génie qu'ils avaient rencontré sur une station spatiale orbitale à moitié dévasté. Voilà neuf mois qu'elle avait rejoint l'Andromeda. Jeune, jolie, intelligente, elle avait tout pour plaire à Seamus Harper et pourtant au début, leur collaboration avait été difficile, et ce même si il avait lui-même supplier Dylan de la prendre à bord. Pourtant depuis quelques semaines, leur relation amoureuse avait stabilisé les jeunes gens sans pour autant rendre Lenka moins impulsive. La jeune Nietzschéenne ne connaissait rien de sa culture, et contrôlait donc très mal ses pulsions et ses instincts. Élevée par des Kalish, une race proche des Perséides, il était leur coté armé. Les Kalish avaient pratiquement été exterminé à la suite d'une attaque massive d'un groupe de Nietzschéens sur leur système stellaire. Dans une attaque de représailles des Kalish, une enfant Nietzschéenne avait été trouvée, et sauvé par une jeune Kalish qui l'avait rapporté dans sa famille qui l'avait adopté comme l'une des leurs. Lenka ignorait tout de ses origines jusqu'à ce que les membres de l'Andromeda débarquent sur leur station orbitale. La rencontre avec Tyr avait été spéciale.

**FLASHBACK**

Femme : Oh pour les améliorations techniques il faut demander à Lenka.

Dylan : Lenka ?

Femme : Ma fille, et la responsable technique de la station.

Harper : Et bien elle ne doit pas être bien douée.

Femme : Détrompez-vous. Mais elle est surtout toute seule pour tout réparer. Son avenir n'est pas ici, nous sommes des soldats, nous ne pourrons plus rien lui apporter. (À Tyr et Harper) Vous serez probablement les plus à même de l'aider.

Harper : Nous ?

Femme : Venez, vous comprendrez.

Ils entrèrent dans une pièce un peu reculé de la station spatiale. Une jeune femme bricolait dans une sorte de fosse, de la musique un peu particulière et agaçante, hurlait dans la pièce. La femme à la peau grisâtre en coupa le son.

Lenka : Hé !

Une jeune femme sortie de la fosse, en protestant.

Lenka : Tu n'as pas le droit, maman.

Harper : Maman ?

La jeune femme devait avoir 25 ou 26ans, de long cheveux très brun relevé en deux couettes, elle retira ses lunettes de protection et rejoignit les autres.

Tyr : (Surpris) C'est une Nietzschéenne !

Lenka, s'approcha de lui le dévisageant.

Lenka : C'est quoi Nietzschéenne ?

Tyr fut surprit, il n'avait jamais vu de Nietzschéen, hors d'un clan, il ne savait pas comment elle réagirait. Il releva son avant bras lui laissant voir ses trois pointes d'os visible. La jeune femme ouvrit grand les yeux et tourna autour du Nietzschéen.

Lenka : Mais… mais…mais…

Pendant ce temps, Harper avait avancé pour découvrir sur quoi travaillait la jeune femme.

Harper : Cette fille est un génie, peut-être pas autant que moi mais elle est douée.

Lenka : (agressive) Hé ne touche pas à ça.

Mais alors qu'elle allait bondir sur Harper, Tyr fut plus rapide et se saisit de la jeune femme qui se tourna vers lui, le menaçant d'un de ses avant bras.

Femme : Lenka ça suffit !

Tyr : Tu es courageuse, mais tu as tellement à apprendre. Je pourrais te tuer d'un seul mouvement.

Lenka : Je croyais être la seule.

Dylan : Les Nietzschéens sont très nombreux.

Lenka : Je veux les rencontrer.

Tyr : Je ne suis pas sûr qu'il t'accepte comme tu es.

Lenka : On n'apprend pas une manière de penser.

Tyr : Qu'est ce que tu en sais ?

Il aimait bien son tempérament, elle avait du caractère mais il doutait qu'elle soit un jour acceptée par les autres de son espèce. Pour lui s'était différant. La présence de Beka dans sa vie l'avait obligé à devenir plus tolérant.

**FLASHBACK**

Plus loin…

Beka frappait dans tout ce qu'elle pouvait sur son chemin, elle était en colère. Sans vraiment savoir pourquoi, mais oui elle était en colère, contre Dylan, contre Tyr, contre Lenka, contre Harper… Elle prenait la direction du Maru, le seul endroit où elle se sentait bien. Elle y était née, elle y était chez elle.

Passerelle.

Lenka quitta son poste et se dirigea vers la sortie.

Dylan : Où allez-vous miss Lenka ?

Lenka : Tyr m'attend. Et j'ai plus peur de lui que de vous.

Elle partie en courant sans attendre l'autorisation de quitter le pont. Se dirigeant en courant vers le lieu où l'attendait Tyr, en chemin, elle manqua de rentrer dans Beka.

Beka : Fait un peu attention !

Lenka : Je suis désolé.

Lenka appréciait énormément la compagnie de Beka, mais pour Beka la situation était un peu plus difficile. Car si Lenka était un peu jeune et avec Harper elle n'en restait pas moins une Nietzschéenne. Une Nietzschéenne diablement jolie. Beka se détestait, sa grossesse la rendait jalouse et possessive. Au même titre qu'elle se sentait impotente. Elle n'avait plus le droit de partir en mission et les voir prendre le Maru lui faisait mal au cœur à chaque fois.

Lenka : Ca va ? Tu as l'air bien pensive ?

Beka : Je ne voudrais pas être à ta place si tu es en retard.

Lenka : Je file. Mais tu es sûre que ça va ?

Beka : Oui file ou je ne donne pas cher de ta peau.

Mais alors que la jeune Nietzschéenne s'éloignait, Beka prit appuie sur le mur, se pliant de douleur. Elle ferma les yeux et tenta de calmer sa respiration. La douleur se calma et elle reprit sa route.

Pont d'observation.

Tyr : Tu es en retard.

Lenka : Désolé.

Tyr : On a du travail.

Lenka : Qu'elle est la leçon du jour ?

Tyr : A toi de voir qu'est ce que tu veux savoir ?

Lenka : Tu m'as dit que les Nietzschéens étaient très à cheval sur la pureté de la race, pourquoi ? Ou mieux, pourquoi toi tu as choisi Beka ? Elle n'est pas…

Tyr : La reproduction est important pour nous, tu dois toi-même le ressentir au fond de toi.

Lenka : Un peu oui.

Tyr : Assieds-toi.

Elle s'installa en une fraction de seconde, avide d'en savoir plus.

Lenka : Alors pourquoi tu as choisi Beka ?

Tyr : Dylan et Rev Bem diraient que l'amour a été le plus fort.

Lenka : Et toi qu'est ce que tu en dis ?

Tyr : Moi je n'ai toujours pas de réponse. Je sais que je l'ai choisi et en faisant ça j'ai été totalement au contraire de ce que me criaient mes gènes. D'autant que j'ai fait le choix de ne pas avoir d'autres femmes. Beka ne le tolérerait pas.

Lenka : Pourquoi elle ?

Tyr : Elle est forte, a du caractère… et ma relation avec Beka n'a rien à voir avec ce que tu dois savoir sur les Nietzschéens.

Lenka : D'accord. Et les enfants ?

Tyr : Quoi les enfants ?

Lenka : Tout.

Tyr : Les enfants sont pratiquement le fondement de nos clans, plus nous avons d'enfants plus nous distribuons nos gènes. Les Nietzschéens sont extrêmement fertiles. Et la gestation est de onze mois.

Lenka : Contre neuf pour les humains…

Tyr : Oui.

Lenka : Ca explique les paroles de Beka.

**FLASHBACK**

Quartiers de Tyr et Beka.

Beka : Quand j'ai accepté de devenir mère, Tyr, je crois que tu n'as pas écouté quand je t'ai dit que les femmes humaines n'étaient pas aussi fertiles que les femmes Nietzschéennes. Alors arrête de me stresser avec ça, d'accord.

Tyr : On ne faisait que discuter. Ne te met pas en colère.

Beka : Je connais ton désir d'être père, Tyr, et ça m'énerve de ne pas pouvoir t'offrir ce que tu désires, alors que j'en ai envie.

Tyr s'approcha et la prit dans ses bras, Beka était sur les nerfs, au bord des larmes. Voilà près de quatre mois qu'elle avait donné son accord pour fonder une famille et toujours rien. Cela commençait à créer des tensions dans leur couple. Beka doutait de pouvoir tomber enceinte après sa fausse couche dû à ses blessures, elle doutait de pouvoir lui offrir une famille. Elle avait peur de le perdre. Tyr la serra un peu plus dans ses bras.

Tyr : Qu'est ce que tu penses de réessayer ?

Beka : Tyr…

Tyr : Beka, ça va aller. Je te le promets.

Il l'enveloppa un peu plus dans ses bras, elle s'y sentait tellement en sécurité. Cette montagne de muscles était avec elle la douceur incarnée.

**FLASHBACK**

Tyr : Lenka, oublie un peu Beka, tu es Nietzschéenne, tu dois apprendre à penser comme une Nietzschéenne.

Lenka : Mais j'ai été élevé comme une Kalish. J'ai appris à me battre et le sens de la famille.

Tyr : Ce qui est un bon point, mais si tu veux avoir une descendance, tu vas devoir t'incorporer dans un clan.

Lenka : J'ai vu Elsbett, Charlemagne, j'ai vu la méchanceté des Drago-kazov, tous ont une envie de domination, j'ai été éduqué comme un protecteur, même si je suis une meilleure technicienne. Je ne veux pas être une Nietzschéenne.

Tyr : C'est pourtant ce que tu es. Je me dois de te l'enseigner pour que tu fasses ensuite ton choix.

Lenka : Et est ce que je suis intéressante ? Je veux dire en tant que représentante de mon espèce.

Tyr : Il faudrait pour ça étudier tes gènes. Mais physiquement tu es très belle.

Beka : Je vous dérange peut-être.

Lenka : Je n'ai pas vu l'heure, je dois partir, Harper m'attend.

Tyr : C'est une drôle de Nietzschéenne.

Beka : Je l'aime bien, pour le moment.

Tyr : Tu es hostile.

Beka : Possible.

Appuyée contre le mur, son gros ventre en avant, Beka ne fit pas un seul pas en direction de son amant.

Tyr : Pourquoi en as-tu après Lenka ?

Beka : Je n'en sais rien.

Tyr : D'après une expression humaine, la jalousie est un vilain défaut.

Beka : Possible.

Tyr : J'apprécie Lenka, je sais que je peux lui faire confiance, et elle est de mon espèce.

Beka : C'est peut-être ça mon problème.

Tyr : Beka...

Il s'approcha pour la prendre dans ses bras, mais la jeune femme esquissa à la limite de prendre la fuite.

Tyr : Beka, Lenka n'est pas mon genre de femme et de surcroît elle est avec Harper.

Beka : Pour vous les Nietzschéens ça ne change pas grand chose.

Tyr : Tu sais que la jalousie ne te réussit pas.

Beka : J'ai le droit d'être jalouse.

Tyr : Oui, même si elle est infondée. De plus les Nietzschéennes ne courent jamais deux hommes à la fois.

Beka : Ne joue pas avec moi Tyr Anasazi.

Tyr : Je ne l'ai jamais fait.

Vexée en partie par la sincérité déconcertante de son compagnon, elle quitta la pièce aussi rapidement que possible. Décidément il avait du mal à comprendre la jeune femme. Elle agissait de manière si irrationnelle. Depuis sa grossesse, elle était une véritable boule de nerfs.

**FLASHBACK**

Dylan : Ca va Tyr ? Tu ne devais pas passer ta soirée avec Beka ?

Tyr : Finalement elle la passe avec Trance et Harper.

Dylan : Vous vous êtes disputé ?

Tyr : Pas vraiment, je suis juste parti.

Dylan : Pourquoi ?

Tyr : Je ne la comprends plus.

Dylan : C'est vrai que les hormones ne lui réussissent pas. Elle est impulsive et plutôt incontrôlable. Mais à trois mois de grossesse c'est un peu normal. Il y a bien du y avoir des femmes dans ton clan, non ?

Tyr : Beka est humaine...

Dylan : Je vois... Apparemment les Nietzschéennes n'ont pas de sauts d'humeurs.

Tyr : Le quotidien avec Beka est plus dangereux et imprévisible qu'un champ de bataille.

Dylan : Ca je veux bien te croire. En tout cas ne la contrarie pas et tout se passera bien.

Tyr : Si seulement.

Dylan : Tu as pris Beka pour femme sans en connaître les conséquences.

Tyr : Possible, mais je ne le regrette pas.

Dylan : Si tu as des questions, ou si tu veux discuter n'hésite pas. Et tu devrais aller la voir.

**FLASHBACK**

Il se lança à sa poursuite, il devait la retrouver.

TBC