Le lendemain...

Incapable de rester sans rien faire, Harper bricolait sur la Passerelle. Allongé sur le sol, la tête dans une des consoles.

Rommie : Harper qu'est ce que tu me fais ?

Harper : Je ne sais pas.

Rommie : Alors je préférerais que tu ne le fasses pas.

Harper : Arrête de t'inquiéter !

Rommie : Je devrais peut-être te retourner le conseil. Et arrête de mettre les mains dans mes circuits si tu ne sais pas ce que tu y fais.

Harper : Rommie ! Va voir Dylan et laisse moi.

Rommie : Dylan est occupé et je ne partirais pas tant que je n'aurais pas de réponse.

Harper : Et bien dis toi que je fais un contrôle de tes circuits.

Plus tard dans la soirée...

Tous deux devant une toile blanche, Rommie et Dylan peignaient, où plutôt Dylan lui expliquait comment mettre sur une toile ce qu'elle ressentait. Et tout ce qu'elle peignait était des circuits électroniques, l'esprit ailleurs.

Dylan : Qu'est ce que tu as ?

Rommie : Rien.

Dylan : Rommie...

Rommie : Les émotions...

Dylan : Quoi les émotions ?

Rommie : Elles ne sont pas rationnelles.

Dylan : Oui c'est une des rares choses qui n'a pas changé en 300ans. Regarde Tyr et Beka, ils sont ensemble au mépris du rejet des deux espèces. Mais c'est pas ça que tu voulais me parler.

Rommie : C'est Harper, je voulais savoir ce qu'il me faisait et...

Dylan : Et quoi ?

Rommie : Harper est mon meilleur ami et...

Dylan voyait où la jeune femme voulait en venir, et sa nervosité et son inquiétude étaient touchantes.

Dylan : Harper est très proche de Beka, il est inquiet, c'est normal qu'il n'est pas très envie de communiquer.

Rommie : Il n'a pas voulu me dire quelle modification il faisait.

Dylan : Et toi tu as détecté des changements en toi ?

Elle fronça les sourcils et réfléchie quelques instants.

Rommie : Aucun.

Dylan : Alors c'est qu'il n'en fait pas. Il veut seulement être seul.

Rommie : Alors pourquoi la Passerelle ? Au lieu d'un des hangars ?

Dylan : Parce qu'il ne voulait pas être seul.

Rommie : Je n'y comprends rien.

Dylan : Les choses iront mieux quand Beka ira mieux.

Rommie : Et si elle ne s'en sort pas ?

Dylan : Elle s'en sortira.

Rommie : Tu peux me le promettre ?

Planète.

Tyr posa l'Eurêka Maru le long d'une falaise, l'endroit semblait plutôt rural. Plus loin une ville se dressait mais ce n'est pas ce qu'il cherchait, il lui fallait une ferme pour trouver du lait. Il descendit et commença sa progression au travers de la forêt. Il savait qu'un petit village se trouvait à environ deux ou trois heures en marchant vite.

Arrivé à destination, il s'approcha d'un jeune fermier qui bêchait son jardin.

Tyr : Bonjour.

L'homme releva la tête et croisa le regard du Nietzschéen.

Fermier : Restez là, je vais chercher des chevaux.

Tyr la regarda sans vraiment comprendre mais il ne dit rien, restant tout de même sur ses gardes. Le jeune fermier revint quelques minutes plus tard avec deux chevaux sellés.

Fermier : Je suis Kurik, je vais vous conduire au village nietzschéen.

Tyr ne dit rien mais il était étonné que des Nietzschéens vivent sur cette planète à proximité d'un village d'humain. D'autant plus que ce jeune fermier ne semblait pas avoir peur de lui. Mais Tyr était quelque peu inquiet, il ignorait quel clan avait établi ses Quartiers sur cette planète.

Kurik : Talen ne m'a pas prévenu de l'arrivée d'un visiteur. Enfin bon, les Nietzschéens ne préviennent pas toujours.

Tyr : Le village est loin ?

Kurik : Non, au galop on en a pour une dizaine de minutes.

Tyr : Je suis quelques peu pressé.

Kurik : Comme vous voulez.

Et il lança son cheval à plein vitesse, Tyr le talonna très rapidement. Il leur fallu le temps indiquer par le jeune fermier pour arriver à destination. Le fermier le conduisit devant une ferme plutôt luxueuse dont un Nietzschéen venait de sortir. Les deux cavaliers stoppèrent leurs montures.

Nietzschéen : Kurik !

Kurik : Talen.

Talen : (à Tyr) Je suis Talen Akkadia, fils de Dinah par Shemir, du clan Kodiac. Qui es-tu ?

Tyr : Tyr Anasazi, fils de Victoria par Barbarossa, du clan Kodiac.

Talen : Anasazi ? Le nom d'Éole t'es-t-il familier ?

Tyr : Éole ? Mon frère ! Je croyais que le clan Kodiac avait été décimé.

Talen : Kurik peux-tu aller chercher Éole Anasazi.

Kurik s'inclina avant de solliciter son cheval pour s'éloigner disparaissant au détour d'une rue de ce village qui ressemblait plus à une petite ville de l'époque médiévale. Tyr descendit de selle et s'approcha de Talen. Jusqu'à ce qu'un homme d'un certain âge à la peau foncé apparaisse enfin.

Homme : Tyr ? Tyr, je n'arrive pas à y croire. C'est bien toi ?

Tyr : Éole, mon frère !

Les deux hommes se serrèrent fortement.

Éole : Qu'est ce que tu fais ici ?

Tyr : Je te retourne la question.

Éole : Après la chute de notre clan, j'ai protégé ma famille et je me suis installé ici. J'ai reconstitué une partie de notre clan, quarante-quatre familles vivent sur cette planète en marge des autres habitants. Talen a prit la tête de notre clan.

Tyr : Et comment va ta famille ?

Éole : Comme tu peux le voire j'ai toujours mes huit femmes, et j'ai maintenant vingt quatre enfants, quatorze fils et dix filles.

Tyr : Félicitations.

Éole : Et toi ? Je vois que tu es marié ! Combien as-tu d'épouses ?

Tyr : Ma situation est plus compliquée, et je ne suis pas sûr qu'elle te plaise.

Éole prit les rênes du cheval de Tyr et les donna à Kurik qui remontait déjà en selle pour rentrer dans son village.

Éole : Viens rentrons dans ma demeure et explique moi. J'ai une bonne nouvelle pour toi.

Tyr avait toujours admiré son frère aîné, celui-ci avait quinze ans de plus que lui et avait toujours été son modèle au même titre que Éole avait été le préféré de leur père. Éole attrapa une cruche de son meilleur vin et servit deux verres, invitant son jeune frère à s'asseoir.

Éole : Alors raconte…

Tyr : Je suis venu ici un peu par hasard. Mon vaisseau n'est pas très loin.

Éole : L'Andromeda Ascendant.

Tyr : Oui mais…

Éole : Les aventures de Dylan Hunt et son équipage se répercutent dans tout l'univers et même jusqu'ici.

Tyr : Et moi, je suis arrivé ici tout à fait par hasard, j'ai besoin de lait pour ma fille.

Éole : Où as-tu trouvé une femme ? Les histoires racontent que tu es le seul Nietzschéen à bord de l'Andromeda.

Tyr : Je ne suis plus le seul maintenant, mais Lenka n'est pas ma femme. Éole je sais que tu ne peux pas comprendre, mais j'ai vraiment besoin de ce lait, elle va mourir.

La colère était entrain de monter entre les deux hommes et en particulier pour Éole qui ne comprenait pas vraiment ce qu'était entrain de lui raconter son frère.

Éole : Reste ici avec nous, avec ton clan. Rester avec ses humains, t'affaiblit.

**FLASHBACK**

Dylan : Que tu le veuilles ou non, nous sommes un clan, Tyr. Rommie, Harper, Trance, Beka, toi, moi, et maintenant le bébé à venir et Lenka, nous sommes un clan. Unique en son genre c'est certain. Mais quoi qu'il se passe nous seront derrière toi. Et si tes instincts voulaient te le faire oublier, n'oublie pas que tu es un mari et un père ici.

Tyr : Qu'est ce que tu essayes de me dire ?

Dylan : A toi de voir. Nous sommes peut être pas le clan rêvé par un Nietzschéen mais nous somme là quand même.

Tyr : Je tacherais de ne pas l'oublier.

Dylan : Beka et Lenka ont besoin de toi.

Tyr : Beka est ma femme et Lenka comme ma sœur je ne les laisserais pas derrière moi. Et Beka ne laisserait ni Harper, ni Trance, ni toi, donc…

Dylan : Donc les choses sont claires entre nous ?

Tyr : On peut dire ça comme ça.

Dylan : Bien.

**FLASHBACK**

Tyr : Si je te le demandais, abandonnerais-tu un de tes enfants ?

Éole : Là n'est pas la question.

Tyr : Là est toute la question, tu juges les miens sans les connaître, et je ne sacrifierais pas ma fille pour toi, je trouverais du lait ailleurs.

Une femme posa une sorte de gourde sur la table. Grande blonde, et d'un certain âge, elle était la doyenne des femmes de Éole, la matriarche Tallya.

Tallya : Éole, cette enfant pourrait être croisée avec un chimpanzé que nous n'aurions pas le droit de la laisser mourir.

Éole : Tallya !

Tallya : Du lait de chèvre, le meilleur pour les enfants Nietzschéens après celui des femmes.

Tyr : Victoria n'est qu'à moitié Nietzschéenne, sa mère est humaine.

Tallya : Si ta femme n'est pas Nietzschéenne, elle va avoir besoin de renseignements sur nos enfants. Il y a certaines choses que tu ignores qu'elle va devoir savoir.

Tyr : Beka est dans le coma, mais c'est gentil à toi de proposer, Tallya.

Tallya : Je t'accompagne quand même.

Éole : Je viens aussi.

Tyr : Je n'ai pas besoin de tes préjugés, Éole.

Tallya : Tu as autre chose à faire, Éole. Tu peux quand même faire confiance à ton frère.

Éole : Je lui fais confiance mais je veux voir comment vit mon frère, voir celle qui lui a fait refuser une vie parmi nous.

Tyr : Tu parles de ma femme ou de ma fille ?

Éole : Peu importe. Laisse-moi une demi-heure, je dois voir Talen.

Talen était un autre alpha du clan des Kodiacs. Tyr était surpris, lui qui pensait être le dernier de son clan découvrait que plus d'un avait survécu, son propre frère avait réuni les survivants sur cette planète afin de reprendre leur place dans la société Nietzschéenne. Mais lui même avait-il encore une place dans ce clan... sachant pertinemment qu'ils n'accepteraient pas Beka et que Beka ne quitterait pas l'Andromeda.

Eurêka Maru. Le lendemain.

Éole : Ton cargo n'est pas de première jeunesse mais c'est un beau vaisseau.

Tyr : (aux commandes) Tu diras ça à ma femme, c'est son vaisseau. Nous allons bientôt passer en hyper propulsion.

Éole : Quel genre de femme est-ce ? Hormis le fait qu'elle soit humaine.

Tyr : Beka est une très belle femme, très douce, et l'âme d'une guerrière.

Éole : Beka Valentine ?

Tyr : Oui.

Éole : C'est une voleuse. Sa tête est mise à prix.

Tyr : Beka est capitaine de la nouvelle République.

Éole : République que nos ancêtres ont prit la décision d'annihiler.

Tyr : Le passé est le passé, on vit dans le présent et pour l'avenir.

Éole : Des phrases de politiciens dans la bouche d'un guerrier qui a pourtant trahis sa patrie pour vivre parmi des humains.

Tyr : Ses mêmes humains qui m'ont accepté comme je suis. Avec eux, je fais partie d'un clan, et je sais qu'ils ne me trahiront pas.

Éole : Cette fonction de loyauté est une tare génétique propre aux humains.

Tyr : En insultant les humains, tu insultes ma femme et ma fille.

Éole : (cynique) Oh oui ta seule et unique femme. Parce que je suppose que la fidélité est de mise.

Tyr : J'ai fait des choix.

Tallya : Éole ! Moi qui t'avais choisi pour ton ouverture d'esprit.

Éole : Je suis Éole Anasazi, fils de Maya par Barbarossa du clan des Kodiacs. Alors cesse de me manquer de respect, femme !

Tyr : Éole, je suis libre de choisir ma vie, alors cesse de me reprocher mes choix. Et maintenant silence ! Nous allons bientôt arriver.

TBC