Et voilà, ma participation au concours de Demetri's Wife...

Deux premières fois pour moi: Première fic dans le fandom Twilight et première fic en français! J'avoue, j'suis extrêmement curieuse de voir ce que vous en pensez!

Enjoy!


Mini-Fic ~ I Would Never Forget This Night

Je déclare avoir l'âge requis pour participer à ce concours.

J'ai choisi : Paul/Bella

Disclaimer : Les personnages appartiennent à Stephenie Meyer et je ne fais que m'amuser avec eux.

Pour lire les autres Mini-Fic, rendez-vous ICI : http(:)/www(.)fanfiction(.)net/community/I_Would_Never_Forget_This_Night_Concours_de_mini_fic/79828/


Bella, Bella, Bella, Bella, Bella...

Putain, ferme-la petit Alpha, on va la sauver ton amoureuse des sangsues.

Ne l'appelle pas comme ça!

Je l'appelle comme je veux! Et puis c'est ce qu'elle est, non? Une putain d'amoureuse des sangsues. Faut t'y faire, petit Alpha, elle s'est fait baiser par un macchabée!

Le loup couleur rouille gronda en montrant les crocs et fit mine de rompre la formation pour se jeter sur le loup gris qui avait osé insulter sa Bella. Mais un grognement échappa à son Alpha.

Reste à ta place, Jake! ordonna sèchement Sam. Bella va bien. Elle est entrain de faire parler la sangsue. On arrivera à temps.

Pfff, si tu veux mon avis, on ferait mieux de-

Je ne veux pas de ton avis, Paul! Tais-toi!

Même s'ils étaient encore à un bon kilomètre de la clairière, ils entendirent tous la sangsue dire: "Très alléchante."

Les pensées inquiètes et enragées de quatre des cinq loups créèrent une cacophonie dans la Conscience Collective.

Sam redoutait de ne pas arriver à temps. Il pensait que Bella Swan avait un don pour s'attirer les emmerdes mais en même temps, il était vraiment désolé qu'elle soit à nouveau en danger. Elle avait traversé bien assez de choses, bordel! Des images du jour où il l'avait trouvé dans les bois repassèrent dans son esprit. Quand il l'avait vu si petite et si perdue, il s'était pris d'affection pour elle. Une connexion s'était crée entre eux et maintenant, cette connexion était menacée par un foutu suceur de sang...

Embry, lui, se rappelait de la première fois où il avait vu Bella Swan. Dans le garage de Jake, quand il était encore humain. Elle avait eut l'air si triste...Maintenant il comprenait mieux pourquoi. Cette saleté de vampire avait fait des dégâts. Puis ses pensées se tournèrent automatiquement vers Quil. Son meilleur ami qu'il avait dû abandonner. Il comprenait pourquoi, vraiment, mais ça ne soulageait pas sa culpabilité...

Jared ne connaissait pas la fille Swan. Il ne l'avait vu que dans les pensées de Sam, Jake et Embry. Elle avait l'air d'être une gentille fille, pour ce qu'il pouvait en dire. Il était pas vraiment certain. Sam ne lui avait jamais adressé la parole, mais il éprouvait de l'affection pour elle, ce qui en soit, était étrange...Les épreuves que Sam avait traversé l'avaient rendu méfiant et austère. Embry lui avait parlé une fois, enfin parlé...il fallait le dire vite, ils n'avaient échangé que des salutations d'usage. Ses souvenirs la représentaient comme une fille timide. Quant à Jake...Ben, l'esprit de Jake était un sanctuaire à la gloire de Bella. Il ne pensait qu'à elle, Bella entrain de sourire, Bella entrain de manger, Bella entrain de dormir, Bella sur une moto...Jared n'était pas stupide, il savait bien que Bella était sublimée dans l'esprit de Jake. Mais d'après ce qu'il avait vu d'elle, il ne comprenait pas comment Bella Swan s'était retrouvé impliquée avec des vampires...

Paul s'en foutait complètement de Bella Swan! Enfin, pas vraiment, mais il l'avait tellement vu dans les pensées de Jake qu'il ne pouvait plus le supporter. Et elle était sortie avec une sangsue... Comment avait-elle pu? Avait-elle couché avec lui? Avait-elle accueilli sa queue de macchabée dans son corps? Il frissonnait de dégoût à chaque fois qu'il se posait la question. Et il se la posait souvent... C'était la faute du petit Alpha, ça. Il pensait tellement à Swan que toute la Meute finissait par penser régulièrement à elle. Et les fantasmes de Jacob Black aurait probablement pu faire rougir un acteur porno. Il était vraiment très imaginatif, mais au moins, il avait le mérite de garder ses pensées sous contrôle...enfin, la plupart du temps. Là, il aurait presque pu embrasser Swan... Depuis sa transformation, il n'avait fait que patrouiller, sans jamais rencontrer le moindre vampire. Enfin, enfin, il allait en affronter un! Il avait hâte de se battre et de faire payer ce bâtard pour tous les autres...

Jake lui entendait vaguement les pensées de ses frères sans vraiment les comprendre. Ses propres pensées tournaient en boucle. Comme un mantra. Bella! Bella! Bella!

Leurs pattes frappèrent silencieusement le sol, alors qu'ils accéléraient encore - ignorant leurs côtes douloureuses, leurs langues pendantes, leurs coussinets meurtris - galvanisés par l'inquiétude de leur futur Alpha. Ils arrivèrent finalement en vue de la clairière et ralentirent pour jauger la scène.

Bella était de profil, droite comme un piquet, les yeux écarquillés de terreur. Face à elle se tenait un vampire à la peau sombre, et aux long cheveux en dreadlocks.

Hey, pas mal la coupe, j'me ferais bien la mê-

Paul s'interrompit au beau milieu de sa pensée...Faisant paniquer les autres loups sans même s'en rendre compte. Parce qu'il ne les entendait plus. Il avait l'impression d'être entré dans un monde d'ouate. Il n'entendait plus rien, pas même les bruits habituels de la forêt - le vent soufflant dans les arbres, les animaux tremblant de peur en présence des prédateurs qu'ils étaient, les craquements des feuilles dans le sous-bois - plus rien. A part le sang qui lui battait les tempes. Sa vision se réduisit à un tunnel au bout duquel se tenait Bella. Il ne voyait plus qu'elle. Il ne sentait plus qu'elle. Bella, Bella, Bella. Il avait l'impression que chaque fil le reliant à ce monde - sa mère, ses frères de Meute -, chaque chose qui faisait de lui ce qu'il était - son amour, sa haine, sa rage -, disparaissaient pour ne laisser plus qu'elle. Bella. C'était comme si des fils d'acier s'enroulaient soudainement autour de son coeur et s'étiraient vers elle. Il n'avait jamais remarqué à quel point ses yeux chocolats étaient deux puits sans fond dans lesquels il aimerait se perdre; il n'avait jamais remarqué à quel point ses longs cheveux acajous semblaient doux et invitants; il n'avait jamais remarqué à quel point son petit corps semblait frêle, ni à quel point il se moulerait parfaitement à ses bras. Pourquoi n'avait-il jamais rien remarqué? Pourquoi ses frères ne lui avaient-ils jamais dit à quel point Bella était précieuse? Même la gravité n'avait plus aucune emprise sur lui, ce qui le retenait désormais sur cette terre, c'était Bella. Bella. Bella. Bella.

Et elle était terrifiée.

Paul montra les crocs et fit un pas en avant, écrasant une brindille sous sa patte. La tête de la sangsue se tourna brusquement vers lui et la vision de Paul s'éclaircit enfin. Brièvement, en tout cas, parce qu'un voile rouge s'abattit sur ses yeux. Il vit les lèvres du macchabée bouger mais il n'entendit pas ce qu'il dit. Il n'entendait que le sang qui lui battait les tempes, la rage qui parcouraient ses veines comme de la lave. Ce fils de pute voulait boire le sang de Bella! Paul fit un autre pas en avant, ignorant les voix qui avaient recommencé à rugir dans sa tête. Sam lui criait d'attendre, mais Paul ne l'écoutait pas...Bella était en danger. La sangsue commença à reculer lentement et Sam et la Meute s'avancèrent. C'était comme s'ils dansaient. A chaque fois que le suceur de sang faisait un pas en arrière, la Meute avançait d'un pas, refusant de le laisser prendre de la distance. Tant et si bien qu'en quelques secondes, Paul se retrouva juste à côté de Bella.

Il pouvait sentir sa peur, une odeur aigre qui ternissaient sa douce fragrance fruitée et fleurie. Elle utilise un shampoing à la fraise, réalisa-t-il alors que des effluves sucrés lui montaient au nez à chaque fois que ses longs cheveux se balançaient dans la brise. Il pouvait sentir la chaleur de son corps, s'infiltrant sous sa fourrure pour le réchauffer de l'intérieur. Et il pouvait entendre son coeur battre la chamade - boum, boum...boum, boum...boum, boum... - ce rythme entêtant devint son tambour de guerre alors qu'il regardait fixement la sangsue. Il montra les crocs et gronda - un langage que seul les animaux pouvaient comprendre...Ne t'approche pas. Les yeux du macchabée s'écarquillèrent. Paul vit son corps se tendre, ses muscles se contracter...

Il va s'enfuir, pensa-t-il. Et la sangsue s'élança au même moment. Paul se sentit déchiré en deux. Il voulait se lancer à la poursuite du macchabée et il voulait rester auprès de Bella. Mais finalement, la rage qu'il ressentait à l'idée de ce que ce suceur de sang aurait pu faire à Bella l'emporta et il s'élança à sa poursuite avec ses frères. Dans son esprit, il vit le corps de Bella brisé, son visage empli de douleur, une plaie béante au cou. Il sentit son coeur se serrer douloureusement dans sa poitrine à cette pensée et ses quatre longues pattes battirent le sol encore plus vite, laissant un nuage de poussière derrière lui. Il prit une légère avance sur ses frères et se jeta sur la sangsue, lui mordant violemment les chevilles pour essayer de sanctionner ses tendons afin de l'empêcher de continuer à avancer. Le macchabée grogna lorsqu'il tomba au sol et la meute fut sur lui.

Il se défendit violemment mais les loups l'attaquèrent avec férocité, mordant chaque partie de son corps qu'ils pouvaient atteindre et bientôt, la sangsue aux dreadlocks ne fut plus qu'une pile de membres, aux vêtements imbibés de venin comme une éponge. Paul reprit forme humaine avant que n'importe lequel de ses frères ait le temps de le faire. Il voulait être celui qui mettrait le feu au macchabée pour être sûr qu'il ne menacerait plus jamais Bella. Ignorant sa nudité, il s'approcha de Sam et dénoua le cordon qui retenait fermement son short plaqué contre son mollet. Dans la poche en jean, il trouva une boîte d'allumettes. En coinçant une contre son pouce - le seul truc utile que son bon à rien de père lui avait jamais appris - il l'enflamma et la jeta ensuite sur la pile qui s'embrasa instantanément. L'odeur douceâtre du vampire sembla s'intensifier et Paul arrêta de respirer. Ses frères geignirent et se couvrirent le museau. Il compatit. L'odeur leur brûlait le nez. Il regarda, hypnotisé, les flammes danser. Des volutes de fumée s'élevait vers le ciel alors que les flammes passaient du jaune à l'orange, devenant rouge au coeur du brasier. Magnifique. Finalement, il cracha sur le feu de joie - brûle en enfer, fils de pute - et s'élança dans les bois. Il savait que ses frères resteraient jusqu'à ce que le feu s'éteigne, mais il voulait...il avait besoin de voir Bella. De s'assurer qu'elle allait bien.

Ses pieds nus semblaient flotter au-dessus du tapis de terre, de feuilles et d'aiguilles de pin tellement il courait vite. Tout son être était concentré sur Bella, il devait la trouver...Le soleil était sur le point de se coucher, et il n'aimait pas l'idée qu'elle soit à nouveau perdue dans les bois. A cette pensée, son corps se jeta en avant, Paul tendit les mains devant lui et atterrit silencieusement sur ses pattes. Le loup leva la tête et huma l'air, décelant une infime odeur de fraise. Il suivit rapidement son nez et se retrouva bientôt sur la piste que Bella avait emprunté. Arrivé à l'orée de la forêt, il reprit forme humaine et enfila rapidement son short avant de s'avancer vers la route.

Garée sur le bas-côté de la route se trouvait la monstrueuse camionnette de Bella. Pendant un instant, il crut que Bella n'avait pas encore retrouvé son chemin, mais alors qu'il faisait volte-face pour aller la chercher, il entendit un sanglot étouffé provenir de la cabine du véhicule. Il s'approcha rapidement et vit que Bella était roulée en boule sur la banquette. Elle tremblait de tout son corps. Ne souhaitant pas l'effrayer encore plus, il frappa doucement à la vitre, mais ce fut peine perdue, elle se redressa brusquement en poussant un cri à glacer le sang.

Paul jura dans un souffle et essaya d'ouvrir la portière sans succès: Bella l'avait verrouillé. Étonnamment, une vague d'affection submergea Paul. Qu'elle soit bénie. Comme si le minuscule verrou d'une portière de voiture pouvait la protéger des créatures qui rôdaient dans la nuit! Un petit sourire étira ses lèvres malgré lui. Il trouvait ça...adorable. Cependant, à l'intérieur de la cabine, Bella avait commencé à hyper-ventiler. Elle était en pleine crise de panique. Ses yeux étaient écarquillés par la peur et elle s'agrippait les cheveux à pleine main. Elle allait finir par se faire mal. Paul toqua à nouveau à la vitre et parla.

"Swan, du calme!" ordonna-t-il. Mais elle ne réagit pas comme il l'aurait voulu. Un autre cri s'échappa de ses lèvres et ses yeux paniqués se posèrent sur lui. Mais Paul était prêt à parier qu'elle ne le voyait pas. Elle voyait probablement un monstre issu de ses cauchemars d'enfants venu pour la tuer ou pire...Ses mains se resserrèrent sur ses cheveux jusqu'à ce que ses phalanges blanchissent. Un gémissement piteux lui échappait à chaque fois qu'elle pouvait reprendre suffisamment son souffle. Ce qui devenait de plus en plus rare.

"Bella, Bella," paniqua Paul. Elle avait fermé les yeux et était complètement incapable de prendre la moindre inspiration maintenant. "Bella, calme-toi, je ne te ferais pas de mal," la supplia-t-il d'une voix inquiète alors que tout son corps tremblait. Sa panique le rendait fou. "Je te jure que tout va bien, Bella! C'est moi! Paul!" cria-t-il.

Comme par magie, Bella se calma instantanément. "P-P-Paul?" balbutia-t-elle en plissant les yeux. Elle prit une brusque inspiration haletante.

Une vague de soulagement submergea Paul. "Ouais, c'est moi, Swan," dit-il d'une voix douce. Il regarda avec satisfaction sa poitrine se soulever lentement avant de lever les yeux vers ses mains qui étaient entrain de relâcher lentement ses cheveux. "Tu veux bien m'ouvrir?" demanda-t-il.

"P-Paul," sanglota Bella en se jetant vers sa portière. Sa main glissa sur la banquette et Paul grimaça en voyant sa tête se cogner contre le volant, mais Bella n'y prêta aucune attention. Elle tendit une main tremblante vers le verrou pour le soulever. A l'instant même où le déclic se fit entendre, Paul ouvrit la portière et prit Bella dans ses bras. Il la serra contre lui et elle fondit en larme. "Paul!" pleura-t-elle d'une voix brisée.

"Chut," souffla-t-il. "Je suis là." Il glissa doucement sa main dans les longs cheveux acajous, et il démêla délicatement les noeuds qu'elle s'était fait. "C'est fini," roucoula-t-il. "C'est fini." Les doigts d'une de ses mains glissaient inlassablement dans les cheveux de Bella alors que son autre main était au creux de ses reins, la maintenant contre lui. "Tout va bien. Je suis là."

Les mains de Bella agrippaient ses épaules et ses ongles étaient plantés dans sa chair. "Pau-Pau-Paul," sanglota-t-elle. Elle semblait incapable de dire quoi que ce soit d'autre.

"Je suis là, Swan," répéta-t-il. Son pouce commença à dessiner des petits cercles au creux de ses reins alors qu'il enfouissait son visage dans les cheveux de Bella pour respirer son odeur. L'odeur âcre de la peur lui collait toujours à la peau et Paul se dit qu'il faudrait probablement quelques jours avant qu'elle ne disparaisse complètement. "Plus personne ne te fera de mal," souffla-t-il. "Je te protégerais."

Bella hocha faiblement la tête contre son torse. Elle tremblait de tout son corps et ses dents claquaient violemment. Elle risquait de se fracturer un os maxillaire à ce rythme là. Paul fronça les sourcils et sa main qui caressaient les cheveux de Bella glissa lentement vers son visage. Il agrippa sa mâchoire doucement mais fermement pour l'empêcher de trembler et Bella releva ses yeux remplis de larmes vers lui. Un petit grognement lui échappa. Il n'aimait pas la voir aussi inquiète. "Calme-toi," demanda-t-il. "Tout va bien." Il la relâcha avec hésitation et sourit très légèrement lorsque ses dents ne recommencèrent pas à claquer. Elle commença à se mordiller la lèvre à la place. "C'est ça," l'encouragea-t-il. "Tout va bien. Tu es en sécurité. Je suis là."

"Paul," geignit Bella en se pressant contre lui.

"Chut," l'apaisa-t-il. "Je sais, je sais. C'est fini maintenant."

Bella prit une brusque inspiration tremblotante et le souffle de Paul se coupa dans sa gorge lorsqu'il sentit ses larmes brûlantes tomber sur sa peau. Son corps fut à nouveau agité par de violents sanglots alors que sa terreur disparaissait enfin. Paul la garda dans ses bras et fit de petits bruits apaisants pour la calmer alors que le stress et la peur quittaient enfin son corps, ne laissant plus que de l'épuisement dans leur sillage. Au bout de quelques minutes, ses jambes se firent tremblantes et elle tangua. Paul la souleva et la porta jusque dans la camionnette pour la déposer délicatement du côté passager. "Je te ramène chez toi."


Paul se gara dans l'allée des Swan et coupa le contact. Le trajet avait été silencieux; Bella n'avait pas prononcé le moindre mot, elle avait passé tout son temps à regarder le paysage défiler par la fenêtre. Même maintenant, elle gardait les yeux rivés sur la vitre. Un soupir tremblotant lui secouait le corps de temps à autre.

Paul hésitait. Il savait qu'elle devrait rentrer chez elle. Elle avait vraiment besoin de dormir, mais il ne voulait pas que ce moment touche à sa fin. Il voulait rester avec elle. Elle était rassurée par sa présence, il le savait, et il éprouvait le besoin de la protéger. Elle avait failli...Le vampire avait failli...Il commença à trembler violemment en pensant à ce qui aurait pu se passer. Et qu'est-ce qu'elle avait été foutre dans les bois d'abord? Elle mieux que quiconque savait ce qui s'y cachait. Elle était complètement stupide! Suicidaire! Si elle voulait tellement mourir, alors il l'étranglerait de ses propres mains et ce serait réglé...

Il ouvrit la bouche pour déverser toute sa colère mais la referma lorsqu'elle se tourna vers lui. Elle semblait si fragile, si éphémère, comme la flamme d'une bougie; un simple coup de vent pouvait la faire disparaître. Elle le regardait de ses grands yeux chocolats qui étaient encore hantés par ce qu'elle avait vu cette après-midi. Sa lèvre commença à trembler et de nouvelles larmes emplirent ses yeux. La rage de Paul disparut, balayée par l'inquiétude qu'il ressentit en la voyant sur le point de pleurer. Il n'aimait pas ça. Elle devait être heureuse, toujours heureuse. Jamais triste ou en colère ou terrifiée.

"Swan?" appela-t-il doucement.

Et comme un barrage rompant sous la puissance de l'eau, elle fondit à nouveau en larmes. "Pauuuuul," sanglota-t-elle. "J'ai eu tellement, tellement peur. Il voulait me tuer. Il allait me tuer." Elle recommença à trembler. "J'arrêtais pas de penser à Charlie...Qu'est-ce qu'il ferait sans moi? Et Jake..." Paul sentit son coeur se serrer en apprenant qu'elle avait pensé à Jake au moment où elle croyait qu'elle allait mourir. "Je lui avais demandé de venir avec moi. Qu'est-ce que j'aurais fait si Jake avait été là. S'il lui était arrivé quoi que ce soit? Ça aurait été de ma faute! Tout aurait été de ma faute," pleura-t-elle.

"Swan..." Paul ne savait pas vraiment quoi dire, mais il voulait la rassurer, la calmer, lui assurer que rien n'était de sa faute. Mais elle ne lui en laissa pas l'occasion.

"Et-et Charlie," balbutia-t-elle. "Il n'aurait jamais su ce qui m'était arrivé. Il serait devenu fou. Il n'aurait jamais arrêté de me chercher," hoqueta-t-elle, le corps secoué par de violents sanglots. "Et la dernière image qu'il aurait eu de moi aurait été comme ça," cracha-t-elle avec dégoût. Et il fallut un moment à Paul pour comprendre qu'elle parlait de l'état émotionnel dans lequel elle s'était trouvé au cours des derniers mois. "C'est de sa faute!" hurla-t-elle. "Tout est de sa faute!"

Abasourdi, Paul regarda la terreur de Bella se transformer en une rage noire. Il était temps songea-t-il. Après tout, tout le monde savait que la dépression n'était que de la colère refoulée. "Il est entré dans ma vie et en est ressortit tout aussi facilement. Qu'est-ce qui ne va pas chez moi?" demanda-t-elle.

Paul voulait lui dire que tout allait bien chez elle, qu'elle était parfaite mais il savait qu'elle ne l'écouterait pas.

"Dois bien y'avoir un truc," continua-t-elle à fulminer. "Il a joué avec moi, et quand il s'est lassé, il est parti, emportant sa famille avec lui mais me laissant un paquet d'emmerdes. Je le DÉTESTE," hurla-t-elle. Et Paul entendit des chiens aboyer au loin. "A cause de lui, j'ai dû me montrer horrible avec Charlie. Je lui ai dit des choses..." Elle s'interrompit, submergée par ses émotions. "Ooooh, Charlie. Mais qu'est-ce que j'ai fait à mon père? Je me suis comportée comme un monstre... Et ensuite, j'ai passé cinq mois dans un état catatonique...Et Charlie n'a rien dit." Elle s'étrangla sur un sanglot, "Il a continué à prendre soin de moi. Et je ne l'ai même jamais remercié...je ne lui ai jamais dit que je l'aimais. Si j'étais morte cette après-midi...Si Laurent...Si Laurent..." Elle n'arrivait même pas à prononcer les mots. "Si Laurent m'avait...j'aurais été...et il n'aurait jamais su...Mon père n'aurait jamais su à quel point il comptait pour moi. Si j'étais morte..."

Paul ne voulait pas en entendre plus. Il comprenait, vraiment, mais il ne voulait pas l'entendre parler de sa mort. Il lui agrippa le visage à deux mains et la força à le regarder. "Ecoute-moi, Swan. Ecoute-moi," ordonna-t-il et ses yeux embrumés par les larmes se plongèrent dans les siens. "Tu peux lui dire tout ça maintenant," dit-il avec insistance. "Tu peux dire au Chef que tu es désolée et que tu l'aimes. Tu peux lui dire que tu vas mieux parce que tu es vivante. Tu entends?" Ses mains serraient le visage de Bella un peu trop fort mais ça ne semblait pas la déranger, elle le regardait fixement, comme hypnotisée par ses mots. "Tu peux lui dire tout ça. Je te le jure. Je viendrais même avec toi si tu veux. Calme-toi," roucoula-t-il d'une voix apaisante. "Tu es vivante. Tout va bien. Tu es vivante. VIVANTE!"

Il ne sut pas ce qui se passa ensuite. Un instant, ils étaient entrain de se dévisager, l'instant d'après, ils étaient entrain de s'embrasser. Paul n'aurait pas pu dire si elle s'était penchée vers lui ou s'il avait attiré son visage. Mais leurs lèvres étaient pressées ensembles et c'était si bon, putain. Les lèvres de Bella étaient douces et pleines, et elles se moulaient parfaitement aux siennes. Il fit courir sa langue sur ses lèvres et elle entrouvrit la bouche avec hésitation pour l'inviter. Lorsque sa langue entra en contact avec celle de Bella, des feux d'artifices explosèrent derrière ses paupières. La bouche de Bella, la langue de Bella. C'était si chaud, et humide, et délicieux...Oh putain!

La main droite de Paul se glissa sous les cheveux de Bella pour garder son visage au plus près. Sa main gauche se posa sur sa joue et son pouce commença à lui caresser l'oreille. Les mains de Bella ne furent pas en reste; elles se glissèrent dans ses cheveux courts pour lui griffer doucement le cuir chevelu. Un grognement lui échappa à cette sensation.

Ils s'embrassèrent pendant quelques instants, leurs langues jouant ensemble, luttant pour un semblant de contrôle, explorant la bouche de l'autre. Finalement, Bella se recula légèrement pour reprendre son souffle. Elle était magnifique, les lèvres gonflées, les cheveux ébouriffés, les joues rougies et les yeux brillants. Jake ne l'avait jamais vu comme ça, songea Paul avec satisfaction. Bella le regardait de sous ses cils, et il pouvait voir son incertitude. Elle ne savait pas ce qui venait de se passer. Paul ouvrit la bouche pour dire quelque chose, n'importe quoi, mais Bella se mordit la lèvre et il fut perdu. Maintenant qu'il y avait goûté, il voulait être le seul à faire ça. Il décoinça la lèvre de Bella du pouce et se pencha pour la capturer entre les siennes. Il la suçota légèrement avant de la mordiller doucement. "Paul," souffla Bella. En entendant son nom être prononcé comme ça, il perdit tout semblant de contrôle. Il écrasa à nouveau sa bouche contre celle de Bella. Mais là où le baiser précédent avait été doux et joueur, celui-çi fut plus violent et passionné. Leurs dents s'entrechoquèrent lorsqu'il força le barrage des lèvres de Bella à céder sous sa langue. Il prit complètement le contrôle du baiser, explorant à nouveau la bouche de Bella avec une curiosité et une insistance renouvelée.

Bella gémit et l'odeur de son excitation flotta dans l'air chaud de la cabine, faisant perdre toute contenance à Paul. Il l'attrapa sous les aisselles et la tira vers lui jusqu'à ce qu'elle le chevauche. Elle poussa un petit glapissement de douleur lorsque son dos entra en contact avec le volant mais il l'ignora et continua à l'embrasser. Bientôt, les gémissements de Bella emplirent la cabine, poussant Paul à sa limite. Quand Bella essaya de se reculer pour...quoi? Respirer? Lui parler? Il grogna et lui agrippa doucement les cheveux pour la maintenir en place. Elle poussa un long gémissement pour marquer son approbation. Paul grogna de satisfaction. Certain maintenant qu'elle n'essayerait pas de mettre fin à ce qui allait se passer, il fit voyager sa bouche le long de la mâchoire de Bella, mordillant et léchant sa peau. Les mains de Bella se glissèrent à nouveau dans les cheveux de Paul et elle se pressa contre lui. Il était dur depuis quelques minutes maintenant, et la sensation de l'entre-jambe brûlant de Bella pressé contre le sien le fit gémir.

Il agrippa les hanches de Bella et les baissa alors qu'il relevait le bassin pour venir à sa rencontre. Sa bouche avait atteint la gorge de Bella maintenant et il suçota et mordilla sa peau pour la marquer. A lui. Bella pencha la tête pour lui donner encore plus de place, et il grogna. Sa peau crémeuse le rendait fou, il voulait marquer chaque parcelle de son corps pour que tout le monde sache qu'elle lui appartenait. Il voulait lui faire crier son nom si fort que même Jake l'entendrait depuis la Rez. Il voulait que son odeur s'incruste dans chaque pore de la peau de Bella. Il pressa à nouveau les hanches de Bella contre lui et gémit lorsqu'elle commença à onduler du bassin. Maintenant qu'elle avait compris ce qu'il voulait, ses mains étaient à nouveau libres et il ouvrit rapidement la veste de Bella tout en continuant à marquer sa gorge. Elle l'aida en enlever le vêtement encombrant avant de poser ses lèvres dans son cou à lui pour lui rendre la pareille. Sentir Bella le marquer remua quelque chose en Paul. Quelque chose de primitif. Le loup se mit aux aguets, attendant de voir ce que Bella ferait ensuite. Paul ne voulait pas attendre, il souleva légèrement le pull de Bella pour glisser ses mains en-dessous. Lorsqu'il toucha sa peau douce, Bella haleta et releva la tête.

"Embrasse-moi," ordonna Paul d'une voix rauque. Bella lui obéit et pressa à nouveau sa bouche contre la sienne. Il la laissa contrôler le baiser pendant que ses mains voyageaient lentement sur le corps de Bella, soulevant son pull au passage. Lorsqu'il arriva à sa poitrine, il fit glisser son pouce sur le téton de Bella par-dessus le tissu de son soutien-gorge. Bella fit un petit bruit à mi-chemin du gémissement et du halètement et cambra le dos. Son autre main se posa sur son autre sein et commença à le masser. Bella gémit, "Pauuul."

Paul grogna et tira brusquement sur le soutien-gorge qui se tenait en travers de son chemin tout en soulevant encore plus le pull de Bella. Lorsque sa poitrine fut dénudée, Paul prit une seconde pour admirer les seins de Bella. Sa peau était laiteuse et ses aréoles étaient marrons clairs. Il se lécha les lèvres. Il mourrait s'il n'y goûtait pas tout de suite. Il se pencha et prit l'un des tétons de Bella en bouche. Elle poussa un petit cri de surprise et de plaisir mêlé avant de cambrer encore plus les reins, ce qui la fit se presser encore plus contre le sexe tendu de Paul. Une nouvelle vague d'excitation satura l'air de la cabine. Paul grogna et suçota doucement le petit bout de chair. Sa main se posa sur l'autre téton de Bella et le pinça doucement. Elle gémit et recommença à onduler du bassin. La langue de Paul commença à tracer des petits cercles autour du téton de Bella et celle-çi pressa la tête de Paul contre son sein, comme si elle craignait qu'il recule. Paul rigola doucement, comme s'il ferait ça!

La main libre de Paul caressa le ventre de Bella et se dirigea vers son jean. Il ouvrit le bouton et attendit quelques secondes pour voir la réaction de Bella. Elle continuait à se cambrer contre lui et à onduler du bassin, mais il voulait qu'elle lui donne l'autorisation d'aller plus loin. Il lui mordilla le téton, la faisant gémir avant tapoter doucement son jean. "Oh ouiiiiii, Paul," geignit Bella. Et ce fut tout ce qu'il voulait entendre. Il descendit la braguette de Bella et tira sur le jean et elle souleva les hanches pour l'aider à le baisser un peu. Juste assez pour lui révéler l'endroit le plus précieux de son corps. Il baissa le jean de Bella à mi-cuisse et elle grogna de frustration lorsque le tissu l'empêcha de se presser contre Paul. Il relâcha son téton et releva la tête vers elle en se léchant les lèvres avec délectation. Le visage de Bella était complètement rouge et sa poitrine alourdie se soulevait rapidement. Elle était parfaite. "Parfaite," murmura-t-il. Et si c'est possible, le visage de Bella s'enflamma encore plus.

La main qui pinçait et faisait rouler le téton de Bella continua sa besogne alors qu'il baissait les yeux. Bella portait un shorty blanc qui était clairement humide. Avec plus qu'un mince tissu pour la retenir, l'odeur de Bella emplit la cabine comme un parfum. Paul inspira profondément et ferma les yeux. Il voulait porter cette odeur sur lui. Toujours, partout. Sa main libre se glissa entre les jambes de Bella et effleura le tissu. Il retint un gémissement en sentant à quel point il était humide avant de presser légèrement ses doigts contre Bella. Ce simple contact la fit frémir et il appuya avec un petit peu plus d'insistance. A travers le tissu, il pouvait sentir le clitoris dur comme un diamant de Bella, il fit passer son pouce dessus, une fois, deux fois, trois fois, et Bella gémit en se mordant la lèvre. La main de Paul quitta le sein de Bella et il dégagea sa lèvre de sous ses dents. "Non," gronda-t-il, "c'est à moi de faire ça." Et comme pour souligner son propos, il attrapa à nouveau la lèvre de Bella entre les sienne. Bella répondit au baiser sans hésitation et se pressa contre sa main. Il poussa le shorty sur le côté et caressa doucement le sexe de Bella. Sa main explora toute sa nouvelle aire de jeu et il grogna lorsqu'il réalisa qu'elle était entièrement épilée à l'exception d'une fine bande de poils. Ses doigts redescendirent et glissèrent le long de la fente de Bella. Elle était si mouillée.

Son pouce écarta les lèvres brûlantes pour venir se poser sur le clitoris de Bella. Elle gémit dans sa bouche et il l'embrassa passionnément. Son pouce commença à dessiner des petits cercles alors que son autre main glissait sur le dos de Bella pour venir caresser ses fesses. "Oooooh," gémit-elle, et il accéléra la cadence. Les hanches de Bella bougèrent contre sa main et il sourit. Il n'avait jamais couché avec quelqu'un d'aussi sensible. Alors que son pouce continuait à la rendre folle de désir, deux de ses doigts s'introduisirent en elle. Elle se tendit légèrement et il comprit rapidement pourquoi. Il sentit rapidement une résistance contre ses doigts. Elle était vierge! Elle n'avait pas baisé avec le mort-vivant! Elle était intacte. A lui, rien qu'à lui. Cette simple idée le fit presque jouir dans son pantalon comme un collégien. Appelez-ça une récompense si vous voulez, mais son pouce accéléra. Il la caressa presque avec frénésie alors que ses doigts continuaient à presser légèrement contre la barrière. Il captura la bouche de Bella dans un baiser passionné alors que la main qu'il avait posé sur ses fesses remontaient à nouveau vers son sein. Il le caressa doucement, jouant avec le téton alors que Bella gémissait dans sa bouche. Lorsqu'il sentit le corps de Bella se contracter autour de ses doigts, il pressa plus fort contre la barrière et elle céda presque sans aucune résistance. Bella rejeta brusquement la tête en arrière et poussa un cri aigu qui le fit sourire. Peut-être que sa voix avait porté jusqu'à la Rez.

Alors qu'elle savourait son orgasme en se pressant contre sa main, Paul bougea doucement ses doigts. Il savait que Bella avait sentis lorsqu'il avait prit sa virginité, mais il était convaincu que la douleur qu'elle avait pu ressentir avait été noyée dans son plaisir. Il continua à la caresser jusqu'à ce que son corps arrête de trembler et jusqu'à ce qu'elle se laisse tomber lourdement contre lui, sa poitrine se pressant contre son torse nu. Il l'embrassa tendrement sur le front et lui caressa les cheveux avant de sortir délicatement ses doigts du corps de Bella. Il la sentit se contracter autour de lui, comme pour le retenir, et elle pleurnicha, "Nooooon."

Il rigola doucement en la regardant haleter. Capturant son attention, il soutint son regard et porta ses doigts à sa bouche pour les sucer avec délectation. "Ne t'en fais pas," ronronna-t-il. "Ce n'est pas encore fini."

La main de Bella se posa sur son torse et il ferma les yeux en sentant ses doigts frais se poser sur sa peau brûlante. Bella se pencha vers lui et commença à embrasser et à mordiller sa clavicule. Paul grogna et glissa une main dans les cheveux de Bella pour la maintenir en place. Les doigts de Bella dansèrent sur son torse, effleurant ses tétons presque avec hésitation avant de s'éloigner rapidement comme si elle s'était brûlée. Paul sourit. Elle était si innocente. "Tu peux me toucher où tu veux," lui assura-t-il dans un souffle. Bella releva brièvement la tête pour le regarder. Ses lèvres étaient brillantes de salive, ses joues étaient plus rouges qu'il ne les avait jamais vu et ses yeux luisaient comme une lanterne dans la nuit. Elle acquiesça et commença à se mordiller la lèvre avant de la relâcher rapidement en regardant Paul. Il attrapa son visage à deux mains et l'attira vers le sien avant de souffler, "Gentille fille." Puis il l'embrassa pour la récompenser. Leurs langues s'entremêlèrent et Paul se demanda brièvement si Bella pouvait se goûter sur ses lèvres. Il avait encore le goût de son excitation dans la bouche. Si c'était le cas, ça ne semblait pas la déranger, parce qu'elle répondit au baiser avec passion.

La main de Bella qui s'était arrêtée recommença à dessiner des arabesques sur la peau moite de Paul et il grogna d'approbation. Il sentit les petits doigts descendre de plus en plus en bas, effleurant ses côtes, tournant autour de son nombril avant de suivre la bande de poils qui menait à son sexe. Lorsque la main de Bella se posa sur son jean tendu, cependant, il l'arrêta. Bella se recula avec surprise et ses yeux s'emplirent de larmes. Qu'est-ce qui n'allait pas cette fois? "Pau-Paul?" balbutia-t-elle. "Tu ne veux pas?" Elle s'interrompit.

Un sourire carnassier étira les lèvres de Paul: elle ne pouvait même pas le dire. "Oh, siiiii," lui assura-t-il, en lui effleurant la joue. "Je meurs d'envie de te sauter, Swan." Bella rougit encore plus et détourna les yeux mais Paul ne laissa pas faire. Il l'attrapa délicatement par le menton et la força à le regarder. "Mais pas ici. Ta première fois ne se fera certainement pas dans une voiture." Un sourire timide étira les lèvres de Bella. Quoi qu'il ait dit, ses larmes s'étaient taries. "Donc maintenant, il y a deux solutions. Soit le Chef n'est pas là, et dans ce cas-là, dans moins de cinq minutes, tu seras dans ton lit et je serais en toi..." Le souffle de Bella se coupa dans sa gorge et un petit rire vicieux échappa à Paul. "Soit, tu me dis qu'il est là, et dans ce cas, on retourne chez moi..." Il se tapota songeusement le menton. "J'adorerais te voir te tordre de plaisir dans mes draps, mais l'attente risque de me tuer...donc j'espère vraiment que ton père n'est pas là." Bella se mordilla la lèvre et Paul fronça les sourcils. "Ah ah ah, je t'ai dit qu'il n'y avait que moi qui pouvait faire ça." Elle arrêta immédiatement et le regarda de sous ses cils. La main de Paul se glissa sous le shorty de Bella et lui empoigna les fesses. "Alors? Le Chef est là ou pas?"

Bella prit une profonde inspiration avant de lui dire, "Il est de nuit ce soir."

Un sourire ravageur étira les lèvres de Paul. "Parfait."


Tenant sa promesse, moins de cinq minutes plus tard, Paul jetait Bella sur son lit. Elle atterrit avec un 'ouf' étouffé avant de se hisser à la force des bras vers ses oreillers. Paul resta au pied du lit, et l'admira pendant quelques secondes. Ses lèvres étaient rouges et gonflées par leurs baisers, elle avait la gorge couverte de marques rouges - suçons et morsures - ses cheveux étaient ébouriffés et ses vêtements étaient froissés. Son jean était encore déboutonné. Paul n'avait pas prit la peine de le refermer. Il avait à peine baissé son pull, sans relever son soutien-gorge avant de sauter au bas de la camionnette avec Bella dans les bras. Il avait couru jusqu'à la porte d'entrée et avait poussé un juron quand il avait dû revenir sur ses pas pour aller récupérer la clé qui était accrochée à celle de la voiture.

Il avait rapidement ouvert la porte, d'une main légèrement mal assurée et s'était précipité dans la maison, claquant la porte derrière lui en la poussant du pied. Bella avait enroulé ses jambes autour de sa taille pour ne pas glisser, et la chaleur qui émanait de son sexe le rendait fou. La friction de son érection contre son jean à chaque pas qu'il faisait était douloureuse. Perdu dans son désir, il avait plaqué Bella contre le mur et avait commencé à se frotter contre elle, comme un chien, avant qu'elle ne l'ait rappelé à l'ordre en balbutiant un simple, "L-l-lit."

Paul avait hoché la tête et s'était élancé dans les escaliers, suivant son odeur, qui imprégnait toute la maison, jusqu'à la pièce où la concentration était la plus forte. Sa chambre. Lorsqu'il entra dans la pièce, l'odeur de Bella l'enveloppa complètement et Paul grogna. Paradisiaque. Le lit à la couette violette était placé contre le mur et Paul se vit en action dessus. Une image fantasmagorique de lui faisant tendrement l'amour à Bella. Il se demanda brièvement si c'était une hallucination dû à son désir. Mais ça importait peu. Ça deviendrait réel bien assez tôt. Il s'était rapidement approché du lit deux place et avait déposé Bella dessus. Et maintenant, il la regardait.

Et elle le regardait aussi. Ses paupières étaient alourdies par le désir alors que ses yeux voyageaient sur son corps. Lorsqu'ils se posèrent sur la bosse qui déformait son pantalon, elle se lécha les lèvres. Elle. Se. Lécha. Les. Lèvres. Paul dût agripper violemment son sexe pour s'empêcher de jouir et Bella haleta en le voyant faire. Un petit sourire apparut sur les lèvres du loup. Elle aimait ça. Elle aimait le regarder. Et il aimait qu'elle le regarde. Sa main relâcha son sexe douloureux et s'aplatit entre ses jambes. Il fit courir sa paume sur son érection et grogna doucement. Il ne tiendrait plus longtemps.

Bella le regarda, hypnotisée, lorsqu'il déboutonna son short en jean et fit descendre sa braguette. Ses yeux s'écarquillèrent lorsqu'elle réalisa qu'il ne portait rien en dessous et qu'elle vit enfin Paul dans toute sa splendeur. Elle haleta avant de gémir bruyamment en frottant ses cuisses l'une contre l'autre. Paul inspira profondément lorsqu'une nouvelle vague de son excitation lui monta au nez. Il se caressa brusquement, une fois, deux fois, trois fois, avant de se laisser tomber à quatre pattes sur le lit pour ramper vers elle.

Le souffle de Bella se fit haletant et Paul regarda sa poitrine se soulever et s'abaisser de plus en plus rapidement. Il continua à avancer lentement vers elle, gracieux comme un chat et s'arrêta lorsqu'il fut à califourchon sur elle, une jambe de chaque côté de ses hanches. Les pupilles de Bella étaient dilatée et Paul se pencha lentement vers elle pour l'embrasser délicatement. Il savoura la bouche chaude de Bella pendant quelques secondes avant de se redresser et de glisser ses mains sous le pull de sa future amante. "Je veux te voir," souffla-t-il d'une voix rauque. Bella hocha timidement la tête et Paul fit glisser ses mains vers le haut, emportant le pull au passage. Bella leva les bras et le laissa lui l'enlever. Le soutien-gorge était dans l'état dans lequel il l'avait laissé, baissé, coincé sous ses seins, les faisant ressortir encore plus. Il glissa une de ses mains dans le dos de Bella et le dégrafa avec l'agilité de quelqu'un qui a fait ça toute sa vie. Il fit ensuite lentement glisser les bretelles le long des bras de Bella avant de jeter le soutien-gorge au sol.

Il dévora Bella du regard et lorsque celle-ci fit mine de couvrir sa poitrine de ses bras, il l'en empêcha et se jeta sur ses seins avec avidité. Il embrassa, lécha et mordilla chaque parcelle de peau à sa portée. Bella gémit et cambra les reins avant de glisser ses mains dans les cheveux de Paul. "Paaaaul," gémit-elle. Il plaça une de ses jambes entre les cuisses de Bella et s'en servit pour l'inciter à écarter les jambes avant de bouger son autre jambe, jusqu'à ce que les cuisses de Bella enserre sa taille. Il se pressa contre elle et gémit en sentant son sexe entrer en contact avec le jean de Bella. Paul se redressa et posa ses mains sur le jean de Bella. Il ouvrit le bouton et baissa sa braguette avant de relever la tête pour voir si elle était sûre d'elle mais Bella avait fermé les yeux.

"Swan," l'appela-t-il doucement. Bella ouvrit les yeux et le regarda sans le voir. Un sourire satisfait étira ses lèvres - les réactions de Bella boostaient vraiment son ego - et il haussa un sourcil en tirant lentement sur son jean. Pour toute réponse, Bella souleva les hanches. Paul hocha la tête et tira sur le jean, le faisant glisser jusqu'à mi-cuisse. Bella fit un petit bruit frustré lorsqu'il s'arrêta mais il se contenta de sourire. Il se recula lentement et lui enleva ses chaussures de randonnées et ses chaussettes avant de les jeter derrière lui. Il tira ensuite brusquement sur son pantalon tant et si bien que les jambes de Bella se soulevèrent presque à angle droit. Paul lui enleva le pantalon et lui maintint les jambes dans cette position. Il embrassa l'arrière du genou de Bella avant de le mordre brusquement, faisant crier Bella, puis il lécha la trace de ses dents pour apaiser la douleur. Il réserva le même traitement à son autre jambe avant de refermer les jambes de Bella autour de sa taille. Seul son shorty les séparait maintenant, et Paul se pressa contre elle, frottant son sexe tendu contre le tissu humide. Du liquide s'échappait de son gland, se mêlant à l'excitation de Bella.

"Pauuuuul," gémit-t-elle. "Je t'en supplie." Elle était en feu et agitait la tête de droite à gauche. "Vieeeens."

Paul grogna. "J'ai pas de capotes, Swan." Bella ouvrit les yeux en grand et le regarda fixement. "Mais j'suis clean," s'empressa-t-il d'ajouter. "Les maladies hum...Je me fais tester régulièrement et ma température tue probablement tous les virus."

Bella se mordit la lèvre. Paul ne dit rien cette fois, il savait qu'elle hésitait. Il savait qu'elle pesait probablement le pour et le contre. Il espérait seulement qu'elle le laisserait continuer. Il attendit patiemment mais ne put pas s'empêcher de se frotter discrètement contre Bella. Il était dans un tel état d'excitation que c'en était douloureux. Il allait bientôt exploser. Les dents de Bella relâchèrent sa lèvre et ses yeux brillèrent de détermination. "Je prends la pilule," lui dit-elle. "Renee m'a forcé à la prendre le jour de mon quinzième anniversaire," expliqua-t-elle, mais Paul ne l'entendit pas. Il avait arrêté de l'écouter après avoir entendu le mot pilule. Elle était d'accord pour continuer.

Il captura à nouveau sa bouche dans un baiser passionné alors que deux de ses doigts se glissaient entre les jambes de Bella. Poussant le shorty sur le côté, ils se glissèrent doucement en elle. Bella gémit et se pressa contre la main de Paul. Il fit de longs va-et-viens, tournant légèrement le poignet parfois. La main de Bella agrippa celle de Paul, pour la maintenir en place, supposa-t-il. Il commença à écarter légèrement les doigts pour la préparer à ce qui allait venir. Il était beaucoup plus large que la normale et il savait que ce serait probablement douloureux pour elle mais malgré toute sa bonne foi, il ne savait pas s'il pourrait encore tenir longtemps. Bella était complètement trempée donc ça devrait aider aussi.

Perdant finalement son calme, il fit glisser le shorty de Bella le long de ses jambes et se positionna à nouveau entre ses cuisses. Tenant son sexe d'une main, il fit glisser son gland le long de la fente de Bella avant de pousser légèrement pour passer entre les lèvres. Il pressa son gland contre le clitoris de Bella et fis de petits va-et-viens, la faisant gémir de désir. Bella était brûlante autour de lui. Il n'avait jamais rien ressentis de tel auparavant. Ce simple contact le faisait presque jouir.

Incapable d'en supporter plus, il descendit plus bas et son gland pénétra finalement Bella. Elle haleta et Paul serra les dents. S'il ne se contrôlait pas, ce serait fini avant même d'avoir commencé. Après avoir attendu quelques secondes - et pour s'assurer que Bella se soit habituée à l'intrusion et pour reprendre le contrôle - il bougea un peu les hanches, s'enfonçant de quelques centimètres de plus avant de s'arrêter à nouveau. Bella geignait maintenant, un mélange de plaisir et de douleur.

"Chut," l'apaisa-t-il.

"Paul, Paul, Paul," psalmodia-t-elle. "Ça fait mal."

Paul ferma les yeux sous l'effet de la honte et du regret. Il détestait l'idée d'être entrain de lui faire du mal, mais il savait qu'il ne pouvait rien y faire. "Je sais, Swan," dit-il d'une voix douce. "Je suis désolé, ça va passer." Il poussa un petit peu plus et Bella se raidit.

La main de Paul se posa sur le pubis de Bella et son pouce trouva son clitoris. Il commença à faire des petits cercles et au bout de quelques secondes, la douleur sembla laisser la place au plaisir parce que Bella commença à gémir. Sans jamais interrompre le mouvement de son pouce, il continua à s'enfoncer en Bella jusqu'à ce qu'il soit finalement complètement en elle. Il cessa ensuite tout mouvement. Faisant geindre Bella de dépit.

Il était en elle. Il était enfoncé en Bella jusqu'à la garde. Elle était si chaude, si mouillée, si serrée autour de lui. Putain, il n'avait jamais rien ressentis de telle. Toutes les filles avec lesquelles il avait couché, n'étaient rien, rien comparé à Bella. Elle était parfaite. Il avait l'impression qu'elle avait été faite pour lui, juste pour lui. Il la sentait tout autour de lui et même si c'était impossible, il souhaitait pouvoir être encore plus proche d'elle. Il voulait se fondre en elle.

Il ferma les yeux et respira profondément. Il avait l'impression d'être dans un rêve. C'était meilleur que tout ce qu'il avait jamais connu. Il aurait aimé que le temps se fige à cet instant, les capturant dans leur étreinte pour l'éternité. Il pouvait entendre le coeur de Bella battre la chamade. Il pouvait sentir son excitation. Son sexe se contractait autour de lui à intervalle régulier, lui donnant l'impression de mourir à chaque fois.

"Paul." La voix de Bella le ramena sur terre et elle souleva légèrement les hanches. "Bouge s'il te plaît," le supplia-t-elle. Elle n'avait pas à supplier. Elle n'aurait jamais à supplier. Obéissant, il se retira légèrement avant de pousser à nouveau en elle. Bella se tendit et un petit "Ooooh," s'échappa de ses lèvres. "Encore!" exigea-t-elle. Un petit rire satisfait échappa à Paul.

"Tu n'as pas mal?" lui demanda-t-il avec sollicitude. Il ne voulait jamais lui faire de mal.

"Non, ça va..." Il se retira un petit peu plus avant de la pénétrer à nouveau. "Ooooh...mieux..." haleta-t-elle. "Ça va mieux. Continue."

Paul lui obéit avec plaisir. Il se retira complètement jusqu'à ne laisser plus que son gland en Bella et se renfonça ensuite en elle. Au même moment, son pouce et son index attrapèrent délicatement le clitoris de Bella pour le pincer doucement. Elle poussa un cri de surprise et de plaisir mêlé et se cambra contre lui.

Paul l'embrassa à pleine bouche en continuant ses coups de reins. C'était le paradis, songea-t-il. Sa langue ravageait la bouche de Bella alors que son sexe la ravageait plus bas. Il développa rapidement un rythme lent et soutenu; sa langue goûtait, touchait, savourait alors que ses hanches se balançaient et tournaient. Bella gémissait constamment maintenant, et un grondement faisait vibrer le torse de Paul.

Au bout de quelques minutes de ce traitement, Bella commença à se serrer convulsivement autour de Paul et il sut qu'elle était sur le point de jouir. Elle cambrait les reins, cherchant à le prendre encore plus profondément en elle et Paul perdit son rythme. Ses hanches commencèrent à s'agiter spasmodiquement et lorsque Bella poussa un cri de plaisir, il perdit toute contenance. Son propre orgasme le submergea et il se vida au plus profond du corps de Bella en la serrant contre lui au point qu'il lui coupa pratiquement le souffle avant de se laisser tomber sur elle en haletant.

Rien ne pourrait jamais être meilleur que ça, songea-t-il en la sentant se détendre complètement sous lui alors que des points blancs dansaient devant ses yeux. Il se retira, faisant geindre Bella et se laissa tomber à côté d'elle. Il l'attira contre lui, et se colla contre son dos avant d'enrouler son bras autour du ventre de Bella. Bien qu'elle haletait toujours comme si elle venait de courir un marathon, son coeur commençait à se calmer et il soupira de bien-être.

C'était la sensation la plus intime au monde. Avec Bella pressée contre lui, avec son odeur de fraise dans le nez, Paul était au Paradis. Une vague de contentement le submergea et, satisfait, épuisé et l'esprit vide de toutes pensées, il ferma les yeux et se perdit dans la présence de Bella.


A chaque fois que j'ai fini d'écrire ou de traduire un lemon, j'ai envie de m'étirer, de m'allumer une clope et de demander à mon ordi, "C'était bon, bébé?" :D

Plus sérieusement, si vous voulez la suite, review!