Bon lundi à vous (en espérant qu'à ce moment là nous soyons toujours lundi ce qui est pas vraiment gagné... LOL).

Aujourd'hui nous ferons simple, juste un petit poème dédié à notre papillon barré qui nous délecte de sa connerie à chaque reviews...

Papiyon baré

tué tro délire

kon en pisse de rire

Papiyon baré

ta conneri

illumine no nui

Papiyon baré

on te kiff

com la régliss

Papiyon baré

ki ns fai tjs maré

limite ds la culotte pissé

Papiyon baré

tué sakrémen chtarbé

ms on t'm tel ke tué

Papiyon crazy

U R so funny

N U make us happy

Alors, je suppose qu'on va se faire lyncher ma Co' ou insulter mais bon, on a pas trop le choix là... Notre emploi du temps va être super chargé durant les semaines à venir alors il est fort probable que nous n'aurons pas le temps de publier au mois de mai. Ce n'est qu'une pause technique, vous avez remarqué ces derniers temps que nous répondions aux reviews plus tard qu'à l'accoutumée et que les chapitres suivaient tard également le lundi. On n'a plus d'avance et vu ce qui nous attend toutes les deux en mai ça nous sera difficile de tenir les délais.

Promis on fera de notre mieux mais pas de promesses.

Passez une bonne semaine :)

Bisous^^

oooOOOooo

ALL GOOD THINGS COME IN THREES

CHAPITRE 16 :

JPOV :

« Que ceux qui n'ont jamais douté de leur soeur me jettent la première pierre! »

Je m'éveille lentement, les courbatures sont encore plus douloureuses ce matin. Un souffle tiède balaye ma nuque et je resserre ma prise autour du petit corps chaud à moitié affalé sur moi. Bella gémit et gigote dans son sommeil sans pour autant se réveiller. Je lui embrasse le front et un petit sourire se dessine sur ses lèvres.

Je reste quelques minutes sans bouger, profitant de ce moment dans la pénombre de la chambre d'Edward. Il me manque vraiment et j'aurais eu beaucoup de mal à m'endormir sereinement si les draps n'embaumaient pas son parfum. Je commence à peine à comprendre pourquoi il voulait emporter avec lui la moitié de notre garde robe. Mon estomac gronde furieusement et ma vessie se rappelle à mon bon souvenir.

Il faut que je me lève.

Doucement je dégage mon bras de sous sa tête. Ensuite, une fois qu'elle est sur l'oreiller, je m'assoie et entreprends de déplacer sa jambe qui pèse sur la mienne. Elle rit dans son sommeil, cela doit la chatouiller, et finit par se décaler d'elle-même. Je pose doucement mon pied au sol et commence à me lever le plus délicatement possible pour ne pas trop faire bouger le lit. Mon genou droit me fait un mal de chien mais je serre les dents et avance en titubant jusqu'à la salle de bain.

Je n'avais pas prévu à la base de prendre une douche mais l'eau froide semble dénouer mes muscles et apaiser mes douleurs dues aux contusions. Lorsque je suis transi de froid, je sors doucement et me sèche en tapotant délicatement mon corps avec une serviette de bain. Je prends quelques secondes pour m'observer. Comme l'a dit Rose hier, j'avais vraiment une sale gueule. Mon œil gauche est noir et enflé, ma lèvre inférieure a doublé de volume et une croute commence à se former sur le bord droit. Ma joue est entaillée de part en part et mon corps est bleu, violet ou jaune selon les endroits.

J'enfile mon peignoir et prends la direction de la cuisine de laquelle une horrible odeur de cramé s'échappe. Bella n'a pas pour habitude de brûler nos repas alors je me demande bien qui peut bien être là. Edward serait-il déjà rentré ?

Un sourire idiot barre mon visage tandis que j'avance le plus vite possible, ce qui, vu mon état n'est pas très rapide. Mon sourire se change vite en rire à la vue du spectacle qui s'offre à moi.

- Laisse-moi deviner, tu as engagé un combat sanguinaire avec les pauvres œufs et aucun n'a survécu ?

Jane se tourne alors vers moi et je ris de plus belle tout en me tenant les côtes qui me font un mal de chien.

- Ouais vas-y moque-toi ! Moi qui voulais être sympa…

La cuisine est en bordel. Des poêles et des casseroles sales jonchent l'évier et le plan de travail. Il y a des coquilles d'œufs un peu partout dans la pièce ainsi que de la farine sur les murs. Jane est recouverte d'une substance jaune visqueuse qui à vu de nez ressemble à de la pâte à gaufre.

- Non mais sérieux Jane, tu t'es battue ou quoi ?

- C'est votre robot qui m'a attaquée le premier! se renfrogne-t-elle en croisant les bras sur sa poitrine.

- Oh ! T'avais pas mis le couvercle je parie ?

Voilà comment la pâte lui a sauté à la figure.

- Pfffff ! souffle-t-elle en roulant des yeux. Tu dis ça comme si c'était d'une logique implacable !

Ça l'est, ai-je envie de répliquer mais sa moue boudeuse me retient. Après tout, c'est sa façon de faire la paix alors même si la cuisine ressemble à celle d'une fratrie un lendemain de cuite, je ne peux pas trop lui en vouloir.

- Je vais t'aider à nettoyer, dis-je simplement en approchant de l'évier pour attraper l'éponge.

- Tut tut tut ! Toi tu vas t'asseoir dans le canapé et moi je range et je nettoie. Je sais pas faire la cuisine mais la laver c'est dans mes cordes ! m'ordonne-t-elle en me poussant vers la sortie.

Je n'ai d'autres choix que de me laisser tomber sur le canapé. J'attrape mon ordinateur et consulte mes mails avant de surfer sur tout et n'importe quoi. Au bout d'une heure peut-être, Jane s'affale à mes côtés.

- La prochaine fois qu'on se dispute, rappelle-moi de t'acheter des viennoiseries pour me faire pardonner! s'exclame-t-elle tout en se massant la nuque.

Je passe un bras autour de ses épaules et elle ferme les yeux.

- Je n'y manquerais pas, ris-je doucement.

Ses bras viennent m'entourer la taille et elle se blottit tout contre moi.

- J'ai eu vraiment peur Jazz… murmure-t-elle les trémolos dans la voix.

- Je sais Jane, je sais. Mais je vais bien.

Doucement je caresse ses cheveux collés et gras à cause du mélange œufs-lait-farine-sucre. C'est dégoutant, surtout que tout n'est pas sec et que je vais devoir retourner à la douche mais quelque chose me dit qu'elle a besoin de moi en ce moment. Besoin de savoir que je suis là et que je vais bien.

- Est-ce que ça en vaut vraiment la peine ? demande-t-elle au bout de quelques minutes de silence.

Je ne prends même pas la peine de réfléchir avant de répondre :

- Si je te dis que je suis prêt à me reprendre une raclée dès maintenant pour seulement quelques minutes avec eux, est-ce que ça répond à ta question ?

Elle resserre ses bras autour de moi, je crispe la mâchoire pour ne pas hurler de douleur.

- Attends au moins de guérir avant de te faire casser la gueule à nouveau d'accord ? finit-elle par dire en relâchant son étreinte.

- D'accord.

Je connais ma sœur et je sais que c'est sa façon à elle de me donner sa bénédiction pour mon choix de vie. Pas que j'attendais après elle mais c'est toujours bon de savoir que j'ai son soutien. Je laisse passer quelques minutes de silence puis mon estomac toujours vide se met à grogner furieusement.

- Bon c'est pas tout mais j'ai faim ! Elles sont où les viennoiseries ?

Vexée, elle m'envoie un coup dans l'épaule qui me fait grincer de douleur sans que je ne puisse me retenir cette fois-ci. Elle se relève et me fait face :

- Je m'excuserai si tu ne la méritais pas celle-là ! décrète-t-elle en haussant les épaules.

Je roule des yeux. Voilà la pire excuse de tous les temps.

- Oh salut ! sourit Jane.

Je me retourne pour voir Bella arrêtée net dans l'encadrement de la porte. Jane qui sourit, c'est effectivement quelque chose qu'elle ne voit que très rarement pour ne pas dire jamais.

- Salut, lui répond-elle méfiante à moitié endormie encore.

- Allez, je vous laisse, j'ai des croissants à aller acheter !

- Attends je vais faire des gaufres, tu peux rester ! l'invite Bella.

La gueule que tire Jane me fait doucement rigoler et, toute gênée elle finit par avouer qu'il ne nous reste ni œufs, ni lait. Vu le regard amusé que je lui lance, Bella hausse les épaules et ne dit mot. Jane récupère ses affaires et passe la porte en silence. Je pourrais jurer qu'elle était embarrassée.

Bella vient se caler dans mes bras après m'avoir longuement embrassé.

- Bien dormi ? je lui demande.

- Très bien ! soupire-t-elle. J'ai rêvé où ta sœur va nous chercher le petit déjeuner ?

Je rigole un peu avant de lui dire :

- Tu n'as pas rêvé ma belle. Tu as juste raté le moment où elle a essayé de le faire elle-même !

- Oh c'était donc ça la farine sur ses fringues…

Je hoche la tête et un sourire apparait sur ses lèvres.

-Tu devrais te disputer plus souvent avec ta sœur, tu sais !

Je lui lance un regard incrédule quand elle rétorque amusée :

-Ça m'éviterait de faire la cuisine.

J'éclate de rire, et ne peux m'empêcher de déposer un baiser contre ses lèvres.

Jane finit par revenir avec un sac entier de pains au chocolat et de croissants. Nous nous installons dans la cuisine et je bénis le ciel que ma sœur n'ait pas touché au jus d'orange. Nous discutons dans le calme jusqu'à ce que finalement, ma sœur lance un sujet qui visiblement les anime. Et bien évidemment, elles ne sont pas d'accord. Enfin, rien d'étonnant je suppose…

- Non mais comment tu peux être Team Jacob ? s'exclame Bella.

Ma sœur hausse les épaules.

- Il est sexy…

- Mais c'est un chien !

- Oh mais n'importe quoi ! Au moins lui il est vivant !

Je finis par m'éclipser discrètement, franchement, Team Jacob j'y connais rien, je ne sais même pas de quoi elles parlent. J'arrive dans la chambre d'Edward, prends mes antidouleurs et m'allonge sur le lit. Je pense que quelques secondes après je m'assoupis comme une souche.

Je ne sais pas si je dors depuis cinq minutes ou plusieurs heures mais lorsque je commence à émerger, je perçois les voix de Bella et Edward. Est-ce un rêve ou est-il rentré plus tôt que prévu ?

- Puisque je te dis qu'il va bien… soupire Bella.

- J'ai eu tellement peur…

- Je sais Edward. Moi aussi…

- Tu ne peux pas rester là-bas Bella. Qui sait si ce ne sera pas toi la prochaine fois ?

Elle soupire encore et je retombe dans le sommeil pour me réveiller à la nuit tombée. Un coup d'œil sur le réveil m'informe qu'il est plus de vingt deux heures. Je me lève péniblement, j'ai encore un peu de courbatures mais je vois de l'amélioration tout de même.

Je m'arrête avant d'entrer dans le salon, je n'ai pas rêvé tout à l'heure, Edward est bien rentré et il est assis sur le canapé, un bras autour de Bella.

- Qu'est-ce que vous regardez ? demande-je en m'approchant.

Ils tournent tous les deux la tête avant de me faire chacun un sourire qui me réchauffe les entrailles.

- Y a un match, grimace Bella.

- C'est vrai ? Qui joue ? dis-je tout excité.

Bella lève les yeux au ciel et soupire avant de se décaler pour me faire une petite place à ses côtés.

- Les Seahawks contre les Giants, me sourit Edward.

- Wow cool !

J'avance doucement, me dirigeant aux côtés d'Edward en premier afin de déposer un doux baiser sur ses lèvres.

- Content que tu sois rentré, souris-je.

Il attrape mon visage avec ses mains et me remue la tête dans tous les sens.

-Edward, vas-y doucement, tu vas lui faire mal si tu continues. S'exclame Bella.

Je ne peux m'empêcher de sourire.

-Je vais bien, promis. Juste quelques contusions. Rien de grave.

Il relâche mon visage et pousse un soupir de soulagement.

-J'ai eu tellement peur quand j'ai eu le message de Bella. Et encore plus quand Jane m'a tout raconté.

-D'ailleurs comme ça se fait que tu aies appelé Jane ? demande Bella en grognant.

J'éclate de rire quand je vois le visage d'Edward se décomposer. Cette fois-ci il n'aura pas d'autre choix que de lui avouer qu'il a déjà fricoté avec ma sœur. Il rougie et se racle la gorge.

-En fait… Euh…

Il cherche ses mots. Bella le regarde avec de grands yeux. Des étincelles de colère traversent son regard qui s'assombrit soudain.

-C'est bon pas besoin d'un dessin, j'ai compris. Grogne-t-elle.

Elle m'agrippe le bras et me tire à elle.

-Tu m'étonnes que ta sœur ne m'apprécie pas. Me dit-elle en me regardant dans les yeux avant de déposer ses lèvres sur les miennes. A bout de souffle, je m'assois à côté de Bella et elle en profite pour se blottir dans mes bras.

Le match touche à sa fin et je me sens détendu. Bella est endormie dans mes bras, Edward est à la maison. Que pourrais-je vouloir de plus ?

-Tu es rentré quand ? demande-je à Edward quelques minutes plus tard.

-En fin d'après-midi, mais tu dormais. J'avais interdiction de t'approcher. Grogne-t-il. Bella est encore pire que ta sœur, alors quand elles se sont liguées contre moi, j'ai pas eu trop le choix.

-Jane était encore là ? souffle-je ahuri par la nouvelle.

-Ouais tu aurais dû les voir toutes les deux. Bella préparait le repas, pendant que Jane préparait la table. Et ça causait de Team Jacob ou je sais pas trop quoi.

J'essaie de retenir le sourire qui s'affiche sur mon visage, mais je ne peux pas m'empêcher d'être heureux. Edward grogne quand il fait remonter sa main sur la cuisse de Bella et qu'elle lui balance un coup de pied dans le bras pendant son sommeil.

-Tu lui as fait quoi ce week-end au juste ? me demande-t-il en affichant son sourire en coin alors que son regard s'assombrit.

J'ai très chaud soudainement quand je repense à notre soirée d'hier soir. Et il ne m'en faut pas plus pour me tendre dans mon pantalon. Je ferme les yeux et déglutis. Edward profite de ce moment pour m'attraper par la nuque et déposer ses lèvres sur les miennes.

Rapidement il enfonce sa langue dans ma bouche.

Le baiser n'a rien de doux, au contraire, il est plein de fougue et de passion. Et je remarque seulement à ce moment-là, qu'il m'a manqué.

A bout de souffle, il relâche mes lèvres et me murmure :

-Ne me refais plus jamais ça, s'il te plaît. J'ai cru mourir. J'ai cru que tu nous abandonnais.

-Jamais ça n'arrivera, je vous aime trop pour ça.

Je dépose alors mes lèvres sur les siennes dans un baiser avant de me pencher d'en déposer un dans les cheveux de notre belle.

-Et si nous allions nous coucher ? proposé-je.

Il me sourit et se lève avant de se pencher devant moi, pour prendre Bella dans ses bras.

Je grogne.

-J'aurais pu le faire, tu le sais.

-Hors de question, le docteur a dit pas d'efforts. Rétorque-t-il.

-Je vois que tu as bien retenu la leçon. Souris-je.

Il me fait son merveilleux sourire en coin avant de dire :

-Tu m'étonnes, tu crois vraiment que j'ai envie d'avoir Jane et Bella sur le dos.

J'éclate de rire à sa phrase, et c'est ce moment que choisit Bella pour marmonner mon nom dans son sommeil avant de gémir.

-Pas d'effort hein ? demande Edward.

-Promis, je n'ai rien fait. Elle a pris tous les devants.

Il me fait un clin d'œil avant de me sourire de toutes ses dents.

-Faudra que tu me racontes.

Je me lève et lui claque la main sur les fesses.

-Certainement pas. Dis-je en lui tirant la langue, avant de me dépêcher pour rejoindre la chambre.

Une fois dans celle-ci, Edward dépose délicatement Bella sur le couvre-lit et se retourne vers moi. Il me tend la main et je la saisis.

Il m'attire dans ses bras et sa langue caresse mes lèvres. Je lui souris, mais ne lui accorde pas l'accès à ma bouche. Il en profite pour me mordre la lèvre inférieure et je gémis. Cette fois-ci, c'est lui qui me sourit. J'abandonne donc la bataille et lui accorde l'accès à ma bouche.

Sa langue explore les moindres recoins de ma bouche. Il se fait de plus en plus fougueux. Il commence à me déshabiller et bientôt je me retrouve en boxer devant lui. Sa main se glisse à l'intérieur de mon sous-vêtement et il entame des mouvements de va-et-vient sur ma hampe, je ne peux retenir les gémissements et les grognements qui sortent de ma bouche.

-Et moi alors ?

Nous nous retournons tous les deux vers Bella, qui nous regarde assise sur le lit les bras croisés sur la poitrine avec une moue boudeuse de petite fille capricieuse.

oooOOOooo

Moment de l'avis des relectrices :

Wam: Preum's ^^ Super ce chapitre ! Jane en mode Top chef et Bella qui se la joue capricieuse ! XD Et je me demande encore comment on peut être team Jacob…. ^^

oooOOOooo

Réponses aux reviews anonymes :

Céline:

Ninie : Kikoo toi, merci pour le message. Bella est une bonne infirmière il faut lui laisser ça, parce que pour le reste merde elle met du temps à se décider pour emménager avec eux. Moi j'aurais pas hésité. Robisous

htray: Merci beaucoup Céline :) j'espère que ce chapitre t'a autant plu^^ Bisous ;)