Coucou tout le monde ! Comment ça va ? Moi super ! Sauf que. Je viens de terminer la saison 3 (et dernière) de Missing. Et ça ne me convient mais alors PAS DU TOUT. Ils n'avaient pas le droit de tuer Antonio. Donc j'ai décidé de réécrire cette fin. Et de donner un peu suite aux histoires de couple. Parce que j'aime les couples. Haha !

Pour rappel donc, dans le dernier épisode, Antonio est menacé par le jumeau d'un gars qu'il avait fait mettre en prison. Sur le terrain, alors qu'ils s'apprêtent à appréhender un suspect, Nicole se rend compte qu'un faux agent pointe son arme sur Antonio, et elle le tue juste avant l'inévitable. Antonio se croit donc à l'abri, mais en démarrant sa voiture, celle-ci explose, et il meurt. Scène finale sur Nicole en larmes. Je vous le dis, c'était pas beau à voir ! (enfin, si, la scène était magnifique dans sa douleur, mais voilà quoi, on ne termine pas une série comme ça !)

Bref. Je sais que très peu de personnes regardent Missing, mais j'espère que mon histoire sera quand même lue. Si jamais vous passez par ici et que vous ne connaissez pas la série, il n'y a aucun souci. Je vais vous faire un petit récap' des personnages, il n'y a pas besoin de plus pour comprendre !

Tout d'abord, le directeur adjoint du FBI, John Pollock, 38 ans. Peu commode, il a pour habitude de relever tout ce qui ne va pas lors d'une enquête, de rabaisser son équipe, et de les mettre sous pression. Mais au fond, un profond respect mutuel s'est installé entre elle et lui, et à la fin de chaque enquête il ne manque pas de les féliciter. Marié, il a traversé une passe difficile avec sa femme, mais ils sont à nouveau ensemble, unis. Ils ont trois enfants (deux filles et un garçon) et attendent un quatrième.

Nicole Scott, agent du FBI, 34 ans. Son enfance a été très dure, sa mère a tué son père car il était violent, Nicole s'est donc retrouvée baladée de famille d'accueil en famille d'accueil. C'est une grande black très sexy, qui s'habille avec goût. Elle a un caractère bien trempé, et prends souvent trop de risques. Elle veut gérer tous ses problèmes toute seule.

Antonio Cortez, la trentaine. Agent du FBI et chef de la police scientifique, c'est un grand Rome, doté d'un charme fou, et d'un humour décalé. Amoureux de Nicole depuis des années, il s'est marié avec une autre quand ils se sont quittés cinq ans auparavant, mais ils ont divorcé après un an, sa femme sentant bien qu'elle n'était pas « LA » femme.

Jenny Cooper, la vingtaine, agent du FBI décédée lors d'une mission. Elle était très active, et une sorte de compétition s'était installée entre elle et Jess. Les deux filles ne s'appréciaient d'ailleurs pas beaucoup. Elle revient fréquemment dans les visions de Jess depuis sa mort.

Jack Burgess, approche de la trentaine. Agent du FBI, très sûr de lui, orgueilleux, condescendant, mais au fond, tout ça n'est qu'une façade. Il est tombé amoureux de Jess dès leur première rencontre lors de la saison 1, mais elle était encore en couple. Ils ont notamment effectué une mission sous couverture, où ils formaient un couple. On ne le revoit qu'à la fin de la saison 3, mais on sent bien que leur complicité est toujours là.

Et enfin, Jess Mastriani, 24 ans. Elle est entrée au FBI juste après ses études, à cause de ses visions. Un soir, en voulant sauver son frère Doug Mastriani, schizophrène, qui était en haut d'un pont, elle fut foudroyée. Après ça, elle commença à avoir des visions de gens disparus, qui lui donnaient des indices pour les retrouver. Le FBI traça les appels anonymes qu'elle laissait à la police, et l'obligea à travailler pour eux. Très vite, elle s'adapta. C'est lors de la saison 2 qu'elle passe la formation d'agent à Quantico. Sa mère, Toni Mastriani, est veuve depuis que son père est décédé d'une crise cardiaque un an auparavant. Ils tiennent deux restaurants de haute renommée.

J'espère qu'avec ça, le décor est bien planté ! Je vous souhaite une excellente lecture, et attends vos impressions avec impatience ! Et désolée pour mon long blabla.

°OoO°OoO°OoO°

Jess monta dans la voiture de Jack, se disant que finalement, il serait peut-être bon qu'elle laisse libre cette attirance qu'elle avait pour lui. Quand elle revit Jenny, encore une fois.

-Tu te trompes Jess !

-TAIS-TOI ! cria celle-ci, excédée de voir encore une fois son ex-collègue décédée.

-Euh, j'ai rien dit, déclara, penaud, l'agent Burgess.

-Non, pas toi. Jenny… C'est quand même bizarre, l'affaire est finie, et elle continue d'apparaître… Je croyais que c'était une manifestation de mes sentiments contradictoires, mais pas une seule fois au final c'était le cas, alors pourquoi elle est réapparue maintenant?

Jack ne savais pas trop quoi lui dire, et de toute façon, Jess semblait plongée dans ses réflexions. Quant il voulut mettre le contact, elle l'arrêta d'un cri.

-Non ! Stop !

-Jess, qu'est-ce qu'il y a ?

-Je sais pourquoi j'ai encore vu Jenny. Ça n'a plus de rapport avec l'affaire de l'enlèvement, mais bien avec Antonio.

-Nicole a abattu son agresseur non ?

-Oui, mais je sens qu'il est toujours en danger.

Ils sortirent de voiture pour revenir sur leurs pas et rejoindre Nicole et Antonio, qui finissaient leur conversation.

-Petit dèj' demain à la première heure alors ? demanda Antonio à Nicole.

-Tout à fait, acquiesça-t-elle.

Ils s'éloignèrent l'un de l'autre, quant Antonio la rappela.

-Hey, Nicole ?

-Oui ?

-Tu es sérieuse ?

-Très. Elle déposa sa main sur son cœur et déclara, du plus profond d'elle-même : Je t'aime.

-Je t'aime aussi, lui dit Antonio, en ouvrant la portière de sa voiture.

C'est à ce moment-là que Jess et Jack arrivèrent en courant.

-ANTONIOOOOOOOOOOOOOO ! cria Jess.

Ce qui eu pour effet qu'il ne démarre pas le moteur de sa voiture tout de suite. Il ressortit.

-Qu'est-ce qu'il y a Jess, un problème ?

-Tu es toujours en danger, ne me demande pas comment je le sais, j'en sais rien, je le sens, c'est tout. Ne t'approche pas de cette voiture, elle ne me dit rien qui vaille.

-M'enfin, Nicole a tué celui qui m'en voulait, je ne vois pas comment il pourrait encore me nuire !

-Et s'il avait mis une bombe en-dessous de ta voiture hein ? Au cas où il n'arriverait pas à te supprimer lui-même ? T'as pensé à ça ?

Nicole les rejoignit.

-Jess, qu'est-ce qui se passe ?

-Je ne veux pas qu'Antonio monte dans cette voiture, il est toujours en danger, je le sens. D'ailleurs pour bien faire on devrait vérifier nos 3 voitures. On n'est jamais trop prudent.

Jess était fébrile, elle sentait que quelque chose n'allait pas. Puis elle eut une vision. Jenny.

-Eh bien tu vois Jess, quand tu veux ! Mais attention... Tic tac boum !

Jess revint à elle-même.

-Jess ? demanda Jack, inquiet. Il avait appris avec le temps à prendre les visions de la jeune femme au sérieux.

-Il faut qu'on se mette à l'abri, tout de suite. Loin des voitures.

Ils coururent donc vers la maison où ils avaient appréhendé le suspect, quand la première voiture, celle d'Antonio, explosa. Jess se couvrit les oreilles et se blottit contre Jack, mais Antonio, encore proche de la voiture, fut éjecté plusieurs mètres plus loin. Nicole courut pour voir comment il allait.

-Antonio ! Antonio ! ANTONIO !

-ça va ça va Nicole, doucement, je suis juste un peu sonné.

-Non, reste allongé !

Il était un peu sonné, mais semblait tenir le choc. Un peu plus loin, la voiture de Nicole explosa à son tour, suivie de près par celle de Jack.

-Non d'un chien… Tu nous as tous sauvés Jess. Déclara faiblement Antonio. Enfin, je sais que c'est pas la première fois, mais quand même.

-Mh… C'est Jenny. Ou du moins mes visions qui prennent sa forme. Je crois qu'elle n'a jamais voulu me faire de mal. Heureusement que je l'ai écoutée. J'étais prête à ne plus y penser et à partir avec Jack. Je n'ose même pas imaginer ce qui se serait passé si…

Elle ne finit pas sa phrase et laissa échapper un sanglot.

-Chut, tout va bien, je suis là, personne n'a été blessé, et c'est grâce à toi, parce que tu as su écouter ce que tes visions te disaient, la rassura Jack.

Ils se relevèrent, et Nicole appela Pollock.

-Monsieur ? Oui, agent Scott à l'appareil. Monsieur, nos 3 voitures ont explosé. Non monsieur, pas de blessé, grâce à Jess, elle nous a sauvés juste à temps. Ceci dit Antonio a quand même été projeté à plusieurs mètres, il faut l'emmener à l'hôpital pour être sûr qu'il va bien. Mais on n'a plus de moyen de transport, est-ce qu'on peut nous envoyer une équipe de démineurs, une voiture et une ambulance ? Merci Monsieur. Je crois qu'il serait judicieux de vérifier que l'appartement d'Antonio n'a pas été piégé Monsieur. Parce que, je pense que les 3 voitures ont été piégées car celui qui lui en voulait ne savait pas dans quelle voiture il repartirait. Mais c'est Antonio qui est visé, donc je ne crois pas que nos appartements soient touchés. Bien Monsieur, d'accord. On les attend.

-Alors ? demanda Antonio.

-Une équipe arrive dans dix minutes pour nous récupérer et pour calmer les incendies des voitures, ainsi qu'une ambulance pour toi.

-C'est bon Nicole, je vais bien !

-Non ! Je viens à peine de te récupérer, ça n'est pas pour te perdre à nouveau, tu vas aller faire ces examens à l'hôpital, et ensuite je te laisserai tranquille !

-Bon, bon, d'accord…

Quelques minutes plus tard, l'équipe de secours arriva. Ils apprirent par la suite que démarrer le moteur de ces voitures leur aurait été fatal, en effet, il y avait deux mécanismes de déclenchement, un au démarrage, et un minuteur. Heureusement, Jess était arrivée à temps pour empêcher tout le monde de démarrer.

Antonio monta dans l'ambulance, Nicole le suivit, et finalement, Jess et Jack n'allèrent pas prendre un verre, comme prévu, mais demandèrent au conducteur de les déposer tout de suite chez celle-ci.

Jess était plus que fatiguée, elle était vidée, physiquement et émotionnellement. Son petit ami l'avait larguée pour partir en infiltration pendant un an, son équipe et elle avaient failli mourir, et elle n'avait pas arrêté d'être harcelée par Jenny dans ses visions. Même si celle-ci au final les avait sauvés, c'était quand même très éprouvant de devoir l'affronter à chaque fois.

Elle invita Jack à entrer dans un mot, se dirigea tout de suite vers sa chambre, l'entraînant avec elle. Elle enleva sa veste et son pantalon et se glissa sous les draps. D'un geste implorant, elle demanda à Jack de la rejoindre. Celui-ci, hésitant d'abord, la rejoignit ensuite. Elle se blottit dans ses bras, et commença à pleurer.

Doucement d'abord, puis ce furent des torrents de larmes, toute la fatigue qu'elle avait accumulée, tout la pression, tout le stress, toute la peur, toute la frustration, depuis deux qu'elle était agent, tout ce trop-plein d'émotion sortit en une fois, ce soir-là, dans les bras de celui qui, au fond, n'avait sans doute jamais cessé de l'aimer depuis le jour de leur rencontre.

Puis, lentement, il sentit les sanglots de la jeune femme se calmer, il la sentit se relaxer dans ses bras, et quelques minutes plus tard, il entendit sa respiration lente, profonde et régulière. Elle s'était enfin endormie. Il était plus que ravi de la tenir au creux de ses bras, il avait l'impression qu'il était enfin à sa place.

Quand il avait appris qu'il la reverrait, il était fou de joie, en deux ans, il n'avait pu l'oublier. Il avait espéré qu'elle soit libre, pas comme lors de leur première rencontre. Puis il était tombé des nues en apprenant qu'elle sortait avec un agent de la sécurité du territoire. Mais il s'était vite repris, après tout, c'était normal, elle n'allait pas l'attendre, et elle était une superbe jeune femme. Mais elle avait l'air malheureuse avec lui, ce qui le déchirait de l'intérieur. Personne à ses yeux n'avait le droit de la rendre malheureuse ! Cependant, il avait respecté sa demande de garder ses distances. Ce ne fut pas facile par contre.

Puis cet agent lui avait brisé le cœur. D'un côté, il était ravi, la place était enfin libre. D'un autre côté, ça avait fragilisé la jeune femme qui avait l'air d'avoir du mal à s'en remettre, et ça, il avait du mal à l'accepter.

Au milieu de ses réflexions, il finit lui aussi par s'endormir, resserrant un peu plus la prise de ses bras autour de Jess.

°OoO°OoO°OoO°

Le lendemain matin, Nicole s'éveilla au chevet d'Antonio, qui avait décidément eu plus de peur que de mal.

-Bonjour toi, sourit-elle

-Bonjour.

-Alors, comment tu te sens ?

-Mh... Fatigué, vidé… Mais en vie, ajouta-t-il dans un petit sourire.

-Oui, Dieu merci. Et merci à Jess surtout.

-Exact… je serais probablement mort si elle n'était pas intervenue.

-Et je ne l'aurais pas supporté.

Antonio lâcha un petit rire.

-J'suis sérieuse Antonio, quand je t'ai vu allongé sur le sol, j'ai vu un aperçu de ma vie sans toi, c'était juste pas possible, pas vivable !

La jeune femme fut interrompue par la sonnerie de son téléphone.

-Scott. Oui Monsieur. Oui, il va bien. Ah. Eh bien, heureusement… Oui. Merci Monsieur. Vous aussi Monsieur.

-Pollock ?

-Oui, ils ont été vérifier ton appartement. Il était piégé.

-C'est pas vrai…

-Enfin, maintenant au moins, tout est rentré dans l'ordre !

-Espérons-le.

-Pollock nous a donné une semaine de vacances. A tout le monde. Il dit qu'on en a besoin, et je crois qu'en effet, ça va nous faire du bien.

-Ouep. Et ce p'tit dèj' sinon ? Tu n'as pas oublié ta promesse j'espère ? La taquina-t-il.

-Oh que non, sûrement pas ! Allez viens, ya une petite boulangerie à l'accueil, on y va !

Et ils purent enfin se retrouver, à deux, derrière un croissant.

°OoO°OoO°OoO°

Du côté de chez Jess, Jack venait d'ouvrir les yeux.

Sa vue était brouillée par un nuage de cheveux aubrun, et il sentait une douce chaleur contre lui. Pendant la nuit, leurs jambes s'étaient entremêlées, et Jess avait sa tête dans le creux du cou du jeune homme. Qui sentait le souffle de celle-ci dans son cou donc. Ça commençait à faire beaucoup, d'abord le corps de la jeune femme contre le sien, la chaleur qu'elle dégageait, et maintenant son souffle.

Il n'était qu'un homme après tout. Et c'était le matin. Il déglutit, se racla un peu la gorge, mais il obtenu juste un petit grognement et un long soupir… toujours dans son cou. Ça n'était plus possible, il devait se dégager. D'abord par respect pour elle. Elle l'avait invité dans son lit, certes, mais elle était alors dans un état second, et il ne voulait pas en profiter, du moins pas comme ça. Il voulait gagner sa confiance, et ça n'était certainement pas de cette manière-là qu'il y arriverait.

Il entreprit donc doucement de s'échapper des bras de la jeune agent, qui émit quelque résistance avant de se retourner et de s'emmitoufler complètement dans la couette. Ouf, pensa-t-il, alors qu'il se levait sans faire de bruit. Il ne voulait pas la réveiller.

Il se dirigea vers la cuisine et entreprit une exploration pour lui faire un petit dèj' digne de ce nom.

Jess ouvrit un œil quelques minutes plus tard, l'esprit embrumé, essayant de se rappeler ce qui s'était passé la veille. Elle ouvrit l'autre œil quand elle se souvint qu'elle avait invité Jack à la rejoindre dans son lit. Oh non, pensa-t-elle mortifiée. Qu'est-ce que j'ai encore fait ? Elle se remémora alors peu à peu la soirée, et se souvint qu'il avait juste été là pour elle. Elle enfouit sa tête dans son oreiller et respira un grand coup (nda : je sais, c'est pas facile, mais c'est comme ça !).

Pourquoi n'était-il plus à ses côtés d'ailleurs ? Elle releva la tête tout à coup, puis se calma quand elle sentit l'odeur du café. Finalement, il n'était peut-être pas si orgueilleux que ça… S'il lui avait préparé le p'tit dèj'…

Elle finit par se lever, enfila un pantalon de jogging, vérifia qu'elle n'avait pas trop une tête à faire peur, et mis à part ses yeux rouge des pleurs de la veille, ça allait encore. Après tout, elle ne cherchait pas à lui plaire. N'est-ce pas ? Elle fit une moue douteuse à cette pensée, et alla vers la cuisine.

Jack se retourna quand Jess entra dans la cuisine. Il hésitait sur l'attitude à adopter. Finalement, elle prit la parole en premier

-Hem… Bonjour, dit-elle timidement, tout en se tordant les mains.

-Bonjour, sourit-il. Café ?

-Avec plaisir ! répondit-elle en s'installant à la table haute. Alors, euh, bien dormi ? demanda-t-elle feignant l'indifférence.

-Eh bien, j'ai une bouillotte qui m'a tenu chaud toute la nuit donc… merveilleusement bien, lui dit-il en la regardant droit dans les yeux, tout en posant sa tasse de café devant elle.

-Super, sourit-elle. Mh, au fait, je suis désolée pour hier soir.

-Pourquoi ?

-…pour tout. Répondit-elle après un temps de réflexion.

-Tu n'as pas à l'être. Il n'y a aucune raison. J'ai été ravi que tu m'invites dans ton lit, depuis le temps que j'attendais ça ! La taquina-t-il.

-Oh arrête, lui dit-elle en lui donnant un faux coup de poing sur l'épaule.

Mais elle gardait le sourire. Malgré tout ce qui s'était passé, elle était contente de l'avoir auprès d'elle ce matin. Elle devait reconnaître qu'au fond, elle aimait ces moments de complicité déguisés en petites disputes.

-Non, mais sérieusement. Je suis là pour ça, lui dit-il. Tu avais besoin de quelqu'un, et j'étais là. Et si c'était à refaire, je le referais !

Elle sourit et le remercia.

Soudain, on sonna à la porte. Elle alla ouvrir. C'était Collin.

-Collin ?

Entendant ce prénom, Jack arriva derrière Jess, il n'était pas question que ce blanc-bec reprenne sa place auprès d'elle !

-Jess… J'ai appris ce qui s'était passé, je suis passé en coup de vent pour voir si tu allais bien.

-En coup de vent hein… Collin, tu n'as rien à faire ici. Mais merci, je vais bien.

-Je vois que tu n'as pas perdu de temps pour me remplacer, dit-il en désignant du menton Jack qui se trouvait derrière elle.

-Qu... Quoi ? Elle se retourna, regarda Jack, puis regarda à nouveau Collin.

-Comment oses-tu ? répliqua-t-elle, hargneuse. On n'est plus ensemble. Je ne te dois rien. Tu m'as lâchée pour une mission, okay, très bien, je comprends, mais j'ai failli mourir hier, toute mon équipe a failli mourir, et ça n'est pas TOI qui était là pour me réconforter quand j'en avais le plus besoin, c'était LUI. C'est un ami, il est là pour moi, contrairement à d'autres, je n'ai AUCUN, tu m'entends, AUCUN COMPTE A TE RENDRE. S'énerva-t-elle, les larmes aux yeux.

Elle respira un grand coup et reprit :

-Donc c'est bien gentil d'être passé voir comment j'allais, maintenant que tu vois que ça va, tu peux partir. Et bonne mission.

Elle lui claqua la porte au nez avant même qu'il put répliquer.

-ça va ? lui demanda doucement Jack.

-Oui oui… m'enfin c'est quand même pas croyable des trucs pareils ! Vous êtes tous les mêmes hein, vous les mecs, toujours dans votre bon droit, toujours là quand ça vous arrange mais le reste du temps rien à cirer, faisant attention à nous quand ça vous chante !

Jess était énervée, mais Jack se rendait bien compte que sa colère n'était pas dirigée contre lui. Elle s'agitait dans son appartement, s'énervant de plus en plus, quand elle sentit deux bras puissant se refermer autour d'elle.

Etrangement, elle se détendit directement au contact du torse rassurant contre son dos. Elle souffla un grand coup.

-Je suis désolée, dit-elle d'une toute petite voix. Elle l'entendit rire.

-Ya pas de quoi. Je me doute, ou en tout cas j'espère, que je n'étais pas inclus dans ta tirade… Cependant, la colère te rend magnifique, ne put-il s'empêcher de rajouter.

Elle rougit sous le compliment. Elle profita encore un peu de son contact puis se dégagea doucement.

-Allez, à la douche ! Toi d'abord ou moi d'abord ? lui demanda-t-elle, un air presque coquin sur le visage.

-Et pourquoi pas en même temps ? demanda-t-il, tout sourire.

Elle éclata de rire.

-C'est quand même pas vrai, tu n'arrêtes donc jamais ?

-Jamais quand il s'agit de toi.

Il fut ravi de la voir rougir, mais vint néanmoins à sa rescousse.

-Vas-y d'abord, je m'occupe de ranger la cuisine.

Elle lui sourit.

-Merci.

Elle profita donc de l'eau chaude plus que de raison, elle avait besoin de sentir ses muscles se relâcher, et faire disparaître toute la tension des derniers jours.

Elle sortit de la douche et emballa ses cheveux dans un essuie, puis en mit un autre autour d'elle, quand elle se rendit compte qu'elle avait oublié de prendre des affaires de rechange.

Zut, se dit-elle. Bon, ben ya plus qu'à espérer qu'il soit encore à la cuisine, que je puisse passer discrètement par ma chambre sans qu'il me voit.

Elle ouvrit doucement la porte de la salle de bain, et se dirigea à pas de loup vers sa chambre. Arrivée devant la porte elle soupira de soulagement quand elle entendit derrière elle :

-Mastriani, je veux bien faire tous les efforts du monde pour ne pas te sauter dessus, mais franchement, te balader dans cette tenue, même si c'est dans ton appartement, c'est la tentation incarnée, tu n'as pas le droit de me faire ça.

Jess se pétrifia sur place, puis décida d'en profiter.

-Burgess, comme tu viens de le signaler, je suis dans mon appartement, je fais donc ce que je veux, et si tu étais resté dans la cuisine bien tranquille à attendre que je t'annonce que la douche est libre, tu n'aurais pas eu à subir cette vision.

Sur ces paroles, elle entra dans sa chambre, non sans lui avoir lancé un dernier sourire taquin.

Elle repassa néanmoins sa tête par la porte :

-Oh, et au fait… La douche est libre ! fit-elle avec un grand sourire.

-Oui… J'ai cru remarqué…

Jack était décidément bloqué sur la vision des jambes de la jeune fille, à peine couverte par son essuie. Il secoua la tête, et alla toquer à la porte de sa chambre.

-Qu'est-ce qu'il y a, tu t'es perdu ? demanda-t-elle, un sourire dans la voix.

-Non, en fait, j'ai pas envie d'exposer mon sublime corps à ta vue impure donc je voudrais récupérer mes affaires avant d'aller me doucher, déclara-t-il très sérieusement.

Il entendit une exclamation offusquée de l'autre côté de la porte.

-Agent Burgess, je ne vous autorise pas à me traiter d'impure non mais ! Quant à votre si sublime corps… dois-je vous rappeler que j'ai passé la nuit contre votre torse… nu ?

Jack devait reconnaître qu'elle marquait un point. Il cherchait une réplique quand la porte s'ouvrit brusquement. Il reçu ses vêtement en pleine figure, et la porte se referma avant même qu'il n'ait pu protester.

-Très bien agent Mastriani, puisque c'est comme ça…

Il sourit. Elle au moins n'était pas du genre à se laisser faire. Décidément, elle le surprenait de jour en jour. Elle garait une distance entre eux, tout en jouant au chat et à la souris, ça devenait vraiment intéressant, ça promettait pour plus tard.

Jess, une fois habillée, lâcha ses cheveux encore mouillés (elle n'allait pas se risquer à la salle de bain pour prendre son sèche-cheveux, si elle se faisait prendre elle n'oserait plus jamais le regarder en face !), et alla dans le salon. Elle décida de donner un petit coup de fil à sa partenaire, la matinée étant bien avancée maintenant, ses collègues devraient être réveillés.

-Allo ?

-Nicole ? C'est Jess. Alors, comment va Antonio ? Et comment ça va toi ?

-Salut Jess ! Antonio va bien, ils l'ont gardé à l'hôpital cette nuit pour observation, mais à part quelques petites griffes, il va bien ! Et moi… Eh bien je suppose que j'ai eu très peur hier, mais je crois que ça va, je me remets doucement. Cette affaire m'a ouvert les yeux sur ceux qui étaient vraiment importants pour moi. Et je crois qu'il est temps que je change un peu !

-Je suis contente de t'entendre dire tout ça ! J'ai eu un message de Pollock qui disait qu'il nous mettait tous en congé pour une semaine, c'est chouette non ? Vous allez pouvoir en profiter.

-C'est génial oui. On va sûrement en profiter pour aller voir ma mère aussi.

-C'est bien ça.

-Et toi alors, comment ça va, remise un peu ?

-Oui, oui, ça va mieux. Grâce à Jack, je dois bien le dire. Confia-t-elle à demi-mots.

A ce moment, Jack sortit de la douche, il entendit la conversation, et entreprit d'écouter aux portes (la curiosité est un vilain défaut !).

-Aaaah, là ça devient intéressant ! Raconte !

-Eh bien, il est resté dormir ici cette nuit.

-Mais c'est génial ! Aloooors, il est comment au lit ?

-Nicole, je t'arrête tout de suite, il ne s'est rien passé, je me suis juste effondrée dans ses bras…

-Oh… Enfin, je suppose qu'avec la pression des derniers jours, c'est normal. Au moins tu avais quelqu'un pour te soutenir. Et il est encore là ?

-Oui, il est sous la douche.

-Intéressant… !

-Nicole, s'il-te-plaît.

-Quoi ? demanda-t-elle innocemment.

-C'est déjà assez difficile d'avoir un mec canon sur qui je fantasme depuis deux ans sous mon toit que pour que tu n'en rajoutes !

-Oui oui… C'est bien pour ça que je veux en rajouter !

Jack de son côté, était ravi des informations qu'il glanait. Ainsi, son flair ne l'avait pas trompé, son attirance pour elle était bel et bien réciproque.

-Moui c'est ça... Oh, Collin est passé ce matin aussi.

-Non ?

-Si. Il passait, je cite, en coup de vent, pour voir si j'allais bien. Je lui ai dit que j'allais bien et je l'ai remballé.

-Tu as bien fait.

-Je suppose oui… Enfin, je vais te laisser, Antonio doit s'impatienter !

-Haha, ça va, il boit son café tranquillement.

-Remets-lui mon bonjour ! Et passez de bonnes vacances surtout !

-Promis, toi aussi hein ! Et la semaine prochaine je veux que tu m'annonces une bonne nouvelle !

-Laquelle ?

-Que tu es en couple avec Jude Law pardi !

-Oh ça... Je crois que c'est une mission que je devrais pouvoir mener à bien, déclara-t-elle d'un air coquin.

-J'y compte bien ! Allez, bisous la belle !

-Gros bisous à vous deux !

Jess raccrocha, quand Jack entra dans la pièce.

-Quelle mission dois-tu mener à bien ?

-Jack ! Euh, me reposer, dit-elle avec un grand sourire innocent. Tu es là depuis longtemps ? demanda-t-elle inquiète.

Jack sourit intérieurement.

-Non non, j'ai juste entendu cette histoire de mission. Sache que je ne te crois pas, et que je ferai tout pour le découvrir !

-Oh ça, ce ne sera à mon avis pas si difficile que ça.

Il fut surpris par sa réponse.

-Ah bon ?

-Oui ! Mais c'est pas pour autant que je vais te le dire !

-Je me disais bien que ce serait pas aussi facile…

-Bon ! On a une semaine de congé devant nous. Qu'est-ce qu'on fait ? demanda Jess pleine d'entrain.

-Qu'est-ce qu'ON fait ? demanda Jack pour être sûr d'avoir bien entendu. Jess voulait passer la semaine avec lui ?

Jess rougit et baissa la tête.

-Oui, enfin, euh, si tu veux qu'on passe un peu de temps ensemble quoi… Sinon pas de soucis hein, encore merci pour tout de toute façon !

-Non non, je veux dire, oui, bien sûr, j'adorerais passer cette semaine avec toi !

Et il sentit son cœur bondir dans sa poitrine quand il vit le grand sourire qu'elle lui fit.

-Est-ce que…

Jess hésita, peut-être que sa demande était trop précipitée.

-Oui ? L'encouragea Jack.

-ça fait deux moi que je n'ai pas vu mon frère et ma mère… Est-ce que tu accepterais de m'accompagner chez eux deux jours ? demanda-t-elle timidement.

Jack sourit. Ça lui faisait vraiment plaisir qu'elle lui fasse assez confiance que pour lui faire une telle proposition.

-Bien sûr, lui dit-il doucement, j'en serais ravi !

-Merci… Merci beaucoup, lui dit-elle, les yeux brillants.

Mon Dieu… Je veux voir ces yeux tous les jours au lever… Peu importe ce qu'il m'en coutera. C'est elle qu'il me faut, j'en suis sûr.

Jess appela sa mère pour lui annoncer la bonne nouvelle. Ils prirent la route avec Jack, et arrivèrent le soir même. Sa mère avait préparé le canapé pour Jack, et la chambre de Jess était toujours prête à l'accueillir.

Mais au moment où tout le monde se dit bonne nuit après une excellente soirée, Jess sentit une angoisse monter en elle, et devint toute pâle. Sa mère était déjà montée, et son frère déjà dans sa chambre, il ne restait plus que Jack et elle.

-Jess… ça va ? demanda Jack, inquiet.

-Je… Je… elle respira un grand coup. Tu… tu voudrais pas dormir avec moi ce soir, encore une fois ? S'il-te-plaît… ajouta-t-elle d'une toute petite voix, la tête baissée.

Il s'approcha d'elle, et doucement, leva son menton pour l'obliger à le regarder.

-Bien sûr. Tout ce que tu voudras. Il lui sourit tendrement.

Ils montèrent donc se coucher, et elle ne tarda pas à retrouver sa place au creux de ses bras.

°OoO°OoO°OoO°