Voili voilouuuu! Mon dernier chapitre (ou avant dernier on verra!) Allez, je vous laisse connaitre la fin de cette histoire complètement folle! Bonne lecture!

HirumaXMamori chap6

C'était vraiment les pires deux jours de sa vie et il lui semblait que ça n'allait aller qu'en empirant!

Il soupira lourdement, même Mamori en fut étonner. Il pensa soudainement "Qu'est ce que je donnerais pas pour un fuckin'chewing-gum sans sucre!"

"T'as d'autres fuckin'infos? demanda t-il de sa voix la plus cassante

-Onii-chan, je voulais... je devais te dire aussi que... tu n'as que trois jour à partir du moment où tu es chat pour faire un bisou à ton amoureuse... parce que après... la tâche apparait... elle avait progressivement diminué le son de sa voix, devenant sur la fin inaudible"

Et bien, voilà qui était parfait! Il devait maintenant embrasser la fuckin'manager avant la fin de la journée, sachant qu'il était dix-sept heures moins quart. Ça risquait de devenir vraiment trop dangereux pour sa réputation songeait-il mais, de toute manière, au point où il en était, qu'il avance ou qu'il recule, il était déjà au bord du gouffre. Pourtant de toutes ses pensées, ce qui l'inquiétait le plus était inexorablement: "Comment est-ce que la fuckin'bouffeuse de choux à la crème allait réagir quand j'allais devoir l'embrass...?" Mais cette idée se dissipa rapidement quand les pas lourds des joueurs de footballs américain arrivaient (n'oublions pas que nous sommes dans un local de sport!). A une vitesse fulgurante, Mamori cacha le livre salement amoché à cause d'un certain démon qui a eu la délicatesse de le balancer contre des barreaux en métal, la fillette se planqua dans le placard à balais et Hiruma sauta dans le sac de la rousse. Comme la veille, les sportifs s'effondrèrent à même la sol, cette fois, de curieuses couleurs avaient singularisé leur teint. Il semblait qu'ils se transformaient en poussière ou en statut d'argile, ça dépendait des préférences. Les frères heiin-heiin étaient encore les seul à pouvoir sortir un son de leur corde vocale:

"On...va... dit Jumonji

-...vraiment...finir... continua Kuroki

-...par...mourir... termina Togano."

Et à nouveau, Mamori courra à droite et à gauche pour appliquer du spray aux genoux de Sena, de faire passer des serviettes humides et des bouteilles d'eau. Le soleil choisit ce moment pour se coucher tandis que la salle du club de football américain était égayé par des jeunes adolescents qui ne semblait plus aussi fatigué qu'il y a de ça une dizaine de minutes.

Avant que les derniers étudiants ne s'en aillent, Suzuna avait tenté de parler à Mamori au sujet de You-nii mais elle abandonna bien vite l'idée, sachant au fond d'elle-même qu'elle n'aurait eu qu'une vérité voilé par le mensonge. La manager l'avait senti et s'excusait intérieurement. Quand le local fut vide, Mamori délivra la petite fille aux cheveux noir ondulés puis le chat blanc aux yeux émeraudes sorti aussi de son coin.

"Bon, Onii-chan, Onee-chan, ma tutrice est venue me chercher alors je vais devoir y aller."

Les deux plus âgés la scrutait chacun leur tour, comprenant doucement qu'elle parlait de la femme que Hiruma avait confondu avec sa mère. Le petite leur fit un large signe de la main avant de s'en aller.

"Tu crois qu'elle réussira à rentrer? demanda Mamori dont son instinct maternelle avait refait surface."

Le démon lui avait répondu mais à nouveau, elle ne l'entendait pas à proprement dit. Elle le regarda, surprise de se brusque changement.

"Hi... Hiruma-kun, je n'arrive plus à t'entendre."

Le feulement du chat prouva qu'il venait de jurer quelque chose de pas très jolie à écouter. Mamori, poussé bien plus par la curiosité que l'inquiétude du GAME OVER, demanda au démon:

"Alors, est-ce que tu as trouvé qui tu devais... embrasser Hiruma-kun?"

Elle l'observa s'asseoir près de la table pour finir par acquiescer positivement. Mamori qui ne s'y attendait pas vu son cœur se comprimer par une main qui tentait de le lui arracher. Elle fut surprise: alors même le fils du Diable en personne pouvait... aimer? Cette découverte la rendit infiniment heureuse pour une raison qu'elle luttait à deviner. Pourtant, ce douloureux picotement ne diminuait pas.

"Et pourquoi ne vas-tu pas la voir? Le décompte est bientôt terminer... si tu ne la cherche pas..."

Mais le chat secoua sa tête de droite à gauche, cette fois signe négatif.

"Pourquoi est-ce que tu ne la cherches pas? désespéra Mamori. Tu ne vas pas te laisser transformer en chat durant toute ta vie juste parce que tu as eu honte d'embrasser une fille! Tu ne peux pas être le Hiruma que je connais! Celui qui est capable de tout pour mener son équipe au sommet, gravissant marche par marche les échelons, sans jamais faiblir et qui a juré de remporter le Christmas Bowl! Ton état là est vraiment pathétique, toi, le fameux Hiruma Yuichi, démoniaque calculateur de plan plus sinistre et inhumain les uns que les autres, ne te moque pas de moi!"

Elle se retourna, laissant ses larmes couler. C'était vraiment dur. La voix de Hiruma lui manquait, celle qu'il avait quand il s'énervait, la taquinait, qu'il encourageait à sa manière ses joueurs, celle où il concoctait un plan des plus maléfiques, où encore quand il lui demandait de ne pas se mêler de ses affaires. Enfin, la voix du démon quoi. Avec ses mimiques de tirer à tout bout de champs, de toujours s'engueuler avec elle et enfin, être celle vers qu'il il s'est tourné quand il s'est transformé en chat. Ça ne pouvait pas être vraie heiin? Hiruma Yuichi n'allait quand même pas finir le reste de sa vie dans un corps de chat? Et pourtant, la question du "Qui est la fille?" trottait toujours dans sa tête. Intérieurement, ça ne lui plaisait pas que le démon soit amoureux. Oui car, au moins avec l'idée qu'il était incapable d'aimer, ça ne lui faisait ni chaud ni froid quand il trainait dans des endroits loufoques à n'importe quelle heure de sa vie! Mais maintenant qu'il y avait confirmation de l'existence de sentiment chez le fils du Diable, elle se sentait... comment dire... Effrayé? Énervé? Triste? Déboussolé? En rage? Désespéré? Ou tout simplement... Jalouse? Jalouse, elle? Mais pourquoi le serait-elle? Les gens ressentent de la jalousie quand c'est une personne qu'ils aiment qui est dans l'histoire alors... Pourquoi le serait-elle? La réponse vint d'elle-même, comme les couleurs rougeâtre qui peignaient ses joues.

Comme une voix lointaine, il lui avait semblé entendre Hiruma parler d'une voix résignée. Elle se retourna lentement quand elle n'eut que le temps de voir une touffe blanche avec deux pierres d'un vert cristallisé au niveau des yeux lui sauter dessus. Elle sentit simplement une froideur fugace au niveau de sa lèvre inférieur avant qu'une fumée n'apparaisse dans un bruit sourd. Soudain, un poids lourd semblait l'écraser mais disparut bientôt lorsque deux sources de chaleur humide et douce ne viennent emprisonner sa bouche. Mamori mit un temps pour comprendre sur quoi avait débouché la tournure des évènements, car ça aurait été impensable de se dire de but en blanc qu'un démon en personne venait de vous sauter dessus pour vous embrasser sous l'apparence d'un chat et qu'en plus de ça, il avait recouvert son corps original parce qu'en réalité, vous êtes celui qu'il aime. La rousse comprit bien vite que c'était exactement la situation dans laquelle elle se trouvait. Sans se compliquer plus la vie qui l'était déjà suffisamment comme ça, elle s'adonna au bras du blond qui la comprimait contre son corps chaud et ferme. Doucement, elle glissa une de ses mains dans sa tignasse dorée faisant parcourir l'autre sur les omoplates du sportif. A son plus grand étonnement, sa main toucha directement sa peau, la faisant frémir avant de caresser sensuellement son épiderme. Elle comprit bien vite qu'il était entièrement nu, ce qui la gêna. Pourtant, elle avait confiance en se démon alors elle se laissa aller au goût de ses baisers. Leurs mains se cherchaient mutuellement, caressant leurs corps. Le démon finit par ouvrir ses grands yeux pour observa la rousse qui avait les pommettes colorés et le souffle court. Sa gêne fut si grande que la quater-back le voit dans cet état qu'elle se mit à avoir les larmes aux yeux. Le remarquant immédiatement, le monstre sourit:

"On est gêné, fuckin'manager? il avait dit ça sur le ton de la plaisanterie qui arracha un regard haineux de la part de la rousse.

-Pourrais-tu avoir au moins la gentillesse de ne pas te moquer de moi dans un moment comme ça, Hiruma-kun!"

Elle essayait de garder son sang-froid pourtant ça lui fit mal à l'intérieur. Peut-être que cette incantation était bidon et qu'il lui suffisait d'embrasser n'importe qu'elle fille pour retrouver une apparence humaine. C'était sans doute ça...

"C'était trop beau pour qu'il m'aime, pleura la manager, ne se rendant même pas compte qu'elle venait de parler à voix haute."

Hiruma qui fut retourné par cette déclaration subite, rougit malgré lui. Jamais il ne s'était senti... heureux à en mourir. A un tel point qu'il voulait serrer dans ses bras le corps frêle de la rousse et de l'embrasser encore et encore, jusqu'à s'en étouffer. Il ne comprenait pas ce qu'il lui arrivait et ne voulait pas comprendre, pour une fois, il ne voulait rien savoir et juste se laisser aller.

"Mamori... ne pense plus à rien..."

Hiruma avait tenté de rendre sa voix douce pourtant elle gardait toute sa virilité. Cette attention fit rougir plus intensément la lycéenne qui finit par suivre le conseil du blond et s'abandonna dans les bras du fils de Satan.

Le lendemain, lorsque Mamori ouvrit les yeux, ce n'est pas sans une énorme surprise qu'elle découvrit les murs du local de sport. Elle était allongé sur la table avec sur elle une grande veste d'uniforme qui... ne lui appartenait pas. Elle s'assit lentement avant de se lever. Elle regardait rapidement autour d'elle: "C'est ici que j'ai embrassé... Hiruma-kun hier soir?" Elle touchait ses lèvres de ses doigts avant de les poser totalement dessus. Elle se remit face à la porte, comme la veille lorsqu'elle avait pleurer puis qu'elle s'était retourné et que... le démon chat lui avait sauter dessus. Elle en rougissait encore! Mais brusquement, alors qu'elle se remémorait les actes significatifs du blond, la porte s'ouvrit dans un grand fracas. On reconnut immédiatement le fils de Satan qui était de retour plus en forme que jamais (habillé de son uniforme scolaire, et non, il n'est plus nu).

"Qu'est ce que tu fou encore là, fuckin'manager?"

Pendant une seconde, elle réanalysa l'option du "J'ai rêvé, il ne s'est rien passé." mais c'était Hiruma Youichi, il n'allait pas changer d'un jour à un autre juste parce qu'il était amoureux. Pfff, que nenni!

"Je viens seulement de me réveiller Hiruma-kun, mais ne t'inquiète pas, je m'en vais immédiatement!"

Se disant qu'il était grand temps qu'elle prenne du repos bien mérité, elle prit ses clics et ses clacs pour se diriger vers la porte tandis que le blond ouvrait son nouveau paquet de chewing-gum sans sucre qu'il venait d'acheter. Lentement, il déballait la plaquette morne avant de la glisser entre ses lèvres et de commencer sa mastication habituelle, brisé par des bulles qu'il aimait faire péter quand il réfléchissait ou autre. Elle posait seulement sa main sur la poignée de la porte quand un "plop" se fit entendre. Hiruma... était pensif? Mais par rapport à quoi?

"Tu penses à quoi, Hiruma-kun? demanda la rousse avant de partir

-Pourquoi je te le dirais, fuckin'manager? cracha t-il

-Tu ne changeras jamais quoi qu'il arrive, c'est ça? soupira t-elle, abandonnant l'idée d'avance d'entendre un jour le démon lui dire qu'il l'aimait."

Elle baissa la barre de fer vers le bas mais avant de totalement ouvrir la porte, elle se colla sur celle-ci faute d'une masse qui l'embrassait de son corps. Le blond avait attrapé la poignée et donc la main de Mamori par la même occasion, soutenant le poids de la porte pour ne pas qu'elle s'ouvre. De son autre main, il caressa son bras, suivant la ligne inscrite tout en la comprimant un peu plus à lui. La manager en eut le souffle coupé et sa seule envie était de rencontrer à nouveau les lèvres jouissantes du démon. Agrippant la chevelure blonde dans son cou, elle réussit à le mener à sa bouche pour le prendre sans gêne. Hiruma sourit de toute cette audace et la pauvre rousse le sentit. Ses rougeurs s'intensifièrent et son cœur battit plus fort devenant fou, cognant celui du démon qui semblait être pris de la même démence. Ce fut à son tour de sourire. Elle finit par se mettre face à face au quater-back puis elle posa sa main sur la poitrine du blond, la faisant trembler elle aussi tellement les coups furent puissant.

"On dirait bien que tu as un cœur, ... Youichi."

Le rythme s'accéléra encore plus quand il entendit son prénom traverser les lèvres de la femme qu'il aimait indéniablement mais qui ne lui dirait jamais de vive voix.

"J'avoue que je commençais à en douter, Mamori."

Et encore il l'embrassa fougueusement, elle, répondant à son baiser.

Fin

Okey, c'est une fin tout ce qu'il y a de plus guimauve mais ... Ne sont-ils pas kroooo mignoooon! Encore une fois les amis, je suis en manque total de sommeille alors je m'excuse d'avance pour les incompréhension. Alors, comment avez-vous trouvez mon histoire? Bien? Vous vous attendiez à autre chose? Et bien vous êtes les seul. Moi, quand je l'ai écrit, je ne savais même pas sur quoi ça allait déboucher et à vrai dire, je voulais faire une mini scène qui allait plus loin que les bisous mais bon. Je me dis que j'ajouterais peut-être un last chapitre dans un avenir lointain sur: Comment Mamori va t-elle faire pour que le démon lui dise "Je t'aime"? Voilà ce que je voulais rajouter mais on verra plus tard! En attendant, si vous trouvez que certain personnage ne correspondent pas aux originaux ou autre détaille qui m'ont échappé, je vous prierais de me l'annoncer gentiment... Je suis quelqu'un de sensible (alors ça c'est pas vrai mais faites comme si vous y croyiez :P) Donc voilà! Merci encore infiniment de me lire! :DDD


Pour ceux qui seraient intéressé par la suite! Ça y est, je l'ai enfin posté! Alors allez voir la fiic "Comment te faire dire que tu m'aimes?" de moi-même. Voilà! :)))