Note de l'auteur:Bonjours à tous et à toutes! Voici ma toute première fic sur le jeu de drague, Amour Sucré.

C'est une petite histoire légère, toute mignonne!

Je débute, alors, soyez pas trop dure.

Bonne lecture!

Crédits: L'univers et les personnages appartiennent aux créateurs du jeu Amour Sucré. Sauf Hoyana ( et quelques autres personnages nécessaire à l'histoire) m'appartiennent


*Bienvenue à Sweet-City *

Il faisait beau ce jour là. Le paysage, les arbres, les champs, ses innombrables petits chemins de campagne défilaient sous ses yeux bleu, derrière la vitre de la voiture. Le visage appuyé sur sa main, Hoyana soupira lorsque le panneaux indiquant « Sweet-City 5km » passa à son tour devant la vitre.

Encore une ville... C'était la numéro combien pour cette année? La troisième? Ou la quatrième peut-être? Elle avait arrêté de compter depuis qu'elle était devenue lycéenne, l'année dernière.

« Cesses de soupirer comme ça, Hoyana! On est bientôt arrivés!

La voix de son père l'a sorti de ses pensées.

-Je ne soupire pas parce que je suis pressée d'arriver!

-Alors pourquoi soupires-tu?

-Combien de temps allons-nous rester ici, cette fois? Trois mois? Quatre avec un peu de chance!

-Ma chérie, on en a déjà parlé... Tu sais bien que mon boulot m'oblige à faire tous ses déplacements... Tu crois vraiment que ça m'amuse à moi aussi de déménager sans cesse?

-Non, évidement, à qui ça peut plaire?

-Écoutes, là, je suis sûr que c'est la bonne! Le gars qui m'a engagé semblait avoir pas mal de choses à me proposer... Je suis sûr que tu vas même pouvoir finir ta première ici!

-C'est ce que tu me dis à chaque fois qu'on arrive dans une ville!

-Je sais, mais là, c'est vraiment la bonne!

-Oui oui, si tu le dit! »

Encore des paroles en l'air, comme toujours. Hoyana le savait bien. À chaque fois, elle et son père arrivaient dans une nouvelle ville, elle intégrait un nouveau lycée, se faisait des amis et soudain, son père lui annonçait qu'ils devaient à nouveau déménager dans une autre ville, le plus souvent trop loin pour lui permettre de rester dans ce lycée. Et de nouveau, elle devait tous recommencer à zéro. Comme si c'était si facile de se faire des amis. Son père ne comprenait vraiment rien! Comment pouvait-elle vivre comme une adolescente de son âge si elle ne pouvait même pas faire une année complète dans un lycée?

Combien de fois avait-elle changer d'école lors de sa seconde? Trois fois, si ses souvenirs sont bons. Et bien sûr, à chaque fois, les gens qu'elle avait rencontré l'oubliaient très vite, comme si elle n'avait jamais existé. Comment leurs en vouloir quand on reste moins de six mois au même endroit?

En quoi cette ville allait être différente?

En cette belle journée du mois de novembre, Hoyana et son père arrivèrent à Sweet-City, petite ville perdu dans la campagne française.

« On est arrivés ma chérie!

Hoyana sorti de la voiture et contempla leur nouvelle maison. Paumée parmi pleins d'autres maisons identiques, dans un quartier résidentielle, la façade montrait deux fenêtres avec des volets bleus et sur le devant, un mini jardin envahit par quelques mauvaises herbes. Le portail et la clôture étaient blanc, partant de la clôture rouge du voisin de droite et allant jusqu'à la clôture noir du voisin de gauche.

Aucune originalité!

-Alors, comment tu trouves notre nouveau nid?

-Banal!

-Euh... Ouais c'est vrai que c'est pas vraiment original mais je suis sûr qu'on va très vite se sentir comme chez nous, hein?

-Ouais... répondit Hoyana sans grande conviction.

Une fois à l'intérieur, une cuisine donnant sur le salon s'offrit à eux.

-À ce que je vois, le camion de déménagement nous a déjà apporté nos meubles. C'est chouette!

La jeune fille ne semblait pas vraiment partager l'enthousiasme de son paternel. Elle se dirigea vers un couloir et ouvrit la première porte sur sa droite. Elle tomba sur une pièce ni trop petite, ni trop grande. Elle s'approcha de la fenêtre et ouvrit les volets, qui donnait sur le jardin. Malgré le faite que l'herbe était un peu haute, un arbre était planté en plein milieu du petit carrée d'herbe qui leur servait de jardin, ce qui rendait la vue un peu moins « champs d'herbe »

-Papa!

-Oui?

-Je prend cette chambre!

-C'est noté! Viens m'aider à débarrasser la voiture s'il te plaît!

-J'arrive. »

Le soir venue, tous les cartons avaient été déballés. La journée avait été particulièrement épuisante. Allongée sur son lit, Hoyana semblait perdu dans ses pensées. Demain, elle avait sa première journée au lycée de la ville, Sweet Amoris. Les rayons du soleil couchant se projetaient contre le mur blanc de sa nouvelle chambre. Elle se leva, attrapa son sac et sorti.

« Je sors, à toute!

-Attends, si tu trouve une pizzeria, peux-tu en commander une ou deux? Je meurs de faim!

-Oui! »

Elle marchait sans trop savoir où aller. Elle se souvenait d'un parc, ils étaient passés devant en voiture ce matin. Elle s'était promis d'y retourner pour dessiner. Car sa passion pour le dessin était tous ce qui lui restait de sa défunte mère.

Finalement, elle trouva ce parc. Au fil des allées, elle trouva un banc libre. Quel chance, la vue d'ici donne pile poil sur le couché de soleil avec en avant plan, une rivière. Elle sortie son carnet à dessin, dernier cadeau de sa mère, probablement la chose la plus précieuse que possédait la jeune fille, un crayon et commença à dessiner.

Quelques minutes plus tard, elle fut ramenée à la réalité par les aboiements d'un chien. Elle leva les yeux et se trouva nez à nez avec un chien noir qui remuait rapidement de la queue.

« Hé! Salut toi!

Elle posa sa main sur la tête de l'animal qui semblait très heureux.

-Qu'est-ce que tu fais tous seul ici? Où est ton maître?

Le chien se contenta de la regarder, assis sur ses pattes de derrière.

-Démon!

-Oh, je crois qu'on t'appelle. Alors comme ça tu t'appelles Démon! Enchantée!

-Ah bah t'étais là! Viens ici toute suite!

Le chien ne semblait pas vouloir bouger, regardant son maître. Celui-ci semblait essoufflé. Hoyana constata qu'il ne semblait pas beaucoup plus âgé qu'elle, à savoir seize ou dix-sept ans. Il avait des cheveux d'un rouge flamboyant. Il portait une veste en cuire, un jean noir et des baskets rouge. Sous sa veste, il arborait fièrement le logo d'un groupe de rock très à la mode.

Le chien ne semblait toujours pas décidé à obéir à son maître.

-Bon bouges tes fesses, j'aimerais rentrer!

Démon se tourna alors vers Hoyana qui rangeait ses affaires dans son sac. Elle se leva, et caressa la tête de l'animal.

-Tu ferais mieux d'obéir à ton maître!

-Tu perds ton temps, il n'obéit qu'à moi! Fit le maître d'un ton sec

-Pourtant, tu ne sembles pas avoir beaucoup d'autorité...

-Tss! Je suis surpris qu'il ne t'ai pas encore arraché la moitié de la main!

Hoyana commença à partir, avec la ferme intention de ne pas poursuivre cette conversation!

-J'vois vraiment pas ce que mon chien peut te trouver! T'as l'air vraiment paumée comme nana!

Elle se stoppa devant cette remarque.

-Peut-être que le chien a dépassé le maître question intelligence!

-J'crois que j'ai pas bien entendu c'que tu viens de dire, gamine! S'énerva le jeune homme

Hoyana se retourna pour faire face à ce type vraiment désagréable!

-Je t'explique, quand on rencontre une personne, on se doit d'être un minimum poli. Ton chien a été adorable avec moi. Poli et bien éduqué! En revanche, je peux pas en dire autant du maître! J'espère que les gens ne sont pas tous comme toi dans cette ville!

-Nouvelle, hein? J'me disais aussi, ta tronche m'était inconnue!

-Bah qu'elle le reste alors! »

Sans attendre de réponse, elle remonta le petit chemin, en quête d'une pizzeria, aperçut plus tôt. Mais quel mec désagréable, sérieux! Hoyana était vraiment de mauvaise humeur à présent! Charment accueil!

« Merci tête rouge! J'espère ne jamais te recroiser! Marmonna-t-elle sur le chemin du retour.

-Alors cette balade? Comment trouves-tu la ville? Demanda son père à son retour

-Désagréable! »


Note de l'auteur:

Et voilà pour ce premier chapitre!

Dites moi ce que vous en avait pensés!

La suite dans une semaine!

à très vite

TiteOshun