Jimmy Boy aurait tué sa sœur ?

Voici la suite !

Bonne lecture !

Partie 8 :

La lueur des flammes, tremblotantes, jouaient sur le visage de 004 dont aucun souffle ne soulevait ses poumons. James, hébété et anéanti, ne pouvait détacher ses yeux de la jeune femme assassinée. Par son propre frère.

Il fit volteface, vif et voulut frapper Daniel qui pointait toujours son arme sur l'émir. L'espion blond, leste, esquiva les coups et l'écartant de sa ligne de mire, se positionna devant lui. James, déboussolé, réalisa que le jeune blond venait de lui sauver la vie : Amar braquait son automatique dans sa direction.

Soudain, l'émir lâcha son arme, quitta son attitude menaçante et se mit à rire, étrangement décontracté.

« -Vous m'épatez, Daniel. Complimenta-t-il, en tapant dans ses mains. Vous avez su faire la différence entre l'originale et la copie. Bien que celle-ci soit particulièrement réussie… »

Un sourire moqueur et sournois étira ses lèvres tandis que l'éclat de ses yeux se durcit. Amar, souriant et serein, marcha vers Daniel qui le fixait, impassible et en attente. James, perdu, cherchait à comprendre les paroles de l'émir.

Que signifiaient ces mots ? Visiblement, Amar et Daniel savaient des choses que le jeune brun ignorait.

« -Maryse n'aurait pas supplié. Expliqua le blond, en surveillant l'émir du regard. Elle m'aurait encouragé à vous neutraliser. C'est une patriote et une professionnelle. »

Confus, James perçut une fierté dans le ton de la voix de Daniel. Une théorie incroyable s'immisça dans l'esprit du brun qui entrevit la vérité sur ce que tramait l'émir dans ce laboratoire de recherche.

« -Ce n'est qu'un clone de 004 ? Supposa James, dévisageant les traits inertes de la morte. Vous avez cloné 004 ? »

En voyant la satisfaction dans les yeux froids d'Amar, le jeune brun ramassa son Pkk et le brandit sur l'émir, résolu :

« -Où est Maryse ? »

L'émir ignora la question et l'intervention de 007. Il continuait de narguer Daniel de son sourire méprisant et de marcher vers une porte.

« -Vous ne me tuerez pas. Affirma Amar, d'un ton plein d'assurance et de certitude. Je suis certain que vous ne sacrifierez pas 007. Même pour Vesper. »

James se rendit compte qu'un point rouge marquait l'emplacement de son cœur. Furieux et impuissant, il aperçut une silhouette, à travers la fumée et la vit s'approcher de lui. Il demeura impassible devant l'apparition d'une jeune femme blonde armée : Un autre clone de 004.

Celle-ci, silencieuse et muette, se plaça docilement aux côtés d'Amar. Elle braquait un pistolet à visée laser sur James.

« -Alors, Daniel ? Fit l'émir, en rivant ses yeux à ceux de l'espion blond. Vesper ou 007 ? »

Daniel décocha un coup d'œil vers Bond. Celui-ci, la mine déterminée, l'incita à refuser le chantage d'un signe de tête. Mais le blond jeta son Pkk au pied de l'émir dont un sourire victorieux se fit sur son visage.

« -Vous êtes chanceux, monsieur Bond. Constata Amar, s'adressant au brun. Il semblerait bien que vous ayez réussi à faire oublier Vesper à votre ami. Daniel s'est attaché à vous. »

Une drôle de sensation teinta les joues de James d'un cramoisi flamboyant et lui fit baisser les yeux. Mais ce fut d'une voix claire que le jeune brun lança, avec un sourire éclatant :

« -Personne ne résiste à mon charme. Homme ou femme. »

Dépité, il s'aperçut que personne ne l'écoutait : L'émir s'était éclipsé derrière la porte, imitée par le clone de 004 qui, par la menace de son pistolet laser, dissuadait Daniel de les poursuivre.

Mais le blond se précipita à leur suite, aussitôt la porte refermée.

« -Tu comptes bouder encore longtemps, 007 ? Fit Daniel, sarcastique. Il faut l'empêcher de fuir ! Dépêche-toi ! »

Maugréant, vexé, James rejoignit son compatriote à l'intérieur de la pièce.

La stupeur figea net les deux espions devant le spectacle insolite offert à leurs yeux médusés et sidérés.

Une capsule ovoïde et emplie d'un liquide bleuâtre maintenait le corps d'une jeune femme blonde en stase. Dans un coma artificiel.

James reconnut le liquide dont il avait prélevé un échantillon et 004. Il s'approcha de l'appareil et vit que la jeune femme était reliée à d'innombrables tubulures.

Des écrans surveillaient les constantes de la jeune Britannique inconsciente. James s'assura que les données étaient normales et leva les yeux vers une armoire qui contenait des dizaines de tubes d'essai.

Il prit un tube entre ses doigts et remarqua qu'une étiquette, avec un nom, était collée dessus.

« -Obama. » Lut-il, songeur.

Réfléchissant à une vitesse folle, James parvint à percer le mystère des travaux des scientifiques et devina l'utilisation de ces tubes.

« -De l'Adn de chaque chef d'Etat. Déduisit-il, en consultant Daniel du regard. Le liquide bleu doit être un fluide nutritif. »

Daniel, installé derrière une console, maniait des touches avec une dextérité surprenante. James garda ses réflexions pour lui et se contenta d'attendre et de voir. Une image se forma sur un écran immense et les deux espions assistèrent à la fuite de l'émir et du clone, en direct.

Ces derniers, remontés à la surface, couraient sur la piste d'un héliport et allaient prendre place dans un hélicoptère.

Mais des soldats, en tenue de camouflage, surgirent et les encerclèrent. L'émir, rageant et hurlant, essaya de résister et le clone fut abattu dans sa tentative de protéger Amar.

Daniel et James restèrent de glace devant les images de l'assaut mené par les forces spéciales de l'armée anglaise.

Evitant de se regarder et indifférent l'un à l'autre.

L'incendie du laboratoire fut éteint et les soldats sécurisèrent le complexe souterrain de l'émir.

« M » apparut dans la salle épargnée par les flammes et observa, sans un mot, les médecins s'activer autour de la capsule de 004.

Elle vint à la hauteur de Daniel et déclara, impassible :

« -Vous avez mené votre mission avec brio, 007. Le monde vous est redevable. »

Le jeune blond demeura de marbre sous les congratulations, l'air absent. « M » se tourna vers James Bond qui n'avait pas bougé et fit, d'un ton digne et formel :

« -Navré de vous avoir menti, Commander Bond. Mais le succès de la mission reposait entièrement sur le fait que l'ennemi devait croire en la vendetta de votre successeur. L'importance de votre présence était essentielle… »

James, lentement, quitta le mur auquel il était adossé et posément, asséna une droite fulgurante sur la mâchoire de Daniel.

« -Ca, c'est pour m'avoir pris pour un imbécile. »Dit-il, froidement, avant de s'en aller.

Mais lorsqu'il fut hors du complexe et seul, il s'autorisa à essuyer une larme.

Fin.

Reviews ?

Un épilogue est prévu.