Voici une nouvelle fic, qui va être très légère, j'espère que vous allez l'apprécier !

Je vais essayer, autant que possible, de poster deux fois par semaine, même si je ne peux rien promettre !

Elle devrait être relativement courte !

Bella PDV

Je vais peut-être m'y faire, finalement.

Je veux dire, c'est pas si mal, la vie à Forks.

Bien sur il pleut 90% du temps, ma mère me manque terriblement, le sport est obligatoire deux heures par semaine au Lycée et mon binôme de biologie a l'air particulièrement dégouté par moi, mais il y a quand même beaucoup plus de positif.

Je me suis fait une copine, Jessica, et même une amie, Angela.

C'est agréable d'avoir une amie fille, surtout qu'elle est comme moi, on ne passe pas notre temps à parler fringues et garçons!

Et j'ai aussi un meilleur ami.

Jacob.

Que je connais depuis toujours mais à présent qu'on se voit beaucoup, on est super complices, c'est génial et il n'y a aucune ambigüité sexuelle: il est avec Leah, qui est mille fois plus belle que moi, et ils sont très amoureux.

J'aime beaucoup Leah aussi, même si elle m'impressionne pas mal.

C'est chouette d'avoir un ami garçon. Vraiment cool. On parle même de mécanique ! Et ça ne m'ennuie pas, parce que Jake est capable de rendre à peu prêt n'importe quel sujet amusant.

On se goinfre aussi de raisins et de chocolat et j'adore aussi le frère de Leah, Seth, qui est un gamin cool.

C'est ça que j'aime chez eux : ils ne se prennent pas la tête, ils sont naturels, ils ne se préoccupent pas de la dernière mode ou de qui sort avec qui.

Mon père est ami avec le père de Jake, alors on est souvent fourrés à la Push.

Au début, je crois que Leah craignait pour notre relation, mais elle a vite comprit que je ne représente pas de danger. Jake me voit vraiment comme sa petite sœur. A présent elle est sympa avec moi.

J'aime bien quand on se balade tous ensemble sur la plage.

Et puis le gros avantage dans une aussi petite ville c'est que j'ai du temps. Beaucoup de temps libre, et je lis énormément, du coup.

La bibliothèque n'est pas si mal. J'y vais presque tous les soirs, après le Lycée et j'emprunte des livres.

Je fais une liste des livres que j'achèterai un jour, quand j'aurai les moyens.

Mon père a l'air heureux que je vive avec lui.

En tous cas, il fait des efforts pour rentrer tôt et il m'invite au snack deux soirs par semaines.

Ils font un hamburger végétarien très correct et un fabuleux crumble aux fruits rouges.

Je suppose que c'est une vie qui me convient.

On est pas très nombreux dans le Lycée, on est à peine plus de 300.

Mais bon, je ne connais pas encore tout le monde, ce qui est un handicap parce qu'ils se connaissent tous entre eux.

Angela me présente au fur et à mesure, mais je ne suis pas très physionomiste et je suis timide, alors j'ai un peu de mal à retenir les noms de tout le monde.

Côté cours, à part les maths que je n'aime pas plus ici qu'à Phoenix, j'ai le niveau, sans trop forcer. Je suis surtout bonne en littérature et en biologie. D'ailleurs, j'hésite entre ces deux matières pour la fac. Ceci dit, j'ai encore le temps d'y penser !

Ce matin est encore un matin pluvieux mais je n'y fais plus vraiment attention.

Comme on est samedi, je traine en pyjama avec délices.

Je bois ma deuxième tasse de thé, installée dans la petite cuisine jaune le nez plongé dans « orgueil et préjugés » quand mon père arrive avec le courrier.

Il a l'air plutôt surpris en me tendant une enveloppe.

Je m'en empare et fronce les sourcils: mon prénom y figure en lettre majuscules, d'une écriture bien nette. Pas d'adresse ni de timbres.

Peut-être qu'il s'agit d'une invitation à un anniversaire?

Je l'ouvre et en reste bouche bée.

« Bella,

Je suis un idiot. Jamais aucune fille ne m'a plu comme tu me plais. Tu es douce, tendre et incroyablement belle. J'ai envie de te connaitre, j'ai envie de te plaire, j'ai envie de passer du temps avec toi, mais je ne sais pas comment m'y prendre.

Je te regarde et t'admire, espérant trouver un jour le courage de te parler. Mais je veux que tu saches que tu es la plus merveilleuse fille au monde.

Je suis totalement sous ton charme.

Ton admirateur »