Bien le bonjour à tous !

Pour commencer, je tiens à m'excuser de ne pas avoir livré de chapitre depuis trèèèès longtemps suite à de fréquentes déconnexions qui ont entraînés un délaissement du réseau envers ma personne. Mais comme je pense à vous mes enfants, j'ai finalement trouvé le moyen d'accéder au monde des fics pour vos beaux yeux !

Encore toutes mes plus plates excuses veuillez me pardonner. Je vous assure que je continue d'écrire malgré tout, et que je lâcherais les nouveaux chapitres dès que mon ordinateur et internet se feront la bise.

Maintenant, la nouvelle fic ! Sur Neuro (yeah !) ! Je préviens de suite, elle commence après l'histoire originale, donc ne me blâmez pas pour le spoil, car je viens de vous prévenir.

Pas vraiment de romance ici, comme indiqué si vous faites bien attention avant de vous lancer dans la lecture (hé oui, faut bien varier les plaisirs). Il s'agit d'ailleurs plus d'une introduction qu'un réel chapitre, afin de vous mettre dans le bain.

Je ne dis rien de plus afin de ne pas gâcher la lecture, et vous laisse commencer, en attendant comme toujours vos commentaires pour savoir ce que vous en pensez.

Bonne lecture à tous )

Survie

Chapitre I

Cauchemar ou réalité ?

Cette question aurait pu me poursuivre toute ma vie je pense, si je ne m'étais pas si vite habituée à son étrange présence, dès le premier jour de notre rencontre. En y réfléchissant bien, je n'avais pas d'autre choix que de m'y habituer, sinon il aurait bien été capable de la raccourcir, ma vie, et la question n'aurait pas été posée pendant bien longtemps dans les deux cas.

Depuis qu'il est arrivé sur Terre, il m'en a fait voir de toutes les couleurs, ce monstre. Pacifique, tu parles ! Et impossible de lui faire comprendre que la torture n'a rien de pacifique, il n'en fait qu'à sa tête. Qu'est-ce qu'on a pu en manger des sévices avec Godaï…

En parlant de manger !

-Hé Kanaé, tu as déjà fini ton dessert ? T'as été drôlement rapide. Dire que c'est moi que tout le monde appelait la gloutonne.

-On te surnomme toujours comme ça avec les anciens du lycée. Et d'ailleurs, je n'ai pas été rapide, c'est toi qui te ressers un nombre incroyable d'assiettes et rêvasses !

-Ha ha ha…

-Je te préviens, je ne paye pas ta part.

-Hmpf…

Je me dépêche d'engloutir mes quatre plats encore en réserve avant d'entamer mes trois desserts, sous les yeux interloqués des autres clients et celui blasé de mon amie. Une fois sortie, nous profitons du temps agréable pour se balader.

-Waouh regarde ! Aya sort encore un nouvel album !

-Ah oui ?

-Elle doit en avoir en réserve, de la tristesse pour chanter sans tuer personne. Tu lui rends toujours visite en prison ?

-Ça m'arrive oui. Elle est toujours de bon conseil. Y a pas à dire, c'est vraiment une bonne amie.

-Si tu le dis… Au fait, je t'ai dis que j'avais un nouveau mec ?

-Quoi ? Encore ?

-Comment ça « encore » ? Tu peux parler toi, tu es entourée de garçons !

En y réfléchissant bien… Un peu moins qu'à une certaine époque, maintenant que Messieurs Sasazuka et Honjô ainsi que Saï sont morts tout de même. Même si pour Saï, cela relève plus du cinquante-cinquante puisqu'il s'agissait d'une fille bien qu'elle pouvait modifier ses cellules. Bref…

-Arrête de dire n'importe quoi Kanaé.

-Ben voyons. Et ton assistant, qui revient comme une fleur au bout de trois ans ? C'est pas pour rien, c'est sûr !

-Ah oui, il y a lui aussi… me dis-je dans un soupir.

Même si c'est un monstre qui utilise une apparence humaine pour se fondre plus facilement dans la masse.

-Comment ?

-Pardon, je pensais tout haut.

-Non, non, non ! Tu as dit quelque chose comme « lui aussi » ! Yakoooo ! Je le savais !

-Kanaé, je te le garantis, tu te fais des films.

Quand j'y repense…

A suivre…