DISCLAIMER: Dans cette fic, les personnages et le monde dans lequel ils vivent appartiennent à Anne

Robillard.

Ceci est le premier épisode d'une série qui sera normalement constituée de trois tomes, et

que j'ai intitulé la trilogie de l'Altruiste (le titre complet ne tient pas dans la case!).

Trois tomes donc, dans lesquels je vais être bien sadique (voir la définition spéciale sur mon

profil) avec mon personnage préféré, Santo d'Emeraude.

TOME 1 PIEGE AU ROYAUME DES ELFES

Chapitre 1: L'embuscade

Pour tenter de localiser le sorcier Asbeth avant qu'il ne fasse d'autres victimes que Cameron, l'Ecuyer de Wellan, les Chevaliers avaient choisi de se répartir les différents Royaumes d'Enkidiev: tandis que Wellan restait au château d'Emeraude pour protéger Kira, Bergeau, Chloé, Jasson et Falcon partaient pour les Royaumes de Rubis, de Jade, d'Opale et de Diamant, Dempsey, Bridgess, Buchanan et Kevin ralliaient les Royaumes de Cristal, de Zénor, d'Argent et des Fées, et Nogait, Wanda, Wimme et Kerns se rendaient dans les Royaumes de Perle, de Fal, de Turquoise et de Béryl.

Santo et son Ecuyer, Hettrick, traversaient la forêt du Royaume des Elfes. Il avait été convenu qu'ils partiraient plus tôt car la contrée elfique était la plus éloignée du Royaume d'Emeraude. Maintenant ils patrouillaient dans les bois drus pour vérifier que le magicien ne s'y cachait pas, lui ou quelconques autres créatures malfaisantes.

Soudain, Santo sentit la présence d'êtres maléfiques. Il leva la main et son Ecuyer s'arrêta derrière lui. Le chevalier étendit ses pouvoirs de captation autour de lui et perçut une dizaine de créatures qui avançaient vers eux en tentant de les encercler.

Vous sentez quelque chose, maître?

Le Chevalier guérisseur étant le plus sensible, le plus apte à percevoir les signes magiques de tout l'Ordre, son jeune Ecuyer n'avait encore rien constaté d'anormal. Santo préféra ne pas lui mentir.

Oui. Je perçois des ondes maléfiques.

Le sorcier!

Probablement. Mais il n'est pas seul...Il y a aussi un dragon, et des hommes-insectes. Hettrick, tu vas retourner au palais d'Emeraude et tu vas ramener ici tous les Chevaliers. A ma connaissance, ils ne sont pas encore partis.

Maître, pourquoi ne les appelez-vous pas par la pensée? Je veux rester avec vous pour combattre!

De cette manière, je te mets en sécurité. Et rappelle-toi qu'un Ecuyer ne discute jamais les ordres de son maître.

Mais le combat est trop inégal et …

A ce moment, les hommes-insectes surgirent d'entre les arbres, et derrière eux Asbeth, chevauchant son dragon. Quand ils virent le Chevalier et son Ecuyer, les soldats brandirent leurs armes en criant dans leur étrange langage de cliquetis. Santo n'avait plus la possibilité de fuir. Il se retourna vers l'enfant. Celui-ci reçut son message, un message si impérieux qu'il fit lui aussi volte-face. Il regarda son maître dans les yeux et sentit son angoisse.

Dépêche-toi, lui dit Santo doucement.

Hettrick partit au grand galop au moment où les hommes-insectes attaquèrent. Santo fit faire demi-tour à son cheval et incendia les arbres derrière lui pour empêcher ses ennemis de rattraper l'enfant dont on lui avait confié la charge. Hettrick s'arrêta un peu plus loin et regarda son maître, mais le Chevalier guérisseur faisait déjà face aux soldats, et brandissait son épée en direction du dragon. Hettrick relança son cheval de plus belle pour s'acquitter de sa tâche; la vie de son maître en dépendait.

Santo n'était pas à son aise: il connaissait les armes du monstre, notamment son cou qu'il pouvait détendre comme un ressort, mais il pouvait difficilement faire reculer son cheval dans cette forêt. Il décida de descendre de sa monture pour affronter ses assaillants sur la terre ferme. Bien lui en prit, car à cet instant le dragon attaqua: lançant son cou droit devant lui, il se jeta sur la pauvre bête qui poussa un hennissement atroce avant de tomber raide morte, le cœur arraché par la créature. Santo avait eu le réflexe de se laisser tomber au moment où la bête attaquait. Il se redressa en un éclair, son épée toujours brandie sur le sorcier, même s'il prenait garde de ne pas se laisser encercler.

Angoissé, le Chevalier se demanda quand Asbeth allait passer à l'attaque. Il l'avait déjà vu à l'œuvre lorsque Wellan et lui l'avaient affronté pour la première fois, et connaissait son pouvoir.

De son côté, Asbeth observait les efforts du jeune Chevalier contre ses soldats. Lui aussi l'avait reconnu et il savourerait le moment où il l'aurait enfin entre ses griffes, vaincu. Il avait senti le lien particulier qui l'unissait à Wellan et se réjouissait de prendre ainsi sa revanche sur cet humain qui avait osé le défier.

Cependant le Chevalier esquivait toujours les coups du dragon, cherchant à se rapprocher de lui, envoyant valdinguer les soldats qu'il trouvait sur son passage. Asbeth comprit qu'il l'avait mal jugé lors de leur première rencontre: parce qu'il était plus petit et moins féroce que Wellan, et surtout à cause des dons curatifs qu'il avait sentis en lui, le sorcier s'était imaginé qu'il ne s'agissait que d'un guérisseur. Il se rendait compte maintenant qu'il s'agissait d'un guerrier à part entière, et que, malgré sa supériorité dans le domaine de la magie, s'il n'agissait pas dans un délai très bref, il pourrait être blessé par cet humain aux coups rapides, directs et dévastateurs. Il décida alors d'achever le combat en en appelant aux éléments.

Santo combattait toujours, refusant de sentir la fatigue qui tendait à engourdir ses membres. Le sorcier lui ayant fermé son esprit, il ne pouvait pas le lire ni prévoir quel était son plan; il était cependant certain que l'homme-oiseau allait user de sa magie pour remporter le combat.

La suite des événements ne tarda pas à lui donner raison: il entendit un sinistre craquement derrière lui et fut soudain happé par des bras extrêmement puissants. Un instant il crut qu'un second dragon s'était mêlé au combat, puis il comprit: ses bras étaient immobilisés par les branches d'un vieux chêne qui s'emmêlaient autour de lui. L'une d'elles lui fit lâcher son épée, qui tomba avec un bruit mat dans l'herbe, le laissant sans défense face au dragon, sa poitrine exposée à la gueule de l'animal. Santo regarda la bête avec horreur et attendit la fin. Cependant le dragon n'attaqua pas. Le sorcier descendit de sa monture et s'approcha du Chevalier entravé. A cet instant, Santo put enfin sonder son esprit. Il comprit alors ce que l'homme-oiseau avait l'intention de faire de lui.

Sachez que les Chevaliers me vengeront, lui dit-il, se redressant d'un air de défi.

Silence, humain! De quel droit oses-tu sonder mon esprit? Sache que j'ai besoin de toi, tu resteras donc en vie quelques temps.

Et il lui asséna une décharge magique qui lui fit perdre connaissance.