Bon, c'est ma première fiic sur Crow Zero alors je m'excuse d'avance pour les maladresses. Euuuh... Je ne vous cache pas que Izaki est mon perso préféré dans ce film! Il est carrément génial je trouve *.*

Allez, je ne vais pas m'éterniser sur le sujet ou je vais y passer la nuit! Bref, en gros, cette fiic se situe pas longtemps après Crow Zero I, quand Genji a gagné contre Serizawa et voilà... Bonne lecture, je ne vous retiens pas plus :)))

Un nouveau jour avait fait son apparition pour le lycée Suzuran. Malgré la guerre qui avait éclaté quelques jours plus tôt, les voyous qui faisaient office d'élèves n'étaient pas plus calmes qu'à leur habitude. Ils s'étaient retrouvés sur le toit de l'établissement à siroter des bières et à jouer à quelques jeux de cartes, les membres du GPS et les hommes de Serizawa mêlés. C'était au tour de Genji de jeter une carte et tout en la posant sur la table, il regarda Serizawa avec un sourire en coin.

"Alors, qu'est ce que ça fait de passer de chef à sous-fifre? ricana t-il

-Sous-fifre? Tu prendrais pas la grosse tête juste après m'avoir battu une fois? renchéri t-il tout en posant une carte supérieur à toutes les autres sur le paquet."

Shuta se leva d'un coup, balançant ses cartes sur la table d'énervement, tandis que Genji fit tomber sa tête en arrière, sur sa chaise, dégouté. Alors que Serizawa empochait le jack-pot, Tokaji qui avait tardé à arrivé fit son entré sur le toit l'expression tordu par la colère. Il s'approcha rapidement de son éternel chef: Serizawa.

"Je ne comprend pas pourquoi on devrait rester avec eux! Tu es beaucoup plus fort et tout le monde le sait, ce n'est pas la peine de..."

Mais le voyou à la chemise frivole le coupa alors qu'une autre partie de carte était lancée. Il avait encré son regard dans celui de son compagnon avant de dire, sérieux.

"Il m'a battu et c'est tout ce qui importe à Suzuran. D'ailleurs, c'est plus que suffisant."

Tokaji qui n'acceptait quand même pas la situation se dirigea illico vers le nouveau "Roi" de Suzuran et entreprit de l'attraper par le col mais Izaki se leva, lui lançant des regards perçant. Il n'y avait pas besoin de mot pour comprendre que s'il touchait à Genji, le blond n'allait pas rester de marbre.

"Qu'est ce qu'il y a, le décoloré? Un problème? cracha Tokaji

-Pas encore. fit Izaki, faisant comprendre explicitement le sous-entendu"

L'éternel suivant de l'ancien chef de Suzuran ne mit pas longtemps à lâcher prise puis à se diriger vers la porte quand il entendit dans son dos Izaki dire:

"Franchement, qu'est ce qu'il a ce connard?"

Il fit volt-face à la vitesse de la lumière pour littéralement sauter sur le blond, collant leur deux torses l'un à l'autre de manière agressive. Il se plongea rapidement dans son regard, faisant en sorte que ses yeux expriment toute la colère qu'il avait en lui et il fallait être dupe pour ne pas la voir.

"Calme toi Tokaji, se risqua Shuta.

-Je laisserais personne m'insulter et encore moins toi!"

Sans retenu, il affligea au blond deux gros coups de poings dans le ventre et au visage auquel Izaki répondit sans attendre par un coup de pied retourné. Pas plus tard que quelques secondes après, toute l'armada de voyou se jetèrent sur eux pour les séparer avant que ça ne devienne inarrêtable.

Izaki qui était assis dans une des salles de classes à l'allure ravagé se faisait soigner par Shuta. Il lui appliquait une compresse baigné d'alcool à 90° tout en lui passant de la glace.

"Écoute, c'est rien alors lâche moi.

-Laisse moi faire si tu veux pas avoir une tête de boxeur dans deux heures."

C'est vrai que Tokaji n'y était pas allé de main morte puisque tout le contour droit de sa bouche avait prit une curieuse couleur rouge-violet.

"Mais qu'est ce qui lui prend à cet enfoiré à péter des câbles comme ça!

-Laisse tomber, de toute façon il devra s'y faire! Genji n'est pas prêt de quitter son trône. avait-il dit avant de se mettre à rire, faisant sourire le bond qui avait finit par faire une grimace à cause de sa douleur aux lèvres.

La nuit était déjà tombé alors que les deux lycéens étaient encore dans la même salle de classe en train de parler. Ils avaient fini par aller de sujet en sujet, oubliant totalement l'heure. Ce serait passé inaperçu si le portable de Shuta n'avait pas sonné, Genji au bout du fil.

"Allo?

-Ouai, c'est Genji. Ça te dit une partie de fléchette?

C'était la deuxième manière de dire: "Ça te dit qu'on aille prendre quelques verres?". Mais en moins explicite.

-Ok.

-Si Izaki est avec toi, demande lui aussi. Plus on est de fou, plus on rit non?"

Il avait raccroché. Shuta se tourna face au blond pour lui proposer directement et c'est avec plaisir qu'il accepta l'invitation, vu qu'il n'avait "rien de mieux à faire", selon ses dires.

Izaki et Shuta furent les derniers à arriver puisque Makise et Genji étaient déjà sur-place. Il n'y a pas besoin de dire qu'ils ont fini la soirée complètement saoul. Oui, après avoir parié une bonne dizaine de bouteilles aux fléchettes et après les consommations perso, sans oublier les paquets de clopes vidés tout au long des bières qui diminuaient. C'est sans pensée à la manière dont il allait rentrer que Izaki leva haut son verre remplit à raz bord sous les yeux de ses amis et qu'il le but d'un trait. Tous hurlèrent en claquant des mains, le félicitant sans aucune raison apparente mais en fallait-il dans leur état déplorable? Sûrement pas. Ils étaient bien trop bourrés pour comprendre ou réfléchir à quoi que se soit. Enfin de compte, le temps passa dans la bonne humeur jusqu'à ce que la barman ne vienne les couper en plein fou-rire avec une phrase à laquelle ils ne voulaient pas penser.

"On va fermer les jeunes."

Et voilà, fin de la soirée.

Makise et Shuta s'en allaient devant puisqu'ils prenaient la même direction. Après un bref mouvement de la main, ils sortirent, laissant Genji et Izaki. Quand la porte claqua, le blond fit renverser sa tête en arrière, une clope non-allumé entre les lèvres. Il ferma les yeux un instant avant de les ré-ouvrir sous le coup de la nausé.

"P*tain, j'ai abusé j'crois. J'suis complètement déchiré."

Il commença à rire, suivit par Genji qui venait de tirer une longue latte sur sa cigarette qui crépita.

"Tu vas pouvoir rentrer "chef"?

-J'espère. Mais si j'atterris en taule, tu seras le premier au courant."

Ils rirent encore avant qu'Izaki ne tente de se lever, une main sur son front. Genji l'imita sans tarder et tout deux se dirigèrent à leur tour vers la porte. Une fois dehors, le léger vent froid les réveilla un peu et le blond prit une grande bouffé d'air frais pour réactivé son cerveau qui était en bugge prolongé. Il se retourna et se mit à marcher tout droit, la destination important peu, de toute façon, même s'il rentrait, il n'aurait sûrement pas pu dormir. D'abord, il avait longé la rue, passant devant divers bars et tabacs qui fermaient un à un. Ensuite, ce fut le fleuve emplit de bateaux agités et de pêcheurs qui venaient de se réveiller puisqu'il n'était pas loin de cinq heures du matin. Quand enfin un escalier faisant quitter le port où il s'était aventuré fit son apparition, c'est sans hésiter qu'il s'y engagea, montant jusqu'à la plate forme de bois qui menait aux maisons. Il marcha encore une bonne demi-heure, la clope toujours éteinte dans la bouche qu'il avait oublié, pour arriver devant un distributeur de boisson. Comme si la machine faite de métal avait parlé, il répondit (n'oublions pas qu'il est sous l'emprise de l'alcool):

"C'est vrai que je crève de soif."

Il se laissa tomber à même le sol en tailleur puis compta sa monnaie qui était plus que suffisante. Il fit glisser quelques pièces dans l'emplacement indiqué avant d'appuyer au hasard sur les touches lumineuses. Après un petit nombre de bruits étranges provenant du distributeur, une grande canette tomba dans sa main qu'il avait déjà placé dans le trou. Il regarda la marque avant de faussement sourire.

"Bière."

A l'instant où il appuya sur la capsule et qu'on entendit le gaz siffler par la petite ouverture, une voix qu'il ne connaissait que trop bien raisonna.

Fin

Voilà mon début! J'vous le dit? Allez je vous le dit! Encore une fois, je voulais que se soit une histoire en un chapitre! Mais je me suis prise dans l'histoire et je l'ai continué. Sans m'en rendre compte, j'en étais à trois chapitres... T.T

Bon, à tout de suite!