Voilà, on en est au dernier chapitre! Pardon? Vous avez pas accroché à mon histoire? Elle vous a pas plus? Vous trouver ça immonde? O.o Dieu! Même que vous vous forcez à la finir juste pour savoir qu'elle autre bêtise j'ai pu inventer? ... Je vais me pendre de se pas... T.T

Bonne lecture!

Comme une impression de déjà vu, il souleva lentement ses paupières mais bientôt, il les referma sèchement, à cause de la lumière éblouissante qui avait failli de peu de lui bruler les pupilles. De nouveau, il tenta la même manœuvre, cette fois avec plus de succès puisqu'il pouvait à présent voir un plafond blanchâtre avec une ampoule en plein centre. Apparemment, il était parvenu à rentrer chez lui. Mais comment? Il avait été ivre mort, la nuit dernière. Ce n'était... pas possible. Alors quoi? Où était-il? Est-ce qu'il avait été kidnappé ou je-ne-sais-quoi? Est-ce qu'il avait été violé? ... Impossible! Sûrement pas! Pourtant, il avait beau réfléchir, il ne voyait pas. Il entreprit cette fois de se lever quand, un poids lourd l'empêcha de faire le moindre mouvement. Il tourna alors son regard vers la source et la seule chose qu'il y avait était une touffe de cheveux sombre au beau milieu de draps et couvertures blancs cassés.
"Mais qu'est ce que c'es...?"
Il ne put finir sa phrase puisque la chevelure noir disparut pour laisser place... au visage endormi de Tokaji. Le blond frôla la crise cardiaque quand les évènements succédant son dernier réveille défilèrent dans sa tête. Il n'eut cependant pas le temps de reprendre ses esprits puisque le brun ouvrait ses yeux qui ne tardèrent pas à tomber sur lui. Sur le moment, on n'aurait su dire lequel des deux étaient le plus choqués et désemparés vu l'agitation qui régnait dans leur cerveau.
"To...kaji..."
Ce nom sortit malgré lui. Et dire que la dernière fois qu'il avait prononcé se prénom c'était pendant qu'ils... tous les deux. Le rouge s'empara de leurs visages, prouvant que l'idée était apparu aussi dans la tête du brun. Comment réagir? Comment pouvait-il ou devait-il réagir? Après ce qu'il s'était passé? Mais, bien qu'il ne se l'avouait qu'à contrecœur, il n'avait pas du tout détester ce moment, pire, il avait... aimé et ne serait pas opposé à recommencer. Il savait que jamais Tokaji n'accepterait même si ça lui avait plu, de toute façon, il était comme ça. Il soupira sans s'en rendre compte volant un regard suspicieux de la part du brun.
"Qu'est ce qu'il y a?"
Izaki observa son acolyte quelques secondes avant de dire, franchement, bien que beaucoup aidé par les restes des effets de l'alcool de la veille.
"J'me disais... que même si ça t'avais plu ce qu'on a fait hier (tous les deux se mirent à rougir furieusement) tu te l'avouerais pas... et donc, que ça servait à rien... que j'espère..."
Ses derniers mots n'étaient pas censé aller plus loin que le fil de ses pensées alors, c'est avec une panique maladroitement dissimulé qu'il regarda le brun. Apparemment, lui aussi ne s'y attendait pas et était encore paralysé par la nouvelle. Izaki patienta impatiemment que Tokaji ne revienne à lui, ce qui ne tarda pas, heureusement.
"Ne... Ne raconte pas n'importe quoi, saleté de décoloré! avait-il réussi à articuler bien que son teint avait pris une belle couleur pourpre.
-Tu vois! T'es pas foutu d'avouer un truc aussi évident! chercha le blond tout en disant le fond de ses pensées.
Tokaji à qui ça avait suffit pour s'énerver agrippa fermement la chevelure doré de son "amant/ennemi" afin de l'approcher et de lui lancer un regard glacial.
"Ne prend pas autant de confiance! Je préférerais crever plutôt que de recommencer un truc aussi désagréable avec toi! cracha t-il avec répugnance
-Désagréable? puis il avança son visage jusqu'à ce qu'il frôle quasiment celui du brun, tirant par la même occasion sur son emprise qui semblait lui arracher le cuir chevelu. J'crois pas que ça a été aussi désagréable vu comment tu criais. J'dirais plutôt que t'as pris ton pied."
Tokaji balança la tête d'Izaki sur le mur, manquant de lui casser quelque chose bien qu'il ne fut que sonné. Celui-ci retomba de l'autre côté, là où se trouvait les pieds du lit quand le brun se mit sur lui. Il lui tint les mains d'une poigne puissante, profitant qu'il n'ait pas encore reprit ses esprits pour se défendre et lui enleva son caleçon de l'autre. Alors que le blond avait finit nu sous le corps large de Tokaji, la lumière inexistante de la veille révéla de nombreuses blessures, balafres et autres entailles toutes aussi douloureuses les unes que les autres.
"On verra qui va crier maintenant!"
Sans ménagement, il pénétra l'antre novice du blond qui hurla à s'en déchirer la gorge. La douleur fut si insupportable qu'il fut couper par des hoquets de souffrances sans égales. Il put sentir d'ailleurs une substance chaude couler sur sa fesse gauche et il ne fallait pas être un génie pour comprendre qu'il saignait. Beaucoup. Il avait si mal qu'il ne parvenait même pas à bander, ni ressentir la moindre jubilation, c'était vraiment horrible.
"Si t'y prend pas plaisir... puis il se coupa par un autre coup de hanche qui le brisait un peu plus... tu peux m'expliquer comment ça se fait... que tu sois déjà prêt..." (qu'il bande quoi -.-")
Mais Tokaji accéléra le rythme soudainement, faillant faire perdre connaissance l'espace d'un instant au blond qui luttait réellement à supporter une si grande torture.
"Ta gueule Izaki!"
Et de nouveau il le souilla, le détruisit un peu plus jusqu'à ce que son corps ne le lâche, ne tenant plus sous les mouvements brutaux et qu'il ne s'évanouisse une bonne fois pour toute. Tokaji que ne s'en était même pas rendu compte avait fini par venir en lui, se laissant tomber ensuite sur le corps inerte du dessous. Étrangement, ça colère avait passé et c'est sous un nouvel angle qu'il se releva pour faire face au blond. Alors qu'il avait entreprit de parler, il vit la tache rougeâtre à ses pieds qui continuait de grandir, lentement, et c'est là qu'il comprit, bien qu'avec un peu de retard.
"Izaki!"
Empressement, il porta le corps sans vie et le reposa correctement sur les draps avant de le couvrir. Il sortit de la chambre juste après, revenant vivement avec une serviette sombre puis la posa au niveau des saignements. Quand il finit, il observa un bon moment, sans s'en rendre compte, Izaki dormir avec un sommeil troublé. Son cœur se compressa légèrement quand il se rappelait son geste dicté par sa colère. Il l'avait... violé. Il n'y avait pas d'autre mot pour le dire, juste celui-là. C'était si perturbant, créant un sentiment désagréable en son for intérieur. Voilà, ça c'était désagréable, pas ce qu'il avait fait la nuit dernière. Bien qu'au début, c'était intensément douloureux mais après, et bien, il n'avait rien gouté d'aussi bon. Et merde! Cette saleté de décoloré avait raison! Il ne pouvait pas avouer un truc pareil, que se faire baiser, il aimait ça! Autant se suicider maintenant.

Il était à peu près seize heure quand Tokaji était sorti de sa douche en serviette, se dirigeant vers sa chambre où dormait le beau blond (maintenant qu'il s'était avoué à lui-même la vérité, pourquoi se retenir?). Il était tout d'abord allé chercher un caleçon qu'il mit rapidement quand, pendant qu'il se choisissait un tee-shirt, il fut stoppé par la sonnerie de son portable. Il sauta presque dessus pour ne pas que l'autre ne se réveille et ouvrit le clapet. C'était un message.
"Je t'appelle dans une minute. T'as intérêt à me répondre. Serizawa."
Il profita quelque peu de cette minute pour s'installer sur le rebord de son lit et d'embrasser le blond qui était plus que tentant, nu sous un drap blanc qui recouvrait parfaitement ses formes fermes et musclés. Lorsqu'Izaki ouvrit les yeux pour tomber droit dans ceux de Tokaji. Pas un son n'eut le temps de sortir de leur bouche puisque la sonnerie, plus longue, retentit de nouveau. Il décrocha sur l'instant.
"Allo? Serizawa?
-Ouai, c'est moi. C'était pour te dire que les gars m'ont parler et que... il s'arrêta quelques secondes, le temps d'engueuler deux ou trois mecs puis reprit. Ce serait bien que t'arrête de chercher des noises au GPS et surtout à Izaki. Ça devient...
-Ouai, t'inquiète. C'est une affaire réglé. le coupa t-il pour finir la conversation au plus vite et ne pas rentrer dans les détails.
Pourtant, le mieux aurait été de la faire perdurer pour ne pas avoir à affronter le blond mais... cette fois-ci, le brun ne voulait pas jouer la sécurité mais... la vérité. Ça pourrait être profitable, du moins, il l'espérait.
-Bah, attends, je t'avais préparé tout un speech pour te faire comprendre que...
-Ce sera pas la peine, j'ai déjà compris. Bon, on se voit plus tard."
Et il raccrocha, se tournant vers Izaki qui n'était pas idiot et qui avait comprit depuis belle lurette sur quoi débouchait tout ce cirque. Il se redressa de moitié mais abandonna bien vite l'idée, vu les pulsions qui lui charcutait l'anus.
"Et merde! J'ai mal au cul et une p*tain de gueule de bois."
Tokaji lui fit un sourire avant de lui tendre un verre d'eau et un cachet d'aspirine que le blond ne se fit pas prier pour prendre.
"J'espère que t'as un sacré moyen d'excuse pour que je te pardonne un jour pour ça, dit Izaki désignant ses fesses.
-Arrête de prendre autant d'assurance! Je pensais que tu l'avais compris! s'enèrva faussement le brun
-Alors quoi? Qu'est ce que tu comptes me faire cette fois?"
Il n'eut pas l'envie de répondre et, prit d'un court instant de folie, il se laissa guidé jusqu'aux lèvres de son "amant", abandonnant l'idée de toute honte ou embarra quel qu'il soit. Juste... l'embrasser, comme il se devrait d'être. Une fois que leurs bouches se descellèrent, le blond se risqua à dire:
"Et bien, tu n'en ais pas mort on dirait! ricana t-il
-Ferme-là! cracha encore le brun
-Alors fait moi taire."
Pour une fois, il se plia à ses ordres avec plaisirs!
Fin

Mon côté romantique avec des mots marshmallows a fini par me retrouvé et a terrassé ma perversité! Donc vous avez le droit à une p'tite scène à l'eau de rose! Mais bon, n'oublions pas que se sont les voyous de Suzuran, je ne pouvais pas non plus écrire des trucs "Kawaiiii"! Mais ça me manque... Faudrait que j'écrive sur un anime où je pourrais laisser aller mes tendances à la Barbara Cartland!

Bon, je m'éloigne... Alors, qu'en pensez-vous? Moi je me suis bien amusé sur cette histoire même si c'était un peu dur quelques fois. Oui parce que dans crow zero, Izaki et Tokaji sont des personnages quasi-secondaire et on en sait pas des masses sur leurs vies ou quoi que se soit. Alors, j'ai eu plusieurs bugge à temps indéterminé pendant que j'écrivais.

Allez, je vais pas vous retenir plus longtemps et vais vous laisser le temps de m'écrire une petite review avant que vous ne commenciez la lecture d'une autre fiiic. Quoi? Vous allez pas me laisser de review? T.T Libre à vous mais ça fait toujours plaisir! Shaooow :DD