Déclamé: Comme d'habitude, rien ne m'appartient, c'est dommage. Je ne me fais pas d'argent en écrivant, dommage aussi... -ou pas xD - et malheureusement pour nous tous, quoi que nous écrivions, ça ne changera en rien la sérié T_T ( quoi? bien sûr que y'a des moments que nous voulons TOUS modifier. On se demande bien lequel... )

Spoiler: Soyons clairs: je hais les spoilers. Pourquoi? Ça gâche tout. Je connais la fin de la saison 3 sans l'avoir vue! c'est... triste. Tout ça parce que des gens ne préviennent pas que y'a des spoils. Bref. Mes amis je le dis: il y en aura dans cette fic! enfin, pas vraiment vraiment. des rappels, des anecdotes... et enfin, le fameux moment de la saison trois qui gâche tout et qui sera revisité par mes soins. Pour ceux qui ne désirent pas savoir comment cela se termine, je ferais sans doute une FIN ALTERNATIVE, pour ne pas vous gâcher la surprise ^^

Couples: Principalement Jack /Ianto. faut pas déconner xD

Mais aussi:

- Ianto / OC ( incoutournable u_u ça sera lié à l'évolution de nos deux préférés.)

- Jack / OC (le même que avec Ianto, oui... mais amour à sens unique si je puis dire)

- Gwen / Rhy

- Owen / Tosh

Rapidité: J'ai une vie IRL, c'est logique... Comme vous tous. J'ai une motivation fluctuante, et une confiance en moi proche de zéro. Aussi pardonnez-moi si je mets du temps à écrire! la page blanche existe, les corrections des textes aussi... bref, les chapitres varierons entre 1 toutes les semaines ou tous les mois... (navrée xD)


Ere glacière: Le commencement.

Deux corps étaient étendus dans un lit légèrement trop petit, deux corps que les draps ne couvraient pas entièrement et laissaient apercevoir leur peau nue. Étroitement enlacés, ils dormaient paisiblement, ou presque. Un jeune homme était troublé dans sa quiétude, son visage enfouit dans la nuque offerte, était crispé, ses yeux plissés et ses muscles tendus. Il rêvait.

Un rêve du passé qui revenait le hanter.

C'était de plus en plus récurent, telle une image rémanente se figeant dans sa rétine. Il ne pouvait pas lutter, toutes ses cellules hurlaient face à cette mise en garde nébuleuse. Il savait que quelque chose allait se produire, qu'une fois encore, il en était le centre et que le monde, son monde, allait être bouleversé. Il en avait conscience et sa mémoire fouillait son passé à la recherche de l'élément désiré. Tout ce qu'elle trouvait était l'image d'un jeune homme à la chevelure trop longue, d'un noir profond comme une nuit éternelle et des yeux… à damner un humain.

Jack Harkness était tombé sous le charme. Il avait espéré ne pas tomber amoureux, n'avoir qu'une attirance physique, sexuelle, mais c'était sans compter le comportement extraordinaire de celui qui allait composer une partie de sa vie. Cette créature majestueuse qui lui avait fait confiance jusqu'au bout, assez pour lui montrer des merveilles, un monde aux couleurs changeantes et miroitantes.

Définitivement… Jack aimait la Terre grâce à Shellial. Depuis il n'avait plus jamais cessé de l'adorer, de vouloir la protéger, à sa manière, d'en profiter un maximum. Chaque rêve lui renvoyait ce visage chéri dans un paysage verdoyant, une explication sur un principe inconnu, une hypothèse nouvelle devant un nouveau fait. Jack avait beaucoup retiré de cette présence douce, tout comme il avait beaucoup donné à cet être aujourd'hui disparu.

Car si Jack était immortel, ce n'était pas le cas de ceux qui l'entouraient. Il avait promis de veiller sur lui… et il avait failli à sa tâche. Une seconde fois.

Il se réveilla le corps étrangement froid alors que son cerveau continuait de lui envoyer un signal, une chose dont il aurait aimé ne jamais se souvenir mais qui restait en lui comme une toile de fond. Il était hanté par bien des fantômes, mais celui de Shellial était le plus présent. Même Gray ne parvenait pas à surpasser le jeune homme.

C'était comme un virus qui s'accrochait au corps pour ne jamais le lâcher. Un truc qui colle et dont on ne peut se débarrasser. Jack pouvait dire ce qu'il voulait, ce gosse continuait de lui manquer. Le temps avait fait trop rapidement son œuvre… Il continuerait toujours à passer, insensible au héros du futur qui était condamné à voir les gens crever.

Il sortit des draps et son corps frissonna violemment. L'appartement était pourtant chauffé… Il était censé se sentir bien ici, dans une chaleur molletonnée. Même le tapis lui semblait glacial. Il fronça les sourcils, se frictionna un instant alors que son épiderme se révoltait contre le mauvais traitement. Il souffla un bon coup… et seule la buée de sa respiration lui répondit.

Nouveau frisson, plus violent encore.

Jack se dépêcha de se vêtir, peu désireux de chopper la mort en se baladant nu dans une pièce glaciale. Il remonta la couverture sur le corps toujours endormi et sortit silencieusement de la chambre. Il jeta un coup d'œil à la fenêtre et ouvrit la bouche… Sans que rien ne puisse sortir.

Un paysage d'une blancheur immaculée se présentait devant lui, les flocons continuant de danser dans l'air, insensible à l'improbable de la situation.

Le monde était à la date exacte du 27 juillet 2008 à 6h12.

Le temps avait été frais toute la semaine, mais rien ne présageait cette impossibilité ! Il consulta rapidement l'engin à son poignet, pianota et retint une exclamation de surprise.

Moins sept degrés Celsius.

Dans un appartement correctement isolé.

Jack n'osa imaginer ce que cela donnait dehors.

- Ianto !

Aucune réponse ne lui vint. Il retenta une seconde fois et seul un gémissement étouffé lui répondit. Son amant n'était pas du matin le dimanche… Nouvel essai et se fut une exclamation outrée qui lui fut adressée.

- Jack ! Qu'est-ce tu as foutu avec mon chauffage !

D'accord, il s'attendait à une réaction pas spécialement engageante – se réveiller dans le froid, si tôt, un dimanche matin, y'a vraiment mieux… - mais il n'imaginait pas être la cible d'une attaque comme celle-là ! Lui qui était l'incarnation de l'innocence ! ou pas. D'accord, la remarque était justifiée, n'empêche qu'il lança à son amant un regard indigné pour la forme.

- Ne me regarde pas comme ça Jack ! Ça va prendre des heures pour avoir une température acceptable ! Tu voulais me congeler ?

- Je t'aurais demandé ! Et je n'ai rien fait. Regarde dehors.

Ianto obéit et étouffa un juron qui fit sourire l'immortel.

- Jack…

- Prépare-toi, je contacte les autres. Nous avons un gros problème.

OoOoOoO

- Quelle idée d'avoir garé la voiture dehors !

- Tu étais pressé vendredi, tu te souviens ? Bien sûr que tu te souviens. Répliqua Jack avec un clin d'œil complice à son employé. Ce dernier leva les yeux au ciel et contre toute attente ne répondit pas. Il préférait s'enfoncer dans son écharpe et cacher ses mains gantées dans sa veste chaude.

- Ça va prendre du temps pour rejoindre le hub.

- On irait plus vite en ski.

- Navré Jack, mais je ne cache pas ça dans mes poches.

Le capitaine sourit et se rapprocha de Ianto, fourrant ses mains avec celles de son coéquipier. Son sourire s'agrandit de plus belle alors qu'il regardait l'autre se teindre d'un rouge du plus bel effet.

- Je peux savoir ce que tu fais ?

- Je vérifiais tes dires.

- Bien. Maintenant tu peux t'éloigner ?

- Pas envie. Tu me donnes un de tes gants ?

- Mais qu'est que tu veux faire avec UN gant ?

- Le mettre à ma main pardi ! L'autre sera cachée avec la tienne, au chaud, dans ta poche. Tu n'as pas besoin de gant dans une veste…

Ianto s'arrêta, pas certain de bien comprendre ce que voulait son capitaine. Il se laissa donc faire, le fixant retirer la grosse laine, dévoilant ses doigts à l'air frais… et ceux de l'immortel disparaître avec SON gant.

Injuste.

Jack continua de sourire, tendis sa main non couverte à Ianto qui la prit sans réfléchir. Le contact chaud de leur peau le fit frissonner… et il cacha leurs mains jointes dans sa doudoune. Son capitaine était tombé sur la tête, et ce n'était pas la première fois qu'il se faisait cette réflexion. Ils avaient l'air… de crétins. Heureusement, personne ne mettait le nez dehors. Aucun nez d'ailleurs ne survivrait par ce froid.

- Tu es chaud Ianto.

- Par pitié Jack, tais-toi.

- Je te donne chaud ?

- Non ! c'est les trois pulls, la chemise et tout le reste qui me donne chaud. Tu aurais dû mettre un bonnet et une écharpe. Marmonna le jeune homme en avisant la nuque offerte aux flocons.

- Nous pouvons aussi partager ton écharpe si tu veux…

Ianto lança un regard horrifié à son supérieur, faisant mine de reculer sous son rire amusé. Jack le prit soudain par la taille et posa un baiser affectueux sur le haut de son crâne, avant de reprendre sa route.

Ils ne mirent pas loin de deux heures pour rejoindre la base, Ianto était d'une méchante humeur, Jack plus amusé que jamais… Et le reste de l'équipe était tout aussi épuisée par le trajet difficile qu'ils avaient eu.

- Bon les enfants ! Noël n'est pas encore arrivé et la neige est déjà là. Toshiko, des explications ?

- Aucune activation de la faille, ni cette nuit, ni dans les jours précédents. Rien qui explique ce changement de saison.

- Artefact alien ? proposa le médecin qui secouait sa veste pleine de neige.

- Probable… sûrement. Je ne connais aucun alien capable d'influencer ainsi le temps. Il faut trouver la cause rapidement. Tosh, occupe-toi de ça, analyse toutes les données, Gwen, écoute les conversations de la police, demande à tes amis ce qui se passe, trouve des infos. Owen, va à l'hôpital, je veux que tu recenses tous les cas particuliers pouvant avoir un rapport avec notre affaire.

- Tu plaisantes j'espère. Je ne ressors pas ! c'est la croix et la bannière pour avancer !

- Nous te donnerons une gommette à ton retour. Répliqua Jack avec un naturel désarmant. Owen ne sut pas quoi répondre.

- Et moi ? demanda Ianto oublié dans le début de conflit opposant les deux hommes.

- Tu restes avec moi. Je vais avoir besoin de beaucoup de café.

Effectivement, ce dimanche matin fut long, pénible, sans nouveauté, sans même de début de réponse, le chauffage tournait à plein régime pour faire face à la rudesse du temps extérieur qui mettait à mal la tuyauterie. Le capitaine ne cessait de téléphoner, de recevoir des appels crachotant – lignes téléphoniques perturbées – et les cris de son ptérodactyle commençaient à lui taper sur le système. Il allait hurler quand la jeune informaticienne le fit à sa place.

- Jack ! J'ai quelque chose.

Il se leva, descendit en catastrophe et se planta auprès de la jeune femme, regardant sa trouvaille.

- Les capteurs enregistrent une hausse d'énergie. Elle ne cesse d'augmenter… Regarde.

Elle désigna l'écran et la courbe grimpante. Un tel flux était rare et ne présageait jamais rien de bon. Ici, il était évident que le danger arrivait à grand pas.

- La faille ?

- Elle réagit en échos, mais rien n'en sort. Elle est… étrangement stable. Ecoute ça…

Elle augmenta le volume des enceintes et un son d'abord crissant se fit entendre. Jack haussa un sourcil interrogateur et la jeune femme épura un peu plus le son, augmenta la résolution et enfin, un bruit émergea. Un grondement bas, vibrant et intense. Ça aurait pu être une interférence, un bruit parasite… mais l'arrêt brutal du son et sa reprise en gémissement démontrait le contraire.

- Où as-tu trouvé ça ? demanda Jack

- J'ai cherché dans les archives, Gwen m'a aidé à trier les informations. Nous avons trouvé d'autres cas semblables à celui que nous vivons. L'un deux se déroule en dans les années 1889. Ce n'est pas précis. J'ai trouvé ça… Jack, qu'est-ce que c'est ?

- Le champ de l'agonie…

Comme pour répondre à ce mot, un râle traversa le silence soudain, un grattement pitoyable puis un hurlement glacial. Puis le silence retomba. Brutalement.

- C'est tout ?

- Oui. Fit Tosh et coupant le son.

Jack hocha la tête, le visage soudainement soucieux. Gwen et Ianto arrivèrent, l'une interrogative, l'autre essoufflé.

- Ça s'étend Jack. Tout Cardiff est sous la neige. Les alentours enregistrent des baissent des chutes températures vertigineuses.

- Nous entrons dans une nouvelle ère glacière…

- C'est impossible ! répliqua Gwen, qui pourtant était maintenant habituée aux impossibilités. Ere glacière… N'importe quoi. Comme si les mammouths allaient sortir de leurs musées pour faire un brin de causette !

- Tu sais ce que sait Jack, pas vrai ?

- Oui… Et Gwen a raison : ce qui se passe est impossible.


Soyez indulgents xDD Je ne connais pas tout de cette série et encore moins les dates clefs. Un petit commentaire est toujours le bienvenu! ça me motive, vous n'imaginez pas à quel point!