Bonjour bonjour ! Comment allez-vous ? Je suis toute nouvelle sur ce fandom (je ne vous cache pas que j'ai un peu le trac *se cache sous son bureau*) et … et je viens avec le premier chapitre de ma fic ! Bon, c'est du Yvain/Gauvain, slash donc, écrit en cours et tapé en écoutant du Bach. Je ne saurais dire quelque chose d'autre … hmm … ah, je trouve dommage qu'il y ait si peu de fics sur ce couple (pourtant tellement mignon) ! Brefouille, je vous laisse !

Disclaimer : les deux personnages sont, au départ, aux légendes Arthuriennes. Après, pour le reste, (language, âge des persos, surnoms, caractères etc …) je laisse tout ça, évidemment, à Alexandre Astier.

Rating : K+ pour le moment, ça va peut-être évoluer.

Warning quelconque : c'du slash (relations amoureuses entre hommes), ceux qui n'aiment pas ne lisent pas !

Remarque : pour ceux qui ont des fois du mal à savoir qui est qui entre Yvain et Gauvain, je récapitulationne :

Yvain, chevalier au lion, fils de Séli et de Léodagan, frère de la reine, originaire de Carmélide, plus âgé que Gauvain.

Gauvain, neveu du roi, plus jeune qu'Yvain.

Ainsi, bonne lecture !

Chapitre 1 : Préparatifs

Yvain se jeta sur son lit à plat-ventre. Sa mère l'énervait décidément. Franchement, pourquoi fallait-il toujours qu'elle remette le sujet du célibat de son fils sur le tapis ? Le chevalier n'en avait cure ! Il voulait vivre libre, sans quelqu'un pour lui hurler dessus (à part sa génitrice évidemment), du moins pour le moment. La fraîcheur qui régnait dans la pièce finissait par l'apaiser peu à peu c'était fou comme il était bien ici … Le brun attrapa un livre qui traînait sur sa table de nuit. Il le feuilleta après tout, il ne lui en fallait pas bien plus pour qu'il soit heureux … peut-être Gauvain …

Quelqu'un toqua à la porte le chevalier au lion râla, mais alla ouvrir si c'était sa mère et qu'il ne la faisait pas entrer, pour sûr qu'il allait se faire passer un savon ! Yvain fut surpris :

-Gauvain ?

-Eh, ben … vous avez pas l'air content de me voir …, fit remarquer l'interpellé sur un ton triste

Son vis-à-vis lui offrit son plus beau sourire histoire de se rattraper et dit :

-Mais non, mais non … J'ai juste été surpris, j'ai cru que c'était ma mère … Alors, qu'est-ce qui vous amène ?

-Je venais vous proposer de venir vous promener avec moi du côté de la rivière, mais comme vous n'avez pas l'air heureux de me voir …, répondit Gauvain

-J'accepte volontiers ! Et arrêtez de raconter des bêtises …

Celui qui avait lancé l'idée rit doucement et tira son ami par la manche.

Les deux marchèrent environ une heure pour enfin arriver au cours d'eau. Ici ils se couchèrent dans l'herbe et profitèrent de la brise ainsi que du soleil. Le plus jeune engagea la conversation :

-J'veux pas vous forcer hein ! Mais elle vous a dit quoi votre mère pour que vous soyez si énervé après elle ?

Pour toute réponse, son compagnon le regarda de travers.

-Oh ne faites pas cette tête, enchaîna Gauvain, je sais ce que ça veut dire ça veut dire : « comment vous avez fait pour savoir que j'étais énervé ? ». Ecoutez, je vous connais trop bien pour passer à côté de ça.

Yvain grogna, approuvant ainsi la réflexion de son ami il répondit finalement :

-Elle commence sérieusement à m'énerver avec ses idées de : « il serait tant que tu te trouves une jeune fille et patati et patata »

-Et vous n'en voulez pas ?

-Non … enfin pas pour l'instant quoi !

-Oh … je vois.

-Et vous ?

-Moi ? Eh bien …, le questionné se gratta l'arrière du crâne avant de continuer, je sais pas, j'aime bien la vie de « poètes solitaires » qu'on mène tous les deux … disons que j'aimerais pas sacrifier ça pour une demoiselle qui vous colle toute la journée…, Gauvain rougit un peu après avoir parlé.

Le chevalier au lion fut quelque peu déconcerté par cette réaction et s'enquit bien vite de la santé de son plus fidèle ami.

-Ne v…vous inquiétez pas !, bafouilla étrangement ledit fidèle ami.

Une heure passa. Une heure durant laquelle le duo ne fit que parler de poésie, de querelles de familles, et de sens du devoir. Le soleil commençait à se coucher quand ils arrivèrent aux château de Kamelott. Le plus âgé proposa :

-Et si on allait manger quelque chose ?

L'autre accepta bien volontiers, savourant d'ores et déjà la perspective de dîner (nda : c'est bien ça ? Le soir on dit « dîner » chez vous ? Etant suisse j'ai quelques fois du mal avec les différences chez nous on dit « souper ») en compagnie de son cher compagnon.

On leur servit du cerf avec de la sauce aux champignons, du chou rouge et des pommes en guise de plat principal. Au dessert ils eurent droit à des poires, de la tarte et de la compote. Et pour accompagner tout ça, un vin romain boisé. En un mot, tout était parfait du gibier, des fruits et de l'alcool. La soirée se passa sans un accroc. Après le repas, Gauvain demanda :

-Vous n'avez jamais été en Irlande je me trompe ?

-Non pourquoi ?, questionna son vis-à-vis.

-Bah … je pensais qu'on pourrait voyager un peu histoire des laisser les mères qui s'improvise entremetteuses et les oncles râleurs derrière nous. Pis comme vous avez jamais vu la Calédonie … enfin, faites comme vous voulez !

Le chevalier au lion dévisagea son ami comme la fois où il était venu lui présenter son costume de fleur fait main pour la fête du printemps (nda : « point, point insecte subtil ! »). Il répondit :

-Mais … mais ça serait drôlement bien !

Celui qui avait proposé le voyage fut plus qu'agréablement surpris et ajouta :

-On va organiser ça !

-Maiiiis …, intervint Yvain, on va devoir demander l'accord de nos parents…

-Ah ouais mince … Mon oncle sera sûrement d'accord de nous voir partir par contre...

-Par contre ma mère et mon père, eux, vont faire un tas d'histoires …, soupira le chevalier au lion.

Gauvain sourit doucement et avança :

-Pourquoi ne pas aller leur en parler directement maintenant ? Après tout, à deux on aura plus de chances de les faire flancher !

Le plus âgé acquiesça et se leva de table, suivit de près par son acolyte.

-Plus tard-

-Mais c'est quoi encore que cette connerie ?

-Père ! C'est un voyage !, rectifia Yvain.

-Pff … et pourquoi vous voudriez faire un « voyage » d'abord ?, demanda Léodagan.

Les deux jeunes chevaliers s'interrogèrent du regard finalement ce fut le benjamin qui précisa :

-Nous voulons le faire afin de chercher encore plus ardemment le Graal !

Le natif de Carmélide soupira, sachant pertinemment que cela ne servait à rien de parlementer encore et encore avec ses géniteurs. Après tout c'était peine perdue…

-J'accepte à une seule condition, commença Séli, que tu nous reviennes avec l'amour de ta vie !

L'aîné fit une moue triste mais accepta tout de même le marché.

Une fois sortis des appartements des parents de son ami, Gauvain commença :

-Eh ben ! Vous voyez …

-Ouais, mais je peux faire un trait sur ma vie de célibataire désormais …

-Allez, dit le neveu du roi en souriant à son vis-à-vis, On trouvera bien un moyen de vous éviter ça !

Il finit sa phrase en posant une main sur l'épaule de son compagnon. Ce dernier finit par lui rendre son sourire et tenta :

-Nous devrions aller nous préparer, non ? Après on prendra les chevaux et on partira …

-A plus tard !, lança le plus jeune.

Une heure après, le duo se retrouvait devant les écuries. Le chevalier au lion avait déjà sellé leurs montures. Ils enfourchèrent donc les équidés (nda : non, pas « équidistants » Perceval, « équidés ») et s'en allèrent en direction de la Calédonie…

A venir dans le prochain chapitre : Une nuit à la belle étoile, des sentiments, des pierres, une visite culturelle, une auberge et même un combat !

Merci de m'avoir lue et surtout, n'hésitez pas à me faire part de vos impressions, qu'elles soient bonnes ou mauvaises ! REVIEW !