James, malade d'amour, délirerait-il ?

Voici la suite !

Bonne lecture !

Partie 3 :

Les rayons, chauds et couleur miel, du soleil arrivait tamisée, par les rideaux tirés, dans la chambre où James achevait sereinement sa nuit.

Des murmures de voix parvinrent aux oreilles de l'endormi qui, de par son entrainement militaire, avait le réveil facile. James s'étira avec volupté et un bien-être qu'il n'avait jamais éprouvé auparavant et sautant sur ses pieds, se leva du lit.

Avec un sans-gêne déconcertant, il s'approcha furtivement de la porte et colla ses oreilles à la serrure.

Une expression glaciale se fit sur ses traits quand le jeune brun reconnut l'un des interlocuteurs : Un messager du MI6.

« -Nous avons vraiment besoin de vous, Daniel. Fit ce dernier, d'une voix agacée. Comprenez que ce riche milliardaire a un faible pour les 007. Il ne signera ce contrat de partenariat qu'à la seule condition que vous acceptiez un « weekend » sur son yatch. »

Ces paroles hallucinantes coupèrent, un instant, le souffle de James dont le cœur tressaillit et rata un battement. Curieux et intéressé par la réponse de Daniel, le jeune espion se colla encore plus contre la porte.

« -Prenez un double ou un sosie. Répliqua Daniel, détaché. Cet idiot ne verra pas la différence ! Je ne suis pas un « gigolo » ou un « escort boy ». Même pour mon pays. Dites-le bien à « M ». »

Un soupir lassé tomba entre les deux interlocuteurs et le messager revint à la charge :

« -Vous nous en voulez encore pour l'opération du Koweit. Je vous comprends, Daniel mais… »

Daniel se releva brutalement de sa chaise et dominant de toute sa hauteur De Villiers, l'interrompit :

« -Non, vous n'y comprenez rien ! Par vos manigances et vos manipulations, Vous avez blessé James et j'ai droit à sa rancune ! Il croit que j'étais de « mèche » avec vous alors que vous m'avez forcé la main ! 004 a failli y passer aussi ! Vous l'avez compromise ! Vous avez joué avec la vie de James et de ma sœur ! Dans l'hélicoptère, c'était bien ma sœur et non, son clone. J'ai du escompter sur l'intervention de Bond lorsque j'ai décidé de tirer sur l'hélicoptère ! Puis j'ai du blesser et humilier James plus que de nécessaire… »

L'aveu embarrassa De Villiers qui demeura silencieux durant de longues minutes. Une joie et un intense sentiment de soulagement s'emparèrent de James qui sourit : Daniel ne l'avait jamais manipulé volontairement mais contre son gré !

…..

« -Alors, c'est un « non » irrévocable ? Supposa De Villiers, en rivant ses yeux dans ceux de Daniel. Je suis désolé de devoir y passer par là mais la situation l'exige. Imaginons que 004 ait commis une faute qui mettrait fin à sa carrière. Faute qui demanderait son renvoi du MI6 avec blâme et déshonneur… »

La porte de la chambre s'ouvrit avec fracas et un James, indigné et écoeuré par de pareilles méthodes, surgit sur le seuil de la pièce.

« -Daniel n'est pas une « prostituée ». Déclara-t-il, froidement et l'expression glaciale. Il n'est pas question qu'il aille distraire un sale gosse qui s'ennuie dans sa vie. Par contre, je peux me charger de le « distraire » d'une telle façon qu'il vous signera votre précieux partenariat de suite ! »

De Villiers ressentit l'ironie et la menace sous-jacente de James qui le toisait avec mépris. Puis il lorgna dans la direction d'où provenait le jeune agent brun qui rougit atrocement.

« -Hem, je vois. Fit l'assistant de « M », avec nonchalance et un demi-sourire. Vous êtes devenus bien proches depuis cette opération. La légendaire rancune du Commander Bond n'est qu'un mythe… »

Daniel, sans hésitation aucune, prit James par la main et l'attirant à lui, l'enlaça tendrement. James, d'abord stupéfait, s'abandonna dans les bras du blond et blottissant son visage dans le creux de son cou, savoura l'odeur et la présence de son collègue.

« -Tu as l'air d'aller mieux. Constata Daniel, ignorant délibérément De Villiers. Contrairement à hier soir. Hier, tu étais plus entreprenant et moins timide. »

Les joues de James devinrent adorablement rouges et celui-ci baissa la tête, confus.

« -Normalement c'est le brun qui est le dominant. Marmonna-t-il, dans un chuchotement. Comme je suis le brun, je suis le « mâle » alpha. »

Un rire amusé et attendri accueillit cet argument naïf et maladroit et Daniel susurra, à l'oreille du « mâle » alpha :

« -Attends que j'expédie De Villiers quelque part. Je te montrerai qui de nous deux est en mode « alpha ». »

….

Un toussotement et des applaudissements ramenèrent les deux espions sur Terre. Incrédules, ils virent un De Villiers totalement gêné et une 004 complètement ravie et épanouie, un large sourire sur son joli visage.

« -Cessez de me fusiller des yeux, monsieur Bond. Lança-t-elle, tranquillement. Grâce à moi, vous avez dépassé vos querelles et vos petites rancoeurs sans importance. De Villiers a bien rempli son rôle. »

Le concerné, en apercevant le regard courroucé et meurtrier de James, voulut s'enfuir mais 004, implacable et fière d'elle, le retint.

« -Il était temps que je te présente mon petit-ami, Daniel. Fit-elle, avec un clin d'œil à l'assistant de « M ». Un bon acteur, n'est-ce pas ? »

De Villiers protesta faiblement, mal à l'aise. James l'enfonça en renchérissant, ironique :

« -Oui, il mérite plus que des «Oscars ». »

004 décida qu'il était temps pour elle et son petit-ami de se sauver et de laisser les deux amoureux seuls lorsque Daniel approuva :

« -Tout à fait d'accord avec toi, James. D'ailleurs, je crois que je vais me charger de décerner leur prix à Maryse et à Armand. »

Daniel et James éclatèrent d'un fou rire complice, en voyant comment De Villiers suivait la « tornade » 004. Puis ils se turent, en s'observant l'un et l'autre. Avec émotion.

Un baiser passionné les rapprocha et Daniel, se détachant de James, le tira à l'intérieur de la chambre.

« -Je t'ai promis de te démontrer comment je me conduis en « alpha ». Sourit-il, taquin. Viens, James. »

James se laissa entrainé sur le lit et allongé sur le matelas. Daniel lui prodigua des petits baisers tout le long de son cou, provoquant des frissons et des soupirs de plaisir de la part du brun.

Puis…James renversa la situation à son avantage et se retrouva en position de domination.

« -Maintenant, qui est le « mâle » dominant ? » Taquina-t-il, en s'amusant à mordiller l'oreille du blond.

Daniel ne répondit pas, trop occupé à savourer les caresses de James et à promener ses mains, le long des zones sensibles du brun.

Fin.

Reviews ?