Une fin inattendue

Disclaimer :
L'univers de Bilbo le Hobbit appartient à J.R.R Tolkien et je ne m'enrichis pas en écrivant ceci. Rien ne m'appartient... Et tout le tintouin.

Avertissements :

Cette fiction contient énormément de spoilers concernant le livre Bilbo le hobbit, bien que j'ai modifié pas mal de choses je vous conseille de ne pas la lire si vous ne voulez pas vous gâcher la surprise. Une fois de plus cette histoire contient beaucoup de yaoi (et oui je sais faire que ça) le couple est Thorïn/Bilbo. Parce qu'ils sont faits pour être ensemble et puis c'est tout. Et si mon histoire est classée dans la section 'M' c'est qu'il y a une bonne raison, vous êtes prévenus dans les chapitres à venir, les moins de 18 ans devront passer leurs chemin.

Note de l'auteur :

Tout d'abord je vous prévient, je poste cette fic dans la section 'Seigneur des Anneaux' mais c'est une histoire basée uniquement sur le livre 'Bilbo le Hobbit'. C'est une histoire alternative, j'ai repris des choses du livre, mais je l'ai tourné à ma sauce et en ajoutant beaucoup de nouveaux éléments comme vous allez le voir ! Pour l'apparence des personnages imaginez ceux de la bande annonce du film Le Hobbit de Peter Jackson je sais pas pourquoi je dis ça mais je pense que inconsciemment, elle m'a beaucoup influencée et puis en même temps faut avouer que Thorïn est vachement plus sexy dans le film que dans le livre, ça doit être pour ça ! Ah oui et j'ai utilisé les noms anglais tout simplement parce que dans mon bouquin de Bilbo ,c'était écrit comme ça. A part ça ne vous inquiétez pas, je n'oublie pas ma première fanfiction je suis en train de rédiger la suite ! Sur ce, bye bye et bonne lecture.

OOO

Chapitre 1

Bilbo restait planté là à attendre depuis des jours et des jours, il ruminait de sombres pensées, sous la montagne ou il commençait à penser qu'il allait finir ses tristes jours. Mais pourquoi diable Thorïn refusait catégoriquement de négocier une part de son trésor avec les hommes du lac et avec les elfes ? Cette solution arrangerait tout le monde pourtant. Mais voilà, c'était un bougre de nain incapable de mettre sa fierté de côté. Lorsque les elfes étaient venus négocier pour la énième fois, la réponse du Seigneur sous la Montagne fut la plus violente, il décocha une flèche au messager, qui par chance eut le temps de brandir son bouclier. Thorïn avait alors mit fin à toute possibilité de négociation, il refusait de céder ne serait-ce qu'une pièce d'or de sont fabuleux trésor aux hommes d'Esgaroth -qui pourtant l'avait aidé après l'épisode des tonneaux- et encore moins aux elfes de Mirkwood pour qui il vouait une haine farouche. Pourtant c'était ces mêmes hommes du lac qui avaient tué le dragon Smaug, mais il ne voulait rien savoir et continuait à refuser de négocier si l'armée des elfes était présente, ce qu'il percevait comme un affront. Bilbo le savait, cet abrutit était capable de se laisser mourir avec son fichu or.

Décidément, ce nain l'étonnerait toujours. Mais le petit hobbit se sentait las de toute cette agitation, il n'avait pas envie de se battre, lui tout ce qu'il voulait... Et bien c'était la paix, dans son trou de hobbit bien tranquille, et une personne avec qui le partager. Mais plus il y pensait, et plus il trouvait cette idée bizarre, son trou de hobbit lui paraissait à des millénaires, sans parler de la personne qu'il aimait, complètement inaccessible. Dans quel pétrin il s'était encore fourré... Cette idée incongrue ne le quitta pourtant pas et y penser le rendit un peu plus malheureux qu'il ne l'était déjà...

Les jours s'écoulaient lentement, les nains étaient pour la plupart de l'avis de Thorïn, ils ne laisseraient pas leurs magot à des traîtres d'hommes et des elfes et passaient leurs journée à en parler ! Bilbo les trouvait vraiment entêtes à la limite du ridicule, il n'avait guère plus envie de rester sous cette montagne à manger du cram pour le restant de ses jours. De plus, un jour où Thorïn se décida à parler de la fameuse Arkenstone, qui était pour lui le bien le plus précieux, Bilbo se sentit mal. Bien sur qu'il savait ou était son précieux bien, il était dans sa poche, bien au chaud, mais le hobbit se garderait bien de le révéler à qui que ce soit, car il avait vraiment peur du sort que pourrait lui réserver le seigneur nain si jamais il l'apprenait.

Un soir, un corbeau amena la nouvelle que les nains de Daïn des Monts de Fer étaient en marche vers la Montagne Solitaire. Et ce soir là, Bilbo prit sa décision, cela faisait déjà quelques jours qu'il y pensait mais il se rendit compte qu'il était prêt à tout pour éviter une guerre inutile. Quitte à se faire haïr par ses compagnons, il se devait de le faire. Il s'arma de son plus grand courage (c'était encore son côté Took qui ressortait) et mit son plan en action.

Tout d'abord, il attendit que ce soit le tour de garde de Bombur, après quelques habiles paroles, il prit sa place à côté du mur, et lorsque le gros nain partit se coucher, Bilbo sortit de cette prison de pierre dans la ferme intention de tout arranger. Il mit son anneau au doigt et marcha en direction du campement des hommes et des elfes. Après être lamentablement tombé dans l'eau, il se trouvait bien vite près d'un feu en face de Barde et de Thranduil le Roi des elfes qui le regardaient étrangement. Après quelques temps à bavarder, il réussit à leurs exposer son plan, il leurs donna l'Arkenstone un peu à contrecœur, en leurs assurant que c'était le cœur de la montagne, mais aussi le cœur de son seigneur. Ils leurs conseilla de la marchander pour obtenir ce qu'ils voudraient, qu'ils fassent ce qu'ils veulent du moment que cette stupide querelle cesse.

« J'espère qu'elle vous sera utile. » Annonça Bilbo tristement. Car oui, il s'en voulait de trahir ainsi ses amis, mais surtout de trahir Thorïn, car il savait pertinemment que le nain ne lui pardonnerais jamais... Mais peut importe si ce geste pouvait éviter de le faire tuer dans une bataille inutile, alors il serait heureux.

« Je vous conseille de rester ici, vous serez honoré et trois fois bienvenu. » Lui dit le Roi des elfes qui venait d'exposer sa crainte que les nains ne lui fassent du mal en apprenant sa trahison.

« Je vous en remercie beaucoup, assurément, mais je ne crois pas devoir abandonner ainsi mes amis, après tout ce par quoi nous avons passé ensemble. Et puis j'ai promis de réveiller le vieux Bombur à minuit. Il faut vraiment que je m'en aille, et vite ! »

Aucun argument ne fit changer d'avis le hobbit, il voulait retourner coûte que coûte auprès de ses amis, mais surtout d'un ami en particulier, même si il savait très bien que c'était celui qui allait le plus le détester, il voulait passer quelques derniers instants auprès de lui. Il était tellement perdu dans ses pensées, qu'il ne remarqua pas le vieil homme encapuchonné qui le félicita, lorsqu'il leva la tête il s'aperçût que c'était Gandalf. La vue du magicien le rendit plus heureux et ce dernier lui assura qu'il devait garder courage pour affronter ses amis « Il se peut que vous vous en tiriez bien » Cela lui remonta quelque peu le moral de revoir Gandalf après tout ce temps. Mais plus il se rapprochait de la montagne, plus son moral redescendait. Et c'est ainsi qu'il se hâta de rentrer , anxieux et empli de regrets.

Il réveilla Bombur à minuit comme prévu et partit se coucher dans un coin, emmitouflé dans des couvertures, il s'endormit instantanément, pensant à ce qui allait lui arriver lorsque Thorïn allait se rendre compte que c'était lui qui avait donné l'Arkenstone à ses ennemis.

Le lendemain matin, ce fut le bruit des trompettes qui les réveillèrent tous.

« Daïn doit être arrivé et ils ont eu vent de son approche, assurément.» s'écria alors Thorïn, « Dites leurs de se présenter en petit nombre et sans armes, je les écouterais. » Dit il.

Bilbo attendait dans son coin, anxieux, lorsqu'un détachement de vingts hommes accompagnés de Barde et du Roi des elfes s'avança, à leurs côté se trouvait un vieillard encapuchonné que Bilbo reconnut comme étant Gandalf, qui portait une caisse en bois. Ils déposèrent leurs armes et Barde parla :

« Salut, Thorïn, êtes vous toujours dans les mêmes dispositions ? »

« Je ne changerais pas d'avis avec le lever et le coucher de quelques soleils ! » Répliqua Thorïn. « Seriez-vous venus à la seule fin de me poser des questions oiseuses ? L'armée des elfes n'est pas encore partie et jusqu'à ce qu'elle s'exécute je ne discuterais pas avec vous. »

Il resta catégorique, et Bilbo commençait vraiment à avoir peur.

« N'y a t-il rien donc pour quoi vous céderiez un peu de votre or ? » Tenta Barde.

«Rien que vous et vos amis puissiez offrir. »

« Et l'Arkenstone de Thraïn ? » Répondit soudain l'homme.

Gandalf que personne ne reconnut ouvrit la caisse de bois et montra l'Arkenstone qui brillait de milles feu. Personne ne parla durant un long moment, même Thorïn, étonné qui rongeait son frein. Bilbo assistait à la scène, misérable. Il ne savait plus ou se mettre et voulut se faire plus petit qu'il ne l'était déjà. Quand enfin, Thorïn, furieux, parla :

« Elle appartenait à mon père et elle est à moi ! Pourquoi devrais-je acheter ce qui me revient de droit ? Pourquoi êtes vous en possession du bien de ma maison, voleurs ? »

« Nous ne sommes pas des voleurs et nous vous rendrons votre bien en échange de notre bien. »

« Comment l'avez vous acquise ? » Hurla alors Thorïn, emplit de rage.

« ...C'est moi qui leur ait donné ! » Les mots sortirent de la bouche de Bilbo avant qu'il ait eu le temps de réfléchir...

« Vous ! Vous ! » cria Thorïn, se retournant contre lui et le saisissant des deux mains. Misérable hobbit !Espèce de... Traître ! Hurla t-il à court de mots, ses mains serrant le cou de Bilbo fermement.

« Je voudrais bien que Gandalf soit ici, la peste soit de lui pour vous avoir choisit ! Quand a vous, je vais serrer tellement fort votre cou que plus jamais vous ne pourrez commettre tel affront ! » Sur ces mots, il souleva le pauvre hobbit au dessus du sol et serra encore plus si c'était possible. Bilbo ne pouvait rien faire, à part planter son regard suppliant dans celui de Thorïn...Thorïn pour qui il éprouvait du respect, de l'admiration...et de l'amour. Car oui, il l'aimait du plus profond de son petit cœur de hobbit et il se sentait misérable de l'avoir trahit de cette façon, même si il savait que c'était pour le protéger d'une guerre. Mais cela, le nain ne l'avait pas compris, dans sa folie meurtrière. Bilbo tenta de le faire lâcher prise en enserrant ses poignets, mais il n'y avait rien à faire, il était trop fort.

« Arrêtez ! » dit une voix forte. Le vieillard qui portait la caisse rejeta son manteau et son capuchon. Et tous purent découvrir Gandalf. « Me voici. Et juste à temps à ce que je vois. Relâchez Bilbo et écoutez ce qu'il a à dire. »

Thorïn planta son regard furieux dans celui du hobbit, il sembla à celui-ci qu'un éclair de lucidité traversa les yeux du nain qui desserra son emprise. Bilbo tomba à terre comme une chiffe molle, toussant et se massant la gorge.

« Alors, qu'avez vous à dire misérable petit rat ? »Thorïn ne lui laissa néanmoins pas de répit.

Après avoir repris son souffle, Bilbo se leva, et malgré sa peine, il regarda Thorïn dans les yeux et parla :

« C'est ainsi que vous me traitez, après toutes les aventures que nous avons partagé ensembles ? Après tout les dangers desquels je vous ait tirés ? Vous n'avez donc aucune amitié pour moi, pas la moindre considération ?»

Vu qu'il ne reçut aucune réponse, il continua tristement. « Considérez que j'ai disposé de la part du trésor qui m'était promise comme il me plaisait, et que nous sommes quittes. »

« Je vous laisserais partir quitte, mais puissions nous ne plus jamais nous rencontrer. »

Il se retourna et poursuivit froidement : « Je ne vous pensais pas capable d'un tel acte, Monsieur Baggins. » Puis il se retourna vers Barde et le Roi desz elfes et leurs dit de son air le plus hautain «Vous aurez droit à la part du trésor de ce traître, en échange de l'Arkenstone. Et lui, (il désigna Bilbo du menton), prenez le si vous désirez qu'il vive, mais aucune parcelle de mon amitié ne l'accompagnera ! »

Bilbo rejoint alors Gandalf, il se retourna néanmoins et ne put s'empêcher d'ajouter un « Adieu, peut être nous reverrons nous un jour. » A l'adresse des nains. Ceux-ci avaient l'air désolés et honteux de la façon dont leurs chef avait traité Bilbo...

« Partez ! » S'écria Thorïn. « Vous portez une cotte de maille faite par les miens et trop bonne pour vous. »

En effet, il portait toujours la cotte de Mithril, mais à cet instant, c'était vraiment le dernier de ses soucis, personne ne le vit, mais une seule et unique larme coula sur la joue du hobbit qui baissa la tête. Il avait l'impression d'être un moins que rien, mais le pire c'était tout de même l'attitude ignoble de Thorïn envers lui. Le nain était furieux contre lui. Et dire qu'un moment il avait cru qu'il l'appréciait, comme un imbécile qu'il était. Il lui avait semblé qu'après l'épisode de l'évasion de la prison des elfes, il avait gagné l'affection de Thorïn et il en était très heureux. Il lui avait même semblé que le nain avait été impressionné par son courage quand il avait osé faire façon au dragon. Mais maintenant tout était fini, il le détestait et avait de bonnes raisons de le faire, il ne voulait plus lui parler, plus le voir, ne plus rien avoir à faire avec lui. Il avait même essayé de le tuer.

Et l'entretien se termina ainsi, il fût convenu que l'échange s'effectue le lendemain à midi.

OOO

Alors qu'est ce que vous en pensez ? Une pt'tite review ? =)