Chapitre 5

Déçu de son entrevue avec le magicien, il était vraiment de mauvaise humeur lorsqu'il rentra dans sa tente en bougonnant :

« Foutu magicien, foutu nain et foutu...Thorïn ? Qu'est ce que tu fais là ? »

« Tu est dans ma tente. »

« Ah. Je te laisse alors, bonne nuit. » C'était bien le moment de se tromper de tente...

« Tu crois que tu va m'éviter indéfiniment ? »

« T'éviter ! Mais enfin je ne t'évitais pas. »

« Bien sur, tout à l'heure lorsque tu parlait à Nori et Dori, tu as levé la tête vers moi et quand je les ait rejoint tu avais subitement disparu ! Mais ce n'est qu'un exemple parmi tant d'autres, je vois que ma compagnie t'est désagréable alors je ne te retient pas davantage. »

Les paroles du nain étaient vraiment amères et Bilbo s'en voulut un peu de son comportement immature.

« Bon, j'avoue je t'évitais. »

« Évidemment. »

« Mais c'était parce que je ne voulais plus t'entendre dire que l'on doit être séparés ! » Bilbo reprit courage et vida son sac. « Hier soir et ce matin c'était si beau que je croyais être dans un rêve. Nous avons parlé et tu t'est occupé de moi, j'avais l'impression d'être important pour toi et puis tu as tout gâché lorsque tu as parlé de ta fichue Arkenstone ! Parce que j'ai cru que tu me disais de m'en aller en me l'offrant. »

« Bilbo, c'est moi qui ait eu peur que tu t'en aille, donc j'ai pris les devant et t'ai offert mon bien le plus précieux pour que tu comprennes à quel point je tiens à toi, et ce même si tu est loin de moi. Je croyais que tu allait rentrer en Conté. »

« Idiot ! Je n'ai pas besoin de ton diamant, si beau soit-il pour savoir combien tu tient à moi, je pense que le fait d'être venu t'excuser suffisait amplement ! Et je ne vais pas partir... »

Bilbo, soulagé d'avoir pu avoir cette conversation avec le nain, s'approcha de lui déterminé et l'enlaça chaleureusement, ses bras enserrant son cou, il y enfouit son visage. Thorïn se sentit vraiment heureux de ce dénouement et répondit à son étreinte en plaçant ses bras autour du petit corps collé contre lui. Ce moment était tellement beau qu'ils ne firent pas tout de suite attention au fait qu'ils n'étaient plus tous seuls.

En effet, à l'entrée de la tente, se trouvaient Ori, Dori, Nori, Oïn, Gloïn, Balïn, Dwalïn, Bifur, Bofur, et même Bombur, tous agglutinés. Thorïn se racla la gorge et Bilbo s'écarta, ne comprenant pas tout de suite, il vit le regard insistant de son vis-à-vis qui fixait un point derrière lui et il se retourna, il sursauta lorsqu'il vit toute la troupe, à moitié rentrée dans la tente, et l'autre essayant de voir ce qu'il se passait à l'intérieur.

Après un blanc de quelques secondes, Gloïn pris la parole :

«Heu... C'était pour vous dire que Fili et Kili se sont réveillés ! » Et la petite troupe de nains se hâta de sortir de la tente pour éviter de s'attirer les foudres de leurs chef, le pauvre Bombur manqua de tomber tellement il s'enfuit rapidement. Bilbo regarda Thorïn et éclata d'un rire franc et enjoué. Si bien que même le grand Thorïn leva les yeux au ciel et s'autorisa un petit sourire. Après tout qu'est ce que cela pouvait bien faire que leurs amis les ait vus ?

Bilbo attrapa la main de Thorïn et ils sortirent de la tente, se dirigeant vers celle ou étaient Fili et Kili. Il ne lâcha pas sa main lorsqu'ils se trouvèrent devant leurs amis, en train de se réveiller.

« Mes amis, vous vous êtes battus pour me sauver, je ne l'oublierais jamais. » Leurs dit alors Thorïn

« Nous sommes tous heureux de vous voir revenus parmi nous. » Assura Bifur, tout sourires. Tout les nains eurent un mot gentils à l'attention de leurs amis blessés.

Kili eut un petit sourire et Fili parla :

« C'est bon d'être de retour parmi vous ! »

« Je pense qu'on devrait aller fêter tout ça autour d'un bon repas ! » S'écria Bombur soudainement.

Ce soir là, on donna un beau banquet en l'honneur de Fili et Kili, revenus à eux, mais surtout pour fêter leurs victoire, nains, hommes et elfes étaient présents, même Beorn, qui avait repris sa forme humaine fort heureusement, participa au festin, tout le monde but énormément et mangea énormément (surtout Bombur) et tous allèrent se coucher le cœur léger.

Sous la tente de Bilbo, qui était en réalité celle de Thorïn, mais de toute façon peu importe, Bilbo complètement saoul en faisait voir de toutes les couleurs au nain...

« J'ai...Euh une idée ! Oui voilà une bonne idée. »

« Qui est ? »

« Non je sais plus ! »

Cela faisait plus de dix minutes que Bilbo essayait de lui expliquer quelque chose, mais à chaque fois, il explosait de rire et oubliait la fin de sa phrase...

Thorïn, découragé, s'approcha de Bilbo et l'allongea sur le lit, mais alors que le hobbit était couché et immobile, il agrippa les épaules de Thorïn, et en deux en trois mouvement, il était déjà à califourchon au dessus de lui. Bilbo eut un petit rire :

« C'est bon je me souviens... »

« Bilbo tu est complètement ivre, ça suffit. »

« Nan, c'est pas vrai ! »

« Lâche moi et endort toi maintenant. »

« Quoi tu veut pas de moi c'est ça ? » Son regard se fit soudain très triste.

« Non ce n'est pas ça... »

« Et bien qu'est ce que tu attend ! » Bilbo lui prit la main et la déposa sur ses hanches avec un regard provocateur. Et puis il l'embrassa sans prévenir. Les hanches de Bilbo se mirent à onduler de façon très sensuelle et sa respiration se fit plus rapide. Tout cela faisait tourner la tête du nain, qui lui même avait un peu bu, même si il n'était pas dans un état aussi critique que le petit hobbit. Quand le baiser se fit plu poussé, il se força à arrêter, avant que les choses ne dégénèrent et se releva non sans peine en repoussant doucement Bilbo.

« Non, pas comme ça, je ne veux pas profiter de ton état. Je ne veux pas perdre le contrôle et te blesser. Tu comprendra tout ça demain quand tu sera dans ton état normal. Et arrête de me regarder comme ça. »

« Mais ! »

« Il n'y a pas de mais, je vais me coucher, bonne nuit. »

Même si le nain n'en laissa rien paraître il était très chamboulé du comportement de Bilbo. Ce soir là il eut beaucoup de mal à s'endormir. Bilbo quand à lui, s'endormit comme une pierre quelques minutes plus tard...

OOO

Bilbo et Thorïn ne reparlèrent pas ce petit incident, Bilbo parce qu'il avait oublié, ce qui était tout à fait plausible au vu de son taux d'alcoolémie élevé à ce moment là. Et Thorïn parce qu'il se rendit bien vite compte que son petit hobbit n'en gardait pas le moindre souvenir. Étant donné leurs récente réconciliation, il ne se risqua pas à lui rappeler les événements, au risque de tout gâcher.

Les jours passaient et tous se mirent à l'œuvre pour reconstruire Esgaroth. Bilbo et Thorïn se rapprochaient de plus en plus même si le nain avait insisté pour qu'ils ne dorment plus dans le même lit... Bilbo ne comprit pas pourquoi, mais il accepta néanmoins. Très vite, Kili et Fili se remirent complètement de leurs blessures. Bien sur, Bilbo pardonna à Gandalf et tout allait pour le mieux.

Mais une nuit où tout le monde était couché, Bilbo n'arrivait pas à trouver le sommeil, il se triturait l'esprit, se posant encore et toujours la même question. Alors il eut une idée, il enfila son anneau au doigt et fila dans la tente de Thorïn, avec la ferme intention de faire bouger les choses. Il se faufila à l'intérieur de la tente et s'approcha à pas de loups du lit de son aimé. Celui-ci dormait à poings fermés et cela rappela à Bilbo le jour où il lui avait avoué ses sentiments, et il eut un petit sourire à cette pensée. Sauf que cette fois-ci Bilbo déposa ses lèvres sur celles du nain, dans l'intention de le réveiller. La seule réaction du nain fut un grognement et il se tourna sur le côté dans son sommeil. Bilbo leva les yeux au ciel et se décida à poser une main sur l'épaule de Thorïn doucement.

« Thorïn... Réveille toi. »

Cette fois ci il bougea un peu plus... Seulement pour se retourner de l'autre côté, face à Bilbo. Le hobbit, triste de voir que son plan tombait à l'eau, enleva son anneau et s'allongea aux côtés de Thorïn, dépité. Bon visiblement ce n'était pas le moment propice pour faire bouger les choses, mais il pouvait au moins dormir aux côtés de Thorïn. Il se coucha dos à Thorïn et rumina de sombres pensées. Si ça se trouve, Thorïn ne voulait pas que leurs relation évolue... Ou peut être que les nains n'étaient vraiment pas doués à ce niveau là. Ou peut être que... Un bras autour de sa taille l'empêcha d'y penser d'avantage. Il allait parler, lui pose un tas de question lorsqu'il sentit la bouche de Thorïn se poser sur l'arrière de son cou. Sa courte barbe lui chatouillait le cou, Bilbo frissonna à ce contact.

« Thorïn... Tu es réveillé ? »

« Hm, oui on peut dire ça. »

Bilbo se retourna vivement.

« Il faut que je te pose une question... heu. Voilà. Est ce que, j'ai fait quelque chose de mal ? Parce que'on ne dort plus ensemble, je voudrais me rapprocher de toi... Enfin tu comprend ? »

« Oui. Mais je ne sais pas si tu veux vraiment la réponse. »

« Comment ça ? » Demanda Bilbo, appeuré. Alors il avait vraiment fait quelque chose de mal ? Mais il n'arrivait pas a se rappeller quoi...

« Le soir où nous avons fêté notre victoire. »

« Et bien quoi ? » Commença a s'impatienter le hobbit.

« Bon, si tu veux vraiment savoir. Tu as bu, nous sommes allés dans ma tante pour nous coucher et tu m'as sauté dessus. »

« J'ai.. J'ai fais ça ?... Oh mon dieu. » A cet instant Bilbo voulait s'enfouir six pieds sous terre tellement il avait honte de lui. Alors c'était ça, la raison pour laquelle il s'étaient un peu éloignés, la raison pour laquelle il y avait comme un malaise entre eux... Bilbo comprenait subitement. Il enfoui sa tête dans ses mains, ne voulant plus croiser le regard de Thorïn. « Désolé. »

« Pourquoi ? »

« D'avoir tout gâché... »

« Ecoutes moi Bilbo. Il n'y a rien de plus au monde qui me comblerais davantage. Seulement, je ne voulais pas que ça se passe comme ça. Je voulais que ce soit une chose inoubliable pour toi. » Il pris ses mains dans les siennes doucement. « Regardes moi. »

Bilbo, encore un peu rouge, avait les yeux un peu brillants et un petit sourire niais ornait ses lèvres. Thorïn se rapprocha doucement et posa ses lèvres sur les siennes.