Personnages/Couple : Alonso, Gonzalo, Satur (Gonzalo/Satur), Murillo

Timeline : genre vers épisode 2 ou 3 ?

380 mots

Ecrit en février 2012
Attention c'est stupide...

ooo

Alonso tournait et retournait sa cuillère dans sa soupe, le menton appuyé contre son poing, l'air buté. Manifestement il ne pardonnait toujours pas a son père l'éviction injustifiée de Margarita.

Malgré les efforts louables de Saturno pour rendre l'atmosphère plus cordiale, la dispute finit inévitablement par éclater à nouveau.

- C'est ma tante ! cria le garçon, des larmes aux bords des yeux. Je sais bien qu'elle ne remplacera pas maman, mais pourquoi tu ne veux pas comprendre que j'ai besoin de quelqu'un pour s'occuper de moi comme elle ? Elle me manque trop... Toi aussi tu en as besoin !

- Je n'ai besoin de personne, répliqua une fois de plus Gonzalo, l'air sombre. Nous n'avons besoin de personne.

Saturno ouvrit la bouche pour répondre, tenté une fois de plus de se ranger du coté du jeune garçon et du bon sens, mais un regard noir de son maitre l'en dissuada. Il changea donc de camp.

- Ton père à raison, Alonso, commença-t-il. Tu n'as pas besoin d'une nouvelle maman... Tu n'en a plus besoin : tu en as déjà une !

Le père et le fils levèrent en même temps vers lui un même regard où se lisait la perplexité et une consternation anticipée.

- Ben oui... C'est moi... ta nouvelle maman !

Devant l'expression de Gonzalo et son fils il jugea bon d'expliquer plus en détails sa théorie.

- Et oui, je fais à manger, je met un peu d'ordre dans la maison quand ton père et toi êtes à l'école, et je prend soin de toi. Et de ton père. Je prend énormément soin de ton père. Beaucoup plus que tu te l'imagi – AÏE !

Gonzalo venait d'écraser le pied de son valet en roulant des yeux furieux. Cela n'échappa évidement pas au jeune garçon. Gonzalo pria pour qu'il n'en déduise rien d'important, il ne tenait vraiment pas à ce qu'Alonso découvre qu'il était l'Aigle Rouge et que Saturno était son fidèle et indispensable écuyer.

Dieu merci ce n'est absolument pas l'interprétation qu'Alonso avait fait de la vibrante déclaration de Saturno.

- Oui, je vois de quoi tu parles, lui assura Murillo d'un air sérieux quand son ami lui relata la scène. Mon frère est devenu pareil depuis qu'il est rentré dans l'armé...