En attendant le premier épisode de la saison 5, voilà pour patienter dans la dernière ligne droite le dernier chapitre de cette fic !

J'ai beaucoup aimé l'écrire et vous remercie une dernière fois pour tout votre soutien. Un merci spécial à Clémentine qui a eu la gentillesse de relire chacune de ces lignes.

Je reviendrai peut-être pour une autre fic en fonction de l'avis qu'elle me donnera sur mon brouillon ^^

Encore merci à tous et bonne lecture

Carapuce


Installés l'un contre l'autre sur la plage, Castle et Beckett savourait leur première soirée sous les étoiles.

« Hier on poursuivait Tyson et ce soir on regarde les étoiles au bord de la mer. Notre vie est complètement folle.

- C'est vrai.

- C'est très Nikki comme style tu sais ?

- On se demande bien pourquoi. »

Amusée par ce soudain enthousiasme, elle embrassa doucement la joue de son partenaire avant de fermer les yeux. Bercée par les vagues et par les caresses sur sa peau, la jeune femme s'endormait peu à peu.

« On devrait y aller, tu tombes de sommeil.

- Je suis très bien là.

- N'es tu pas censée être l'adulte dans notre couple ? »

Kate ne prit même pas la peine de répondre et se contenta de le frapper mollement sur le torse pendant qu'il la soulevait dans les airs.

(…)

Beckett rouvrit les yeux en sursauts, le souffle encore haletant. Son premier réflexe fut de tendre la main sur sa droite, cherchant le contact rassurant de son amant endormi.

Rien.

Elle alluma la petite lumière de l'autre côté du lit et observa avec soulagement sa nouvelle chambre en bord de mer. L'absence de Castle l'inquiéta néanmoins et elle se leva en vitesse, remontant le couloir avec hâte. Kate le trouva dans la 'bibliothèque', installé par terre entre les coussins, l'ordinateur sur les genoux. Le jour se levait déjà par la fenêtre et il avait probablement passé toute la nuit ici.

Castle mit plusieurs minutes à réaliser la présence de la jeune femme. Complètement absorbée par ce qu'il écrivait, il n'avait pas vu le temps passé. Un bref coup d'œil à l'horloge intégrée lui confirma qu'il n'avait pas arrêté de la nuit.

« Tu es déjà levée ?

- Tu n'es pas encore couché ?

- J'ai été inspiré.»

La main tendue vers sa compagne, Rick l'invita à s'approcher alors qu'il posait son portable un peu plus loin. Elle le rejoignit sans grande conviction, s'asseyant près de lui.

« Est-ce que tout va bien Kate ?

- Oui.

- Ton visage me dit le contraire.

- Mon visage a mal dormi. »

Beckett paraissait fatiguée, énervée même. Castle se risqua malgré tout à la prendre dans ses bras, caressant doucement ses cheveux.

« Un cauchemar ? »

La jeune femme hocha la tête pour toute réponse, complètement anesthésiée par ces caresses.

« Tu n'en avais pas fait depuis longtemps pourtant.

- Tu n'avais pas fait un truc stupide depuis longtemps.

- Je croyais que tu ne m'en voulais plus ?

- Je sais »

Ils ne dirent rien pendant quelques instants, réfléchissant en silence à ce qui allait suivre.

« Je n'étais pas là ce matin. Ça t'a inquiété ?

- Non. »

La jeune femme était bien consciente qu'il avait mis le doigt sur la raison de sa mauvaise humeur mais se refusait à lui avouer. Elle n'avait pas passé une nuit sans lui depuis des mois et avait étonnamment arrêté de faire des cauchemars.

« Si tu m'offrais un café je suis sûre que ça irait mieux.

- Tout ce que tu voudras. »

Il lui sourit avant d'embrasser son front et de l'aider à se relever, bien décidé à lui faire oublier ces mauvais souvenirs.

(…)

Castle s'était replongé dans l'écriture peu après le petit déjeuner, visiblement très inspiré. Kate l'avait laissé faire, consciente que c'était sa manière de tirer un trait sur ces derniers jours. La jeune femme déambula un long moment sur la plage avant de revenir s'installer sur le ponton face à la maison des Rodgers. Elle resta un long moment à regarder les vagues s'échouer à ses pieds et n'entendit pas Martha arriver.

« Vous êtes bien soucieuse très chère.

-Martha ! Vous m'avez fait peur. »

Un sourire réconfortant sur le visage, l'actrice vint s'installer tout près de Beckett, détaillant chaque trait de son visage.

« Richard est en vie, il va bien.

- Je le sais Martha.

- Alors qu'est ce qui vous angoisse ? Pourquoi n'êtes vous pas avec lui à célébrer la vie et votre anniversaire. »

Kate sourit, la mère de son amant était décidément aussi douée que lui pour lire en elle comme dans un livre ouvert.

« Il l'a poursuivi Martha, il n'a pas eu peur un instant, il… il m'a fait penser à un flic.

- Il vous suit depuis cinq ans déjà, il a forcément pris un peu de vous.

- Pas la bonne partie visiblement. »

La comédienne ne répondit pas mais lui prit la main, attendant patiemment que Kate livre le fond de sa pensée.

« Il est parti à sa poursuite sans moi, sans renfort et aurait pu se faire tuer. Il n'aurait jamais dû en avoir la possibilité. Je l'ai laissé devenir mon partenaire alors qu'il aurait dû rester consultant. Simplement consultant.

- Vous n'auriez jamais pu le convaincre de rester à cette place.

- S'il ne m'avait pas suivi partout, vous n'auriez jamais risqué de le perdre Martha. »

Enfin, elle comprenait où venait en venir Beckett.

« Kate mon fils a pris sa décision seul, il est heureux dans sa vie professionnelle et, grâce à vous, dans sa vie personnelle. Il ne vous a pas attendu pour faire n'importe quoi bien au contraire, il s'est assagi à vos côtés. Vous n'êtes en rien responsable de ce qui aurait pu arriver.

- Il n'a pas pensé à vous ou à Alexis. Il a foncé tête baissée. Il est devenu comme moi.

- Si ça vous inquiète à ce point parlez en avec lui Kate mais surtout n'allez pas imaginer que je vous tiens pour responsable de ses mésaventures. Au contraire, s'il est en vie c'est grâce à vous. »

La jeune femme lança un regard reconnaissant à Martha, heureuse de la compréhension dont elle avait toujours su faire preuve à son égard. Elles restèrent silencieusement côte à côté pendant quelques minutes avant de retourner à l'intérieur pour préparer le repas.

(…)

« Ça à l'air d'aller mieux.

-C'est vrai. »

Sa mère et sa fille avaient à peine quitter la maison que Rick avait fondu sur Kate pour l'enlacer, glissant de tendres baisers dans son cou.

« Je t'ai vu discuter avec ma mère tout à l'heure, tu veux m'en parler ? »

Kate se retourna vers son compagnon, glissant les mains sur son torse et jouant nerveusement avec le col de sa chemise. Castle la serra un peu plus, l'encourageant silencieusement.

« Je me suis revue à travers toi quand tu poursuivais Tyson.

- Je sais tout ça, je suis désolé.

- Je ne veux pas que tu deviennes comme moi, que tu deviennes comme un flic. Tu es différent, unique. »

Il l'embrassa tendrement, touché par son honnêteté et la laissa poursuivre.

« Je ne veux pas avoir un jour à expliquer à ta mère et à ta fille que tu t'es fait tuer parce que tu as voulu me suivre dans mes enquêtes. Elles m'ont ouvert les bras, m'ont considérée comme l'une d'entre vous. Je ne veux pas qu'elles subissent ça.

- Je t'ai promis de faire plus attention.

- Je sais. Seulement parfois je me demande si tu fais bien de continuer à me suivre. »

Castle stoppa aussitôt ses caresses et attrapa le menton de la jeune femme du bout des doigts, l'incitant à le regarder.

« On est partenaire Kate. Always. »

Kate croisa son regard et répondit aussitôt.

« C'est trop facile d'utiliser ça. »

Castle sourit de sa mauvaise humeur et embrassa rapidement son front.

« Je te promets de t'attendre la prochaine fois, tu pourras être stupide avec moi comme ça.

- Je ne ferai rien de stupide, je suis l'adulte dans notre couple.

- Je crois qu'on l'est à mi-temps.

- On est pas dans un de tes livres tu sais ? Tu ne peux pas t'inventer adulte responsable. »

Il lui sourit longuement et Kate en profita pour observer minutieusement son amant. Malgré la fatigue qui marquait son visage, il rayonnait. Cheveux mal coiffés et chemise claire, cet air de vacances redonna le sourire à la jeune femme.

« Maintenant je vais m'occuper de toi tout ce week-end et tu ne pourras pas protester.

- Et ton livre ?

- Tu ne m'as pas entendu dire que tu ne devais pas protester ? »

Elle ne protesta plus du week-end et s'en félicita à chaque seconde.

...

EPILOGUE

Ils étaient arrivés chez Castle dans la matinée, bien décidés à profiter de leur dernière journée de repos. Téléphones éteints, ils avaient passé ces dernières heures blottis l'un contre l'autre sans pouvoir se détacher.

« Tu es sûre de vouloir dîner dehors ?

- Je croyais que tu avais réservé ?

- C'est le cas. »

Castle s'approcha dangereusement de sa partenaire, la poussant contre le mur de l'entrée. Il posa ses grandes mains sur les hanches de la jeune femme et captura ses lèvres fougueusement. Kate s'agrippa alors à son cou et répondit avec ardeur à cette étreinte improvisée.

« Je dois en conclure que tu n'as pas faim ? »

Rick ne dit pas un mot et releva un sourcil pour toute réponse, affichant un mince sourire. Alors qu'elle se redressait pour l'enlacer à nouveau, Castle attrapa ses jambes et la porta jusqu'au canapé. Complètement allongé sur sa muse, il adopta sa voix la plus charmeuse pour lui susurrer quelques mots à l'oreille.

« J'ai toujours un cadeau à te donner. »

Elle sourit et lui offrit un baiser furtif avant qu'il ne parte à la recherche de son présent.

« Joyeux premier anniversaire.

- Merci Rick. »

Elle tenait entre ses doigts une boite en velours rouge à peine plus grande que sa main. Installée contre son amant qui l'entourait d'un bras, elle la fit tourner longuement avant de l'ouvrir avec appréhension.

Quand elle posa les yeux sur son contenu, son cœur rata un battement. Complètement sous le choc, elle releva vivement la tête vers Castle qui l'observait attentivement. Il prit la parole sans lui laisser le temps de réfléchir.

« Ça fait un an qu'on est ensemble et tu frappes toujours à la porte pour que je vienne t'ouvrir, je me suis dit qu'il fallait faire quelque chose. »

Kate reposa les yeux sur l'écrin de velours et détailla longuement son cadeau. Présenté comme un collier, les clés du loft s'étalaient devant elle, reliées par un magnifique porte clés gravé. Incapable de sortir de sa contemplation, elle semblait même avoir oublié de respirer.

« Je veux juste que tu puisses aller et venir comme bon te semble Kate. Maintenant, si tu te sens prête, je te proposerais volontiers de faire autre chose avec ces clés. »

Elle sourit nerveusement avant d'oser le regarder à nouveau.

« Pour être honnête je ne pensais pas que tu tiendrais aussi longtemps avant de me le demander.

- Je ne te forcerai pas la main Kate, j'irai à ton rythme.

- On passe tout notre temps ensemble. Je n'ai pas passé une nuit sans toi depuis des mois. Je crois… je crois qu'il va falloir être un peu courageuse.

- Si tu veux attendre encore j'attendrai. Je sais combien tout ça t'effraie parfois.

- Ce n'est pas les moments avec toi qui m'inquiètent.

- C'est l'idée qu'ils puissent s'arrêter un jour. »

Elle hocha la tête pour l'approuver, à peine surprise qu'il puisse terminer ses phrases sans la moindre difficulté. Il la connaissait décidemment mieux que personne. Malgré tout, la jeune femme restait perturbée par la situation et elle se réfugia contre le torse de son homme, profitant de l'étreinte qu'il lui offrit aussitôt.

« On pourrait faire ça petit à petit, garder ton appartement un moment, comme un lieu de transition. On le gardera aussi longtemps que tu voudras. On peut s'installer au loft ou chercher un nouveau pied à terre, quelque chose qui nous ressemble à tous les deux !

- J'adore le loft. Il n'y a pas un endroit qui ait plus de charme que ton appartement.

- Alors on y amènera toutes les affaires que tu veux garder. On pourra même faire des travaux, changer la déco.

- Je me sens bien ici tu sais, je n'ai pas besoin de tout bouleverser.

- Tant mieux Kate. C'est tout ce que je souhaite pour toi. »

Beckett glissa ses bras dans le dos de son partenaire pour mieux profiter de sa chaleur et ferma les yeux, savourant ses caresses. Ils parlaient d'emménager ensemble et ça lui semblait être la chose la plus naturelle au monde lorsqu'elle était dans ses bras.

« On en a jamais parlé mais ma mère…

- Restera ici tant qu'elle le souhaitera. Elle est chez elle et ça ne changera certainement pas parce que j'arrive. »

Castle ne put retenir un petit rire et embrassa le front de sa compagne.

« J'ai raté quelque chose ?

- Tu viens de dire que tu t'installais avec moi.

- Si ta mère et ta fille sont d'accord uniquement.

- Tu vis déjà plus ou moins ici de toute façon. »

La jeune femme se détendit peu à peu et jouait distraitement avec les cheveux de l'écrivain.

« Kate ?

- Mmm ?

- Est-ce que tu viens vraiment vivre avec moi ? »

Beckett se redressa en prenant appui sur son torse pour l'observer. Ils échangèrent un regard intense, se plongeant dans un des conversations silencieuses dont ils avaient le secret. Après quelques secondes, elle lui offrit un sourire discret et passa un genou de chaque côté de ses cuisses, venant s'installer sur lui. Kate saisit doucement le visage de son partenaire et se laissa aller contre son front. Plus que jamais elle semblait avoir besoin du contact et de la chaleur de son compagnon pour trouver enfin la force de parler.

« Dis oui. »

Elle sourit contre lui et captura sensuellement ses lèvres

« D'accord. Murmura t-elle.

- D'accord ?

- D'accord. »

Castle resserra ses bras autour de Kate et la plaqua contre son torse, dévorant son cou de baisers brûlants. Kate arrêta un instant de respirer, suspendu aux gestes de son compagnon. Il interrompit subitement son manège pour lui poser une dernière question.

« Quand ?

- J'ai deux mois de préavis

- Si tu savais ce que je me fiche du préavis. »

Elle rit de son impatience et se laissa embrasser encore et encore, priant tous les dieux pour que cet instant ne cesse jamais.

THE END