Chapitre 9

Deux jours plus tard.

Il la trouva déjà prête, étendue sur le lit, une main posée sur le haut de sa poitrine, l'autre tenant un tissu sur sa bouche alors qu'elle toussait.

C'était une toux grasse et profonde qui provoquait un son sourd dans sa poitrine et qui secouait son corps.

« Tu es sûr que tu n'as pas besoin d'un jour supplémentaire ? »

Morgan rentra dans la chambre et plaça une main amicale sur son dos. Ils avaient bouclé leur affaire tard hier soir mais ils avaient décidé de rester un peu pour se reposer avant de repartir.

Prentiss lui adressa un regard contrarié. Elle semblait aller un peu mieux, pas de rougeurs dues à la fièvre et ses yeux étaient fixes. Mais elle était encore très pâle, et, bien évidemment son corps était amaigrit, il pouvait dire qu'elle était encore faible.

« Je ne peux pas dormir toute la journée ailleurs que dans mon propre lit. »

Il enleva sa main.

« Très bien, je ne faisais que vérifier… Tu fais un drôle de bruit tu sais ? »

« Ouais, le bruit encore ça va mais la douleur est insupportable. »

« Dans ta poitrine ? »

Elle acquiesça.

« C'est comme si quelqu'un était assis sur moi jusqu'à ce que je tousse et puis ça fait comme si quelqu'un me poignardait ».

Morgan fronça les sourcils.

« Et c'est normal ? »

Elle recommença à tousser tout en essayant de faire un signe de tête. Morgan grimaça et dut montrer un signe de culpabilité, parce qu'à peine fini, elle le regarda droit dans les yeux.

« Tu ne pouvais pas savoir ce que le camionneur s'apprêtait à faire Morgan ! Ce n'était pas ta faute. »

« Je t'ai poussé à aller avec lui » ajouta t'il.

Il n'avait pas pu l'aider c'est pourquoi il n'avait cessé d'y penser ces trois derniers jours.

« Mais Morgan, tu n'as rien à te reprocher. Tu es la seule raison pour laquelle je ne suis pas à Colombia, en train d'être abusée par un homme appelé Forero. Tu le sais ça ? »

Elle se mit à tousser avant de se saisir d'un mouchoir.

Il se déplaça autour d'elle mais ne dit rien. Il le savait, mais tout de même, il se sentait coupable de ne pas l'avoir trouvé plus tôt. Il aurait dû comprendre ce qui se passait plus vite.

Emily essuya sa bouche et le regarda.

« Tu sais à quoi je pensais quand j'étais dans cette cave ? »

Elle ne lui laissa pas l'occasion de répondre.

« Que personne ne viendrait te chercher, que tu allais mourir de froid, et il n'y avait rien… »

Elle fût interrompue par une nouvelle quinte de toux.

« … Que je puise faire pour t'aider… J'étais tellement sûre que tu étais mort. »

Morgan entendit sa voix se briser, il savait qu'il n'était pas le seul à avoir été secoué par cette expérience. Plutôt que de continuer à débattre sur ce point, surtout quand parler lui provoquait encore plus de toux, il la prit simplement dans ses bras.

Emily posa sa tête sur ses épaules, il pouvait sentir qu'elle était encore faible vu comment elle laissait son poids se reposer contre lui. En étant aussi proche il pouvait entendre le dangereux râle dans ses poumons quand elle respirait.

« Très bien agent Prentiss… Oh désolée de vous interrompre… »

Ils se séparèrent aussitôt et se retournèrent pour voir une infirmière avec plusieurs papiers, une grande enveloppe et un fauteuil roulant avec une boite de mouchoirs dessus.

« Oh non, ne vous inquiétez pas » dit Emily.

L'infirmière paressait confuse, puis se ressaisit.

« J'ai votre décharge avec votre traitement. Vous devez prendre les antibiotiques deux fois par jour, de préférence au cours des repas, de façon régulière à la même heure chaque jour autant que possible. Vous devez les terminer avant de commencer à vous sentir mieux. Les expectorants peuvent être pris jusqu'à trois fois par jour. Vous avez des questions ? »

« Aucune »

Emily prit les papiers et les deux boites de médicaments puis les rangea dans son sac.

« Si vous avez à nouveau de la fièvre, assurez-vous d'avoir de l'ibuprofène. Mais normalement elle devrait diminuer avec les antibiotiques. Reposez-vous, buvez beaucoup pour évacuer les muqueuses. Il faudra que vous voyiez votre médecin dans quelques jours, il vous programmera surement une radio dans quelques semaines. »

« Semaines ?! » dit Emily bouche bée.

Morgan sourit presque à la vue de l'expression sur le visage d'Emily.

« Oui avec cette forme de pneumonie, vous devez faire attention à vous. » dit l'infirmière, l'air aussi grave et sérieux que Hotch.

Emily râla alors Morgan répondit à sa place. Il sourit chaleureusement à l'infirmière.

« Ne vous inquiétez pas, je vais m'assurer qu'elle ralentisse un moment, comme notre patron. »

L'infirmière lui rendit son sourire.

« Très bien. Je vous ai apporté une boîte de mouchoirs puisque vous m'avez dit que vous preniez l'avion. Ici vous avez vos radios que vous devrez amener chez votre médecin. »

Morgan prit la grande enveloppe avant qu'Emily ne puisse faire quoi que ce soit. Il lui fit signe de s'asseoir dans le fauteuil roulant.

« Je n'ai pas besoin de ça. »

Elle était épuisée surtout depuis les 15 dernières minutes, mais elle était trop têtue pour l'admettre.

« Si, tu en as besoin. Assieds-toi ! »

Emily lui lança un regard furieux, mais se sentant fatiguée, elle obéit. Morgan lui donna les mouchoirs puis posa l'enveloppe avec les radios derrière elle. Elle allait prendre son sac mais son équipier l'avait déjà mis sur son dos.

« Je m'en occupe, merci. » dit-il à l'infirmière qui s'en alla les laissant seul.

Ça ne prit pas longtemps avant d'atteindre le 4X4 et de s'installer. Alors qu'ils quittaient l'hôpital, Morgan eut une sensation de déjà-vu. Tout ce fiasco avait commencé avec eux deux dans une même voiture, une simple visite à une victime…

Maintenant ils allaient retrouver l'équipe à l'aéroport, mais quand même, il se sentait un peu anxieux. Il serait heureux une fois qu'ils auraient quitté cette ville, quand ils seraient dans les airs en route vers chez eux.

Ils avaient d'ores et déjà localisés 21 femmes enlevées dans quatre villes différentes, et les forces de police avaient réussi à les récupérer saines et sauves, actuellement ils travaillaient à les rapatrier dans leurs Etats. Du moins 18 d'entre elles, 3 étaient mortes.

Les 21 familles avaient été averties, et le HTTF continuait à chercher les 19 autres femmes tout en aidant les procureurs des différents Etats concernés à monter un dossier contre les trafiquants et contre les habitants de Culver.

La plupart d'entre eux savait ce qui se passait, et beaucoup d'entre eux avait fait comme si de rien n'était. 29 personnes avaient été arrêtées pour kidnapping et conspiration.

La BAU avait promis son aide et son assistance si le HTTF en avait besoin. Lui et Prentiss témoigneraient au procès, et Garcia continuait de chercher les 18 femmes restantes.

Morgan vit la mine d'Emily s'assombrir.

« Prentiss ? A quoi tu penses ? »

« Toutes ces femmes… Elles vont rentrer chez elle à présent mais au bout de 2,3 5 ans de…. »

Son discours long et enroué resta en suspend, elle remua la tête et passa sa langue sur ses lèvres.

« Est-ce qu'elles iront bien un jour ? Est-ce que c'est possible ? »

Il soupira.

« Sincèrement je ne sais pas. Je l'espère en tout cas. Au moins, elles n'ont plus à souffrir davantage. »

Emily acquiesça et toussa, faisant la grimace à cause de la douleur.

« C'est juste que je n'arrête pas de penser à leur trajet dans l'avion… »

Elle s'arrêta pour tousser encore.

« Vers un autre Etat ou des hommes les violaient encore et encore tout en ignorant leurs cris et leurs pleurs. »

« Ne fais pas ça Princesse. Ne les laisse pas hanter ton esprit et te faire culpabiliser autant. »

La prévint-il.

« Et comment je pourrai faire ? Ça aurait pu être moi, j'ai juste eu la chance de voyager avec Superman. »

Elle fut à nouveau prise d'une forte quinte de toux si violente que Morgan hésita à s'arrêter pour vérifier que tout allait bien.

« Je ne pense pas que parler est une bonne chose pour toi, pourquoi ne pas remettre cette conversation à plus tard ? »

Elle acquiesça, essayant encore une fois d'expectorer les flux de sa gorge.

« Et pour le surnom…à peine. Si j'étais superman, je t'aurai sauvée plus tôt. »

Elle lui lança un regard sceptique et marmonna :

« Tu es là maintenant. »

Il se contenta d'un sourire amer. Peu importe ce qu'elle dirait, il s'en voulait depuis un bon moment maintenant. C'est lui qui l'avait forcé à monter dans le camion et elle avait été torturée à cause de ça. Et maintenant, elle était si faible qu'elle devrait probablement rester à l'hôpital, et, s'ils avaient été proches de chez eux, c'est ce qu'elle aurait fait.

Morgan la regarda appuyer sa tête contre le siège, les yeux fermés, un bruit rauque toujours dans sa poitrine.

« Hey Prentiss ! »

Elle se retourna vers lui.

« Quand les cauchemars vont commencer, je serai là, à l'autre bout du fil, tu auras juste à composer mon numéro. »

Un sourire fatigué se dessina sur ses lèvres.

« Merci mais ça marche dans les deux sens. »

Il serrait fort sa main mais il le réalisa assez tôt pour lui permettre de tousser. Ils entrèrent dans l'aéroport au moment où elle se calmait. Morgan se souvint alors qu'il avait quelque chose à lui dire.

« Oh, et Garcia a dit qu'elle t'avait préparé de la soupe de poulet. »

Une lueur apparut immédiatement dans ses yeux.

« De la soupe maison ? »

Il sourit.

« Oui et je l'ai gouté elle est délicieuse. »

Elle paressait tout à coup heureuse et il lui fut reconnaissant.

Morgan se gara, et commença à sortir les bagages avant de l'aider à sortir. Il donna les clés à un jeune agent qui attendait à la porte puis ils pénétrèrent à l'intérieur de l'établissement. L'équipe les attendait dans la partie avion privé. Ils paraissaient épuisés.

Enfin c'était terminé ! Toute cette misérable histoire était finie.

« Allez »

Il lui donna un coup de coude.

« On dirait que tu vas t'écrouler ! »

Elle regarda mais il n'y avait aucune méchanceté là-dedans.

FIN