Voici le 3eme et dernier chapitre de junjou otaku ! C'est donc ici que s'achève la relation Sasarame *pleure*

Bonne lecture !


« Sasahara était planté tranquillement devant le jeu que lui avait prêté Madarame. Malheureusement, c'était bientôt la fin, et il appréhendait le moment où il devrait rendre le jeu à son ami. Sans s'en rendre compte, il s'était dépêché de le finir, il voulait simplement le revoir. Les choses ne devaient pas rester telles qu'elles. Il se leva brusquement. Après avoir fait les cent pas dans son appartement, il se décida à sortir de chez lui, munit du jeu vidéo. Plein d'espoir, il prit une grande inspiration et céda le premier pas vers la vérité.

Arrivé à l'orée du perron de son ami, des sueurs froides luisaient sur son front. Il ne voulait absolument pas sonner… seulement laisser le jeu devant la porte, et repartir comme si de rien n'était.

- Où vas-tu comme ça Sasahara, déclara une voix.

- Heuu… Ah c'est toi président ?

- Je t'observe depuis un petit moment vois-tu,…

- Ah, il refait surface celui-là, marmonna Sasahara.

- Un problème ?

- Non non continue ^^'

- Donc je pense que tu devrais franchir une bonne fois pour toute cette porte qui vous sépare.

- De… de quoi tu parles ?

- Voyons on ne me cache rien à moi, dit-il d'un sourire malicieux.

- Je vois…

- N'es pas peur, il ne te rejettera pas !

- Comment tu peux savoir ça …

- N'oublies pas que je suis un stalkeur de première classe !

- Ok, merci du conseil… céda Sasahara frustré.

Le président s'éclipsa aussi vite que la lumière et laissa Sasahara dépourvu devant cette porte angoissante…

Madarame regardait un épisode de kujibiki unbalance, lorsque trois coups résonnèrent dans la pièce. Celui-ci attendait une livraison qui devait arriver d'un moment à l'autre. Il alla donc ouvrir sans trop d'hésitation. Une fois la porte ouverte, le visage de Madarame se métamorphosa radicalement. Si vite qu'il referma la porte.

- Ma... Madarame, je voulais juste te rendre ton…

- Garde-le, j'en ai pas besoin !

- Mais atte…

- Va-t'en !

- C'est à cause du dessin c'est ça …

- …

- Moi ça ne me dérange pas…

- Tu rigoles … ?

- Non je suis sérieux.

Avachit devant l'entrée, Madarame tremblait, il regardait fixement le plancher. Que devait-il faire… Il avait honte de lui et croyait que Sasahara le trouvait répugnant… Mais celui-ci était derrière la porte de chez lui et insistait pour le voir… Ou alors était-est-ce pour se moquer de lui ? Impossible, Sasahara était quelqu'un de gentil, il ne pouvait pas faire une chose pareille. Après tout Sasahara était simplement venu pour lui rendre un jeu ! Il devait ouvrir… Mais comment justifier son comportement excessif. Même si son ami connaissait les raisons d'une telle réaction, il ne voulait pas en parler. C'était décidé, il allait ouvrir rapidement la porte, esquisser un léger sourire, prendre le jeu, et refermer la porte. Même le facteur avait droit à un meilleur accueil… Mais c'était une question de survie.

La vitesse à laquelle Madarame avait enfoncé la poignée dégagea un grand courant d'air sur Sasahara, qui surprit, recula d'un pas. Comme prévu Madarame tenta de sourire (un désastre), s'empara du jeu, et retourna dans les profondeurs de sa grotte. Mais le pied de Sasahara encontra le coin de la porte. Le plan de Madarame avait été déjoué ! Que devait-il faire à présent ! Le dialogue était inévitable !

Sasahara dégagea l'entrée et s'inséra dans la maison de son ami. D'un pas léger, ils se retrouvèrent face à face. Deux bras s'enroulèrent autour de Madarame, et les lèvres de Sasahara se collèrent délicieusement au siennes. L'un avait les yeux clos, l'autre, écarquillés. Un coup de vent fugitif fit claquer la porte. Madarame avait eu tort, le dialogue n'était pas nécessaire.

Une dizaine de minutes plus tard, la sonnette résonna de nouveau dans l'appartement. C'était le livreur qui était arrivé. Il avait beau appuyer sur le bouton, personne ne venait. Il regardait l'heure passer, et se décida, après un dernier coup de sonnette à repartir.

Madarame et Sasahara avaient bien sûr entendu la sonnerie, mais ils étaient trop occupés pour aller ouvrir. Sasahara s'était emparé de son hôte sans que celui-ci ne s'y oppose. Sur le seul espace vide de sa chambre, son lit, ils… »

- Eh Ogiue à quoi tu penses… tu fais une tête bizarre ' ! S'écria Sasahara qui l'observait depuis un petit moment.

- Heu … A rien du tout !

- Je ne te crois pas… Enfin je ne vois pas pourquoi je m'étonne, je sais à quoi m'attendre avec toi …

- Désolé, je ne peux pas m'en empêcher… Vraiment ! Quand vous êtes dans la même pièce c'est vraiment impossible… !

- T'es incorrigible, heureusement qu'il vient de partir du local… Pourquoi le mets-tu avec moi d'ailleurs ce n'est pas juste !

- Il me faut bien un seme dans mon histoire !

Sasahara rougit tout à coup.

- Je vois que je n'ai pas le choix… rouspéta-t-il timidement

- Ne te fâche pas… je … je vais essayer de faire un effort…

Il la regarda d'un air de défit, accompagné d'un sourire chaleureux. Ogiue s'approcha de lui d'un air gêné, et l'embrassa rapidement.

Non non vous ne rêvez pas… quelqu'un est bien là, derrière la vitre de l'immeuble d'en face à observer la scène. Mais son identité n'est plus un secret '…


J'espère que cette fin vous aura plut ! J'aime bien le président alors j'ai voulut l'intégré à la fic xp

Il met une petite touche d'humour que j'apprécie beaucoup !

Merci de votre lecture :D