Disclaimer : Rien ne m'appartient, ni les personnages (à Mme JK Rowling), ni l'histoire originale. Je ne suis que l'humble traductrice.

Titre : Mental (you're driving me- !) / Tu me rends dingue !

Résumé : Harry estime avoir passé suffisamment de temps à partager ses pensées avec quelqu'un d'autre, merci bien ! Mais un sort raté de Legilimancie vient lui prouver le contraire...

Auteur : Sara Holmes

http: / www . fanfiction . net / u / 2200396 /Sara_Holmes (sans les espaces)

Béta-Lecture : Un grand merci à Masamiya et Emilianor, pour leur très bon travail de béta-lecture et leurs encouragements.

Note : Chers lecteurs, cette fiction est la traduction d'une fiction de la très talentueuse Sara Holmes, un auteur anglais de fictions HP/DM. Cette histoire contient 32 chapitres, et j'espère qu'elle vous plaira ! Nous allons passer de longues semaines ensemble...

Bonne lecture à vous toutes/tous ! :)

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

Mental

(you're driving me-!)*

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

« C'est en quelque sorte un sort de Legilimancie, qui requiert donc les mêmes compétences et les mêmes principes de base, mais ne se veut pas aussi intrusif, aussi le lanceur du sort devra ressentir les pensées de son partenaire, sans envahir son esprit. Bien entendu, ce sort peut également être contré par l'Occlumencie... »

Harry bailla très largement, en souhaitant que Ron n'ai pas voulu gagner des points auprès d'Hermione en feignant de l'intérêt à propos de ce qu'ils étaient censés apprendre aujourd'hui en cours du jour de Défense Contre les Forces du Mal. Et vu l'expression qu'il affichait, Ron se demandait lui aussi pourquoi il ne s'était pas tu.

En réalité, les choses n'avaient pas vraiment changé. Hermione étudiait avec ferveur, Ron essayait de la rendre heureuse et Harry était distrait. Il y avait quelques différences subtiles, cependant bien évidemment. Vivre une guerre avait fâcheuse tendance à changer les gens...

Hermione se laissait plus facilement aller. Elle n'inondait plus Harry et Ron de réflexions irritées et de remontrances lorsqu'ils abandonnaient leurs cours pour aller faire du Quidditch ou jouer à la Bataille Explosive. Cela fut d'ailleurs un peu déroutant au début : de retour à Poudlard, Harry avait passé les quelques premières semaines à regarder par-dessus son épaule, craignant de se faire engueuler.

Ron avait également beaucoup changé, et peut-être de la manière la plus notable des trois. Il parlait encore au mauvais moment, et était toujours complètement paumé au sujet d'Hermione, mais il essayait : il avait fait de gros efforts pour être attentionné avec sa petite amie, et encore plus spécialement quand il avait – par inadvertance – fait une connerie. Il était aussi plus patient avec ses amis, et regardait désormais les choses avec une plus grande ouverture d'esprit.

La plupart du temps.

Harry ne pensait vraiment pas avoir changé, mais tous les autres lui assuraient le contraire. Ginny plus que tous, soulignait à quel point il avait l'air calme désormais. Elle avait peut-être raison : ne plus avoir la peur permanente d'une mort certaine avait sûrement cet effet-là.

Sortant de ses pensées, Harry jeta un œil au reste de la classe, les observant réaliser leur exercice d'Occlumencie. La plupart des élèves avait l'air ahuri, et d'autres un peu confus, attestant du fait que leur esprit venait d'être lu par leur partenaire. Le reste des élèves faisait mine d'être plongé dans leurs grimoires ou de prendre des notes, pour protéger leur esprit du retour de faveur que ne manquerait pas de leur faire leur binôme, en retrouvant ses facultés mentales.

« Je déteste l'Occlumencie », soupira Harry quand Hermione eu fini son explication. Il baissa les yeux sur son parchemin et ajouta une aile au Vif d'Or qu'il avait griffonné au milieu de ses notes.

« Et on ne peut pas t'en vouloir pour ça, après la blague qui t'es arrivé en 5ème année, ajouta Ron sans quitter Hermione des yeux, qui lisait son grimoire, ses pupilles sautant frénétiquement d'une ligne à l'autre.

Harry leva brusquement la tête, indigné. « La blague ? »

« La blague, le fiasco, le merdier – choisis ce que tu préfères, » lui répondit Ron dans un sourire.

Harry lui lança une grimace et se replongea dans son livre de cours, alors que Ron lâchait un petit rire. Il regarda la page sans la voir pendant une seconde, avant de lever brusquement la tête quand une petite sphère bleutée, lancée à pleine vitesse lui frôla l'épaule.

« Merde ! »

« Désolé ! »

Harry jeta un regard exaspéré à Neville, qui était un peu plus loin, l'air coupable et la baguette levée. « Alors tu peux incanter des Boucliers comme un pro, mais tu ne peux toujours pas lancer de sorts droits ? », lui demanda-t-il, sarcastique.

« On dirait bien, oui, » lui répondit Neville, avec un pauvre sourire. « Désolé, mon pote. »

Harry secoua la tête, amusé. Au moins Neville l'avait loupé l'incident, surnommé le « Spécial Neville », qui avait ôté son oreille à Dean était encore fraîchement présent dans tous les esprits.

Il reporta son attention sur son grimoire, en le regardant, sans vraiment le lire. A la place, il laissa son esprit vagabonder et rêvassa, en écoutant d'une oreille distraite Ron et Hermione discuter.

« Donc, ce n'est pas comme être dans une Pensine, être dans la tête de quelqu'un ? »

« Non, c'est plus comme ce qu'on appellerait 'lire les pensées' que de la véritable Legilimancie, car tu ne fais qu'entendre les pensées, au lieu d'être transporté dans l'esprit de -»

Eurk. Une nouvelle sorte de Legilimancie. Il avait eu suffisament d'expériences dans le domaine du partage de pensées et de visions avec quelqu'un autre, merci bien. Et maintenant que sa tête lui appartenait de nouveau à cent pour cent, il n'avait pas franchement envie de laisser quiconque s'y introduire. Il était devenu plutôt protecteur avec son propre esprit, et franchement, il pensait que personne ne pouvait lui en vouloir pour ça. Jetant de nouveau un coup d'œil aux alentours, il se demanda vaguement s'il pourrait aller voir le nouveau professeur de Défense pour être excusé il était quand même l'Elu, et tout...

Un mouvement sur sa droite attira son attention, et il leva la tête. Un visage très familier venait d'entrer dans son champ de vision, cherchant visiblement quelque chose sur les étagères murales, proches du bureau de Harry, Ron et Hermione.

Draco Malfoy passa les étagères en revue deux fois et poussa un soupir, l'air agacé. Il se retourna et lança un regard en direction de Théo Nott, avec qui il travaillait.

« Théo, » l'appela-t-il, discrètement. « Tu sais qui a le bouquin sur le Travail des esprits ? »

Théo secoua la tête négativement, et Harry se fendit d'un large sourire, quand baissant la tête, il se rendit compte que la copie du livre en question était posée sur son propre bureau.

Malfoy reporta son attention vers l'étagère, les sourcils froncés. Il continua de chercher en vain, avec une impatience mal dissimulée, avant de soupirer, agacé, arrivant apparemment à la conclusion que le livre qu'il cherchait n'était définitivement pas là. En grimaçant, il se retourna et son regard tomba sur Harry, qui se jeta immédiatement sur le livre – qu'il n'avait pas touché jusqu'alors- et l'agita, l'air narquois.

Malfoy leva les yeux au ciel, en lui lançant un reniflement de dédain. En guise de réponse, Harry lui tira la langue.

« A qui tu fais ça ? », demanda Ron, en se retournant sur sa chaise pour suivre le regard de Harry. La compréhension illumina ses traits tachetés de rousseur quand il aperçut Malfoy, qui se tenait près de la bibliothèque, une main pâle toujours posée sur l'étagère. Ron se retourna de nouveau vers Harry et lui fit les gros yeux, avec son expression désormais familière de 'je-n'arrive-pas-à-croire-que-tu-perdes-du-temps-avec-Malfoy-'.

Harry l'ignora, et reporta son attention sur Malfoy, qui le fixait toujours ouvertement. « Donne-moi le bouquin », articula-t-il silencieusement à son adresse.

Levant le grimoire, Harry feignit la surprise, en pointant du doigt la couverture. « Ce livre ? », articula-t-il lui aussi, et Malfoy leva les yeux au ciel, exaspéré, avant de hocher la tête.

Se tapant le front, moqueur, Harry prit une profonde inspiration – et secoua la tête négativement.

« Connard. », lui répliqua silencieusement Draco, et Harry lâcha un rire, en se tournant vers Ron.

« Allez, viens. On le fait vite fait histoire de dire, comme ça on peut vite retourner glander. »

Hermione lui jeta un regard mi-amusé, mi-exaspéré, secouant la tête, mais ne dit rien. Harry se leva, et Ron l'imita en baillant ostensiblement.

« Donc, c'est Legilimens Exportai ? lui demanda-t-il, et Harry acquiesça.

« Je pense bien, ouais. »

« Je pense bien, ouais », répéta Ron, l'air incrédule. « Tu es sur le point de fouiller dans ma tête et tu 'penses bien, ouais ? »

« Dans l'idée, si tu réussis bien ton Occlumencie, je n'arriverai pas à rentrer dans ta tête », rétorqua Harry, et Ron hocha la tête, lui concédant le point.

« Ok, tu es prêt ? », demanda Harry, et Ron lui fit un signe de tête en inspirant profondément, sa baguette bien en main.

« Legilimens Exportai », énonça clairement Harry, en pointant sa baguette sur Ron. Une lumière bleue s'en échappa, il y eu un moment de flottement, et soudain Harry l'entendit : un léger écho dans sa tête qui ressemblait à la voix de Ron, rêche et lointaine comme une mauvaise onde radio.

Du calme...concentre toi...tiens le coup...

Harry releva sa baguette et la voix disparut aussitôt.

« Je peux t'entendre ! Tu te disais de rester calme et de te concentrer », sourit Harry.

« Je n'ai pas réussi à te contrer alors » lui répondit Ron d'un ton piteux, en se passant la main dans les cheveux.

« Ce n'était pas vraiment clair », admit Harry. « J'ai juste réussi à entendre quelques mots et c'était plutôt mauvais- hey ! »

Harry se retourna brusquement, quand du coin de l'œil, il aperçut Malfoy quitter la bibliothèque pour se précipiter vers lui, ses yeux gris fixés sur le livre que Harry avait refusé de lui donner. Sans réfléchir, Harry se jeta de côté pour intercepter le Serpentard, enroulant ses doigts autour des deux poignets de Malfoy et en le repoussant loin du livre, avant qu'il ne l'ait atteint. Il se foutait complètement de savoir qu'il n'avait même pas besoin de ce grimoire, il n'allait pas laisser Malfoy s'en sortir comme ça, ni maintenant, ni jamais. Il entendit à peine le cri indigné de Malfoy avant qu'il y ait un bruit de chute, et un cri perçant : « HARRY ! »

Trébuchant sur les pieds de Malfoy, il se retourna brusquement, les bras du Serpentard si fermement maintenus dans ses mains qu'ils étaient quasiment collés l'un à l'autre. Il eut juste le temps d'entrapercevoir une boule de lumière bleue se diriger droit vers son visage.

Il eut l'espace d'une seconde pour se demander à quel point cela allait faire mal, puis il ressentit la douleur, entendit un cri étranglé, et soudainement, plus rien.

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

Harry sut qu'il était réveillé en ressentant la douleur. Un mal de crâne abominable, intense et lancinant, comme s'il s'était pris un Cognard en pleine tête. Il se força à ouvrir les yeux et reconnut au dessus de lui le plafond de l'infirmerie, désespérément familier. Il grimaça.

Woa...

Aie.

Surpris, il tâcha de se redresser pour voir d'où venait cette voix. Tout était flou. Il s'assit et tâtonna sur la table de nuit à son chevet pour trouver ses lunettes ses doigts se refermèrent vite sur la fine monture. Les attrapant, il les remonta sur son nez.

...mal.

Il regarda de nouveau autour de lui, désorienté. Il n'y avait personne, et ce n'était pas lui qui avait parlé, non ? Ou bien l'avait-il pensé ?

« Y'a quelqu'un ? » appela-t-il, hésitant. Aussitôt des bruits de pas s'approchèrent. Le rideau autour de son lit fut brusquement écarté. Ron le regardait, l'air visiblement soulagé.

« Enfin ! Ca fait un moment que j'attendais que tu te réveilles ! »

« Qu'est ce qu'il s'est passé ? demanda Harry, en se frottant les tempes.

« Neville, cet abruti – il a mal lancé son truc et tu as reçu de plein fouet son sort de Legilimencie », lui expliqua Ron, l'air soudainement fuyant.

« Et... », demanda Harry, avec méfiance.

...stop.

Encore une fois ! Ce n'était définitivement pas lui qui avait dit, ou pensé cela – c'était une toute autre voix, calme et distante – oh merde- comme quand il entendant le Basilic à travers les murs quand il avait douze ans.

« Ron ? » insista Harry, en commençant à paniquer.

« Ilsepourraitqu'ilsesoittrompé... »

« De quoi ? »

Ron prit une grande respiration. « Il se pourrait qu'il se soit trompé... Il-»

...chier...pas question- !

Harry se jeta sur ses pieds, les mains pressées sur les oreilles. Il était quasiment sûr que « chier » ne faisait pas partie du vocabulaire du Basilic, ce qui voulait dire que...

« Ron, pourquoi est-ce que je peux entendre quelqu'un ? », demanda-t-il, la voix rauque, en secouant la tête pour essayer de faire partir la voix.

« Tu peux l'entendre ? », rétorqua Ron, d'un ton maussade, mais résigné. « Oh- puis merde... »

« Ron ! »

...tuer...stupide...tout de suite !

Ron recula d'un pas, en levant les mains, comme pour se protéger. « Tu me promets que tu ne va pas flipper ? »

« Je suis déjà en train de flipper, j'ai une voix dans la tête ! » cria Harry, en se frottant les yeux. « Annule le sort, sors Neville de ma putain de tête ! »

« Neville ? » répliqua Ron, les yeux écarquillés.

« Oui, je l'entends dans ma tête. », bafouilla Harry, tandis que Ron se mordait la lèvre, l'air de ne plus savoir s'il devait rire ou pleurer.

« Ron... ? », insista Harry, d'un ton dangereux en avançant d'un pas vers le rideau. Quelqu'un devait lui expliquer ce qui était en train de se passer, et à ce moment précis, il trouvait Ron exaspérant. Un sentiment qui s'amplifia quand Ron lui barra la route.

« Ron, laisses-moi passer. »

« Pas avant que tu.. »

« Maintenant ! »

Harry écarta Ron pour s'avancer, entendant au même moment résonner le mot 'incompétent' dans sa tête. Ignorant les protestations de son meilleur ami, et le fait qu'il n'ait sur le dos que sa simple blouse d'hôpital, il marqua une pause en entendant des voix s'élever d'un box, de l'autre côté de l'infirmerie. D'un pas déterminé, il se dirigea vers les voix et tira les rideaux d'un coup sec.

Potter enfoiré d'abruti défense sort lumière douleur n'importe qui d'autre Potter balafré stupide Londubat tuer Père déteste gens imbéciles crétin stupide-

Il tomba à la renverse, en poussant un cri, une douleur fulgurante accompagnant la vague de pensées qui s'infiltraient à toute vitesse dans son esprit, alors que ses yeux se posèrent sur la personne étendue sur le lit. Un cri de douleur fit écho au sien, preuve que les effets ressentis étaient réciproques.

« Oh, pour l'amour de Dieu – sortez-le d'ici ! »

La voix courroucée fit stopper net le torrent de pensées qui embrumaient son esprit, et se tenant le front à deux mains, il leva ses yeux humides.

« Vous vous foutez de ma gueule... », réussit à croasser Harry, tandis que Ron l'aidait à garder son équilibre, ses mains agrippant fermement ses bras.

« C'est une putain de blague ou quoi ! »

Et Harry ne put qu'ouvrir grands les yeux et le fixer, les mains toujours plaquées sur le front – en espérant que ça l'aide. Il ne savait pas s'il devait rire ou pleurer, parce que pour la première fois de sa vie, il était entièrement d'accord avec Draco Malfoy.

o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o-o

A suivre...

J'espère que cela vous a plu, n'hésitez pas à me laisser un commentaire.

A bientôt pour la suite de cette traduction.

Merci de lire cette histoire :)