Et me voici avec ce chapitre 2.

Merci Solealuna, leoune51 et Pepe64 pour vos commentaires.

Bonne lecture,

Sweety


Chapitre 2


Les lèvres de Jane toujours collées aux siennes, Lisbon se recula sur le lit, lui permettant ainsi de s'installer convenablement, sans jamais la quitter. Elle ne s'était jamais imaginée pouvoir un jour goûter à la douceur de ses lèvres, à la chaleur de sa peau. Tout son corps le réclamait, le voulait, elle en brûlait intérieurement. Cet homme avait éveillé en elle des sensations jusqu'alors inconnues et elle refusait de ne pas les satisfaire. Elle avait eut bien des hommes dans sa vie, mais à chaque fois ça c'était mal fini. Elle n'était pas faite pour les relations sérieuses, mais elle savait qu'avec Jane ce serait différent, il était différent.

Elle le sentit poser une de ses mains sur sa cuisse, la caressant tendrement, la faisant frissonner de plaisir. Elle remonta donc sa cuisse qu'elle colla contre la hanche de Jane et elle le sentit sourire contre ses lèvres. Mais elle le sentit aussi trembler contre elle et elle savait pourquoi. Elle ne pouvait pas lui en vouloir, il avait peur, tout comme elle. Cela faisait bien plus longtemps pour lui que pour elle, il n'avait pas connu d'autre femme que la sienne, Angela et elle avait surtout peur de ne pas être à la hauteur. Qui sait si Jane ne regretterait pas par la suite, s'il n'allait pas la comparer à Angela. Mais la main qui se glissa vers l'intérieur de sa cuisse chassa ses questions pour les remplacer par un feu brûlant qui démarra dans le bas de son ventre pour remonter dans tout son corps par voie veineuse.

Jane commença de longs va et vient le long de la cuisse de Lisbon qui avait bien du mal à réprimer ses gémissements. Il n'avait même pas encore commencé qu'elle sentait déjà la chaleur dans tout son corps. La simple sensation de sa main contre sa peau, la douceur de ses doigts glissant sur sa jambe. Mais elle en voulait plus, elle voulait le sentir lui et pas seulement sa main et ses lèvres, elle voulait sentir son corps entier contre elle. Alors, avec des gestes tremblants, elle remonta ses main jusqu'au col de sa chemise et commença à défaire les boutons, un à un, avec douceur, sans précipitation. Elle glissa ensuite ses mains sur son torse imberbe, savourant la douceur de sa peau, la fermeté de ses muscles et le halètement de sa respiration. Elle était ravie de lui donner autant de plaisir qu'il venait de lui en donner.

Alors, prise dans sa joie, elle continua de le déshabiller, tout aussi lentement qu'elle lui avait retiré sa chemise, avec autant d'amour qu'elle pouvait lui en monter. Elle ne voulait rien précipiter, elle voulait prendre son temps, savourer chaque instant comme s'il devait être le dernier. Après tout, elle n'était pas vraiment certaine que les choses dureraient avec lui, surtout après ce qui s'était passé dernièrement. Toute cette histoire avec Red John, le fait qu'il soit encore en vie, le fait que Jane et elle le sache et personne d'autre. Elle savait qu'il avait toujours tout fait pour ne pas s'attacher, pour ne mettre personne en danger. Alors elle voulait faire durer le plaisir autant que possible.

Jane se retrouva bientôt en sous vêtements devant la jeune femme qui se sentit rougir, ce qui le fit sourire. Il aimait voir le rouge sur ses joues, il aimait la sentir mal à l'aise rien que pour profiter de la beauté de son visage. Il passa une main sur sa joue, lui faisant fermer les yeux de bien être. Sa main glissa de sa joue à son coup et revint se positionner sur sa poitrine à travers le coton de la serviette. Mais n'y tenant plus, le mentaliste passa sa main sous la serviette et captura le sein de Lisbon, la faisant se cambrer contre lui. La jeune femme ferma les yeux plus fort et rejeta sa tête en arrière, ne réprimant pas un gémissement de plaisir. Elle se mordilla la lèvre inférieure entre ses dents et Jane plongea sur elle pour la capturer de ses lèvres gourmandes.

-" Patrick…" gémit Lisbon.

La serviette rejoignit bien vite le reste des vêtements sur le sol, sur le bord du lit et un peu partout dans la pièce sans que ni l'un ni l'autre ne s'en soucient. La seule chose importante pour le moment était la façon dont leurs corps réagissaient aux caresses, à la proximité de l'autre. Ils en avaient rêvé si longtemps mais n'avaient jamais osé se le dire, ni à l'autre, ni à eux-mêmes. A présent, serrés l'un contre l'autre, leurs corps transpirant, ils étaient bien.

Jane laissa sa main glisser du sein de Lisbon à son ventre plat, le caressant avec amour tandis que ses lèvres prenaient place sur le sein si doux de la jeune femme. Elle gémit encore et encore et Jane profita de sa pleine coopération pour faire descendre sa main jusqu'entre ses jambes. Il caressa son intimité et Lisbon se cambra de plus belle, se soulevant du lit et y retombant avec souplesse, retenue par la seconde main de son amant dans son dos. Tout ces préliminaires l'avaient excité au plus haut point et il avait du mal à se retenir. La main de Lisbon prenant possession de son membre le prit par surprise et il gémit si fort qu'il eut peur de réveiller les voisins.

-" Teresa…." gémit-il, " stop, ne fait pas ça où…"

-" Ou quoi… Patrick ?" Parvint-elle à lui demander.

Mais au lieu de lui répondre avec des mots, il fondit sur ses lèvres et d'un puissant coup de reins, entra en elle, rejetant la tête en arrière sous la puissance de sa joie et de son bonheur. Il n'avait pas ressentit ça depuis si longtemps et il ne pensait pas pouvoir le ressentir de nouveau. Il commença à se mouvoir en elle, avec des mouvements lents et doux, allant aussi profond que possible, pendant que ses lèvres et ses mains partaient explorer le corps de son amante.

Lisbon ne parvenait pas à dire quoi que ce soit, elle n'arrivait pas à avoir des pensées cohérentes tant le plaisir était intense, tant la sensation de Jane en elle lui faisait du bien. Elle levait les hanches pour venir à sa rencontre, intensifiant ainsi le plaisir, augmentant la chaleur dans leurs corps. Les gémissements emplissaient la chambre, plus rien n'existait pour eux si ce n'est-ce qu'ils ressentaient à cet instant.

Lisbon attrapa les joues de Jane et le força à venir à sa rencontre pour un baiser passionné, tendre et amoureux. Encore quelques coups de reins et Lisbon atteignit l'orgasme le plus puissant de sa vie, étouffant ses cris de jouissance dans le cou de Jane, le mordant par la même occasion. Cette nouvelle douleur fit monter encore plus le plaisir en Jane qui la suivit au septième ciel. Mais cela ne les arrêta pas et le mentaliste continua ses douces tortures, surprenant Lisbon mais ne lui déplaisant pas. Elle s'accrocha à ses épaules et continua elle aussi à bouger en rythme avec Jane. Ils étaient tellement bien ensemble qu'ils ne voulaient plus s'arrêter, qu'ils ne voulaient plus se quitter. Mais la fatigue les surprit et finalement, après un nouvel orgasme, ils retombèrent sur le lit, se lovant l'un contre l'autre.

- oooo -

Deux heures plus tard, alors que Lisbon dormait encore profondément, Jane se décida à se lever pour se faire un thé. Il l'observa quelques minutes avant de se lever, elle était si belle, si calme qu'il pouvait rester des heures ainsi. Mais il fini par quitter le lit, lui déposant un baiser sur la joue avant de partir. Il ne se lasserait jamais de sa peau, il en était devenu dépendant et rien ne pourrait le faire la quitter, du moins le pensait-il.

En arrivant dans le salon, il trouva la porte d'entrée ouverte et était sur le point de remonter chercher Lisbon lorsqu'une enveloppe sur le sol de l'entrée attira son attention. Il se pencha, la ramassa et l'ouvrit. Il faillit s'étouffer en voyant ce qu'il y avait à l'intérieur. Son sang se glaça dans ses veines, la sueur perla à son front et il du s'asseoir pour ne pas tomber tant ses jambes tremblaient.

Plusieurs minutes passèrent durant lesquelles il se demanda quoi faire, puis la solution se présenta d'elle-même. Il entendit Lisbon descendre l'escalier et rangea vite l'enveloppe dans sa poche afin qu'elle ne la voit pas. La jeune femme s'approcha de lui, entourant ses épaules et déposa un baiser dans son cou, mais Jane se défit de son étreinte avant de se lever. Lisbon ne comprenait pas ce qu'il avait, mais sa peur de quelques heures plus tôt revint au galop. Il regrettait, elle en était certaine et elle sentit son cœur se fendre à cette idée. Elle pria pour que ce ne soit pas ça. Elle ne supporterait pas d'être rejetée par le seul homme qu'elle avait jamais vraiment aimé.

-" Patrick ?" Tenta-t-elle en se rapprochant de lui.

-" Je suis désolé Teresa" dit-il sans lui faire face.

-" Désolé de quoi Patrick ?" demanda-t-elle, bien qu'elle sache la réponse.

-" Toi et moi, ça ne marchera pas" expliqua-t-il. " J'avais besoin d'un contact humain après ce qui s'est passé, mais je ne veux rien de plus."

Et sur ces mots, il monta prendre le reste de ses affaires et partit, laissant la jeune femme en larmes dans le salon. Il savait qu'elle ne lui pardonnerait jamais, qu'elle le détesterait pour le reste de sa vie, mais il n'avait pas le choix, aussi douloureux qu'il soit. Il venait de lui briser le cœur et il le regretterait pour le reste de ses jours, mais il devait le faire. Il rentra à son motel le cœur lourd et une nouvelle rage au fond de lui. Il lui avait fait mal, il le savait et il s'était juré de ne jamais lui en faire, mais s'il devait faire ça pour la garder en vie, alors il le ferait. Même si elle refusait de lui reparler un jour, il pourrait vivre avec, du moment qu'elle restait en vie.

Il resta longtemps ainsi, allongé sur son lit, se rappelant de la douceur de la peau de Lisbon, de ses gémissements, de ses baisers. Il ne pourrait plus jamais y goûter, il ne pourrait plus jamais la serrer contre lui et il savait qu'il en serait au moins aussi malheureux qu'elle. Mais que pouvait-il faire d'autre ? Il n'avait pas droit au bonheur, il le savait et avait faillit l'oublier. Mais cette lettre l'avait remit sur le droit chemin, enfin celui qu'il avait voulu quitter. Il espérait juste que Lisbon s'en remettrait et qu'elle ne se renfermerait pas sur elle-même, qu'elle tenterait de faire sa vie, sans lui.

Il fini par s'endormir à force d'avoir pleuré.


TBC...