Note : Si quelqu'un connaît d'autres fics sur les personnages du spectacle, ce serait gentil de me les recommander, voire d'inviter leurs auteurs à les poster sur ce site... ou, si elles y sont déjà, à les déplacer dans la catégorie appropriée (maintenant qu'elle existe parce que je l'avais demandée) comme l'a fait MathildePikachu pour son histoire centrée sur Sorci et Lucie (merci encore pour la pub dans la note du chapitre 3 ^^).


Chapitre 5

Trop concentré sur la perspective à la fois agréable et stressante de revoir la jolie Élina, Jon ne s'était pas demandé en quelle compagnie il la trouverait. Il aurait bien dû s'attendre à ce qu'elle ne soit pas seule, pourtant. Maintenant qu'il la voyait attablée face à un garçon auquel elle souriait d'une manière très révélatrice, il se sentait stupide. Et jaloux.

Lucile le tira brusquement en arrière, lui rappelant qu'ils étaient censés passer inaperçus.

- On va prendre cette table-là, chuchota-t-elle en désignant un endroit raisonnablement éloigné de celui où se trouvait sa soeur. Elle ne pourra pas me voir et moi, je pourrai... Qu'est-ce qu'y a ?

D'où ils se trouvaient maintenant, Jon ne voyait plus Élina que de dos, mais il avait une vue parfaite sur le destinataire du charmant sourire surpris une minute plus tôt. Et, bien sûr, il l'avait reconnu.

- Le copain de ta soeur... commença-t-il, les yeux toujours fixés sur Drake.

- Tu le connais ? s'étonna Lucile.

- Pas beaucoup mais... Oh, mon Dieu, c'est de plus en plus effrayant, cette histoire !

Soudain inquiète, Lucile oublia de parler bas.

- Effrayant ? C'est un pervers ? Un assassin ?

- Mais non !

C'était seulement la coïncidence qui, ajoutée à tout le reste, avait donné à Jon le sentiment d'être une sorte de pion dans un jeu dont le but lui échappait.

- Enfin, pas que je sache, rectifia-t-il à mi-voix en se souvenant qu'avant de parler à Drake et de tomber plus ou moins sous son charme, il en avait eu une peur instinctive aussi étrange que son attirance pour Élina. Mais...

Tandis qu'il cherchait un moyen d'expliquer ce qui le dérangeait tout en omettant les détails compromettants pour lui, Lucile se mit à paniquer.

- Mais QUOI ?

Jon voulut lui faire remarquer que le volume de ce "quoi" n'avait vraiment rien de discret, mais c'était trop tard : entendant crier, Élina venait de se retourner. Elle les regardait, choquée, et Drake ne tarda pas à remarquer Jon aussi. Leurs regards se croisèrent un instant, puis celui de Drake glissa vers Lucile avant de revenir vers Jon, qui détourna le sien, gêné. Qu'allait imaginer Drake ? Qu'il avait de nouveau décidé de sortir avec une fille pour avoir l'air "normal", sans doute.

Soudain, Élina se leva et traversa la pièce pour se planter devant Lucile avec une fureur non dissimulée dont Jon n'aurait pas cru capable une fille d'apparence si douce.

- Qu'est-ce que tu fiches ici ?

- Rien ! Je... balbutia Lucile, apparemment incapable d'inventer une excuse.

Sans réfléchir, Jon vola à son secours.

- Elle m'a demandé de lui tenir compagnie ce soir parce que tu sortais et qu'elle allait s'ennuyer toute seule.

- Oh ! fit Élina, perdant toute contenance (mais Jon vit bien qu'elle l'avait reconnu, et il eut même du mal à se persuader que ses yeux, si souvent admirés des demoiselles, n'étaient pas forcément la cause de ce trouble). Euh... Bonjour. Enfin, bonsoir.

Troublé à son tour (car le sourire d'Élina valait bien des yeux d'un bleu déconcertant), Jon répéta "bonsoir" puis prononça les premiers mots qui lui passaient par la tête.

- Je t'ai vue danser avec Flo la semaine dernière...

- Et moi, je t'ai entendu chanter, répondit Élina, souriant encore.

Ne sachant quoi ajouter, ils se regardèrent en silence avec ce qui pouvait passer pour une simple admiration mutuelle, pendant un temps que Jon fut incapable d'estimer après coup. Lucile jugeait probablement prudent de ne pas intervenir, puisque Jon détournait d'elle toute l'attention d'Élina. Et Drake venait seulement de les rejoindre.

Automatiquement, Jon fusilla du regard ce garçon qui lui plaisait tant moins de vingt-quatre heures plus tôt. S'il avait su, alcool ou non, jamais il ne l'aurait embrassé. Pauvre Élina, si elle savait...

- Jonathan, le salua Drake (en prononçant le nom à l'anglaise).

Il n'avait même pas l'air de comprendre ce que Jon lui reprochait, ni même de se rendre compte qu'il aurait dû être au moins un peu gêné de se retrouver entre sa petite amie et la personne avec qui il l'avait trompée. Pour ça, Jon avait envie de le frapper - tellement qu'il parvint presque à se convaincre qu'il aurait pu commettre cette folie (folie parce que, bien que plus petit, Drake était visiblement plus fort que lui) si Élina ne l'avait pas fait sursauter en s'écriant "Tu le connais ?" sur le même ton que Lucile.

Drake lui répondit d'un simple "Un peu" puis, comme personne n'apportait le moindre éclaircissement, Lucile proposa d'aller "s'asseoir et s'expliquer".

- Oh, toi, tu vas m'expliquer ce que tu fais là, oui ! lui lança aussitôt Élina, toute la colère que Jon avait si bien désamorcée menaçant à nouveau d'exploser.

Lucile jeta un coup d'oeil à Jon, espérant sans doute qu'il lui viendrait en aide une deuxième fois, mais il n'eut pas le temps de dire quoi que ce soit avant qu'Élina entraîne sa soeur vers la table qu'elle avait quittée en la voyant. Drake les suivit tranquillement et, avec beaucoup plus d'appréhension, Jon alla prendre la quatrième chaise. À côté de Lucile, en face de Drake.

x x x

Loris trouvait souvent ses soeurs agaçantes, mais il préférait leur compagnie à pas de compagnie du tout. En l'absence de Drake, il leur avait donc proposé de venir passer la soirée avec lui pour regarder le replay d'une émission sur les vampires - son sujet de prédilection, qui les intéressait aussi. Maintenant qu'elles étaient là, il ne manquait que les sushis et yakitoris commandés par téléphone avant leur arrivée.

Loris était affalé au milieu du canapé, les pieds sur la table basse, Sabine assise beaucoup plus élégamment à sa gauche et Lison à sa droite avec son éternel nounours rose sur les genoux. Le livreur se faisant attendre, ils ne trouvaient déjà plus grand-chose à se dire. Après un silence assez long, Lison fit remarquer que si Drake était là, ils auraient sûrement des questions à lui poser pour passer le temps.

- Et tu ne sais pas quand il va rentrer ? demanda Sabine à Loris.

- Aucune idée. Peut-être pas avant demain, si ça se trouve. Il est avec une fille.

À ces mots, Lison se tourna vers Sabine, moqueuse.

- Oh, alors ça, c'est pas de chance pour toi !

Sabine chercha à prétendre qu'elle ne voyait pas de quoi parlait sa petite soeur, mais ne convainquit ni celle-ci ni leur frère, qui éclata de rire.

- Tu kiffes Drake ? Sérieux ? Il a genre dix ans de moins que toi !

Douze, même, calcula-t-il rapidement. Vingt-trois ans, et elle trente-cinq.

- Je ne "kiffe" personne ! répliqua Sabine d'un ton qui amusa encore plus Loris (surtout cette façon de prononcer "kiffe", sous-entendant qu'elle était au-dessus d'un tel vocabulaire).

- Si c'est le mot qui te plaît pas, commenta alors Lison, on peut dire que t'as un faible pour lui ou autre expression ringarde... Ça change pas que t'arrêtais pas de le regarder quand on l'a aidé à emménager !

Loris n'avait pas remarqué ça (sans doute parce que lui-même avait gardé les yeux fixés sur Drake presque tout le temps), mais il voulait bien le croire. Sachant ce qu'il savait, c'était même logique... tout en restant drôle, parce que d'habitude c'était plutôt Lison qui avait des goûts similaires aux siens en matière de garçons (et, occasionnellement, de filles aussi). Sabine, elle, jugeait toujours leurs "obsessions du moment" bien trop jeunes pour l'intéresser. À moins qu'elle ait parfois secrètement approuvé leurs choix sans qu'il s'en aperçoive ? En tout cas, pour Drake, elle niait encore.

- C'est un danseur. J'admirais la grâce de ses mouvements, expliquait-elle avec une dignité exagérée qui n'impressionna aucun des deux autres.

- C'est ça, oui ! s'exclama Lison. Dis plutôt que tu admirais la forme de ses fesses !

Sabine prit un air choqué mais Loris intervint avant qu'elle puisse tenter de se défendre encore.

- Ah ça, faut reconnaître qu'elles sont admirables !

- Oh, toi aussi, tu le kiffes ?

Lison était-elle vraiment étonnée ? Sûrement pas. Elle devait plutôt poser la question juste pour le pousser à en dire plus - peut-être même seulement pour embêter Sabine, qui aurait préféré imaginer son frère aussi innocent qu'à l'époque où il ne se rendait même pas compte que la plupart des autres petits garçons ne jouaient pas avec les produits de maquillage de leur mère. Or, Loris ne se faisait jamais prier pour embêter Sabine.

- Pas à ce point, mais cette nuit j'ai eu l'occasion d'admirer toutes ses formes de plus près... et surtout de toucher ! déclara-t-il fièrement.

Comme il s'y attendait, Lison gloussa et Sabine leva les yeux au ciel.

- Qu'ai-je fait pour mériter ça ? soupira l'aînée.

- Quoi ? demanda la plus jeune. Un frère qui collectionne les mecs ?

- Et une soeur qui collectionne les peluches et les poupées, attention !

Cet ajout valut à Loris quelques coups de nounours ponctuant un "Rien à voir !" indigné. Pas du tout assez pour le faire taire.

- Un frère obsédé et une soeur attardée, oui, c'est triste, commenta-t-il, sarcastique, en faisant mine de plaindre Sabine.

- Ne traite pas Lison d'attardée ! lui lança aussitôt Sabine.

Mais Lison n'avait jamais l'air de s'en formaliser. En l'occurrence, au lieu de remercier Sabine de prendre sa défense, elle lui dit "T'es flippante quand t'imites maman"... ce qui n'était pas faux, même si Loris refusait de l'admettre.

- OK, alors... illuminée ? Pour ses dons de voyance, précisa-t-il assez inutilement.

Sabine sembla sur le point d'émettre une objection contre ce mot aussi, mais Loris enchaîna immédiatement en s'adressant à Lison.

- À propos, tes visions sur Drake... Vu la façon dont il a parlé de la fille avec qui il sort ce soir, je parie que c'est sa femme. Et il a pas eu l'air de penser que je délirais quand je lui ai dit qu'il devait l'avoir déjà aimée dans une ou deux autres vies.

Il était bien rare que quelqu'un le prenne au sérieux quand il parlait de réincarnation (son sujet préféré après les vampires), mais Drake avait même semblé apprécier l'idée, ce qui n'avait fait que transformer le soupçon de Loris en quasi-certitude attendant seulement la confirmation de Lison... qui, au lieu de répondre "Évidemment, c'est elle !", s'indigna qu'il ait parlé de ça à Drake alors qu'à elle, il l'avait interdit.

- C'est pas juste ! conclut-elle, boudeuse.

- Mais je lui ai pas tout dit ! se défendit Loris, évitant de préciser à quel point il avait été tenté.

Sabine dut le deviner, pourtant, car elle crut bon de rappeler que ce ne serait pas du tout une bonne idée.

- Nous, depuis le temps qu'on sait qui on était avant, on s'est habitués, mais lui... Le pauvre, ça lui ferait un choc !

x x x

Bien que toujours persuadée que Lucile n'avait aucune excuse valable pour se trouver dans ce café en même temps qu'elle, Élina s'était un peu calmée. Ou, plus exactement, elle était moins fâchée par la présence de sa soeur que gênée par celle de Jon et Drake réunis, et toujours stupéfaite qu'ils se soient déjà rencontrés.

- Bon, résumons, décida Lucile comme personne ne disait rien. On se connaît tous, sauf Drake et moi. Enfin, techniquement, Élina et Jon ne s'étaient jamais parlé non plus.

Jamais ? Non, bien sûr - il était parti avant qu'elle atteigne l'endroit d'où il l'avait regardée danser - mais, étrangement, entendre énoncer ce fait surprit Élina, comme si elle avait oublié qu'elle ne connaissait pas vraiment Jon. Et, à en juger par sa réaction, lui aussi avait failli dire "Mais si !".

- Mais bon, ils s'étaient vus chez Florian, poursuivait Lucile sans rien remarquer. C'est un ami des deux, précisa-t-elle pour Drake... qui, à la grande surprise des jumelles, répondit qu'il le connaissait aussi.

- C'est le même, hein ? ajouta-t-il en se tournant vers Jon.

Celui-ci confirma d'un signe de tête. Il avait l'air mal à l'aise, et Élina se demanda pourquoi. Mais elle se demandait surtout ce que penserait Drake s'il s'avérait que Flo s'intéressait à elle de la même façon que lui. Il ne manquerait plus que Lucile le dise. Gaffeuse comme elle était...

Par chance, la scène embarrassante qu'Élina imaginait déjà ne se produisit pas. Lucile continuait à exposer la situation, disant qu'elle, contrairement à Élina, avait parlé à Jon chez Flo.

- Il chante, je chante... Il faut qu'on fasse un duo, résuma-t-elle. Je voulais le voir ce soir pour en reparler.

D'un regard appuyé vers sa soeur, elle tenta de lui faire avaler le prétexte mais, de la même façon, Élina lui fit comprendre qu'elle n'était pas dupe. Ce qui ne sembla pas déranger Lucile outre mesure.

- Vous, vous vous êtes rencontrés hier... reprit-elle sans relever la réponse muette.

- Oui, répondirent en même temps Élina et Jon.

Puis ils se regardèrent, surpris tous les deux que l'autre ait cru être concerné par la question aussi.

- Je croyais que vous sortiez ensemble, dit Jon, ses (très beaux) yeux passant d'Élina à Drake et de Drake à Élina.

- Ce soir, oui. Pas encore hier...

Cette réponse de Drake eut un effet étonnant sur Jon. Yeux baissés et joues rouges, il ne dit plus rien.

- Et vous ne vous connaissiez pas avant non plus ? demanda Élina en espérant que l'un ou l'autre lui épargnerait la peine de chercher comment obtenir quelques détails sans poser de question trop indiscrète.

- Non. Hier soir, j'étais avec mon... (Drake hésita, cherchant le mot suivant.) ... colocataire, et Jon était avec Flo.

Élina remarqua que Jon relevait la tête, l'air presque effrayé. Que craignait-il donc d'entendre ? La réponse lui parut assez claire quand Drake, parfaitement calme, précisa que son colocataire "parlait à tous les deux parce que ils sont des beaux garçons" - d'autant plus que Jon rebaissa les yeux, rougissant de plus belle, pour les fixer sur la bague qu'il portait à l'index gauche. Lucile, elle, trouva la phrase "excellente".

- Pas sûre que Flo apprécie de se faire draguer par un garçon mais bon... commenta-t-elle en riant.

Une réplique irréfléchie échappa alors à Élina.

- Il est danseur, il a l'habitude de passer pour un...

S'interrompant, mais trop tard (le mot imprononcé était bien trop évident pour que les autres n'aient pas l'impression de l'avoir entendu quand même), elle jeta un coup d'oeil à Drake en priant pour ne pas l'avoir choqué.

À son grand soulagement, il la rassura d'un sourire.

- C'est vrai, les gens pensent toujours ça, admit-il d'un ton étonnamment amusé.

Toujours embarrassée quand même, Élina lui rendit timidement son sourire.

- Pour toi, au moins, je suis sûre qu'ils ont tort.

Dire quelque chose comme ça devant Jon n'était sans doute pas très malin. Le "humph" qu'il laissa échapper fit craindre à Élina de l'avoir vexé, et elle chercha un moyen de s'excuser sans le mettre encore plus mal à l'aise. Hélas, Lucile parla la première.

- Contrarié, Choupinet ? demanda-t-elle en lui collant un baiser sur la joue. C'est vrai que ça doit être un peu désespérant mais bon, tu finiras bien par trouver quelqu'un qui ne préfère pas Élina.

Mais à quoi pensait-elle donc ? Imaginait-elle qu'il pourrait bien prendre une remarque comme celle-là ? Ou trouvait-elle amusant de le provoquer ? Dans ce genre de situation, Élina avait vraiment honte de sa soeur. Mais cette fois, elle avait surtout pitié de Jon, qui restait figé sous le choc, ne sachant comment réagir.

Et puis il réagit. Repoussant sans ménagement Lucile qui voulait lui faire un câlin, il se leva d'un bond, tapa des deux mains sur la table et cria "Mais ça suffit, merde !" sans paraître se soucier des gens qui se retournaient pour voir ce qui se passait. Lucile tenta de dire quelque chose, mais il ne la laissa pas parler.

- Qui a dit que j'étais gay ? reprit-il un ton plus bas (finalement, il avait dû se rendre compte que tout le monde le regardait) et avec un coup d'oeil à Drake qu'Élina ne sut comment interpréter. Si y en a un qui se tape des mecs, ici, c'est pas moi !

Il parut hésiter un instant, regrettant peut-être cet éclat. Élina tendit une main vers lui, prête à présenter des excuses à la place de sa soeur s'il était plus disposé à l'écouter. Mais, après un nouveau coup d'oeil à Drake (plutôt inquiet, celui-là), il prit la veste accrochée au dossier de sa chaise et partit sans dire au revoir à personne.

Un long silence suivit son départ.

- Peut-être que tu avais tort, en fait, finit par dire Élina à Lucile.

- Ou pas, justement, répliqua sa soeur. Mais c'est vrai qu'y avait un truc entre vous tout à l'heure...

Un truc entre eux ? Du côté d'Élina, c'était indéniable (bien qu'impossible à admettre devant Drake), mais Jon ? Elle n'avait rien remarqué. Ou plutôt si, mais en s'interdisant de surinterpréter cette admiration explicable par une simple sensibilité artistique, et plus particulièrement par un intérêt de spectateur pour la chorégraphie qu'il l'avait vue exécuter.

S'apercevant juste un peu trop tard que la présence de Drake rendait sa remarque très gênante pour Élina, Lucile s'empressa de la reformuler de façon à ce qu'il n'y soit plus question d'attirance mutuelle : "Enfin, la façon dont il te regardait m'a fait douter".

Drake ne disait rien. Il avait même l'air de penser à autre chose. Élina espéra que c'était bon signe.

x

Quelque chose entre Jon et Élina... Immédiatement, Drake repensa à la conversation qu'il avait eue avec Jon la veille. Celle où il était question d'une fille - LA fille. Jon ne l'avait pas nommée, ni même décrite. Pourtant, comment douter après ça ? Cette fille dansait avec Florian. Élina adorait la danse, et connaissait Florian. Combien de chances que ce ne soit pas elle ?

- Il est perturbé, dit-il finalement sans bien savoir pourquoi il cherchait à excuser le comportement de Jon.

- À l'évidence, oui ! s'exclama Lucile. Et il a insinué que toi, tu te tapes des mecs, ou je rêve ?

Drake soupira intérieurement. Il avait espéré pouvoir expliquer ça à Élina en tête à tête. Plus tard. Beaucoup plus tard. Mais mentir maintenant lui vaudrait à coup sûr des reproches au moment où il finirait par en reparler, alors que dire la vérité tout de suite prouverait au moins son honnêteté.

- Ce n'est pas faux, reconnut-il donc.

- Quoi ? Mais enfin, tu...

Elle était choquée, évidemment. Qui ne le serait pas, à sa place ? Sans aucune information supplémentaire, elle devait croire qu'il avait cherché à se servir d'elle pour "avoir l'air normal" (comme dirait Jon). Mais après quelques explications...

Hélas, ces explications, Élina ne lui laissa même pas le temps d'en mentionner l'existence.

- Oh, j'en ai marre de toute cette histoire ! s'écria-t-elle. C'est du délire !

- Elisab... Élina ! Je...

Drake se maudit d'avoir encore failli se tromper de prénom. Dans l'état d'énervement où elle se trouvait, elle allait sûrement mal le prendre.

Elle le prit mal. Comme la goutte d'eau qui fait déborder le vase, cette petite erreur qu'elle aurait vite oubliée en temps normal acheva de la convaincre qu'elle avait été "parfaitement idiote".

- Mais non, attends ! tenta encore Drake.

Mais elle se levait déjà et, apercevant son visage à travers les mèches de cheveux qu'elle négligeait de remettre en place (sans doute parce que se cacher derrière l'arrangeait), il comprit qu'elle était encore plus malheureuse que furieuse, et qu'elle refusait de rester pour ne pas risquer de pleurer devant lui.

- Non, ça suffit, je ne veux plus parler de Jon, ni de toi, ni de personne, déclara-t-elle d'une voix tremblante. Je rentre à la maison... et tu ne me suis pas !

Cette fin de phrase était évidemment destinée à Lucile qui, alors qu'Élina s'éloignait en courant presque vers la sortie, hésita quand même sur la conduite à tenir.

- Si je reste, elle va me reprocher d'avoir détourné quelqu'un d'elle, encore...

- Mais c'est elle qui ne me veut plus, répondit tristement Drake.

- Oh, une fois qu'elle sera calmée, ça ira !

Drake aurait voulu en être aussi sûr que Lucile semblait l'être. D'après ce qu'avait dit Élina, l'étrangeté de la situation la dérangeait depuis le début, même si jusque là elle avait paru capable de mettre ce problème de côté pour se concentrer sur l'émerveillement de se sentir si bien en sa compagnie. Maintenant que l'effet "conte de fée" était gâché (car les princes de ces contes sont toujours strictement "straight", n'est-ce pas ?), elle risquait de ne plus arriver à passer outre ce qui lui déplaisait même s'il parvenait à la convaincre de sa bonne foi.

Il allait faire part de ces réflexions à Lucile quand elle reprit la parole.

- Elle est perturbée, elle aussi. Elle kiffe Jon, elle te kiffe... et là, on dirait que vous êtes gays tous les deux.

"Elle kiffe Jon" ? Ça, il ne s'y était pas attendu. Lucile avait sans doute décidé de le lui dire pour qu'il comprenne qu'Élina avait de bonnes raisons de ne plus savoir où elle en était, mais cette information diminuait les probabilités que l'optimisme précédemment exprimé se révèle justifié.

Ne tenant pas à se lancer dans un débat visant à déterminer qui, de Jon ou de lui, avait le plus de chances de finir par "épouser la princesse" (pourquoi ces mots semblaient-ils presque familiers ?), il préféra ne commenter que la fin.

- C'est plus compliqué que ça.

Pour lui surtout, mais même pour Jon...

- Oui, tu la kiffes quand même, ça se voit, répondit Lucile sans hésiter.

- Lui aussi, précisa Drake avec un soupir contenant tous les "Pourquoi justement elle ?" qui l'assaillaient depuis qu'il avait compris de qui Jon lui avait parlé la veille.

- Tu es sûr ?

Nouveau soupir. Comme il aurait souhaité se tromper ! Mais oui, il était sûr. Tout concordait.

Un serveur les interrompit en apportant les boissons commandées par Drake et Élina avant l'arrivée des autres. Il hésitait, ayant apparemment remarqué qu'une rousse avait prit la place d'une blonde, mais Lucile prit le verre destiné à sa soeur comme s'il était pour elle, remercia avec un sourire tel que Drake s'attendait à la voir y ajouter un clin d'oeil puis, une fois le serveur hors de portée d'oreille, relança la conversation d'un "Alors ?" impatient.

- Alors, expliqua Drake, il disait hier, une fille... comme si il la connaît d'une autre vie... et moi aussi, je pense ça pour elle mais les deux, c'est bizarre.

À en juger par le sourire amusé de Lucile, la phrase était construite aussi maladroitement qu'il le craignait. Pourtant, elle répondit comme si de rien n'était.

- Y a pas que ça qui est bizarre ! Même Jon et moi, on avait l'impression de se connaître. Et toi...

x

Lucile avait un sentiment étrange - encore un. Mais rien à voir, cette fois, avec sa certitude qu'elle et Jon pouvaient devenir amis. Au contraire, se retrouver seule avec Drake l'effrayait un peu. Elle avait commencé par chasser cette idée, l'attribuant au risque qu'Élina l'accuse de chercher à lui voler l'affection de son "prince charmant" (d'autant plus que, malgré tout, elle le trouvait très à son goût aussi), mais maintenant qu'ils évoquaient les autres bizarreries auxquelles ils avaient été confrontés ces derniers temps, elle ne pouvait plus l'ignorer.

- Jon s'inquiétait pour Élina quand il l'a vue avec toi, dit-elle, s'en souvenant subitement.

Ça, au moins, ça expliquerait bien cette sensation de danger. Mais, apparemment, Drake devinait ce qui avait choqué Jon, et ça n'avait rien à voir avec une quelconque raison de le craindre.

- Il pensait que c'était ma... girlfriend... copine ? (Lucile indiqua d'un hochement de tête que oui, ce mot pouvait convenir.) Et hier j'embrassais lui, alors...

- Jon ? Tu as embrassé Jon ?

Imaginer la scène avait un côté intéressant sur lequel Lucile aurait aimé s'attarder, mais il y avait fort à parier qu'Élina apprécierait beaucoup moins.

- Je suis bi, tu sais, répondit Drake avec un haussement d'épaules. Je préfère les filles mais parfois j'aime bien des garçons aussi, donc c'est vrai ce que Jon disait... mais je ne le fais pas quand je sors avec une fille.

Oh, d'accord... D'après ce qu'il avait dit avant, Lucile avait cru qu'il était dans la même situation que Jon - qu'Élina était une exception pour les deux, aussi incroyable que cela puisse paraître (pas seulement parce qu'il s'agissait de sa soeur et pas d'elle, bien entendu). Maintenant...

- Mais t'as pas couché avec Jon, si ?

Bravo, tout à fait la question à poser ! Pas du tout indiscrète ni rien... Élina serait mortifiée de l'entendre. Mais, par chance, Drake ne sembla même pas penser que ça ne la regardait pas.

- Non. Il avait bu trop, je ne voulais pas qu'il dise oui pour ça seulement.

Donc il y avait pensé... et même eu des raisons de croire que Jon aurait pu accepter ? L'imagination de Lucile lui présenta aussitôt un aperçu de ce qui ne s'était pas passé, la laissant rêveuse à l'idée que, si Drake avait eu moins de scrupules... Mais il fallait qu'elle se reprenne.

- Bon, avec un peu de chance, si j'explique tout ça à Élina, ça arrangera les choses entre vous, dit-elle pour clore le sujet (car il valait mieux éviter de s'aventurer encore à lui réclamer des détails sur sa vie privée).

Drake n'eut pas du tout l'air convaincu.

- Et Jon ? demanda-t-il.

- Là, c'est plus compliqué. Ça fait deux fois qu'il part brusquement parce que j'ai dit un truc qu'il fallait pas, quand même...

À la réflexion, ce n'était peut-être pas ce que Drake avait voulu dire. Plus vraisemblablement, il craignait qu'Élina préfère Jon de toute façon. Mais il n'en dit rien. Au lieu de ça, il l'interrogea sur le jour de la fête chez Florian.

x x x

Rentré chez lui, Jon jeta sa veste sur son lit d'un geste rageur. Il ne savait même pas exactement contre qui sa colère était dirigée - un peu tout le monde y compris lui-même, en fait. Lucile qui s'obstinait à lui parler comme si elle était sûre qu'il ne pouvait pas aimer les filles ; Élina qui semblait partager la conviction de sa soeur ; Drake qui jouait les princes charmants avec Élina après l'avoir embrassé, lui ; et lui-même qui avait lancé cette phrase vengeresse en espérant tout gâcher entre Drake et Élina.

Il l'avait regretté tout de suite, il avait honte parce que c'était vraiment faire quelque chose qu'il ne voudrait surtout pas qu'on lui fasse, mais il était tellement furieux à l'idée qu'Élina le croie incapable de s'intéresser à elle, tellement désespéré de n'avoir aucune chance contre Drake... et maintenant il l'était presque autant de s'être attiré l'hostilité du seul garçon de sa connaissance capable de le comprendre à peu près.

Se jetant sur son lit à la suite de la veste (qu'il repoussa plus loin, dans le désordre qui occupait tout le côté droit), il envisagea d'appeler Florian mais y renonça en se souvenant que, pour une fois, les parents de son ami étaient à la maison. Interrompre l'un des rares repas familiaux de l'année aurait été malvenu.

Finalement, il prit sa guitare et se mit à chanter le titre le plus déprimant de son répertoire.

Élina... Drake... Élina et Drake qui s'embrassent. Quand parviendrait-il à chasser cette image de son esprit ?

x

Après avoir fermé la porte de sa chambre à clé, Élina laissa tomber son sac et sa veste sur sa chaise de bureau et couler les larmes qu'elle retenait depuis trop longtemps. Elle ne savait même pas qui l'avait le plus déçue - un peu tout le monde y compris elle-même, en fait. Lucile qui l'avait suivie alors qu'elle connaissait très bien ses raisons de ne pas vouloir lui présenter Drake tout de suite ; Jon qui avait balancé une information secrète sur quelqu'un qui ne lui avait rien fait ; Drake qui n'avait pas démenti cette accusation ; et elle-même qui avait refusé d'écouter quand il avait voulu s'expliquer.

Elle l'avait regretté tout de suite, elle avait honte parce que c'était vraiment se comporter comme les personnages de fiction qu'elle traitait d'idiotes, mais elle était tellement choquée de découvrir les deux garçons différents de ce qu'elle avait imaginé, tellement désespérée à l'idée que son conte de fée puisse être basé sur un mensonge... et maintenant elle l'était presque autant d'avoir laissé Drake avec Lucile alors qu'à la réflexion son intérêt pour les garçons ne prouvait pas qu'il n'en ait aucun pour les filles.

S'asseyant sur son lit encore à moitié couvert de vêtements essayés avant son rendez-vous (vêtements qu'elle repoussa vers le bout pour se laisser la place de s'installer avec les jambes repliées), elle envisagea d'appeler Florian, mais y renonça en se disant qu'il était peut-être déjà en train de parler à Jon. Deux appels d'amis en détresse dans la même soirée seraient sans doute un peu trop même pour la patience d'ange de son partenaire de danse préféré.

Finalement, elle prit une peluche qu'elle serra dans ses bras comme une petite fille effrayée cherchant à se rassurer.

Drake... Lucile... Drake et Lucile qui s'embrassent. Quand parviendrait-elle à chasser cette image de son esprit ?

x x x

Fascinée par l'idée qu'il soit non seulement possible d'expliquer cette série d'impressions de se connaître mais aussi d'apprendre des détails sur les vies antérieures qui en étaient apparemment la cause, Lucile ponctuait d'exclamations enthousiastes toutes les phrases de Drake, qui lui répétait ce que Loris lui avait dit au sujet du don de voyance de Lison.

- Elle donne des consultations ? On peut lui demander des trucs sur nous ?

Drake n'était pas sûr, mais il envoya aussitôt un SMS à Loris pour poser la question. Puis, en attendant la réponse, il proposa de commander de nouvelles boissons. Lucile n'hésita qu'un instant. Elle ne faisait rien de mal, après tout. Accepter un verre qui lui soit réellement destiné ne pouvait pas être considéré comme un encouragement à lui faire des avances, n'est-ce pas ? Élina n'aurait aucune raison de le lui reprocher.

x x x

Jon cessa de chanter et reposa sa guitare au pied du lit.

Élina et Drake... Tenter d'effacer l'image en se persuadant que ce qu'il avait dit les séparerait n'était pas très réconfortant. Surtout pas quand il finit par imaginer Élina se consolant avec Florian.

x

Élina essuya ses yeux trempés de larmes et ouvrit le tiroir de sa table de chevet, à la recherche d'un mouchoir.

Drake et Lucile... Tenter d'effacer l'image en se persuadant que Lucile ne la trahirait jamais de cette façon était un peu réconfortant. Mais beaucoup moins quand elle finit par imaginer Drake reportant son intérêt sur Jon.

x x x

Drake et Lucile avaient fini par commander à manger, et une bouteille de vin pour aller avec le repas. Drake s'était bien demandé ce que penserait Élina si elle le voyait dîner en tête à tête avec sa soeur mais, comme elle ne risquait pas vraiment de revenir et qu'il n'avait pas envie d'affronter Loris (qui ne manquerait pas de s'étonner s'il rentrait tôt), il avait décidé qu'il avait bien le droit de manger avec qui il voulait.

Au fur et à mesure que la bouteille se vidait, la conversation dérivait vers les sujets les plus variés, pleins de plaisanteries qui les faisaient rire un peu trop fort. Quand arriva le moment du dessert, aucun des deux ne trouva bizarre ou déplacée l'idée d'en partager deux pour faciliter le choix. Et comme il est impossible de couper une glace en deux comme une part de gâteau, Drake changea de chaise pour se mettre à côté de Lucile.

Leurs cuillères se croisaient dans la coupe, chacune gênant l'autre, et ils ne tardèrent pas à les faire s'entrechoquer exprès en une petite bataille pour rire. Puis Lucile chercha même à mettre de la chantilly sur le nez de Drake. Repoussant sa main un peu trop brusquement, il envoya le contenu de la cuillère voler sur elle.

- Je suis désolé, s'excusa-t-il en se précipitant pour essuyer la tache. Ou pas parce que tu commençais.

Elle rit et assura que ce n'était pas grave, même quand il remarqua qu'elle en avait un peu dans les cheveux. Il essuya ça aussi, puis garda dans sa main le bout de la petite tresse rousse, les yeux fixés sur le cou de la jeune fille. Sans réfléchir, il s'approcha.

x

Une vague de panique envahit Lucile quand elle sentit les lèvres de Drake effleurer son cou, et elle recula d'un bond.

Deux secondes plus tard, elle s'aperçut qu'elle aurait dû être choquée qu'il semble oublier Élina, et même se sentir coupable de l'avoir plus ou moins encouragé par un comportement assez ambigu. Mais non, au lieu de ces réactions normales, elle avait eu peur. Peur de quoi ? Elle ne savait pas. L'idée qu'il pourrait la mordre, voire la tuer, lui avait traversé l'esprit, mais c'était complètement ridicule. Elle le laissa donc croire qu'elle pensait seulement à sa soeur, et ils tombèrent d'accord pour tout mettre sur le compte du vin.

Alors qu'ils entamaient leur morceau de gâteau au chocolat après avoir terminé la glace, le smartphone de Drake sonna. Son colocataire répondait-il enfin au message de tout à l'heure ? Oui, c'était bien lui.

- Sa soeur est avec lui et alors il demandait déjà pour le rendez-vous, annonça Drake. Demain après-midi chez nous, ça va ?

- Ah, cool ! Oui, c'est parfait. Je me disais qu'on allait peut-être devoir attendre des semaines pour avoir nos réponses.

De nouveau très curieuse à ce sujet, Lucile brûlait d'impatience et oubliait que Drake lui avait fait peur quelques minutes plus tôt. Elle ne pensa même pas non plus à ce que dirait Élina en apprenant qu'ils avaient rendez-vous chez lui.