Coucou,

j'ai remis ça...eh oui, ça n'aura pas duré longtemps, hihi. Voici une nouvelle fiction que la série "Les Enquêtes de Murdoch".
Encore une fois elle se déroule après la saison 4 ou durant la 5, c'est selon .

Bonne lecture.

Julia R.

« Undercover »

Titre: Undercover
Auteur: Julia R.
Catégorie: Romance/Drame/Action
Personnages : Julia Ogden, William Murdoch, George Crabtree, Thomas Brakenreid, Darcy Garland, Emily Grace.

Note: Des recherches ont été brièvement faites pour s'assurer que certaines images " modernes" étaient belles et bien possibles à cette époque là. Quelques libertés ont été prises, certes, mais ce sont des choses tout à fait faisable. Après tout dans le monde de Murdoch rien n'est impossible .
Résumé : Une sombre affaire de meurtre ébranle le poste numéro quatre. Pour découvrir les coupables et résoudre cette affaire, un membre de l'équipe va prendre de gros risques.
Disclaimer : La série Murdoch Mysteries ne m'appartient pas.
Je ne fais qu'emprunter les personnages .Je ne touche aucune somme d'argent pour cette histoire.

Chapitre 1 : Crème Glacée.

La journée avait été longue, très longue, tout comme cette dernière semaine d'ailleurs. L'enquête qui avait occupée le poste numéro quatre en cette chaude semaine d'été, avait été longue et laborieuse.
L'Inspecteur Murdoch en était sortit très ébranlé et fatigué.

Il terminait de ranger son bureau alors que la plupart de ses collègues quittaient les lieux. Son supérieur, passa un instant, lui remarquant sans détour qu'il avait une mine affreuse et qu'il devrait se reposer.
Murdoch avait acquiescé poliment, sachant pertinemment que rentrer chez lui ne l'apaiserai pas et que le sommeil finirai par le trouver, certes, mais après des heures de lutte acharnée.
Le jeune homme soupira profondément, laissant tomber sur son bureau le dossier de l'affaire qu'il venait de boucler. Il leva les yeux vers les tubes à essai qui se trouvaient un peu plus loin. Il les regarda un instant, puis, il les prit et quitta la pièce au pas de course sans se retourner.
Il n'avait aucune bonne raison de se rendre à la morgue, car ces tubes pouvaient bien attendre le lendemain pour retrouver leur armoire, mais lorsqu'il se sentait d'humeur moribonde, rien ne pouvait le remettre d'aplomb si ce c'était se rendre dans cette pièce. Etrange réaction pour un bon nombre de personnes, mais pour l'Inspecteur Murdoch, cela n'avait rien d'étonnant. Des années auparavant, il savait pourquoi le fait de se trouver à la morgue lui redonnait le sourire et l'apaisait. Aujourd'hui que la raison de son bonheur, aussi petit qu'il fut été, était partie poursuivre sa vie loin de lui, il ignorait pourquoi il avait ce besoin pressant de s'y rendre.
Il fit les plusieurs mètres qui le séparait du bâtiment sans ralentir l'allure avant de s'y engouffrer et de monter jusqu'à la pièce qu'il connaissait si bien. Il entra, surprit d'y voir encore la lumière, car bien qu'il n'était pas tard, le Docteur Grace n'hantait jamais les lieux une fois le travail terminé. Bien au contraire, elle se pressait souvent pour quitter la morgue et se rendre à des tas de rendez-vous. Murdoch le comprenait parfaitement, le Docteur Grace n'était pas le Docteur Ogden…

Il continua d'avancer jusqu'au bureau où il vit deux silhouettes derrière la baie vitrée. Il se figea sur place l'espace d'une seconde en entendant cette voix qu'il connaissait bien et qu'il n'avait plus entendu depuis des semaines déjà. Il croisa alors le regard de la jeune Docteur qui lui sourit aussitôt.
-Bonsoir Inspecteur, lança-t-elle d'une voix forte, que puis-je pour vous?
Avant qu'il n'ait le temps de répondre, la jeune femme qui lui tournait le dos se retourna. Il sentit alors ce frisson qu'il connaissait si bien traverser son corps tout entier.
-Doc…teur Ogden? Articula difficilement Murdoch en reprenant ses esprits.
-Bonsoir, répondit celle-ci timidement en nouant ses doigts devant elle.
-Comment allez-vous? Continua le jeune homme en sentant ses mots s'étrangler dans sa gorge.
-Bien, très bien, dit-elle en souriant mais pourtant mal-à-l'aise.
-Le Docteur Ogden est venue prendre de mes nouvelles, reprit Emily, elle veille à ce que je sois bien traitée par les hommes du poste numéro quatre, finit la jeune femme en riant.
Elle remarqua que sa tentative de détendre l'atmosphère fut un réel échec et elle se racla brièvement la gorge avant de reprendre la parole.
-Il y a quelque chose que je peux faire pour vous?
-Je…non, bredouilla Murdoch en quittant enfin Julia des yeux, je tenais juste à vous rapporter ces tubes à essai. Ils m'ont été très utiles, merci Docteur.
-Je vous en prie, répondit celle-ci, je vais les ranger tout de suite. Je m'apprêtais à partir.
-Laissez dans ce cas, je sais où les mettre, répondit William.
-Eh bien, alors je vous souhaite une bonne soirée Monsieur, je vais me mettre en route pour ne pas arriver en retard à ma réunion.
-Bonne soirée Docteur.
-Bonne soirée Inspecteur, bonsoir Docteur, dit-elle à l'attention de Julia qui était restée silencieuse jusque là, et j'espère à bientôt.
-Je l'espère aussi, répondit aussitôt Julia, bonne soirée Emily.
-Au revoir, lâcha la jeune femme avant de passer entre eux et de quitter rapidement la pièce sans même se retourner.
William et Julia restèrent l'un en face de l'autre en silence à se regarder encore quelques secondes avant que la jeune femme ne prenne timidement la parole.
-Vous vouliez ranger ces tubes à essai, je crois, voulez-vous que je m'en charge?
-Oui, en effet je le voulais, répondit William en souriant, je vais le faire, ajouta-t-il avant de se diriger vers le centre de la pièce où se trouvait le meuble sombre.
Julia le suivit du regard alors qu'il rangeait soigneusement le matériel sur la petite planche en bois.
Elle le connaissait parfaitement depuis des années déjà et rien qu'à le voir, elle remarquait que quelque chose n'allait pas. Il semblait déboussolé et l'air sombre. Son regard était éteint et une ride qu'elle ne connaissait pas, barrait son front. Elle inspira profondément et s'avança dans la pièce à son tour.
-William ? Murmura-t-elle.
Elle croisa alors son regard et remarqua qu'il tentait de lui sourire même si cela ressemblait davantage à une grimace.
-Que se passe-t-il? Reprit le Docteur. Vous semblez étrange.
-J'ai eu une longue journée et l'enquête fut éprouvante.
-J'ai cru comprendre par le Docteur Grace que l'enquête fut compliquée pour tout le monde mais vous êtes arrivé au bout de tout cela. Comme vous le faites toujours.
-Certes, soupira William en laissant son regard au loin, mais elle a réveillé de douloureuses blessures que je croyais refermées depuis longtemps.
-Voulez-vous que nous en parlions?
-Non, je ne préfère pas Julia.
-Je comprends, soupira celle-ci en regardant le sol quelques instants.
Ils restèrent silencieux, Julia ne quittant pas du regard l'Inspecteur, alors que celui-ci se trouvait perdu dans ses pensées.
Elle se dirigea alors vers le réfrigérateur blanc, sans un mot. Elle l'ouvrit, sous le regard étonné de William qui semblait enfin s'être réveillé. Elle plongea sa main à l'intérieur et en sortit deux pots en métal. Puis, elle referma la porte et se tourna vers son ami.
-J'ai quelque chose qui devrait améliorer votre journée.
-Et qu'est-ce que c'est? Demanda William en fronçant les sourcils.
-Suivez-moi, dit-elle simplement en se dirigeant vers le bureau à nouveau.
Elle ouvrit un tiroir et prit deux cuillères avant de le regarder.
-Julia?
-J'ai un secret William, répondit-elle, et je crois qu'il est plus que temps de vous en faire part.
-J'ai peur de ne pas vous suivre.
Julia se mit à rire, ce qui lui fit sentir son cœur faire un bond dans sa poitrine. Il n'eut pas le temps de répondre, que la jeune femme s'approcha de lui à nouveau en souriant largement.
-Faites-moi simplement confiance et arrêtez de vous poser des questions, dit-elle en ancrant son regard dans le sien.
-Mais ne devriez-vous pas rentrer chez vous à cette heure?
-Vous devriez savoir que je n'abandonne jamais mes amis lorsqu'ils ont besoin de compagnie. On ne m'attend pas, j'ai donc du temps à vous consacrer.

Il resta immobile et silencieux pendant quelques secondes, ne quittant pas son regard qu'il aimait tant, puis, il acquiesça simplement en signe d'accord.
Elle lui sourit une fois encore et lui prit simplement le poignet pour l'entrainer avec elle vers la sortie de la morgue. Ils empruntèrent le large couloir avant de passer une petite porte en bois et de se trouver dans une toute petite pièce dans laquelle ils ne purent faire qu'un pas. Julia avait lâché le bras de son ami qui se demandait une fois encore ce qu'elle lui réservait comme surprise. Il suivit son regard vers l'échelle en fer qui se trouvait suspendu juste au-dessus d'eux. Julia se tourna alors vers lui, l'effleurant au passage, tant la pièce était petite. Elle lui tendit les pots qu'elle tenait et il les prit simplement sans dire un mot. Il allait prendre pourtant la parole, lui demander ce qu'elle pouvait bien mijoter, lorsqu'il croisa son regard. Ce regard qui voulait dire « William, aucune question. Laissez-moi faire, vous allez comprendre.»
Il lui sourit timidement, comme s'il avait entendu son amie murmurer ces paroles. Il devait avouer que toutes les fois où elle avait pris les devants, pour quoi que se soit, il n'avait pas été déçu, hormis une fois peut être, celle qui fut la plus douloureuse de toute sa vie, celle qui l'avait éloigné de lui pour toujours.
La jeune femme lui tourna le dos à nouveau et tendit les bras pour faire descendre l'échelle qui se déplia aussitôt alors qu'elle poussa un soupir. Elle posa le premier pied sur le premier barreau et se hissa en haut doucement, sous les yeux interrogateurs et émerveillés de l'Inspecteur, qui devait bien s'avouer qu'il avait rarement assisté à un aussi agréable spectacle. Ses yeux se perdirent dans la mer de dentelles et de tissus blanc de la robe de son amie, et très vite, il baissa les yeux vers le sol, comme s'il avait commis le pire des crimes. Une fois en haut, Julia ouvrit une trappe en bois et la lumière du soleil couchant baigna aussitôt la pièce. Elle passa la trappe et une fois de l'autre côté, elle se pencha à l'intérieur.
-Vous venez?
William ne répondit pas et monta à son tour, tant bien que mal avec les pots dans la main. Une fois en haut, il vit où il se trouvait. Le toit. Jamais il ne lui était venu l'idée de s'y rendre, car l'endroit était exigu, la plate-forme ne possédait que quelques mètres carrés avant que le toit sombre ne se jette dans le vide. Il se pencha un instant pour y voir la rue en dessous avant de se tourner vers son amie. Celle-ci se tenait de l'autre côté et regardait le soleil se coucher derrière les arbres et les toits des immeubles.
-C'est magnifique, murmura William en arrivant à ses côté et en regardant dans la même direction.
Julia le regardant en souriant quelques secondes encore avant que l'Inspecteur ne se tourne vers elle.
-Et ces pots? Dit-il simplement en les lui tendant.
-De la crème glacée, répondit la jeune femme en prenant l'un d'eux.
-De la crème glacée? Répéta William en riant doucement. Julia vous m'étonnerez toujours.
Pour toute réponse, elle lui sourit de plus belle et ouvrit le premier pot.
-Du chocolat, donc vous avez la vanille. Lequel préférez-vous?
-Eh bien, bredouilla William en regardant le pot encore fermé qu'il tenait.
-Vous n'en avez jamais mangé, murmura Julia.
-De la glace pillée, avec un sirop de fruit, mais de la crème glacée, non. On ne réserve cela que pour les grandes occasions dans les dîners mondains et je ne fais pas parti de ce monde là.
Il croisa le regard de la jeune femme qui le fuit aussitôt en regardant au loin.
-Julia? Dit-il timidement en fronçant les sourcils.
-J'oubliais que vous n'étiez pas de « ce monde», dit-elle amèrement.
-Je ne voulais pas vous offenser, dit-il aussitôt, excusez ma maladresse.
Il la vit rire timidement avant qu'elle ne se tourne vers lui à nouveau.
-Votre maladresse William, elle fait tellement partie de vous qu'on ne pourrait l'oublier. Mais comme toujours, on vous la pardonne.
Il lui sourit et elle ne pu s'empêcher d'en faire de même en secouant la tête de gauche à droite avant de reprendre la parole.
-Consentez-vous à me tenir compagnie pour manger cette crème glacée ou préférez-vous ne pas fréquenter une personne d'un autre monde? Dit-elle avec un air taquin.
-Mangeons cette glace Docteur, lança l'Inspecteur pour toute réponse.
Ils échangèrent encore un regard et prirent place sur le sol, les pieds sur le toit sombre. Julia commença à manger la glace qu'elle avait dans sa main, et William en fit de même avec la sienne, puis, quelques minutes plus tard, ils échangèrent les pots. Ils parlaient de tout et de rien, surtout du poste numéro quatre et des affaires qu'ils avaient eu à traiter lorsqu'elle avait encore été sa collègue.

Le soleil était disparu progressivement à l'horizon, embrasant le ciel qui se noircirait déjà. William n'avait pas évoqué l'affaire qui l'avait fait se sentir si mal, Julia ne lui posa pas la moindre question. Se trouver avec elle, lui suffisait à se faire se sentir mieux et il n'avait besoin de rien d'autre que de parler avec son amie, assit sur ce toit à regarder le couché de soleil et à manger cette crème glacée. Et finalement, lorsque les pots et les cuillères furent laissés derrière eux, un grondement se fit entendre au-dessus de leurs têtes. Ils levèrent les yeux vers le ciel noir et menaçant.
-Nous devrions rentrer Julia, l'orage va tomber.
-Cela ne fait gronder, il ne va pas tomber ici, répondit celle-ci sans quitter le ciel des yeux.
-Mmmh, grommela l'Inspecteur, je crois que vous avez tord Docteur.
-S'il vous plait William, lança Julia, restons encore un peu, je vous pari que ce n'est rien.
-Eh bien, nous verrons, répondit le jeune homme en haussant les épaules.
Ils restèrent encore quelques minutes sur ce toit, discutant de leurs amis lorsque les premières gouttes se mirent à tomber. En à peine quelques secondes, le ciel se déversa sans retenue sur la ville de Toronto.
Les deux amis s'étaient levés en hâte et William avait pris la main de Julia pour éviter qu'elle ne tombe sur ce sol instable. Ils s'étaient précipités vers la trappe et l'avaient passé en hâte. William la referma aussitôt derrière lui, mais ils étaient déjà bien trempés tout les deux. Il aida la jeune femme à remonter l'échelle, effleurant sa main au passage, mais savourant la sensation qu'il éprouva à ce contact.
Puis, ils quittèrent la pièce et débouchèrent sur le couloir à nouveau. Ils échangèrent un regard et rirent aux éclats.
-Je m'incline, lança Julia en s'adossant contre le mur, vous aviez raison.
-J'ai très souvent raison, vous le savez, dit-il en riant.
-Peut être ais-je perdu ce pari, mais je me félicite d'avoir réussi à vous redonner le sourire, Inspecteur.
Il lui sourit de plus belle avant de lui répondre timidement, faisant un pas dans sa direction pour venir se tenir à peine à quelques centimètres d'elle.
-Vous savez, vous êtes sans doute la seule qui peut s'estimer responsable de cela. George tente bien de temps à autres, mais je crois qu'il ne le fait pas de son plein gré.
Ils rirent une nouvelle fois à l'unisson et avant que Julia n'eut le temps de lui répondre, un raclement de gorge se fit entendre un peu plus loin. Ils tournèrent la tête au même moment dans sa direction et se figèrent sur place au même instant.
-Darcy? Lança Julia avec étonnement.
-Je vous dérange peut être? Dit-il avec calme.
-Non, j'allais rentrer, répondit Julia, attends-moi je vais récupérer mon chapeau.
Il acquiesça simplement et la jeune femme s'éclipsa aussitôt après avoir accordé un regard à William. Celui-ci demeurait muet, fusillé par le regard accusateur du Docteur Garland. Mais pourtant, il ne bougea pas le temps que Julia fut absente. Le temps qu'elle était partie était très court, il se demanda si elle n'avait pas presque couru pour revenir au plus vite. Elle plaça son chapeau sur sa tête lorsqu'elle arriva à leur hauteur et Darcy retira sa veste qui lui passa sur les épaules.
-Mais où étais-tu pour être trempée de la sorte?
Son chemisier blanc et chargé d'eau ne cachait en rien des dentelles de son dessous et l'espace d'un instant, William cru avoir quitté la terre ferme à cette vue.
La jeune femme ferma d'une main la veste de son époux et se saisit de son bras.
-Une longue histoire, murmura-t-elle simplement.
-Il me tarde de la connaître, mais en chemin si cela ne te dérange pas, nous avons une invitation de dernière minute, nous sommes attendus dans une heure. Je t'attends depuis une bonne heure déjà.
-Je n'ai pas vu le temps passé, dit-elle en accordant un timide regard à William, mais si nous sommes attendu, allons-y de ce pas, je souhaiterai me changer. Au revoir Inspecteur, peut être à bientôt, dit-elle en souriant à l'intention de son ami.
-Au revoir Docteur, ce fut une plaisir de vous revoir.
-Moi de même, dit-elle avant de rougir.
-Bonne soirée à vous deux, ajouta l'Inspecteur.
-Merci, répondit Julia alors que Darcy l'attira un peu plus à lui, à vous aussi.
-Au revoir inspecteur Murdoch, répondit Darcy le plus poliment du monde alors que pourtant une pointe de nervosité transparait dans sa voix.
Le couple quitta le couloir quelques secondes plus tard, laissant l'inspecteur Murdoch seul, dégoulinant de la tête aux pieds, mais un timide sourire sur les lèvres après avoir passé ces quelques minutes si agréables auprès du Docteur Julia Ogden.

à suivre...