Chapitre trente cinq.

Tout d'abord, un énorme pardon! Pardon à toutes les personnes qui attendaient ce chapitre avec impatience et qui ont du attendre tout ce temps. J'ai conscience que j'aurais pu poster un message, une note pour vous tenir au courant de l'avancer de cette fiction mais pour être tout à fait honnête avec vous, je n'en avais pas le courage. J'ai passé une année très difficile, et je n'ai rien écrit pendant tout ce temps, je savais que sinon mes personnages finiraient tous morts avant la fin du chapitre. Mais comme vous le voyez je me suis reprise!

J'ai lu tout vos commentaires, et je suis vraiment ravie de voir que cette fiction plaît toujours aux gens. Je vous remercie tous car vos messages sont extrêmement gentils et je vous dédis entièrement ce chapitre.

J'espère que ce chapitre vous plaira ! (attention, je tiens à vous précisez que je n'ai pas fait relire ce chapitre avant de le poster, il est donc bourré de fautes !)

Bonne lecture !


Dormir avec Peeta m'avait depuis longtemps aider à repousser les cauchemars, mais c'est dans un sursaut que je me réveille ce matin, j'ai revu dans mes rêves le visage de la rousse hurlant une dernière fois a l'aide, ma mère et le hurlement qu'elle a poussé le jour de la moisson et ma sœur, me suppliant de revenir pour elles deux. Peeta est encore endormi à mes côtés, ses sourcils sont froncés, je me demande a quoi il rêve. J'observe la baie vitrée, le jour commence tout juste à se lever et la brume pourrait faire croire que le Capitole est une ville fantôme mais au loin je vois de l'agitation tout autour des bâtiments, à croire qu'au Capitole le sommeil est une chose futile.

Je m'échappe tout doucement de l'étreinte de Peeta et me dirige vers la salle de bain. J'observe la douche un long moment, le panneau de contrôle ne me dit rien qui vaille, j'appuie sur quelques boutons et me retrouve à hurler sous le jet d'eau glacée qui me coule dessus et la mousse citronnée qui me pique les yeux. J'entends un rire moqueur, j'ai sûrement du réveillée Peeta avec mes hurlements, je suis agacée et ne parvient pas à retrouver sur quels boutons j'ai appuyée.

_ Arrêtes de te moquer de moi et viens donc m'aider !

_ Que veux tu que je fasse, je ne connais pas plus la technologie d'ici que toi !

Malgré la mousse qui me pique les yeux je voit une silhouette se diriger vers moi, je suppose que Peeta tente de m'aider, j'entends des bruits de boutons qu'on active, le jet glacé se coupe et je pousse un soulagement, cependant Peeta appuie sur un autre bouton et nous nous retrouvons aspergé d'un jet de parfum à la rose, je tousse, ma gorge me pique et j'ai maintenant les larmes aux yeux. Un jet d'eau brûlant me rince soudain et puis tout se coupe. Peeta soupire à côté de moi.

_Au moins, on ne pourras pas dire de nous que nous sentons mauvais !

Je peste intérieurement.

_ Ils auraient au moins pu fournir un manuel d'utilisation ou je ne sais pas, mettre une douche simple !

Peeta me regarde en riant et me tend une serviette, je ne sourie pas et lui fait ma mine boudeuse, ce qui le fait rire encore plus.

_ Arrêtes donc de bouder ! Allez viens t'habiller et allons nous remplir l'estomac de toutes les bonnes choses que le Capitole a à nous offrir.

Je ne dis rien, aujourd'hui nous devons nous rendre à notre première journée d'entraînement, arrivés dans la chambre nous constatons que deux tenues identiques ont été déposées sur le lit de ma chambre, pas de doute que le Capitole sait que Peeta dors avec moi. Nous serons donc vêtus de pantalons noirs, de tuniques bordeaux à manches longues et de chaussures en cuir. En passant les vêtements j'ai comme l'impression que je m'habille pour aller dans les bois du district, à la seule exception que les vêtements sentent le neuf et que la matière dans laquelle ils sont fait me gratte moins. Je me regarde dans le miroir et m'attache les cheveux avec ma natte habituelle.

_ Tu ressembles bien plus à la Katniss que je connais depuis toujours, habillée ainsi.

Peeta m'embrasse la nuque, un frisson me parcours la colonne vertébrale, je me retourne et l'embrasse à pleine bouche, j'ai peur de le perdre, peur de ne plus jamais pouvoir vivre de moments comme celui-ci avec lui, je ne veux pas être séparée de lui et pourtant, inévitablement, la mort nous séparera dans quelques jours. Les larmes coulent le long de mes joues, je ne peux plus les empêcher de couler, je ne peux plus les retenir. Je m'accroche désespérément à lui et il me repousse, me regardant droit dans les yeux. Je vois la douleur dans son regard, je ne voulais pas pleurer devant lui pour ne pas lui faire de peine mais c'est maintenant trop tard. Nous réalisons maintenant pleinement que nous vivons nos derniers jours ensembles. Nous nous allongeons sur le lit et Peeta me sert contre lui, il ne dit rien, se contentant de me caresser les cheveux et répondre à mes baisers, au bout d'un moment mes larmes se font de plus en plus rares, je ne peux plus pleurer. Quand je suis calme nous nous relevons et nous dirigeons vers la salle à manger.

Il n'y a personne dans la pièce à l'exception d'un Muet qui attend près d'un buffet où se situe une vingtaine de plats, Peeta lui demande si la nourriture est pour nous et d'un geste de la tête il lui fait comprendre que oui. Je prend une assiette que je remplis à ras-bord de tout les plats présents devant moi, je n'ai pas spécialement faim mais je me dit qu'il est bon de prendre quelques kilos en plus avant d'être jetée dans une arène où je mourrais peut-être de faim. A voir l'assiette de Peeta et l'entrain avec lequel il mange, je me dit qu'il applique sûrement la même stratégie que moi. Tandis que je mange, mes pensées se tournent vers le district et ma famille, à l'heure qu'il est ma sœur et ma mère sont sans doute levées, ma sœur devant se rendre en cours et ma mère si elle en est capable tiendra la pharmacie. Je ne sais pas si le père de Peeta vient leur rendre visite pour s'assurer qu'elles se portent bien. Elles ont sûrement regardé la parade hier, j'espère qu'elles ont retrouvé le sourire en nous voyant Peeta et moi sur le char, qu'elles gardent espoir et que la vue des autres tributs ne les aura pas effrayées.

Je sors de mes pensées quand je vois Haymitch apparaître, il ne nous regarde même pas et pars se servir au buffet. Il s'assoit en face de Peeta et pose enfin les yeux sur nous, il fait un sourire moqueur.

_ Je pensais que vous seriez encore au lit les amoureux.

Je lance à Haymitch l'un de mes regards noir.

_ Ceci doit, vu les yeux rouges que tu as Chéri, je doute que ta nuit ait été très plaisante, dispute de couple ?

Il sort une flasque et en boit une longue rasade, je ne dis toujours rien. Peeta semble en colère à mes côtés.

_ Vous deviez nous donner vos idées pour l'entraînement, rien de plus.

_ Bon. Pour commencer, vous devez savoir que je peux vous conseiller séparément, c'est a vous de choisir.

Je lève les yeux au ciel.

_ Quel serais l'intérêt ?

_ Ma chéri, ton amoureux à peut-être un quelconque talent secret qu'il souhaiterait te cacher !

_ Je vis chez Katniss depuis des années ! Je n'ai aucun secrets pour elle et elle n'en a aucun pour moi ! Vous perdriez votre temps à nous conseiller séparément et tout le monde sait à quel point vous êtes un homme occupé.

_Très bien. Tous les deux vous m'avez déjà dressé un bon portrait de l'autre, vous vous entraînez régulièrement ?

Je repense à nos journées de chasse, je ne sais pas si l'on peux dire que nous allons dans les bois régulièrement mais assez souvent pour être en forme est un bon mot.

_ Assez souvent.

_ Les Carrières s'entraînent tous les jours, ils seront bien plus forts que vous, quels sont vos armes de prédilection ?

_ Pour moi c'est l'arc, et Peeta est plutôt doué avec les couteaux.

_ Parfait, il y a toujours des couteaux dans les arènes, il sera facile de s'en procurer un ou deux. En revanche, il n'y a aucune garantie qu'on vous fournisse des arcs et des flèches dans l'arène. Il faudrait que tu montres au juges ce que tu sais faire avec cette arme, s'ils sont impressionnés ils t'en fourniront peut-être une. En attendant, restez discrets, ne montrez pas trop vos talents respectifs, et aller plutôt vers les stands où l'on vous apprendra de nouvelles choses.

Je ne sais pas pourquoi Haymitch veux qu'on cache nos talents mais je lui fait confiance, il a déjà gagné des Jeux, il est mentor depuis vingt-quatre ans, il sait sûrement comment raisonnent les juges, de plus je ne sais pas si montrer que j'ai des talents aux autres tributs est une bonne chose. Peeta et moi hochons la tête sans poser la moindre question.

_ Une dernière chose. Que vous soyez en couple, c'est une très bonne chose, les sponsors aimeront beaucoup, les juges aussi. N'hésitez pas à vous montrer tous les deux le plus proche possible.

Je regarde Peeta, il me fait un sourire et prend ma main dans la sienne. J'imagine que cette partie ne nous donnera pas trop de difficultés, nous aurons seulement à être nous même.

_ Bien, maintenant, dehors ! Effie vous prendras devant l'ascenseur à dix heures, soyez à l'heure elle déteste quand les tributs sont en retard !

Il ne nous reste que peu de temps avant dix heures, mon angoisse de rencontrer les autres tributs refait surface, Peeta et moi nous rendons dans le salon attenant et discutons un peu. Peu de temps avant dix heures nous retrouvons Effie devant l'ascenseur, elle regarde la grande horloge d'un air désapprobateur mais ne fait aucune remarques. Nous descendons à l'étage le plus bas grâce à l'ascenseur et Effie nous laisse devant la porte. Tous les tributs sont déjà assis en cercle, ils portent tous le numéro de leurs district dans le dos et tandis qu'on nous accroche le notre, je constate que tous les autres tributs s'ignorent. Peeta me prend la main et nous nous asseyons devant ce qui s'avère être l'entraîneur en chef.

On nous explique le déroulement des trois prochains jours, Atala, l'entraîneur en chef, nous explique de ne faire l'impasse sur aucun des ateliers, que même le plus insignifiant pourrait nous sauver lors des prochains jours. Le cruauté des jeux est bien présente, partout où je pose mon regard je vois des armes. Je regarde les autres tributs à la dérobé, beaucoup d'entre eux sont certainement plus fort que moi physiquement mais quand je m'attarde sur les traits de leurs visages je constate que beaucoup ont les joues creuses, il n'y a sûrement pas qu'au Douze que l'on meurt de faim. Les tributs du Un et du Deux, les tributs de Carrières, n'écoutent pas vraiment Atala, ils sont tous en train de regarder les armes aux alentours, le garçon du Deux a un grand sourire aux lèvres, j'aimerais comprendre ce qui le rend aussi heureux, est-il certain de ressortir grand vainqueur de ses Jeux ? Il croise mon regard et me fait un sourire, je détourne la tête, je ne comprends pas ce qu'il veux de moi. Peeta m'attire à lui et me serre contre son torse, j'imagine qu'il a vu le regard que me portait le tribut du Deux.

Au moment où Atala nous libère, je reste assise un instant, les Carrières se dirigent tous vers les ateliers de maniements des armes. Ils semblent tout à fait à l'aise avec ses armes effrayantes dans les mains, le tribut du Deux joue avec une épée qui doit bien faire mon poids, je l'observe un instant, nul doute qu'une épée lui sera fournie dans l'arène. Peeta se place debout devant moi et me tend la main, je ne peux pas restée assise ici à regarder les autres tributs apprendre les meilleurs moyens pour me tuer. Je me relève et observe tout les stands autour de nous, certains sont vides, à croire que tous veulent savoir manier une arme avant la fin du premier jour. Peeta et moi nous dirigeons donc vers un atelier désert où l'instructeur, heureux, nous apprend à nouer des nœuds, j'imagine que si je récupère une ficelle dans l'arène je pourrais ainsi fabriquer un piège. L'instructeur est très heureux de voir que Peeta et moi possédons des notions en matière de collets, c'est pourquoi il prend la peine de nous apprendre des pièges tous plus ingénieux les uns que les autres.

Au bout d'une heure nous quittons l'atelier, en regardant autour de nous je constate que les Carrières sont encore au même stand, ils monopolisent les armes si bien que les tributs venant des districts plus faibles comme le notre ne peuvent pas s'entraîner. A croire que les jeux ont déjà commencés. Je remarque que les Juges ont pris place dans les gradins, ils observent tout le monde et prennent des notes, j'essaye de ne pas prêter attention à eux et sourit quand Peeta m'embrasse avant de m'entraîner vers un autre stand, nous passons ainsi une bonne heure à apprendre à nous camoufler. Peeta excelle dans ce domaine, il explique à l'instructeur qu'il aime la peinture et celui-ci semble heureux de lui montrer les différentes nuances de couleurs que l'on peut trouver au Capitole.

Quant vient l'heure du repas un instructeur nous fait signe de le suivre, nous passons dans une salle située à côté du gymnase, plusieurs tables sont disposées de manières aléatoire, je note que les tributs de carrière s'assoient tous à la même table et parle bruyamment, les autres tributs eux se contentent de se servir en nourriture et s'asseoir le plus éloigner les uns des autres. Je ressent un pincement au cœur en voyant la fillette du Onze s 'asseoir craintivement près de son partenaire, ils ne se parlent pas et ne se regarde même pas, j'aimerais aller la réconforter mais Peeta m'entraîne vers une table, située toute proche de celle des carrières. Nous mangeons en nous parlant de tout et de rien, il me raconte la provenance des différents pains situés sur notre table, je l'écoute distraitement tout en jetant des regards autour de moi, regardant tantôt les carrières riant à gorge déployées, tantôt la fillette du Onze mangeant silencieusement mais de bon appétit les mets préparé par le Capitole. Je constate que les instructeurs parlent avec les juges, je sent leurs regards braqués sur moi par moment, je me demande s'ils pensent que je survivrais au bain de sang.

Après le repas nous retournons au gymnase et poursuivons nos entraînements, les carrières monopolisent encore les stands de maniements des armes, certains tributs courageux commencent à s'y diriger et s'entraînent près d'eux. Peeta et moi continuons à nous entraîner dans notre coin, cependant je constate que le tribut du Deux nous lance souvent des regards inquisiteurs, je ne sais pas s'il cherche à nous juger ou à nous faire peur mais son regard me fait froid dans le dos, je sais qu'il sera capable de me tuer rien qu'avec une de ses mains.

La journée est épuisante, tant physiquement que moralement, il est difficile de passer près des stands et ne pas juger les autres tributs. J'apprends ainsi que plusieurs tributs ne savent absolument pas manier une arme, la fille du Dix se met d'ailleurs a pleurer alors qu'elle tente en vain de jeter un javelot sur une cible, et d'autres seraient incapable de vivre plus d'une journée dans des bois. Je sais ainsi que j'ai quelques chances de survis mais quand j'observe les Carrières à la dérobée je perd espoir, ils décapitent les mannequins du Capitole avec un coup d'épée et la fille du deux ne rate jamais aucune cible.

Le soir, on nous ordonne de retourner dans nos appartements, je suis épuisée et je n'ai qu'une seule envie, me mettre au lit et ne plus jamais me réveillée. Cependant en arrivant au douzième étage je constate que mon souhait ne pourra pas se réaliser, Effie et Haymitch nous attendent a l'entrée de l'ascenseur, ils nous bombardent de questions, si bien que nous n'avons même pas le temps de nous doucher avant de passer à table. Ils nous posent des questions sur tout, comment nous sommes nous débrouillés, avons nous vu ce que les juges pensait de nous, donnions nous l'impression d'être meilleurs que les autres ? Je regrette la présence de Cinna, sa présence à mes côtés aurait peut-être pu me rassurer. Peeta me serre la main sous la table et répond le plus possible aux questions, je vois bien qu'il prend sur lui mais que lui aussi est exténué. Juste après le repas nous filons dans ma chambre et nous allongeons sur mon lit. Je pense à ma sœur et à ma mère, j'aimerais tellement être prêt d'elles, elles me manquent et j'espère que tout ira bien. Je me colle contre Peeta, il me caresse les cheveux et je tente de lui sourire mais je n'y arrive pas. Nous ne prononçons pas un seul mot, c'est longtemps après m'être rendue compte que Peeta s'était endormi que je fini moi aussi par fermer les yeux et plonger dans le sommeil.

Le lendemain matin, Peeta et moi devons retourner au centre d'entraînement. Nous nous suivons encore dans tous les stands inoccupés par les autres Tributs, j'apprends ainsi le nom de nouvelles plantes qui ne poussent pas dans les bois du district Douze et qui pourraient nous être utiles dans l'arène. La fillette du Onze se joint à nous alors que nous nous dirigeons vers un autre stand, elle nous sourit mais ne nous parle pas. J'aimerais lui sourire aussi, lui dire que je ne lui ferrais pas de mal, mais je ne le fais pas. J'observe toujours du coin de l'œil les Carrières, ils sont encore tous ensemble en train de rire en maniant tous des armes différentes, je me demande s'ils se considèrent vraiment tous comme des alliés ou s'ils ne sont pas tous en train de se juger, de déterminer lequel d'entre eux il faudra éliminer en premier quand il n'y aura plus qu'eux dans l'arène. Je ne pourrais sans doute jamais comprendre ce qu'il se passe dans leurs têtes.

Quand vient l'heure du repas, la fillette du Onze s'assoit à table avec Peeta et moi. Je vois que le garçon du Deux me regarde avec un sourire en coin en secouant la tête de droite à gauche, comme si je le décevait en acceptant qu'elle s'assoit avec nous, je n'entend pas ce qu'il chuchote ensuite à l'oreille de sa partenaire de district mais j'imagine qu'il s'agit de quelque chose sur nous vu qu'elle nous regarde ensuite en souriant, un air moqueur dans les yeux.

Je détourne alors les yeux et regarde la fillette manger avec plaisir une énorme cuisse de poulet. Pour elle, cette cuisse de poulet semble énorme et pourtant elle la mange rapidement, je ressent un pincement au cœur et je me dit qu'elle ne doit jamais manger autant chez elle. Je voudrait lui poser des questions sur sa vie dans son district mais je n'ose pas, parler avec elle ne me ferrais sans doute que du mal, je ne peux pas me permettre de me lier d'amitié avec cette fillette. Soudain je voudrait m'éloigner d'elle, lui dire de partir, de s'éloigner de nous, d'aller manger ailleurs, mais je me contente de continuer à la regarder. Sa tête se lève soudain et je n'ai pas le temps de tourner la tête que son regard se plonge dans le mien. Elle me sourit et vu que je ne veux pas non plus lui faire peur ou l'effrayer je lui sourit en retour. C'est alors qu'elle ouvre la bouche et que j'entends sa voix fluette.

_ Je m'appelle Rue.

Elle nous regarde alors fixement Peeta et moi, je pense qu'elle attend que nous nous présentions aussi. J'entends Peeta lui dire son prénom et le mien et elle sourit encore plus. Son prénom me rappelle à ma sœur, elles sont tellement semblable toutes les deux. J'imagine alors ma sœur dans cette cantine, à cette table, Rue et ma sœur se seraient sûrement rapprocher toutes les deux, elles ne dépassent pas les trente kilos toutes les deux, elles ne s'en seraient jamais sorties. Je ravale les larmes qui tentent de couler et me concentre sur la fillette quand j'entends qu'elle prononce mon prénom.

_ Alors c'est vrai, Katniss, vous êtes vraiment amoureux tous les deux ? Je veux dire, vous vous connaissiez avant d'arriver ici ?

Je me contente de hocher la tête, ne sachant pas pourquoi sa question me dérange, après tout ce n'est plus un secret pour personne. Rue ne connaîtra sans doute jamais l'amour et j'ai de la peine pour elle. Nous finissons ensuite notre repas en silence, Peeta me tiens la main et je constate que Rue nous observe du coin de l'œil avec un sourire radieux sur le visage.

L'après midi Rue nous suit toujours dans les différents ateliers, sa présence me dérange quelque peu mais je suis heureuse de constater qu'elle connaît bien les plantes, grimpe avec adresse et vise très honorablement. Nous allons un moment au lancer de fronde et elle s'avère très douée, elle touche la cible a chaque coups. Ceci dit, une petite voix dans ma tête ne cesse de me répéter inlassablement qu'un fronde ne vaut rien contre un garçon de cent kilos armé d'une épée.

Le soir, juste avant de quitter la salle d'entraînement je jette un coup d'œil du coté des Carrières, le garçon du Deux me regarde fixement et s'est éloigné des autres Carrières, c'est très inhabituel, je le regarde alors longuement et je vois qu'il me fait un sourire, je fronce les yeux et il me fait un signe de la main. Je me tourne pour voir si un autre Carrière n'est pas derrière moi mais je ne vois que Peeta en train de me faire de grands signes de la main, je le rejoint alors en courant. Je regarde quand même une dernière fois dans la direction du garçon du Deux et je vois qu'il me fait encore signe mais je décide de l'ignorer, il me fait vraiment froid dans le dos et je ne sais absolument pas ce qu'il me voulait mais je ne pense que j'ai vraiment envie de le savoir. Peeta me regarde en souriant alors que je me dirige vers lui, quand je le regarde dans les yeux on pourrait croire qu'il ne m'a pas vu depuis trois heures alors que cela ne fait que cinq minutes que je suis à la traîne. Il m'embrasse devant tout le monde et nous prenons les ascenseurs pour nous rendre à notre étage.

Quand nous arrivons en haut nous tombons sur Effie et Haymitch qui nous attendaient à la porte, ils nous bombardent alors de questions afin de savoir comment s'est passé notre deuxième jour d'entraînement, je tente de répondre le plus poliment possible même si la seule chose dont j'ai envie à ce moment précis c'est d'une bonne douche, et d'une bonne nuit de sommeil.

Je fini finalement par réussir à m'enfuir de la conversation en prétextant l'envie de me doucher avant le repas. Je m'isole alors dans la salle de bain et m'assoie sur le carrelage. Prim me manque affreusement, mais je me rassure en me disant qu'elle est en sécurité au district Douze. Je ne survivrais peut-être pas à ces jeux, mais j'ai la satisfaction de savoir que j'ai probablement sauver la vie de ma sœur. Sur cette pensée positive, je me relève et prends ma douche, j'enfile ensuite des vêtements offerts par le Capitole et retourne dans ma chambre. Peeta est assis au bord de mon lit et tiens un morceau de papier dans sa main, il le regarde sous toutes les coutures et sursaute en me voyant entrer.

_ Je ne pensais pas qu'il était possible que je te fasse peur un jour !

_ Kat ! J'ai juste été surpris. Haymitch m'a donné cette note, il a dit que nous devrions la lire et réfléchir ensemble à la décision que nous devions prendre ensuite. Je t'attendais, j'essayais de deviner de quoi il pouvais s'agir.

_De la part d'Haymitch il peut s'agir de tout comme de rien !

Je m'assois à ses côtés et lui fait un geste de la tête en direction de la note. Il me regarde avec un sourire, m'embrasse sur le front et lis la note à haute voix.

_District Douze, mon mentor à sûrement perdu la tête à cause de la fille de votre district l'an dernier mais il nous ordonne à ma partenaire et moi de faire alliance avec vous. Rendez-vous demain avant les évaluations. Cato et Clove, district Deux.

Je comprend soudainement les gestes que me faisait le garçon du Deux cet après-midi, il voulait que je vienne parler avec lui. Un frisson me parcourt l'ensemble du corps et Peeta me sert contre lui.

_Kat, je sais qu'il te fait peur, mais peut-être que nous devrions vraiment réfléchir à cette option.

Peeta me fixe de son regard bleu azur. Je baisse les yeux et regarde la note. Je pense que leur mentor est Clay, je ne connais pas les noms des autres mentors du Deux et je me doute qu'aucun des autres mentors n'ordonneraient à ses tributs de faire alliance à ceux du Douze. Je ne comprend tout de même pas pourquoi ils les obligent à faire cela.

Je relève la tête et regarde Peeta. Il me fixe toujours, attendant silencieusement une réponse de ma part.

_ Ils ont l'air monstrueux ! Je ne sais pas si je pourrais réellement leur faire confiance dans cette arène, on ne peux faire confiance à personne dans ses jeux. Je ne comprend même pas pourquoi ils voudraient faire alliance avec nous !

_ Je ne cherche pas à t'influencer, tu es libre de faire tes propres choix, mais peut-être pourrions nous aller à ce rendez-vous demain, et nous faire ensuite notre avis sur eux. Qu'en penses-tu ?

_ J'en dis que cette note m'intrigue et que j'ai des questions à poser !

_ Bien ! Alors allons donner notre réponse à Haymitch et profiter d'un autre repas offert par le Capitole !

Il m'embrasse et me tend ensuite la main, nous nous relevons du lit et allons rejoindre notre mentor dans la salle à manger. Il est déjà assis à table en train de boire ce qui sans aucun doute est de l'alcool.

_ Ah ! Les amoureux ! Alors, avez-vous pris une décision ? Que dois-je répondre à ce mentor totalement fou ?

_ Dîtes-lui que Peeta et moi sommes prêts à rencontrer les tributs du Deux demain, nous parlerons de cette possible alliance et prendrons notre décisions ensuite.

_ Sage décision les enfants !

Pendant le repas, personne à part Effie ne cherche à faire la discussion. Je reste plongée dans mes pensées et mange sans même faire attention aux plats qui se présente devant moi. Je ne cesse de penser aux tributs du Deux, j'ai des doutes quant à leur loyauté, je ne suis pas naïve et je sais que si nous faisons alliance avec eux il nous faudra tout de même nous battre contre eux si l'un de nous veux survivre. Une alliance avec eux nous donnerait une chance d'apprendre leurs faiblesses et les retourner contre eux le moment venu.

Au moment du dessert Haymitch s'adresse à Peeta et moi.

_ Les enfants, demain auront lieu les évaluations. Il est grand temps de montrer aux juges vos talents respectifs ! Peeta, tu utiliseras les couteaux et toi Katniss tu prouveras aux juges qu'une gamine du Douze peux aussi tirer avec un arc avec brio. Je compte sur vous. Maintenant au lit !

Au moment où Peeta et moi nous mettons au lit je l'entend soupirer. Je me tourne vers lui et le regarde, il semble plus triste que d'habitude, ses sourcils se froncent et je sais qu'il est soucieux. Je me colle contre lui et l'enlace de toutes mes forces. Il m'embrasse, tout doucement, comme si j'étais une petite chose fragile qui risque de se briser au moindre geste brusque. Je tente d'approfondir notre baiser mais il se recule, il me regarde et je vois une larme se former à la commissure de ses yeux, elle coule lentement le long de son visage et quand finalement elle atteint ses lèvres je l'attrape du bout du doigt. J'avale difficilement ma salive, une boule se forme dans ma gorge, je sais que la conversation que nous allons avoir maintenant va être difficile. Il inspire profondément avant de murmurer mon prénom, je me rapproche encore plus de lui.

_ Kat... Je ne veux pas vivre si tu n'es plus là.

_ Peeta...

_ N'essaye pas de dire quoi que ce soit pour me convaincre, je sais que je ne pourrais pas revenir au Douze si tu n'es plus là, je ne pourrais pas me lever tous les matins, voir ta mère et ta sœur et savoir que tu n'es plus là, que toi tu ne te lèveras plus. Je ne pourrais pas retourner vivre dans un endroit où ta présence me hanteras.

_ Tu ne vivrais plus avec ma famille tu sais, le Capitole t'offrirais une maison dans le village des vainqueurs.

_ Je n'y aurais pas ma place. Et de toute manière, on sait tous les deux que tu es plus fort que moi, si tu meurs, je mourrais aussi.

_ Peeta...

_ Kat, je t'en supplie, ne me fait pas promettre une chose que je ne pourrais pas tenir. J'aimerais pouvoir rentrer chez nous, prendre soin de ta famille mais je sais que si tu n'es pas auprès de moi, je ne serais plus que le fantôme de ce que j'aurais été. Je chercherais ta présence partout. Je ne me sent pas capable de faire tout ça.

Je ferme les yeux et tente de ravaler les larmes qui tentent lâchement de couler le long de mes yeux. Je ne veux pas penser à tout ça, je ne veux pas me dire que tous les moments que je passe au Capitole avec Peeta sont les derniers que je passerais avec lui. Je ne veux pas nous imaginer tous les deux dans l'arène à chercher à nous en sortir pour qu'au final au moins un de nous deux meurt. Finalement je ne tiens plus et un hoquet s'échappe de ma poitrine tandis qu'une larme coule le long de ma joue, je tente de me cacher dans le cou de Peeta mais il me prend le visage et me force à le regarder dans les yeux.

_ Katniss, tu sais que je ne voulais pas te faire de peine, je n'ai jamais voulu ça, mais j'y pense tous les jours. A chaque fois que tu mets ta tenue d'entraînement j'ai l'impression que quelqu'un va débarquer dans ta chambre et te faire mal. J'ai peur de te perdre à chaque instant.

Peeta me maintiens toujours le visage fermement, j'essaye de hocher de la tête mais j'en suis incapable, je sais qu'il veux que je parle mais ma voix est comme brisée, ma gorge me brûle et ma vue est troublée à cause de mes larmes. Un moment passe avant que je ne puisse ne serais-ce que prononcer son nom.

_ S'il te plaît... Je t'en supplie... Je... Je... Je ne peux pas y penser, je ne veux pas !

_ Kat, quoi qu'il arrive...

_ Non, Je t'interdit ! Ne me dit pas que nous nous battrons en vain, c'est faux !

Je tremble maintenant mais ce n'est plus de peur, je suis en colère. Non pas contre Peeta mais contre le monde entier. Notre situation est injuste, les enfants payent de leurs vies depuis bien assez longtemps maintenant.

_ Nous nous battrons pour montrer à tous que nos vies sont importantes ! Et si je dois mourir dans cette arène ce sera dignement ! Demain nous irons tous les deux voir les tributs du Deux et on se battra, pas pour survivre, mais pour vivre.

Je ne pleure plus maintenant, Peeta ne fronce plus les sourcils, il me regarde et je vois un sourire se former à la commissure de ses lèvres.

_ Bizarrement, c'est quand tu es en colère que je trouve resplendissante. Tu es tellement belle...

Sa main caresse mes cheveux, je me rapproche alors de lui et l'embrasse doucement, de peur qu'il me repousse. Il ne le fait pas et m'attire encore plus à lui, nous approfondissons notre baiser et rapidement Peeta se retrouve allongé au dessus de moi. J'oublie rapidement que nous nous trouvons dans une chambre du Capitole, que nous ne sommes pas au Douze, et je retire le haut que porte Peeta, j'ai envie d'être proche de lui ce soir. Il me regarde amoureusement et m'enlève mes vêtements tout en embrassant chaque parcelle de ma peau. Il enlève son pantalon et nous nous retrouvons en sous-vêtements. Je n'ai pas peur ce soir et je suis la première à en être étonnée alors quand il me regarde avant de m'enlever les seuls vêtements qu'il me reste encore je lui fait un sourire. Je sent les mains de Peeta me caresser, il m'embrasse mais j'ai besoin de le sentir plus près de moi. J'arrive à me positionner au dessus de lui et je fais un sourire triomphant en le voyant me regarder avec étonnement, je me penche vers lui et l'embrasse sauvagement. Peeta à encore son sous-vêtement sur lui, je sent qu'il a envie de moi et je le caresse doucement. Il gémit et un sourire encore plus grand se forme sur mes lèvres, mon bassin se colle au sien et je me frotte contre lui. Sa respiration se fait plus difficile, il s'agrippe à mes hanches et m'impose un rythme. Finalement, il m'attrape par la nuque et viens placer ma bouche contre la sienne, il reprend sa position de départ et tandis qu'une main caresse mes seins, l'autre introduit ses doigts en moi. Je gémit mais lui retire enfin son dernier vêtement, je l'entend soupirer quand mes mains se posent sur son membre. Nos mains font des mouvements de vas et viens tandis que nos langues jouent ensembles. Je gémis de plaisir mais ce soir j'oublie mes peurs, je veux profiter de Peeta tant que je le peux alors je met fin à mes caresses et à notre baiser. Il me regarde fixement et je me colle à son oreille.

_ J'ai envie de plus...

Peeta me regarde alors avec de grands yeux. Je doit être rouge de honte mais je maintiens son regard en me mordillant la lèvre.

_ Kat... Tu es sûre ?

Je hoche doucement la tête, il m'embrasse alors et me murmure qu'il revient. Il se dirige vers la salle de bain et en ressort quelques secondes après, un morceau de plastique à la main. Je fronce les sourcils, je ne sais pas de quoi il s'agit. Peeta me regarde avec amusement, en ouvrant l'emballage et en sortant une chose très étrange.

_ J'imagine que le Capitole est prévoyant. Avec ça, il n'y a aucun risques que tu tombes enceinte, quoi qu'on fasse.

Je fronce encore plus les sourcils, sceptique, mais ayant une totale confiance en Peeta je crois en ce qu'il me dit. Une fois la chose mise, il se repositionne au dessus de moi et m'embrasse avec passion et envie. Je le sent contre moi, nos respirations se font difficiles. Quand son membre se trouve face à mon entre-jambe il me regarde, attendant mon approbation. J'inspire et hoche de la tête, je le sent alors entrer en moi, uns sensation douloureuse se fait ressentir, Peeta se fait doux et entre doucement. Il m'embrasse tendrement et je le force à continuer, il commence alors ses mouvements de vas et viens, je ne ressent pas forcement de plaisir au départ, mais finalement la douleur s'en va. Mon corps se colle au rythme des vas et viens de Peeta et puis le plaisir arrive, mes mains se collent à ses fesses et le force à aller plus loin, il gémit en même temps que moi et puis finalement, dans un râle de plaisir il prononce mon nom. Ses mouvements s'arrêtent, il se colle à moi et m'embrasse tendrement.

_ Je t'aime tellement Kat.

Je le regarde avec bonheur et lui caresse ses cheveux.

_ Je t'aime aussi.

Il m'embrasse encore une fois avant de s'éloigner de moi. Il se rend doucement dans la salle de bain et viens ensuite se recoucher à mes côtés.

_ Tout va bien ? Tu ne regrettes pas ?

Je fais un sourire, les attentions que me portent Peeta me font toujours chaud au cœur.

_ Je vais très bien, et je ne regrette rien.

Il me regarde alors avec bonheur et le voyant ainsi, je sais que ce moment restera à tout jamais gravé dans mon cœur.


Fin du chapitre !

Alors ? L'attente en valait la peine ? J'espère !

N'hésitez pas à me laisser une review pour me donner vos impressions !

Je me mets de ce pas dans l'écriture du prochain chapitre !