J'ai écrit cette fic pour m'amuser, l'idée m'étant venue je ne sais plus comment. j'espère que ça vous plaira en tout cas.

Prologue

Nous étions si près… trop près… et ma mémoire faisait encore des siennes, remontant à un souvenir que j'essayais d'ignorer… sans jamais y parvenir… Mes rêves s'étaient chargés de m'emmener plus loin… trop loin et je ne pus réprimer ce frisson qui me parcourra tout le corps… j'en avais envie je ne pouvais pas le nier. J'avais beau essayer de me persuader du contraire, aujourd'hui ça ne marchait plus… et dans cette position, aussi près l'un de l'autre… cela risquait bien de se voir….

_Broots articulez ! S'énerva la miss tandis que Sydney entrait dans la pièce

_Je vous dis que M. Lyle… était étrange, fit-il en murmurant

_Comme d'habitude Broots ! Fit-elle sur le même ton

_Non mais et s'il avait une piste concernant Jarod ? Il souriait tout le temps genre « je vais tous vous croquer et manger les restes ensuite »

_Ohh Broots épargnez-moi ce genre de détail ! Vous avez fouillé son bureau ?

_Euhh non… je n'ai pas envie de me faire tuer

_Sydney aidez-moi… supplia-t-elle

_J'ai vu Lyle emmener plusieurs cartons remplis de dossiers, précisa calmement Sydney

_Mon petit frère fait du classement, sourit diaboliquement Parker

_Il a ordonné à Willy de les déposer chez lui

_Je vais y aller dans ce cas…

_Aller… aller chez Lyle ? Bégaya Broots en fixant Parker

_Inutile de mouiller votre pantalon Broots je vais y aller seule. Mais pendant ce temps vous garderez tous les deux un œil sur Lyle. Prévenez-moi s'il quitte le Centre, ordonna Parker en quittant la pièce

_Rhooo vous avez vu Sydney ? Tremblota Broots

_Je préfère la voir comme ça… ces dernières semaines elle avait l'air ailleurs… observa Sydney

_Oui et vous avez-vu elle n'a même pas relevé concernant une piste sur Jarod…

_Oui…

_Vous n'avez toujours pas eu de nouvelles ?

_Non toujours pas Broots…

Parker

Si Lyle savait que j'avais fait une copie de la clé de son appartement je crois qu'il serait fou de rage. Je ne pus m'empêcher d'avoir un frisson et en même temps je ne pus m'empêcher de sourire… comment cet être aussi vil que stupide pouvait être mon frère… et jumeau de surcroit. J'ouvris la porte, sûre de moi, persuadée d'être seule…

Lorsque je pénétrais la pièce, je ne pus m'empêcher de ressentir un picotement au niveau de la nuque. Je sentis un léger souffle et je me retournais, arme au poing, tout comme la personne que j'avais sentie.

Que faisait-il là ? Moi qui pensait ne plus le voir avant un bon moment il se trouvait là devant moi. Il avait coupé ses cheveux… c'est bien mieux… il allait vraiment falloir que j'arrête de m'intéresser à autant de détails le concernant…

_Alors petit génie je peux savoir ce que tu fais là ? Lui dis-je en sans abaisser mon arme

Je ne pu m'empêcher de sourire. J'étais tout de même heureuse de le voir malgré tout ce que je pouvais dire. Et ce jeu… ce n'était qu'une façon un peu tordue de se saluer. S'il avait d'abord été surpris de me voir débarquer chez Lyle, il avait maintenant repris son air un tantinet arrogant… comme lorsqu'il avait vingt kilomètres d'avance sur moi…

_Mais la même chose que toi Parker je m'informe, me répondit-il en abaissant son arme et en retournant lire les dossiers qui trônaient sur la table

Que faire d'autre sinon ranger mon arme ? A quoi bon de toute façon…

_Tu as trouvé quelque chose ? Lui demandais-je avec empressement en soulevant les dossiers un à un pour me faire une vue d'ensemble

_Pas encore, me dit-il d'une voix douce en posant sa main sur la mienne

Instinctivement je relevais la tête pour venir planter mes yeux dans les siens. Il jouait à un jeu dangereux… en retirant ma main de sous la sienne j'avais pu voir son regard s'assombrir et sa mâchoire se crisper mais il ne commenta pas mon geste et reprit la parole.

_Et si tu remues tout comme tu viens de le faire ça ne nous avancera pas

_Par où on commence ?

_Par déjà se dire ce que l'on sait

_Ca va être rapide alors. Tout ce que je sais c'est qu'il prépare quelque chose mais je ne sais pas quoi… juste que… j'ai le sentiment que…

_C'est grave, termina-t-il à ma place. Je crois que c'est au sujet du bébé que Brigitte a mis au monde

_Mon petit…

Je m'interrompis de moi-même… cet enfant ne pouvait pas être mon demi-frère…

_Cousin ? Terminais-je

_Peut-être, me répondit le génie sans me regarder

_Tu sais quelque chose que j'ignore alors dis-le, m'énervais-je

_Monsieur Parker n'avait qu'une chance sur dix d'engendrer un enfant… je pensais que tu aurais fait le rapprochement

C'était moi ou bien il se permettait de me prendre de haut.

_Une chance sur dix ne veut pas dire pour autant que ses chances étaient nulles

_Mais presque, termina-t-il toujours le nez dans les dossiers

_Sydney ne t'a jamais appris que c'était impoli de ne pas regarder les gens avec qui on a une discussion

_Si… seulement j'essaie de trouver des informations avant que ton frère ne revienne et si tu m'aidais au lieu de réfléchir aux nombreux problèmes qui entourent ta famille on irait plus vite

J'attrapais un dossier au hasard sans lui répondre. Les pages étaient ouvertes mais ma colère contre lui… contre moi m'aveuglait au point que je ne parvenais pas à lire une ligne du dossier. Ce que je pouvais le détester en cet instant… et qui était-il pour me parler de cette manière ? Je balançais le dossier sur la table, juste devant lui, ce qui le surprit. Il leva alors les yeux sur moi.

_Je dirai bonjour à Sydney de ta part, lui dis-je en me dirigeant vers la porte d'entrée

_Oui… oui… je vous donne les codes d'accès dans une petite minute.

Jarod

Lyle était derrière la porte… visiblement au téléphone. Parker, qui était alors sur le point de partir, cherchait désespérément un endroit pour se cacher… chose à laquelle j'avais déjà réfléchi… seulement cet espace ne convenait réellement que pour une personne. Le temps jouait contre nous et je l'attrapais par le bras. Je m'engouffrais à sa suite dans la penderie de la chambre à coucher que je refermais juste à temps. La faible luminosité de la rue nous permettait de nous voir et je ne fus pas surpris de rencontrer le regard noir de Parker.

_Quoi ? Chuchotais-je

_Une idée brillante, souligna-t-elle ironique

_Tu avais mieux à proposer peut-être ?

_Je te préviens que ta main n'a pas intérêt à descendre plus bas, me prévint-elle

_Ouuh j'ai peur, ne pus-je m'empêcher de lui répondre

_Si tu veux avoir des enfants un jour… m'avait-elle dit menaçante

_Serait-ce une proposition ? Osais-je

Son regard devint encore plus noir. Pour tout dire j'avais été aussi surpris qu'elle d'avoir sorti une telle phrase.

Je réalisais alors pleinement la situation dans laquelle nous nous trouvions… Nous étions collés l'un à l'autre, chacun une main apposée contre la paroi du fond afin de garder une certaine stabilité tandis que l'autre main était apposée avec précaution sur le corps de l'autre. Elle sur mon bras gauche et moi sur sa taille.

A suivre…