Crows Zero : Michishirube


Alors pour la petite histoire, j'ai toujours adoré les deux films Crows Zero ! Récemment je les ai de nouveau regardé, à plusieurs reprises et j'ai alors cherché à voir si des fanfics frenchies avaient été créées sur l'univers. Pour ma plus grande joie, j'en ai trouvé quelques unes ici, j'en ai lu certaines. Et cela m'a donné envie d'en écrire une à mon tour, d'autant que j'avais toujours eu cette idée en tête avec déjà certaines pistes d'histoire, sans jamais m'y mettre pour autant... Dc voilà^^
(Merci notamment à l'auteur Madelight, car c'est elle qui m'a donné envie de m'y mettre enfin ^^)

J'avoue avoir été transportée par cette nouvelle écriture et j'ai enchaîné les chapitres, que je posterais néanmoins par à-coups...
Il y aura évidemment interactions avec les peso principaux des films, je reprendrais également quelques scènes et introduirais une romance avec l'un des Corbeaux :p

J'espère que mon histoire et mon perso principal vous plairont^^ Prenez le temps de lire jusqu'au bout et n'hésitez pas à commenter ^_^ Merci


Prologue

Il avait plu à flot toute la soirée.
Les rues étaient désertes à cette heure-ci, et encore plus dans ce quartier mal famé que les passants s'évertuaient à éviter, surtout une fois le soleil couché.
Pourtant une silhouette se tenait debout au milieu d'une allée faiblement éclairée. Elle avait les poings serrés d'où perlaient quelques gouttes cramoisies, ces dernières se mélangeant à l'eau qui ruisselait déjà le macadam.
A peine un mètre plus loin, face à elle, deux autres ombres gisaient à terre, à moitié inconscientes et le souffle haletant.

La personne qui les avait ainsi tabassés n'avait toujours pas quitté les lieux, savourant sa victoire. Ces deux gars avaient été coriaces et ils avaient bien failli avoir le dessus sur leur adversaire. Mais ils l'avaient beaucoup trop sous-estimé, comme bon nombre avant eux d'ailleurs. Une erreur que tout combattant ne devrait jamais commettre.

Sa mâchoire avait morflée, elle sentait un gout métallique dans sa bouche, le goût particulier du sang, et cela lui plaisait.
C'était pendant les quelques minutes qui succédaient à un combat qu'elle éprouvait une plénitude, cette plénitude étrange et éphémère, indescriptible et enivrante qui la faisait se sentir vivre. Son cœur ne cessait de battre la chamade et son regard brillait d'une lueur particulière. Même dans la pénombre de cette rue, ses yeux noirs avec cette étincelle de victoire auraient pu faire détourner n'importe qui d'assez brave pour s'engager sur le chemin.

La capuche de son sweet ne protégeait plus sa tête depuis un moment et l'affrontement avait défait ses longs cheveux bruns qui volaient désormais au grès du vent, humides et emmêlés. Elle avait beau se battre comme un homme, elle demeurait une fille.

Ces deux gars avaient croisé sa route alors qu'elle rentrait de son travail. Pressée par le mauvais temps et l'envie de se poser enfin, elle avait choisi de prendre un raccourci. C'est alors qu'elle s'était retrouvée face à eux. N'étant pas du genre à baisser la tête ou détourner les yeux, elle avait soutenu leur regard sans gène tandis qu'ils l'avaient dévisagé. Ils s'étaient alors retourné, désireux de provoquer un affrontement, comme si l'assurance de cet inconnu avait fait retentir en eux la sonnette d'alarme nommée défi.

- Hey toi !

Elle avait stoppé sa marche et fait volte-face. Se retrouvant contre le vent qui soufflait fort cette nuit là, son capuchon était tombé en arrière sous la force de l'air, et sous la faible lueur des lampadaires les deux gars s'étaient rendu-compte qu'ils avaient en fait à faire à une nana, contrairement à ce qu'ils avaient cru de prime-abord. Amusés et changeant d'expression, ils lui firent du gringue de bas-étage.

- Eh bien qu'avons-nous là ! Une jolie fille comme toi devrait pas trainer toute seule par ici, il est tard et le vent est glacial… viens on va te réchauffer, tu le regretteras pas !

- Tsss… j'en suis pas sûre, tu vois. Passez votre chemin.

Alors qu'elle s'apprêtait à reprendre sa route, ces prétentieux qui se prenaient pour des caïds refusèrent de lâcher prise, s'offusquant même de son air narquois.

- Quoi ! Pour qui tu te prend, sale pute !

Ereintée par une semaine difficile et les nerfs à fleur de peau, elle n'avait guère cherché à calmer le jeu, les invectivant plus explicitement d'aller se faire foutre ailleurs.

L'un des deux voyous lui agrippa alors le bras, le serrant sans ménagement, bien décidé à garder sa proie. Il n'en fallut pas moins pour qu'elle riposte prestement d'un violent coup de poing en plein visage de l'importun, qui fit quelque pas en arrière, douloureusement surpris.

Il revint évidemment à la charge, accompagné de son pote, avec leur idée première de nouveau en tête.
Elle asséna un puissant coup de pied au premier qui s'approcha d'elle, le touchant au bas-ventre, ce qui le fit plier en deux. Le second lui envoya son poing que sa mâchoire reçue amèrement. Elle bloqua sa seconde attaque avec son bras, lui envoyant ensuite un coup dans les côtes, répétant le geste encore et encore, afin de ne laisser aucun répit à son ennemi. Elle fut interrompue par l'autre bouffon, qui la tira impitoyablement par les cheveux, la ramenant à sa hauteur pour la frapper à son tour au niveau du ventre. Elle cracha du sang sur le sol, et reçu une nouvelle frappe sur sa joue.
Un genou à terre, elle tentait de reprendre son souffle, tandis que le gars en face d'elle engagea un coup de pied dans sa direction, elle le bloqua au dernier moment avec ses mains, lui tordant la jambe dans son élan. Cela lui permit de se relever, ayant changé la donne, c'était elle qui était debout et l'autre qui était à terre à sa merci. Comme pour son copain, elle enchaina les coups sans pitié. Elle vit le second gars arrivait vers elle, et stoppa momentanément son acharnement sur l'autre, pivotant rapidement afin de lui envoyer un uppercut.

Elle resta un moment debout inerte face à eux, l'adrénaline parcourant fébrilement tout son corps. Après être sûre que ces deux adversaires ne se relèveraient pas, elle détourna les talons, laissant ses deux victimes étalées sur le sol.
La pluie commençait à se calmer. Ces deux abrutis ne risquaient rien, à part peut-être un gros rhume, en plus des contusions qu'elle leur avait infligées. Et puis la prochaine fois, peut-être y réfléchiront-ils à deux fois avant de prendre une nana pour un objet à leur disposition.

Arrivée enfin chez elle, elle prit une bonne douche réparatrice et s'occupa de ses blessures. Un méchant bleu marqué sa mâchoire, mais elle avait connu pire. A force elle cicatrisait vite, et d'ici trois/quatre jours il n'y aurait plus aucune trace. Les articulations de ses doigts sur sa main droite rougeoyaient ardemment, elle y était allée un peu fort sur ce coup là. Mais ils l'avaient bien cherché.

Elle se servit ensuite un bon thé, et s'installa près de la fenêtre du salon, son regard plongé dans le vague au travers de la pluie roulant sur la vitre. Tout en sirotant le liquide chaud qui vint brûler ses entrailles, elle ressentait une certaine mélancolie, l'euphorie du combat étant retombée.